AccueilPrésentationActivitésProgrammeComptes-rendusLocalLiensPlan du site

 

2022

 

1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002
2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
2017 2018 2019 2020 2021 2022 2023 2024 2025 2026 2027 2028 2029 2030

Une des ambitions de notre association est le partage de nos passions avec le plus grand nombre. Nos activités nous amènent souvent en des lieux difficiles d’accès pour le commun des mortels. Les récits ci-dessous permettent modestement ce partage, avec l’espoir de faire vivre, par quelques lignes et quelques photos, les sensations parfois intenses que procurent nos activités.

Ces comptes rendus ne représentent pas l’exhaustivité de nos aventures (certains étant un peu réticents à s'épancher sur un clavier ;-), ils permettent néanmoins de donner un aperçu de nos pérégrinations souterraines et canyonistiques, et pourquoi pas de faire rêver.

Bonnes lectures, et si l’envie prend le dessus sur la simple curiosité, rendez-vous au local un jeudi soir …

Les comptes rendus sont agrémentés de quelques photos, si vous souhaitez que certaines ne soient pas diffusées, n'hésitez pas à nous écrire sur contact@itopipinnuti.fr

 

Sommaire

 

 

Dimanche 2 janvier 2022

Spéléo, visite, entomo, brochage - Gouffre I Luminelli, Trou du Bulbe - Morosaglia

 

Mercredi 5 janvier 2022

Spéléo-VTT, prospection - Monte di Tuda, Oletta

 

Samedi 8 janvier 2022

Spéléo, visite, équipement - Aven de l'Avaloir, Barbaggio

 

Samedi 15 janvier 2022

Canyon - Ruisseau de Torbia, Antisanti

 

Samedi 22 janvier 2022

Spéléo - équipement falaise, visite cavité - Falaise de Monte di Tuda, grotte du Calvaire - Oletta

 

Samedi 29 janvier 2022

Spéléo, première - Faille de Punta Vessa, Aghione

 

Dimanche 20 février 2022

Spéléo, visites cavités - Trous du Bulbe et de Cassiopée, Morosaglia

 

Samedi 26 février 2022

Spéléo, visites cavités - Trous de Cassiopée et du Bulbe, Morosaglia

 

Dimanche 6 mars 2022

Spéléo, visite cavité, prospection, première - Grotte A Teppa di u Lupinu, Faille du Berger, Santo Pietro di Tenda

 

Dimanche 27 mars 2022

Spéléo, déséquipement - Grotte des Monoxyles, Lano

 

Dimanche 3 avril 2022

TUC, Travaux d'Utilité Collective ; Assemblée Générale LISC - Local de Montesoro, Bastia

 

Samedi 9 avril 2022

Spéléo - aménagement, démaquisage, brochage, prospection - Cast 5, Oletta

 

Dimanche 17 avril 2022

Spéléo, visite, entomo - Grottes A Leccia Torta, du Pressoir, A Sapara - Castiglione

 

Samedi 30 avril 2022

Canyon, préparation JNsC - Pont de Briacale, Ruisseau de Furnelli - Sorio

 

Dimanche 15 mai 2022

Canyon, JNsC, ruisseau de Fiumi Raghjuti - Sorio

Spéléo, visite et comptage chiro, grotte I Topi Pinnuti, Sorio

 

 

Dimanche 2 janvier 2022

Spéléo, visite, entomo, brochage

Gouffre I Luminelli, Trou du Bulbe - Morosaglia

 

Participants

  • ITP : Michèle Cl., Wanda C, Michaël D., Henri-Pierre F., Jean-Claude L., Franck Z.

  • Individuel : Jean-Yves C.

 

TPST : 6h00

Photos

 

Première sortie de l'année, nous nous retrouvons au Carré d'As à Ponte Leccia. Pas d'embrassades pour souhaiter les vœux. Après un petit café nous nous remettons en route pour aller vers la cavité.

Une belle montée nous attend, environ 150 m de dénivelé pour 40 minutes de marche sous un ciel chargé. La végétation n'a pas trop augmenté depuis la dernière visite, nous arrivons à nous frayer un chemin. Il faut suivre les marques jaunes. Nous passons au pied de la fameuse pierre bleue, nous voilà à l'entrée de la cavité. Nous découvrons qu'elle est même mentionnée sur la carte Iphigénie. Il bruine légèrement mais nous réussissons à allumer un feu sans utiliser de produit dopant.

Franck descend en premier, Micca et Jean-Claude le rejoignent. Ils seront vite doublés par le reste de l'équipe car ils vont brocher la cavité.
Les spits de cette cavité se dégradent relativement rapidement et plutôt que d'en planter des nouveaux, qui ne dureront qu'une dizaine d'années, l'option brochage inox a été privilégiée, sachant qu'en plus les emplacements disponibles se font plus rares.
Le brochage de la cavité a débuté en janvier 2016 par le plan incliné qui suit l'entrée, la vire et le 1er puits. En mars 2019 deux nouvelles broches ont été posées pour le début de la main courante menant au 2ème puits.
Cette fois-ci, c'est au tour de la vire menant au 2ème puits avec 4 nouvelles broches, ainsi que le plan incliné et le 3ème puits d'être rééquipés. C'est ainsi que 9 broches seront posées par Jean-Claude assisté de Micca. Dans la journée, la boite neuve d'ampoules sera quasiment vidée, il n'en restera plus qu'une seule. La cavité est maintenant entièrement brochée, du moins sur sa partie initiation. Les compléments d'équipement se feront éventuellement en amarrages forés.

Une plaquette vrillée au numéro 73 refait son apparition, elle a dû être oubliée lors de la dernière visite. Tout le monde remonte, Micca déséquipe. La dernière main courante sera déséquipée par Jean-Claude qui est plus expérimenté pour ça. Nous revoilà à la surface, nous partageons un bon repas et le président devient roi pour la journée.Haut de page

Comme d'habitude, descente à la nuit tombante vers les véhicules.

Micca/JCL

 

Poursuite de l’inventaire entomologique des cavités corses pour Wanda et HP.

Petar Beron avait écrit en 1970 : « les 33 grottes corses plus ou moins étudiées donnent une idée assez exacte de la faune cavernicole corse et les recherches futures ne sauraient être de nature à beaucoup changer cette idée et plus spécialement les troglobies ».
En 2 ans nous avons déjà découvert 8 nouvelles espèces. I Luminelli n’est mentionnée ni dans le Rémy ni dans le Béron, donc l’inventaire en est nécessaire. On recherche en particulier l’araignée Troglohyphantes Cyrnaeus, endémique de la Corse et pour l’instant retrouvée uniquement à Butrone. L’altitude de 847 mètres est compatible avec son biotope ; la cavité est très riche en draperies et l’on sait que Troglohyphantes aime à tisser des toiles horizontales dans leurs creux. On recherche aussi isopodes, myriapodes et araignées.

L’équipement assez long de la grotte du fait de l’obturation de presque tous les spits laisse des temps d’attente dont nous profitons. Au bas de la cheminée du départ on ramasse quelques isopodes, on laisse tranquille un myriapode juvénile. En haut du Tobogan un tas de bouteilles vides témoigne de la pose de pièges antérieure qui n’est mentionnée dans aucun compte rendu des Topi. Les couloirs de la cavité et le fond, salle de la glace au café et fond sont abiotiques ; aucune chauve-souris visible malgré la présence de guano.

Abandonnant les autres, HP remonte lentement le P12 et le P9. Pas de Troglohyphantes, 3 araignées à identifier, une tique à carapace claire et bordure noire, une grosse méta, quelques dolichopodes. Bilan assez maigre donc mais la saison ne s’y prête pas. Il faudra revenir au printemps et explorer les autres cavités du complexe de Querceta Tonda.

PHP

 

Première fois que Franck équipait cette cavité. La première partie (P9) est brochée et ne pose pas de problème. Nous équipons la petite vire qui est un peu technique car le déplacement se fait en opposition et la broche intermédiaire est cachée.

Le reste de l’équipement est spité, c’est la galère car la plupart des spits sont oxydés ou partiellement bouchés : le temps d’attente entre chaque agrès augmente. Après le P12 Franck installe une longue main courante jusqu’à la tête de puits qui est spectaculaire à équiper car au-dessus du puits. Le réglage du nœud est fait pile poil pour éviter les frottements. Arrivé dans la salle de la glace à café on s’aperçoit tout de même que la déviation pourrait être utile lors de la remontée. Elle sera donc installée. Franck est alors rejoint par Jean-Yves puis Michèle. Ces derniers sont descendus en désescalade de l’autre côté de la glace à café.

Un dernier P8 et un ressaut de trois mètres et nous nous retrouvons à -60 mètres. Puis Franck partira en solo, exploré la salle de la glace à café, le ressaut de 3 m et jusqu’à la tête de puits du 20 m et remontera en escalade jusqu’au P12.Haut de page

À la sortie le feu est activé et alimenté par HP et Wanda puis Jean-Yves. Michèle et Franck vont jusqu’au trou du bulbe. Michèle ne visitera pas la totalité de la cavité. La visite fera l’objet d’une prochaine journée de spéléo. Nous commençons les grillades en attendant le retour de l’équipe de brocheurs. 

FZ

 

 

Mercredi 5 janvier 2022

Spéléo-VTT, prospection

Monte di Tuda, Oletta

 

Participants

  • ITP : Jean-Claude L.

 

Tracé

 

Nouvelle sortie VTT avec une arrière-pensée spéléo. Il s’agit cette fois de faire une reconnaissance prospective du Monte di Tuda, sommet caractéristique des environs d’Oletta. Il a été en partie rongée par une carrière de calcaire et une cavité y est déjà recensée en contrebas de la piste menant au sommet, la grotte du Calvaire. Une visite de cette cavité imposera de s’armer de ce qu’il faut pour franchir la barrière végétale. Une petite prospection du sommet dans les années 2000 n'avait rien donné, mais un nouveau regard peut donner des idées.

Montée très raide imposant de mettre pieds à terre sur les sections caillouteuses. Deux pylônes de télécommunication profitent de la vue dégagée, une croix est également posée au sommet, c'est le terminus du Calvaire. Petite prospection de la zone sommitale, du beau calcaire bleu et homogène, du Sinémurien d'après Info Terre. C'est certes du Jurassique inférieur, mais il présente une belle apparence. Il faudrait envisager d’y revenir pour une prospection plus sérieuse. Il est même envisageable d'y faire une journée de perfectionnement aux techniques d'équipement falaise, la hauteur au niveau du front de taille de la carrière est estimée à une cinquantaine se mètres ...

Redescente vers Oletta par le nord en empruntant un chemin également bien raide. Là aussi du calcaire est traversé …

Retour au stade, point de départ de cette virée spéléo-vététesque. En face du parking quelques agents municipaux terminent leur vacation. Petite discussion, le chef connait la grotte du Calvaire et il a également entendu parler d’un gouffre où les cailloux tombent, tombent … Il se situerait vers le col Saint Antoine près d’une source. Le rapprochement avec les trous de San Reginu est évident mais il serait connu sous le nom de « U Missoghju* » !
Ceci clorait l’hypothétique projet de recherche de cette cavité s'il s'avère qu'un seul Missoghju existe ...

JCL

 

* missoghju : escarpementHaut de page

Inzecca in un’erpale, in una calanca, in una zenna duv’ellu s’entre senza pudè più sorte: caccià capre di i missoghji cù fune è canapi.

Référence : https://adecec.net/infcor/

Proposition de traduction : entaille dans une falaise, dans une calanque, dans un crête où on entre sans plus pouvoir sortir : sortir une chèvre d'une faille avec une corde de chanvre.

 

 

Samedi 8 janvier 2022

Spéléo, visite, équipement

Aven de l'Avaloir, Barbaggio

 

Participants

  • ITP : Amal D., Henri-Pierre F., Éric G., Jean-Claude L., Marie Pierre R., Franck Z.

 

TPST : 4h30

Photos

 

Et si on se faisait peur en ce début d'année 2022 ! L'aven de l'Avaloir est mis au programme du weekend. Si la première partie de la cavité est raisonnable, un puits d'une dizaine de mètres aboutissant dans une salle de belle dimension, la suite demande un peu plus d'engagement. Une galerie mène au fameux boyau de la Râpe à Bois qui précède un petit puits à l'équipement délicat.

Pour l'historique de cette cavité se reporter au compte-rendu du Vendredi 9 mars 2018.

La dernière fois que le boyau a été franchi remonte au 19 janvier 2008, une paille. Faut dire que son franchissement a de quoi refroidir. Et s'il n'y avait que ça, il faut ensuite sortir du boyau en restant à l'horizontal et en opposition au-dessus du vide jusqu'à ce qu'un redressement à la verticale soit possible. Il ne reste plus alors qu'à équiper le puits et descendre. Pas étonnant que ce soit toujours le même à avoir équiper le boyau et le puits qui suit :-)

Première surprise de la journée, il fait un froid de canard là-haut, renforcé par une bonne bise d'ouest. Nous nous garons au niveau de l'épingle qui suit le stand de tir. D'ailleurs, les tireurs sont là et ils ne tardent pas à tirer des coups, ça fait peur !

Deuxième surprise, le trou est bouché. Enfin, pas entièrement bouché mais une grille remplace les petits murets de protection. Mais celui qui a fait ça, apparemment un Léon, a eu la lumineuse idée de poser une grille pivotante. Il faut toutefois aller chercher un pied de biche dans le Def pour pouvoir décoincer les gonds. Peu enclin à refermer la grille derrière nous, et sur la corde, Franck met sa voiture en protection avant le trou. Pendant ce temps JC équipe la cavité. Premier puits sans souci et regroupement dans l'alcôve des mouches. Reste maintenant à franchir ce fameux boyau qui génère tant de haine. Il a quand même été bien malmené ce boyau, sur les cinq mètres de longueur à l'origine, il ne reste plus qu'un mètre à mériter vraiment le nom de boyau. Passage et redressement acrobatique, il ne reste plus qu'à équiper le puits en mono-point. La C13 prise par précaution à la place d'une C10 suffit à peine pour arriver en bas du puits. Éric puis Amal retrouvent ainsi JC en bas du puits.

Derrière ça suit, presque. MP se retrouve bloquée au bout du boyau, le torse est passé mais le bassin coince. Quelques longues dizaines de minutes plus tard, elle arrive à faire marche arrière avec l'aide de Franck et HP qui ont réussi à accrocher une corde à son baudrier et à l'aider à reculer.

Cet épisode quelque peu angoissant aura calmé les ardeurs de Franck et HP qui préfèrent en rester là. Le trio vainqueur visite la salle concrétionnée ainsi que le siphon de sable où le seau laissé lors des tentatives de désob est presque entièrement recouvert de sable et de graviers. Il est bien sûr envisagé d'y revenir pour continuer le dégagement de ce passage prometteur, on voit derrière que ça continue ...
Il est également question de tenter l'escalade qui permettrait d'atteindre la suite du boyau de l'autre côté de la salle. Il faudra pour cela prendre des pitons, la prochaine fois ...

Des traces de sédiments sur les parois laissent à penser que les mises en charge du réseau doivent être impressionnantes ...

Retour en surface sans problème. JC déséquipe le puits infernal mais ajoute un spit à sa tête (depuis le temps ...). Il faut modifier la topo et prévoir une C15. Franck déséquipe le puits d'entrée, fermeture de la grille.

Le projet de faire les grillades dans le maquis est abandonné, il fait frisquet et le bois n'est pas très abondant aux alentours. C'est donc au local que se feront les grillades. Grillades est le bon mot puisque le barbecue de foire est installé dans la baignoire (qui a bien pu avoir cette idée farfelue :-). Il faudra tout de même l'aide du décapeur thermique pour allumer le charbon de bois. Et la fumée ? Il y a bien l'extracteur d'air juste au-dessus, mais il s'est avéré très insuffisant et malgré l'ouverture du vasistas et la mise en marche des ventilateurs, le local se retrouve de plus en plus enfumé, et les topi aussi ... Bonne rigolade quand même en savourant ces grillades originales :-))Haut de page

Entomo : opilion et métas dans la 1ère salle et dans le Colimaçon : myriapode, collemboles, et ce qui ressemble à un Staphylin des grottes, mais sa taille (25 mm) laisse à penser que c'est plutôt un staphylin épigé tombé dans la cavité par une anfractuosité. Pas de chauve-souris.

JCL 

 

 

Samedi 15 janvier 2022

Canyon interclubs

Ruisseau de Torbia, Antisanti

 

Participants

  • ITP : Michaël D., Jean-Claude L., Franck Z.

  • Corse Canyon : Alexandre C., Jean-Marcel V.

 

TPEC : 3h00

Corde : 40 m

Photos

 

Reportée depuis plusieurs weekends et sollicitée par Micca, nous avons finalement programmé cette sortie prometteuse : découvertes d'un nouveau canyon et d'une nouvelle faille.

Le ciel est dégagé mais une température très fraîche aura raison du nombre de Topi présents au lieu de rendez-vous situé au PN4. Seuls JCL et Franck quittent les lieux vers 8h30 et se dirigent vers Alistro/Canale Di Verde afin de rejoindre le trio Micca, Alex et Jean-Marcel. La pause-café permet de présenter la journée et de prendre quelques forces afin d'affronter le froid hivernal et l'eau glaciale du canyon.

Nous quittons la boulangerie en direction d'Aleria puis la T50 qui mène à Corte. Au bout de quelques kilomètres nous stationnons le véhicule au bord de la route sur un petit parking qui surplombe le Tavignano. Alex nous montre la sortie du canyon située en rive droite du Tavignano. La gerbe d'eau nous donne une indication sur le débit du ruisseau et laisse présager un saut. Nous transvasons les kits afin de réaliser une navette vers le départ du canyon situé avant le village d'Antisanti. Petite déconvenue, Micca a oublié ses chaussures canyon. Nous attendrons Carine qui a fait la liaison et nous pouvons reprendre notre périple. Les 34 kilomètres de navette semblent interminables jusqu'à une épingle, point de départ du canyon sur un petit chemin forestier. Le chemin est bien tracé, nous passons devant un des affluents sec du ruisseau dans lequel repose la carcasse d'un vieux poids lourds. Il faudra tenter de descendre par là pour rejoindre le ruisseau lors de notre prochaine visite.

Nous continuons le chemin qui se rétrécit alors et devient légèrement maquisant. Le sécateur de JC est en action sur quelques mètres, puis le chemin sera dégagé jusqu'à un petit ruisseau, un autre affluent du ruisseau de Torbia.

Le faible débit permet d'éviter les vasques et les marches en bloc. Cette première partie ne présente pas trop d'intérêt. Nous arrivons enfin à la jonction des affluents point de départ de la deuxième partie de ce canyon. Nous regrettons un peu de ne pas avoir pris le premier affluent car ce dernier se termine par un enchainement de deux belles cascades. Le canyon est sauvage, verdoyant et se situe en sous-bois. Un petit arrêt permet de s'équiper convenablement avec le haut de combi. La suite est une suite de vasques, petits biefs, toboggans et quelques sauts. De nombreux passages encaissés et concrétionnés sont magnifiques, nous ne profitons pas de ces paysages car l'eau gelée nous congèle l'organisme. Nous arrivons sur un campement laissé à l'abandon, tentes, tables, chaises, caisses en plastique jonchent le sol. Mais pas de trésor…

Le canyon aboutit à un très beau rappel de 18 mètres dans une goulotte qui finit dans une vasque: la corde de 30 mètres est un peu courte. L'amarrage : un AN, une corde de plus de 10 ans dont on ne distingue pas la couleur à cause de la mousse verte qui a poussé dessus n'inspire pas confiance. Bon !!! ça passe, mais il faudra penser à son remplacement si on refait ce canyon. Nous arrivons enfin au-dessus du Tavignano qu'il faut traverser. Deux possibilités, un saut après une désescalade ou installer une corde autour d'un amarrage « brindille ». Jean-Marcel est déjà de l'autre côté suivi d'Alex. Nous installerons la corde JCL et Micka descendent en rappel. À les entendre on comprend que la température du Tavignano est pire que celui du canyon. Franck hésite à récupérer la corde et effectuer le saut mais finira par descendre en rappel. Une fois dans l'eau, le courant et la traction de la corde l'empêche de nager convenablement afin de rejoindre l'autre rive. L'aide d'Alex sera la bienvenue. Il faudra ensuite trois personnes pour rappeler la corde qui est coincée dans les branches. La remontée tout droit dans le maquis en direction de la T50 nous permet de nous réchauffer. On appréciera tous d'enfiler des habits chauds et secs.

Nous repartons vers Antisanti afin de récupérer le van puis nous rendre vers Teppa pour manger un morceau. Au bord de la route nous trouvons une cabane de chasseurs et un petit foyer aménagé avec des pierres pour faire le barbecue. Quelle aubaine !!! Le feu est rapidement mis en route et les bouteilles ouvertes. Le gueuleton est salvateur… Nous repartons vers 17h00, la nuit commence à tomber, et arrivons au départ de la piste, le lieu-dit Teppa indiqué par JC. Une barrière fermée bloque l'accès. Une dernière tentative pour prendre contact avec des riverains reste veine. Nous quittons les lieux un peu déçus de ne pas avoir pu prospecter et repérer cette faille.

Nous arrivons sur Biguglia aux alentours de 19h00. Bien qu’inachevée, nous avons passé une bonne journée en compagnie de deux fous furieux de Corse Canyon. À refaire mais au printemps…

Franck

 

Une découverte incongrue sur le parcours une quinzaine de mètres au-dessus du canyon, un campement abandonné. Des bâches servant de tapis de sol éparpillées, des tables, des chaises, des ustensiles de cuisine, une plancha avec sa bouteille de gaz, des tentes plus ou moins debout, des caisses, des bouteilles, des boites de conserve, un vrai capharnaüm. Une installation en plein nulle part prévue sur la durée. Pour quelles raisons ? Travaux forestiers, planque, c'est un mystère. Un indice toutefois, une image iconique plastifiée traine au milieu des immondices. C'est apparemment une Vierge à l'enfant de style orthodoxe. Au dos, ce qui semblerait être une ou des prières écrites en alphabet cyrillique.

De retour devant un ordinateur, la traduction des textes confirme bien l'origine orthodoxe de cette image. C'est une Vierge à l'enfant, Kazanskaïa, Notre Dame de Kazan, une icône particulièrement révérée par l'Église orthodoxe, spécialement par l'Église russe (https://fr.wikipedia.org/wiki/Notre-Dame_de_Kazan).Haut de page

Un bon nettoyage laisse apparaitre une feuille d'olivier et un peu de terre (russe ?) insérées dans le plastifiage. Tout ça a de quoi alimenter l'imagination ...

Traduction

JCL

 

 

Samedi 22 janvier 2022

Spéléo - équipement falaise, visite cavité

Falaise de Monte di Tuda, grotte du Calvaire - Oletta

 

Participants

  • ITP : Éric G., Jean-Claude L.

  • Individuel : Jean-Yves C.

 

TPST : 1h00

Photos

 

L'entrainement secours ayant été reporté, c'eut été dommage de ne pas profiter du beau temps annoncé pour ce weekend. Une petite reconnaissance en VTT avait permis d'envisager un équipement de l'ancienne carrière de Monte di Tuda. Deux topi et demi se donnent ainsi rendez-vous au local par ce frais mais ensoleillé matin d'hiver. La rutilante machine à café manque de grains à moudre et seuls les 2 premiers arrivés bénéficient du chaud breuvage. Le 3ème se contentera de la mouture de la grand mère.

Préparation du matos, JC est optimiste. Cordes de 62, 55, 25 et 20 mètres, 30 mouskifs, les 2 petits perfos, 2 trousses à spits, quelques sangles et protège-cordes, heureusement pas de marche d'approche en perspective.

Une piste permet d'atteindre pratiquement le sommet du Monte di Tuda, montagne caractéristique des environs d'Oletta. Elle domine la plaine et outre le fait d'avoir été rongée par la carrière, elle sert également de point haut pour un réservoir d'eau et pour un pylône de télécommunication qui concurrence une croix, terminus d'une Via crucis. La proximité des émetteurs n'est pas très rassurante, mais nous sommes probablement à l'extérieur du cône d'émission.

Pendant que JY prospecte les alentours, le nouveau petit perfo est rapidement mis à contribution. 2 spits sont posés, puis 2 intermédiaires. Avant de poser les 2 spits de fin de main courante, une reconnaissance est effectuée afin de s'assurer que l'équipement peut se poursuivre. Un dernier spit est planté en bas d'un petit plan incliné, une sangle à frotter permet de descendre jusqu'au premier palier intermédiaire. Malheureusement la paroi verticale créée par le front de taille est très fracturée et poursuivre l'équipement peut s'avérer risqué. Dommage, le site aurait permis de belles voies très aériennes.

A noter le beau vol plané du marteau à spit qui s'est échappé du bras de JC lorsque ce dernier a enlevé son gant. Après un rebond sur le premier palier, il a fini son vol sur le deuxième, une trentaine de mètres plus bas. Éric s'est chargé de le récupérer après contournement des à-pics.

Le nouveau perfo s'est montré bien vaillant, il a foré 5 trous et demi et sur l'indicateur de charge 2 LED sur 3 sont encore allumées. Le demi-trou correspond à un forage non terminé suite bulle d'air dans le calcaire (photo dans l'album).

Un peu dépités nous décidons d'ouvrir une première bouteille. Remède très efficace et c'est dans la bonne humeur que nous partageons de savoureuses grillades. Par précaution médicale nous décidons d'un rappel, une 2ème bouteille est vidée.

Deuxième partie du programme de la journée, la grotte du Calvaire. C'est une petite cavité découverte en 2000, appelée ainsi à cause de la proximité d'une probable station du chemin de croix menant au sommet.

Les coordonnées et les souvenirs ténus de JC permettent de situer approximativement la cavité. Le chemin d'accès n'existe plus et c'est par une descente directe à travers la végétation que l'entrée est atteinte sans même utiliser les sécateurs et coupe-branches.

C'est une fracture de décompression, là-aussi dans du Jurassique inférieur. Un ressaut d'entrée de quelques mètres permet de poser les pieds dans une galerie relativement étroite. Encore quelques ressauts et passages entre les blocs et nous voilà au point bas de la cavité à -16 m. La cavité est assez sèche, juste un peu de suintement localisé. Peu de faune, seulement 3 petits rhinos, quelques araignées, isopodes et les traditionnels dolichopodes.

Remontée vers la piste par un autre cheminement. Petite discussion avec 2 promeneurs, l'un d'eux nous informe de l'existence d'une grotte sur le versant nord-ouest du mont. Cette cavité aurait été explorée et étudiée parHaut de page des spéléos et archéologues. Confusion avec la Grotta de Campo al Console ? Un coup de fil à sa tante brouille encore plus les pistes car elle situerait la cavité plutôt vers Oletta. Il n'empêche qu'une prospection plus complète de ce massif est à envisager.

JCL

 

 

Samedi 29 janvier 2022

Spéléo, première

Faille de Punta Vessa, Aghione

Extra : bains de Puzzichellu

 

Participants

  • ITP : Michèle Cl., Amal D., Michaël D., Jean-Claude L., Marie Pierre R., Franck Z.

  • Individuel : Jean-Yves C.

 

TPST : 1h45

Tracé

Photos

 

« ../.. une longue et profonde faille s'ouvre sur un ensemble rocheux. La profondeur de la faille semble importante. Lorsqu'on y jette une pierre on l'entend rebondir plusieurs fois entre les parois ../.. ». Un message reçu sur la boite du club qui a de quoi mettre le baudrier à la taille d'un spéléo normalement constitué !

Une reconnaissance avait été tentée lors de la dernière sortie canyon dans le secteur, mais la tombée de la nuit nous avait fait abandonner le projet.

Cette fois-ci c'est l'objectif principal de la journée, et cette journée s'annonce belle et ensoleillée.

Premier regroupement au PN4, puis café au carrefour des T10 et T50.

Direction maintenant le petit hameau de Chioso, commune d'Aghione. Nous sommes pratiquement au terminus d'une petite route de bout du monde.

Nous laissons la barrière où nous avions renoncé le 15 janvier et continuons jusqu'au 2ème départ de chemin, option recommandé par un berger avec qui Micca avait pu discuter quelques jours auparavant. Quelques échanges avec un habitant du hameau, celui-ci nous recommande également cette option. Il connait la cavité et nous accompagne même sur quelques dizaines de mètres.

Le chemin prend un air de bocage normand avec un talus de chaque côté. Il rejoint une piste qui nous mène directement à la base d'un grand bloc rocheux, la Punta Vessa1. Nous le contournons par la droite et arrivons sur sa partie supérieure, la faille s'ouvre devant nos yeux.

C'est une grande fracture longue d'une trentaine de mètres, large d'environ deux. Première tentative de désescalade côté nord par JY mais il se retrouve bloqué à quelques mètres du fond. Le reste de l'équipe opte pour l'extrémité sud qui est plus ouverte. Équipement sur arbre puis désescalade jusqu'à un gros bloc coincé entre les 2 parois. Tentative de pose d'un amarrage Multi-Monti2, vis se vissant directement dans la roche, mais celle-ci semble bien plus dure que le calcaire et la vis rend l'âme. 4 protèges-cordes seront nécessaires pour palier aux frottements et arriver au fond. Nous sommes à 10 mètres de profondeur, loin des 70 annoncés, mais nous avons l'habitude ...

La galerie est explorée sur une vingtaine de mètres vers le sud où une escalade permet de rejoindre la surface, seule Amal réussit à passer l'étroiture ...

La paroi Est présente une couleur rougeâtre, l'Ouest est plutôt verdâtre. Une consultation d'Infoterre précise que la rouge est une radiolarite (Jaspes à Radiolaires), la verte serait dans les schistes lustrés. Le secteur est au croisement de 4 cartes géologiques sans concordance des séries. Les parois ont un profil complémentaire, ce qui confirme une origine tectonique de cette faille.

Côté nord, un ressaut permet d'atteindre une petite alcôve, terminus d'une chèvre fatalement égarée. Quelques striures sur la paroi laissent imaginer qu'elle a dû s'exciter contre la fatalité.

Bilan : un développement visité d'environ 20 mètres et un point bas à une quinzaine de mètres de profondeur. Trois petits rhinos sont observés ainsi qu'une minuscule araignée difficile à photographier.

Remontée générale en gérant au mieux les frottements, la corde s'en sort bien.

Le retour s'effectue par l'autre option d'accès. Une piste descend jusqu'à une bergerie et nous arrivons ainsi devant la dernière barrière. Celle-ci est gardée par 2 ânes qui nous regardent dubitativement, nous faisons de même. Le courant semble passer, ils nous laissent franchir cette barrière libératrice.

Retour aux véhicules par la route, rapport de visite à l'habitant du matin et direction le « Restaurant ». Nous apprenons que c'est le nom donné à l'espace de pique-nique déjà utilisé après la dernière sortie canyon.

Comme précédemment, les braises sont encore chaudes et le feu n'a pas de mal à redémarrer. La cabane de chasseurs qui se trouve à proximité nous fait penser à notre casetta. On y sent l'ambiance des travaux de construction et d'aménagement, les graillous, les bouchons qui sautent dans la bonne humeur.

Il est encore tôt et la visite envisagée des bains de Puzzichellu peut agréablement compléter cette journée. Pas assez tentant pour Michèle et JY qui nous quittent pour des aventures plus chiroptérologiques.

Ces bains d'eaux sulfureuses étaient connus dès l'antiquité pour leurs vertus en ORL, en pneumologie, en rhumatologie ou encore en dermatologie. Ils ont plus ou moins bien traversé les siècles jusqu'à leur fermeture définitive en 1939. Des projets de réhabilitation sourdent de façon intermittente, un parking en terre battue a même été aménagé dans les années 2000, mais les velléités ne sont pas pérennes.

Nous garons le véhicule près de l'ancien hôtel et nous descendons vers le ruisseau de Puzzichello. Visite de quelques ruines au passage où 2 petits rhinos sont observés en plafond des pièces les plus sombres. L'odeur d'œufs pourris prévient de la proximité des sources où l'eau prend une couleur gris-bleu. Fallait être malade pour se baigner là-dedans. Ceci dit, c'était justement la raison principale des cures ...

Les bâtiments de bains qui longent le ruisseau sont en très mauvais état, ce patrimoine unique ne verra probablement pas le prochain siècle.

Autres infos :

http://eaux-minerales-oubliees.over-blog.com/article-35808529.html

https://www.corsicamea.fr/paesi/puzzichellu.htm

Fin d'une journée multi-facettes comme on les aime, avec un volet spéléo, de la première de surcroit, les traditionnelles grillades, et un volet touristico-culturel avec la visite d'un lieu d'un autre âge.

JCL

 

1 Informations communiquées par notre indicateur sur l'origine probable du nom de ce site :

« Comme toutes les langues non écrites, le corse a connu de nombreux changements dans le temps.

En ce qui concerne le nom du site, on entend habituellement prononcer « Punta Vessa ». Il s'agirait en fait d'une déformation du mot fessa. En effet, Infcor-Adecec donne comme traduction pour les mots fessa, sfessa : fente, fêlure, fissure.

Autrefois, les animaux étaient identifiés grâce à une marque sur l'une ou les deux oreilles. Ce signe de reconnaissance appelé « u segnu », pouvait être une encoche, une pointe coupée ou une fente. On disait alors que la bête avait une « orecchja sfessa ».Haut de page

La pratique n'est pas seulement locale. Elle est, ou a été en usage dans plusieurs parties du monde, comme chez les éleveurs Peuls, les Lapons ou les manadiers de Camargue qui font une « escoussure » !

Toussaint S. »

 

2 https://forum.ffspeleo.fr/viewtopic.php?id=3986 et https://www.speleo-secours.fr/?p=713

 

 

Dimanche 20 février 2022

Spéléo, visites cavités

Trous du Bulbe et de Cassiopée, Morosaglia

 

Participants

  • ITP : Éric G., Marie Pierre R., Franck Z.

 

TPST : 1h30 + 1h00

 

 

CR à venir, peut-être

 

 

Samedi 26 février 2022

Spéléo, visites cavités

Trous de Cassiopée et du Bulbe, Morosaglia

 

Participants

  • ITP : Antoine B., Michèle Cl., Amal D., Éric G., Jean-Claude L., Noël R.

  • Individuel : Jean-Yves C.

  • Invitée : Ève A.

 

TPST : 2h + 1h30

Photos

 

Bis repetita placent ? Reprogrammation des mêmes cavités visitées la semaine précédente. Ces cavités « fond de tiroir » sont rarement programmées et inconnues de la majorité des topi. Première en 2000, puis 2 visites en 2006, puis plus rien, réveil du volcan 16 années plus tard.

Un beau soleil nous accueille au parking de l'épingle avec un vent plus faible qu'annoncé. Cassiopée est retrouvée grâce au GPS, l'entrée est toujours en partie obturée par des fers à béton retenant quelques pierres plates.
Quelques branches complètent symboliquement la fermeture.

L'équipement est simple, 2 spits, dont 1 avec sangle à frotter, permettent de descendre le petit puits d'entrée. Ne pas rester en bas de ce puits en raison des risques de parpinage. La même corde permet d'équiper avec un AN le petit ressaut suivant accessible via une première chatière. Encore 2 chatières et voilà le P8 équipé par 2 AN en tête de puits, suivi par un dév sur AN également.

La galerie terminale est bien plus vaste avec un plafond à plusieurs mètres de hauteur. Belle coulée de calcite qui permet d'escalader la paroi, nous sommes à une cinquantaine de mètres du réseau d'I Luminelli.

La cavité est fraiche, 16 petits rhinos et 4 grands sont comptabilisés ainsi qu'une tique Ixode et ce qui semble être la mue d'une autre.

Retour en surface, le trou est rebouché avec des branches fraichement coupées.

Direction I Luminelli maintenant pour reprendre des forces. Petite visite de la doline d'effondrement intermédiaire, elle se trouve à mi-chemin en les 2 cavités. Un bon courant d'air chaud en sort, il serait intéressant d'y revenir pour étudier une éventuelle désob.

Repas topinesque sous un beau soleil, finalement le fort vent annoncé sera assez timide.

Petite visite du trou de Hans avant de descendre dans le Bulbe. Là-aussi une désob est toujours dans les projets malgré l'absence de courant d'air.

Par contre le Bulbe souffle bien et la cavité est bien plus chaude que Cassiopée, d'ailleurs on n'y dénombrera aucune chauve-souris. Par contre la cavité semble propice à la reproduction des dolichopodes ...Haut de page

La partie finale est bien concrétionnée mais elle se mérite, une faille étroite peut être piégeante si on se laisse entrainer dans sa partie basse ...

Retour en surface, puis aux véhicules et une fois n'est pas coutume, il fait encore jour !

JCL

 

 

Dimanche 6 mars 2022

Spéléo, visite cavité, prospection, première

Grotte A Teppa di u Lupinu, Faille du Berger, Santo Pietro di Tenda

 

Participants

  • ITP : Michèle Cl., Albert D., Jean-Noël D., Jean-Claude L., Marie Pierre R.

  • Individuel : Jean-Yves C.

  • Le toutou : Bosco

 

TPST : 1h

Tracé

Photos

 

A l'origine de cette sortie, une information recueillie par Michèle auprès d'un berger sur une faille située sur les hauteurs de Santo Pietro di Tenda. Info confirmée par le propriétaire de l'ex couvent San Pietru (il s'était même brulé les mains en descendant avec une corde ...). Info à recouper avec une archive du club signalant une faille non explorée de 80 m de profondeur dans le même secteur.

C'est une belle journée de prospection qui commence d'abord par du connu, la grotte A Teppa di u Lupinu, accessible par une piste coupant le ruisseau de Lavandaio. C'est une (re)découverte des topi en 2001, qui a fait l’objet de fouilles en 2003 et 2004 par Michèle Salotti, complémentaires à celles réalisées au début du 20ème siècle par Forsyth Major. Fouilles qui ont révélé une occupation datant du néolithique moyen avec découverte de céramiques, fragments d’obsidienne et de nombreux fossiles d’animaux.
Une autre particularité de cette cavité, une géode métrique comportant de grands cristaux de calcite. Par chance, les vaches semble aimer ce lieu et le chemin est tout tracé jusqu'à la cavité. Dicton inversé : s'il n'y avait pas eu de m....s de vaches on aurait été dans la m...e !

La rando continue, visite d'un ensemble pastoral peu avant la Bocca a Canali, où s'offre à nos yeux une belle vue sur les Agriates et le golfe de Saint Florent. Emportés par notre élan nous avons loupé la bifurcation vers le bon chemin. Celui-ci est rapidement retrouvé, puis de nouveau abandonné quelques centaines de mètres après pour s'enfoncer dans le maquis en direction des barres rocheuses où se situerait la faille recherchée. Nous en trouvons une, correspondant probablement à celle indiquée par le berger. C’est un décollement subvertical d’une dizaine de mètres de profondeur, idem de long, une soixantaine de cm de large. Au fond, une trémie instable souffle de l’air chaud. Des racines sortent de la paroi avant de disparaitre un mètre plus loin. Descente en mode boite aux lettres avec installation d’une corde d’assistance.

La rando continue en sinuant sur les escarpements rocheux mais la faille de 80 m de profondeur figurant dans les archives du club restera … dans les archives du club. À suivre après prise d'infos complémentaires …

Visite d’un nouvel et magnifique ensemble pastoral composé de pagliaghju, casgile et divers abris.

Aucune chauve-souris aperçue de la journée.Haut de page

Le retour à Santo Pietro se fait via le col San Bernardino puis Poggiolo.

Grillades au bord du lac de Padule pour terminer agréablement cette journée. L'humanité peut se rassurer, s'il faut refaire l'histoire et le monde, nous sommes là !

JCL

 

 

Dimanche 27 mars 2022

Spéléo, déséquipement

Grotte des Monoxyles, Lano

 

Participants

  • ITP : Michèle Cl., Michaël D., Jean-Claude L., Jean-Luc S., Franck Z.

  • Individuel : Jean-Yves C.

 

TPST : 0h15

Photos

 

Installée entre le 26 mars et le 15 avril 2017, la via ferrata des Monoxyles avaient été posée afin de faciliter l'accès à la cavité sépulcrale de Laninca pour les archéos. Elle a donc été utilisée pour les 2 dernières campagnes de fouilles.

Il était prévu qu'elle reste en place jusqu'à la dépose de la plateforme, ceci étant fait depuis plusieurs mois il était temps de remettre la falaise dans son état d'origine, à quelques trous près. Dépose également nécessaire pour éviter que quelques hurluberlus ne l'utilisent sans l'équiper d'une corde de sécurité. En effet, les barreaux et la main courante rigides n'étaient que des aides à la progression, en aucun cas des agrès d'assurage.

Nous voilà donc au Carré d'AS en cette belle journée d'après changement d'heure, qui n'a généré aucun retard. On se tasse dans les 2 véhicules utilitaires qui disposent chacun de 3 places à l'avant, le compte y est.

Le Partner est laissé en début de piste et c'est maintenant à 6 dans le Def que l'on emprunte la piste. Ce dernier pourrait presque parcourir le chemin les phares fermés tellement il y a roulé. Le petit pont sur l'Aninco a été restauré, plus besoin de bien viser l'étroit passage. RAS sur la piste, le terminus est atteint sans encombre.

On se répartit le matos et direction la falaise. Le chemin ouvert pour les fouilles est encore à peu près visible, passage devant la grotte du Bouc, l'abri du Lecciatorta et nous voilà sur l'autel des sacrifices, à la verticale de la cavité sépulcrale.

Pas de volontaire pour équiper, JCL se dévoue encore une fois. Là-aussi il pourrait presque le faire les yeux fermés. Départ toujours bien aérien, la corde guide est toujours bien tonchée et l'arrivée sur le chêne suspendu toujours aussi agréable.

Les tâches se répartissent de façon naturelle. Michèle part en prospection dans les alentours. Franck et Micca se chargent d'équiper la via ferrata et de commencer la dépose de celle-ci. Ils sont arrêtés au milieu du parcours, les abeilles, qui sont toujours là dans une anfractuosité de la paroi, en ont décidé autrement et les vigiles de la ruche font comprendre qu'il n'est pas question de passer. Ils ne déposeront donc « que » les 6 premiers barreaux et 2 longueurs de la main courante rigide. L'extracteur à masselotte bidouillé par Micca est mis à contribution, ça fonctionne mais quelques améliorations sont déjà envisagées. L'essentiel est fait, plus de risque que quelqu'un s'y engage sans installer les sécurités nécessaires.

Pendant ce temps, les 3J (JC, JY et JL) installent une main courante entre les 2 cavités perchées, aucune chauve-souris observée ce jour. Les quelques plaquettes laissées ou oubliées sur place lors des dernières visites sont déposées, certaines de façon acrobatique, elles étaient posées en plafond ...

Franck vient rejoindre le trio avec l'extracteur de barreaux mais un seul est extrait, les abeilles n'aiment pas ce tintamarre et le font comprendre.

Évacuation générale, JY d'abord, puis JL en mode réchappe. Pas facile de remonter avec un machard et un Duck ! Ce sera plus rapide après une piqure d'abeille et l'utilisation d'un vrai bloqueur !

Par obligation JC prend l'option descente, il doit récupérer un de ses gants tombé sur une margelle intermédiaire. C'est Franck qui déséquipe, accompagné par quelques abeilles menaçantes.

Retour au véhicule, découpage des fers à béton en longueurs de 2 m, allumage du feu, débouchage de laHaut de page première bouteille. Le reste est habituel, grillades, palabres, ergotages, voire radotages, sont les ingrédients d'un bon pique-nique topinesque.

Retour à Ponte Leccia pour une bonne mousse, ou autre.

JCL

 

 

Dimanche 3 avril 2022

TUC, Travaux d'Utilité Collective

Assemblée Générale LISC

Local de Montesoro, Bastia

 

Participants TUC

  • ITP : Antoine B., Jean-Noël D., Éric G., Jean-Claude L., Franck Z.

 

Le mauvais temps annoncé et l'AG de la LISC prévue à 16h n'incitent pas à s'éloigner du local, une journée TUC est ainsi proposée aux membres de l'association.

Peu de succès mais les présents sont motivés !

  • remplacement du mitigeur de l'évier par un modèle de compétition (don Sophie M.)

  • peinture du ciel de bar

  • pose d'un disjoncteur pour séparer le circuit aérateur de celui des frigo et micro-onde

  • rangement et tri divers

  • nettoyage du local

  • tri des Spelunca et Karstologia

    • manque les Spelunca 88, 110, 132, 133

    • manque les Karstologia 59 à 64 et 72

A propos de ces revues, tous les numéros en double ont été posés sur la table de salon et peuvent être récupérés par les membres. Ils seront ensuite distribués gratuitement lors de la fête du sport ou donnés aux initiés.

Certains numéros sont téléchargeables sur le site de la fédé : https://publications.ffspeleo.fr/revue.php?id=203

En outre, tous les sommaires disponibles ont été regroupés sur une seule page du dite ITP afin de faciliter les recherches d'articles spécifiques : https://itopipinnuti.pagesperso-orange.fr/spelunca.htm

Un sympathique spuntinu a ponctué cette journée de labeur.

 

______________________________

 

Participants AG LISC

  • ITP : Antoine B., Michèle Cl., Wanda C., Jean-Noël D., Henri-Pierre F., Éric G., Jean-Claude L., Pierre L., Marie Pierre R., Franck Z.

 

L'inquiétude sur un quorum non atteint s'est vite dissipée, à 16h05 l'AG a pu commencer.

Bilans et perspectives habituelles, un changement dans la composition du CA, Éric remplace JCL.

Composition du CA :

  • Jean-Noël DUBOIS, président

  • Henri-Pierre FIOCCONI, secrétaire

  • Antoine BOSCHI, trésorier

  • Wanda COMPARETTI, secrétaire-adjointe

  • Véronique MASSA, trésorière-adjointe

  • Amal DRISSI, membre CA

  • Éric GENOUD, membre CA

Il faut également commencer à réfléchir sur l'avenir de la LISC et au roulement de ses dirigeants.Haut de page

Compte tenu du manque d'information sur le nombre de participants à cette AG il n'a pas été possible d'organiser un pot de l'amitié digne de ce nom.

JCL 

 

 

Samedi 9 avril 2022

Spéléo - aménagement, démaquisage, brochage, prospection

Cast 5, Oletta

 

Participants

  • ITP : Michèle Cl., Dominique D., Jean-Claude L., Marie Pierre R., Franck Z.

  • Individuel : Jean-Yves C.

 

TPST : 2h30

Tracé

Photos

 

Le site de Castiglione est celui qui a reçu le plus grand nombre de visites de la part des spéléos insulaires. Une vingtaine de cavités plus ou moins grandes, entre 2 et plusieurs centaines de mètres de développement, entre 2 et plusieurs dizaines de mètres de profondeur. Si la principale raison de ces visites est l'initiation aux techniques de spéléologie alpine, ces cavités ont également fait l'objet de recherches paléontologiques et entomologiques. Des exercices spéléo-secours s'y déroulent aussi à l'occasion. Ces sorties se terminent obligatoirement par le traditionnel graillou. Simple casse-croûte ou en version pantagruélique, le besoin d'un certain confort s'est accru avec le temps et probablement avec l'âge. A même le sol dans les premiers temps, des aménagements se sont progressivement succédés. Aux blocs rocheux servant de sièges se sont ajoutés des tables en pierres plates entourées de planches servant de bancs, et même une table basse en ferraille y avait été ajoutée.
Une nouvelle étape a été atteinte cette fois-ci, Dumè le grand bricoleur a recyclé des palettes pour confectionner 2 tables en fixe dotées de bancs rabattables. 12 places pour la plus grande, 4 pour la petite, bientôt tous les membres du club pourront s'y attabler en même temps !
L'ancienne table basse en ferraille est déplacée à côté du coin grillades et une petite table pour les punis ou les amoureux est ajoutée à côté de la grande sous l'olivier.

C'est donc Dumé et Franck qui se chargent de l'ameublement du site. Le reste du programme de la journée est assuré ainsi :

- JY et sa débrousailleuse calibreront la piste entre le pylône et les parkings de Cast 2. Gros boulot surtout pour la piste de Cast 2.

- JC, MP et Michèle iront dans un premier temps dans Cast 5. Le but est de poser des broches inox à la place des spits foireux. Une au niveau de la première déviation et une autre en tête du P13. Un trou est préparé en face de cette dernière pour une broche à poser avec des ampoules moins pâteuses. La visite se poursuit jusqu'en bas du P13 pour vérifier le spit de la déviation. Curiosité du jour, une tarente a élu domicile dans une anfractuosité de la première salle ! Troglocène d'un jour, trogloxène toujours ?
Ce trio ira également prospecter la zone de la Cima di u Buttogio en suivant le chemin de crête. Quelques affleurement de cipolin mais peu d'indices d'éventuelles cavités souterraines. Le chemin de crête est même poursuivi jusqu'au point côté 162, il peut s'envisager en VTT. Pas de chauve-souris dans le premier pagliaghju, celui-ci est en bon état avec un joli toit en encorbellement. Le toit du deuxième s'est par contre effondré, donc aucune chance d'y trouver des chiros.Haut de page

Et le graillou alors ? Pas de feu en raison du vent mais les tables ont été inaugurées. Quelques gouttes de vin ont même été versées sur la grande table en libation pour ce lieu sacré de la spéléologie insulaire !

L'aménagement a ainsi été testé et adopté !

JCL

 

 

Dimanche 17 avril 2022

Spéléo, visite, entomo

Grottes A Leccia Torta, du Pressoir, A Sapara - Castiglione

 

Participants

  • ITP : Michèle Cl., Wanda C., Jean-Noël D., Henri-Pierre F., Éric G., Franck Z.

  • Individuel : Jean-Yves C.

  • La toutounette : Nala

 

TPST : 2h30

Photos

 

La grotte A Leccia Torta fait partie de ces cavités oubliées et un peu boudées par les Topi’s. La dernière visite remonte à 2017. Pour ceux et celles qui ne la connaissaient pas c’était l’occasion de vérifier la véracité du dernier compte rendu : A Leccia Torta, fosse septique ? Mythe ou réalité ?

Les premiers protagonistes se rejoignent au local, où JND et Éric préparent le matériel. Ils rejoignent HP, Wanda et Franck au PN4. Et enfin JY et Michèle au « carré d’As » à Ponte Leccia pour le traditionnel café.

Après cette petite pause nous regagnons le village de Castiglione, petite commune sympathique, située au pied des aiguilles de Rundinaia (1658 m) partie d’un ensemble montagneux du massif du Cinto culminant à la Cima a i Mori, 2180m (source Wikipédia).

JY et Michèle en profitent pour effectuer la visite et un comptage chiroptère dans la grotte A Sapara.

Nous profitons d’un beau parking réalisé par la mairie pour stationner nos véhicules et nous équiper.

Joint par téléphone nous prenons un peu de temps pour rencontrer le maire du village et deux administrés. Ils nous indiquent que l’entrée de la cavité se situe en contrebas du village. Cette dernière est rapidement trouvée et l’accès est propre.

Annoncée comme une cavité très humide, la première salle est sèche, de nombreux détritus jonchent le sol (bouteille de bière, boites de conserve rouillées etc.).

Franck emprunte le boyau et arrive au départ du P7, les amarrages sont intuitifs, un AN et un spit pour le départ de la MC puis deux spits pour la tête de puits. Le fond de la diaclase se poursuit alors par un boyau remontant jusqu’à une corde « d’un autre âge », Franck et Éric font un peu de tourisme et sont rapidement rejoints par le reste du groupe. Franck teste la corde qui est gorgée d’eau et très élastique. Il monte prudemment sur la coulée de calcite glissante, la corde a l’air d’avoir bien vieilli. À la demande générale, Franck installera une corde pour accéder à ce premier plateau. À cet endroit Éric sent une odeur d’urine. La main courante équipée par JCLM en 2012 a également survécu, elle gagne une vire peu engageante car exposée. Quelques concrétions permettent d’avoir des appuis sécurisants car les parois sont couvertes de boues poisseuses (mais sans odeur). La partie supérieure est bien concrétionnée, les nombreuses fistuleuses sont de couleurs ocre et brune, les petits gours emprisonnent un liquide noirâtre, JND effectuera un prélèvement pour analyse. À la fin de la MC, JY redescend un boyau et trouve des spits en paroi, Franck installe une MC et équipe le ressaut R4.

Puis Franck part récupérer la corde laissée avant la MC et Éric déséquipe la MC et le ressaut. Il bataillera un petit moment pour défaire un mousqueton dont la plaquette s’est coincée dans la virole.

Éric redescendra le R4 en désescalade auto-assuré par la corde verrouillée par un nœud étrangleur (technique canyon), la sangle est laissée autour du rocher (prévoir un maillon rapide pour la prochaine fois). Sortons et nous retrouvons aux véhicules, il est un peu plus de 14 heures.

Initialement prévue, la topo de la grotte du Pressoir fera l’objet d’une prochaine sortie, nous décidons tout de même d’aller voir l’entrée de cette grotte. C’est une curiosité car elle se situe au milieu du village dans une maison laissée un peu à l’abandon. Nous repassons voir Monsieur le maire afin de lui rendre compte de notre visite.

Après discussions nous quittons ce charmant village pour l’entrée de la grotte A Sapara afin de nous rassasier. La table est rapidement installée, le repas est salvateur. Nous refaisons le monde, et JY animera les débats…

En guise de digestion Michèle et Wanda se baladeront dans la première salle de la grotte puis nous reprenons la route en direction de Bastia.Haut de page

Nous n’aurons pas encore la réponse à la question posée dans l’introduction, nous en saurons peut être un plus avec le résultat des analyses.

Lors de la prochaine visite il faudra prévoir de la corde (pour remplacer la corde montante et la main courante), 4 maillons rapides pour remplacer ceux oxydés, ainsi que de la sangle.

FZ

______________________________

 

Compte rendu entomo

La grotte A Leccia Torta, bien connue pour ses concrétions évocatrices de pollution anthropique, restait une des seules cavités visitées par le Pr Rémy en 1948 où la LISC n’avait pas encore cherché ses bébêtes. Pourtant en 1948 la chasse de Rémy avait été prolifique : diptères, coléoptères, chilopodes, diplopodes, isopodes, acariens, opilions, gastropodes, oligochètes, diploures ! Petâr Beron, autre source de recherche entomologique, avait retrouvé quasiment les mêmes espèces en 1967. Et tout cela uniquement dans la galerie d’entrée pour Rémy — il avait en effet été stoppé dans sa progression par une « fissure inaccessible », la grande faille n’ayant pas été visitée — ; par contre Beron avait pu la franchir et descendre le puits d’entrée estimé à 15 m (en désescalade !) et s’arrêter au fond. On devrait remplir nos gibecières.

On part donc à la suite des jeunes équipeurs. La galerie d’entrée est bien sèche, un peu d’humidité à son extrémité éloignée de l’entrée mais la zone est balayée par un courant d’air frais. On a beau fureter dans tous les recoins et soulever tous les cailloux, le bilan est pauvre : quelques dolichopodes, araignées (Meta bourneti vraisemblablement), myriapodes juvéniles et des coquilles d’Oxychilus blauneri.

La descente de la diaclase est équipée, on part à la suite de l’équipe. Des stalagmites et les parois de la vire inférieure, à la sortie du boyau remontant, sont recouvertes d’enduit blanchâtre, évoquant des colonies bactériennes ou fongiques. Un prélèvement est effectué. Contacté au retour, Albert évoquera un Candida ?

On reviendra presque bredouille. Wanda ramènera un diploure quasiment noyé dans un gour un peu glauque de la vire supérieure. JN et HP vont prélever deux flacons d’eau stagnante de ces gours pour la recherche de pollution fécale, présence éventuelle d’entérocoques. Ils seront déposés au laboratoire le mardi.Haut de page

Bilan très pauvre par rapport à ce que l’on espérait. Mais le Pr Rémy est venu en août et P. Beron en septembre ou novembre. Les températures devaient être plus élevées (12° C au fond de la galerie en août 1948). Une sortie en septembre serait peut-être plus riche en spécimens.

JND

 

 

Samedi 30 avril 2022

Canyon, préparation JNsC

Pont de Briacale, Ruisseau de Furnelli - Sorio

 

Participants

  • ITP : Jean-Claude L., Noël R. (assistance morale et photographique), Franck Z.

  • GCC (Chiro) : Michèle Cl.

 

Photos

 

Les Journées Nationales de la Spéléologie et du Canyonisme de printemps approchent à grands pas, les 2 aires qui vont accueillir le barnum et le pique-nique doivent préalablement être nettoyées.

Seuls Franck et JCL répondent présents au rendez-vous de Multari, pourtant une petite friandise avait été ajoutée au programme de la journée : descendre cette attirante cascade visible depuis le pont de Briacale et qui nous faisait de l'œil depuis des années.

Contact préalable avec le maire, on le retrouvera l'après-midi.

Pendant que Franck s'active avec la débroussailleuse, JCL part en reconnaissance sur ce chemin qui monte en rive gauche orographique depuis la vasque terminale. Quelques marches bétonnées facilitent la montée bien raide des premiers mètres. Le chemin continue ensuite, il est bien tracé et redescend au bout d'environ 300 mètres et 10 mn de marche au bord de la piscine naturelle où aboutit le premier rappel de la descente d'initiation. Il y a pas mal d'eau, les amarrages d'arrivée du rappel guidé sont sous l'eau et le rappel doit bien arroser.

Retour au pont, Michèle est arrivée entre temps mais elle est déjà partie compter les chiros aux grottes I Topi Pinnuti et Gudrone.

Fin du nettoyage, place maintenant à la descente du petit canyon. Pas de navette, on montera à pieds en passant par le raccourci. Traversée du village en tenue légère mais personne dans les ruelles.

Il n'est pas nécessaire d'aller jusqu'à l'église Sant'Antone, prendre le chemin qui descend à droite juste après le point haut du parcours. Quelques minutes plus tard nous voilà au bord du ruisseau. Équipement et c'est parti pour la descente. La première partie n'est pas folichonne, une corde d'aide est installée pour descendre 2 ressauts bien glissants. Une esthétique goulotte suit puis voilà le cassé attendu. Un dernier ressaut permet d'atteindre l'amarrage de début de main courante. Une plaquette inox bien déformée est scellée par un seul goujon. Une boucle de corde vermoulue, d'un autre âge, est remplacée par une sangle plus rassurante. Franck continue et équipe le beau rappel avec une C40. La C30 y est raboutée au cas où. Michèle et Nono sont en bas du rappel, on aura ainsi quelques photos prises en contreplongée.

Un dernier rappel en plan incliné et c'est fini, retour aux véhicules en 5 mn.

A faire en complément d'une autre activité. Il faut compter 40 mn de marche d'approche et d'habillage + 1h30 de descente en mode pépère.Haut de page

Michèle s'en va, pique-nique pour les autres. Grosse bourde, aucune bouteille n'a été apportée, on vieillit ...

Franck et JCL taperont la discute avec le premier édile puis retour à Biguglia.

JCL

 

 

Dimanche 15 mai 2022

Canyon, JNsC, ruisseau de Fiumi Raghjuti - Sorio

 

Participants

  • ITP : Romain B.-A., Antoine B., Christophe C., Jean-Claude D., Dominique D., Jean-Noël D., Mickaël D., Éric G., Jean-Claude L., Marie-Pierre R., Jean-Luc S., Franck Z.

  • CC : Pascal B., Alexandre C., Jean-Marcel V.

  • Initiés : Rafaël B.-J., Anne-Lys et Nicolas C., Agnès F., Frédéric F., Anne-Lyse H., Fanny L., Lorette L., Marie M., Carole N., Maria P., Mégane R., Lila S.

 

Photos

 

 

 

______________________________

 

Spéléo, visite et comptage chiro, grotte I Topi Pinnuti - Sorio

 

Participant

  • ITP : Jean-Noël D.

 

Dimanche des JNSC à orientation canyon, pourquoi pas proposer aux impétrants avides de cascades une petite virée sous terre après leur aventure aquatique. Deux cavités – sans grand intérêt spéléo, pas de concrétions, des fractures dans de la prasinite – se développent à deux pas du lieu de regroupement à Sorio. C’était sans compter la vigilance de Michèle qui a aussitôt opposé un véto à toute visite de ces deux cavités compte tenu de la présence de chiros. Bien sûr cela a fait l’objet d’une belle joute oratoire le jeudi soir au club mais un consensus a été trouvé, JN ira seul voir si les rhinos sont toujours là et éventuellement proposera ensuite la visite.

Finalement la sortie spéléo n’a pas été évoquée, les initiés du matin se sont échappés après les agapes pantagruéliques et il ne restait l’après-midi que quelques liscards à lézarder au soleil. Vers 15 heures JN se décide quand même à aller mettre le nez sous terre. Équipement light mais quand même combi et genouillères car la grotte est plutôt accrocheuse.

La galerie d’entrée – La Chambre des Chauves souris – est vierge d’habitants mais malheureusement sent toujours autant l’urine, et pas que de rat ! Retour vers la fracture transverse, toujours aussi étroite, les rhinos sont là, 26 individus accrochés sur la paroi de gauche, des Grands rhinos apparemment (Rhinolophus ferrumequinum). Heureusement ils sont en hauteur et en restant au fond de la diaclase on peut passer (il y en aura autant au retour…).

Arrivée au Vestibule et suite de la visite vers la droite – La Fosse – où on en a déjà observé, mais rien. Retour au Vestibule et visite de La Poche pour aller voir Les Cavernes jumelées qui mènent sous la route. Mais dans l’étroiture triangulaire qui permet d’y accéder il y a un beau Grand rhino suspendu en plein milieu… Demi-tour !Haut de page

On a beau avoir fait la topo, bien connaître la cavité, le retour n’est pas évident ; après quelques hésitations et coincements le jour est là.

Trop tard pour monter à Gudrone d’autant que les canyonistes de l’après-midi sont de retour.

JND

 

 

I Topi Pinnuti - Bât. A8 - Les Logis de Montesoro - 20600 BASTIA

Association affiliée à la Fédération Française de Spéléologie sous le N° V20-005-000

Téléphone : 04 95 32 68 16 (répondeur) - www.itopipinnuti.fr - contact@itopipinnuti.fr