AccueilPrésentationActivitésProgrammeComptes-rendusLocalLiensPlan du site

 

2022

 

1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002
2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
2017 2018 2019 2020 2021 2022 2023 2024 2025 2026 2027 2028 2029 2030

Une des ambitions de notre association est le partage de nos passions avec le plus grand nombre. Nos activités nous amènent souvent en des lieux difficiles d’accès pour le commun des mortels. Les récits ci-dessous permettent modestement ce partage, avec l’espoir de faire vivre, par quelques lignes et quelques photos, les sensations parfois intenses que procurent nos activités.

Ces comptes rendus ne représentent pas l’exhaustivité de nos aventures (certains étant un peu réticents à s'épancher sur un clavier ;-), ils permettent néanmoins de donner un aperçu de nos pérégrinations souterraines et canyonistiques, et pourquoi pas de faire rêver.

Bonnes lectures, et si l’envie prend le dessus sur la simple curiosité, rendez-vous au local un jeudi soir …

Les comptes rendus sont agrémentés de quelques photos, si vous souhaitez que certaines ne soient pas diffusées, n'hésitez pas à nous écrire sur contact@itopipinnuti.fr

 

Sommaire

 

 

Dimanche 2 janvier 2022

Spéléo, visite, entomo, brochage - Gouffre I Luminelli, Trou du Bulbe - Morosaglia

 

Mercredi 5 janvier 2022

Spéléo-VTT, prospection - Monte di Tuda, Oletta

 

Samedi 8 janvier 2022

Spéléo, visite, équipement - Aven de l'Avaloir, Barbaggio

 

Samedi 15 janvier 2022

Canyon - Ruisseau de Torbia, Antisanti

 

 

Dimanche 2 janvier 2022

Spéléo, visite, entomo, brochage

Gouffre I Luminelli, Trou du Bulbe - Morosaglia

 

Participants

  • ITP : Michèle CL., Wanda C, Michaël D., Henri-Pierre F., Jean-Claude L., Franck Z.

  • Individuel : Jean-Yves C.

 

TPST : 6h00

Photos

 

Première sortie de l'année, nous nous retrouvons au Carré d'As à Ponte Leccia. Pas d'embrassades pour souhaiter les vœux. Après un petit café nous nous remettons en route pour aller vers la cavité.

Une belle montée nous attend, environ 150 m de dénivelé pour 40 minutes de marche sous un ciel chargé. La végétation n'a pas trop augmenté depuis la dernière visite, nous arrivons à nous frayer un chemin. Il faut suivre les marques jaunes. Nous passons au pied de la fameuse pierre bleue, nous voilà à l'entrée de la cavité. Nous découvrons qu'elle est même mentionnée sur la carte Iphigénie. Il bruine légèrement mais nous réussissons à allumer un feu sans utiliser de produit dopant.

Franck descend en premier, Micca et Jean-Claude le rejoignent. Ils seront vite doublés par le reste de l'équipe car ils vont brocher la cavité.
Les spits de cette cavité se dégradent relativement rapidement et plutôt que d'en planter des nouveaux, qui ne dureront qu'une dizaine d'années, l'option brochage inox a été privilégiée, sachant qu'en plus les emplacements disponibles se font plus rares.
Le brochage de la cavité a débuté en janvier 2016 par le plan incliné qui suit l'entrée, la vire et le 1er puits. En mars 2019 deux nouvelles broches ont été posées pour le début de la main courante menant au 2ème puits.
Cette fois-ci, c'est au tour de la vire menant au 2ème puits avec 4 nouvelles broches, ainsi que le plan incliné et le 3ème puits d'être rééquipés. C'est ainsi que 9 broches seront posées par Jean-Claude assisté de Micca. Dans la journée, la boite neuve d'ampoules sera quasiment vidée, il n'en restera plus qu'une seule. La cavité est maintenant entièrement brochée, du moins sur sa partie initiation. Les compléments d'équipement se feront éventuellement en amarrages forés.

Une plaquette vrillée au numéro 73 refait son apparition, elle a dû être oubliée lors de la dernière visite. Tout le monde remonte, Micca déséquipe. La dernière main courante sera déséquipée par Jean-Claude qui est plus expérimenté pour ça. Nous revoilà à la surface, nous partageons un bon repas et le président devient roi pour la journée.Haut de page

Comme d'habitude, descente à la nuit tombante vers les véhicules.

Micca/JCL

 

Poursuite de l’inventaire entomologique des cavités corses pour Wanda et HP.

Petar Beron avait écrit en 1970 : « les 33 grottes corses plus ou moins étudiées donnent une idée assez exacte de la faune cavernicole corse et les recherches futures ne sauraient être de nature à beaucoup changer cette idée et plus spécialement les troglobies ».
En 2 ans nous avons déjà découvert 8 nouvelles espèces. I Luminelli n’est mentionnée ni dans le Rémy ni dans le Béron, donc l’inventaire en est nécessaire. On recherche en particulier l’araignée Troglohyphantes Cyrnaeus, endémique de la Corse et pour l’instant retrouvée uniquement à Butrone. L’altitude de 847 mètres est compatible avec son biotope ; la cavité est très riche en draperies et l’on sait que Troglohyphantes aime à tisser des toiles horizontales dans leurs creux. On recherche aussi isopodes, myriapodes et araignées.

L’équipement assez long de la grotte du fait de l’obturation de presque tous les spits laisse des temps d’attente dont nous profitons. Au bas de la cheminée du départ on ramasse quelques isopodes, on laisse tranquille un myriapode juvénile. En haut du Tobogan un tas de bouteilles vides témoigne de la pose de pièges antérieure qui n’est mentionnée dans aucun compte rendu des Topi. Les couloirs de la cavité et le fond, salle de la glace au café et fond sont abiotiques ; aucune chauve-souris visible malgré la présence de guano.

Abandonnant les autres, HP remonte lentement le P12 et le P9. Pas de Troglohyphantes, 3 araignées à identifier, une tique à carapace claire et bordure noire, une grosse méta, quelques dolichopodes. Bilan assez maigre donc mais la saison ne s’y prête pas. Il faudra revenir au printemps et explorer les autres cavités du complexe de Querceta Tonda.

PHP

 

Première fois que Franck équipait cette cavité. La première partie (P9) est brochée et ne pose pas de problème. Nous équipons la petite vire qui est un peu technique car le déplacement se fait en opposition et la broche intermédiaire est cachée.

Le reste de l’équipement est spité, c’est la galère car la plupart des spits sont oxydés ou partiellement bouchés : le temps d’attente entre chaque agrès augmente. Après le P12 Franck installe une longue main courante jusqu’à la tête de puits qui est spectaculaire à équiper car au-dessus du puits. Le réglage du nœud est fait pile poil pour éviter les frottements. Arrivé dans la salle de la glace à café on s’aperçoit tout de même que la déviation pourrait être utile lors de la remontée. Elle sera donc installée. Franck est alors rejoint par Jean-Yves puis Michèle. Ces derniers sont descendus en désescalade de l’autre côté de la glace à café.

Un dernier P8 et un ressaut de trois mètres et nous nous retrouvons à -60 mètres. Puis Franck partira en solo, exploré la salle de la glace à café, le ressaut de 3 m et jusqu’à la tête de puits du 20 m et remontera en escalade jusqu’au P12.Haut de page

À la sortie le feu est activé et alimenté par HP et Wanda puis Jean-Yves. Michèle et Franck vont jusqu’au trou du bulbe. Michèle ne visitera pas la totalité de la cavité. La visite fera l’objet d’une prochaine journée de spéléo. Nous commençons les grillades en attendant le retour de l’équipe de brocheurs. 

FZ

 

 

Mercredi 5 janvier 2022

Spéléo-VTT, prospection

Monte di Tuda, Oletta

 

Participants

  • ITP : Jean-Claude L.

 

Tracé

 

Nouvelle sortie VTT avec une arrière-pensée spéléo. Il s’agit cette fois de faire une reconnaissance prospective du Monte di Tuda, sommet caractéristique des environs d’Oletta. Il a été en partie rongée par une carrière de calcaire et une cavité y est déjà recensée en contrebas de la piste menant au sommet, la grotte du Calvaire. Une visite de cette cavité imposera de s’armer de ce qu’il faut pour franchir la barrière végétale. Une petite prospection du sommet dans les années 2000 n'avait rien donné, mais un nouveau regard peut donner des idées.

Montée très raide imposant de mettre pieds à terre sur les sections caillouteuses. Deux pylônes de télécommunication profitent de la vue dégagée, une croix est également posée au sommet, c'est le terminus du Calvaire. Petite prospection de la zone sommitale, du beau calcaire bleu et homogène, du Sinémurien d'après Info Terre. C'est certes du Jurassique inférieur, mais il présente une belle apparence. Il faudrait envisager d’y revenir pour une prospection plus sérieuse. Il est même envisageable d'y faire une journée de perfectionnement aux techniques d'équipement falaise, la hauteur au niveau du front de taille de la carrière est estimée à une cinquantaine se mètres ...

Redescente vers Oletta par le nord en empruntant un chemin également bien raide. Là aussi du calcaire est traversé …

Retour au stade, point de départ de cette virée spéléo-vététesque. En face du parking quelques agentsHaut de page municipaux terminent leur vacation. Petite discussion, le chef connait la grotte du Calvaire et il a également entendu parler d’un gouffre où les cailloux tombent, tombent … Il se situerait vers le col Saint Antoine près d’une source. Le rapprochement avec les trous de San Reginu est évident mais il serait connu sous le nom de « U Missoghju » !
Ceci clorait l’hypothétique projet de recherche de cette cavité s'il s'avère qu'un seul Missoghju existe ...

JCL

 

 

Samedi 8 janvier 2022

Spéléo, visite, équipement

Aven de l'Avaloir, Barbaggio

 

Participants

  • ITP : Amal D., Henri-Pierre F., Éric G., Jean-Claude L., Marie Pierre R., Franck Z.

 

TPST : 4h30

Photos

 

Et si on se faisait peur en ce début d'année 2022 ! L'aven de l'Avaloir est mis au programme du weekend. Si la première partie de la cavité est raisonnable, un puits d'une dizaine de mètres aboutissant dans une salle de belle dimension, la suite demande un peu plus d'engagement. Une galerie mène au fameux boyau de la Râpe à Bois qui précède un petit puits à l'équipement délicat.

Pour l'historique de cette cavité se reporter au compte-rendu du Vendredi 9 mars 2018.

La dernière fois que le boyau a été franchi remonte au 19 janvier 2008, une paille. Faut dire que son franchissement a de quoi refroidir. Et s'il n'y avait que ça, il faut ensuite sortir du boyau en restant à l'horizontal et en opposition au-dessus du vide jusqu'à ce qu'un redressement à la verticale soit possible. Il ne reste plus alors qu'à équiper le puits et descendre. Pas étonnant que ce soit toujours le même à avoir équiper le boyau et le puits qui suit :-)

Première surprise de la journée, il fait un froid de canard là-haut, renforcé par une bonne bise d'ouest. Nous nous garons au niveau de l'épingle qui suit le stand de tir. D'ailleurs, les tireurs sont là et ils ne tardent pas à tirer des coups, ça fait peur !

Deuxième surprise, le trou est bouché. Enfin, pas entièrement bouché mais une grille remplace les petits murets de protection. Mais celui qui a fait ça, apparemment un Léon, a eu la lumineuse idée de poser une grille pivotante. Il faut toutefois aller chercher un pied de biche dans le Def pour pouvoir décoincer les gonds. Peu enclin à refermer la grille derrière nous, et sur la corde, Franck met sa voiture en protection avant le trou. Pendant ce temps JC équipe la cavité. Premier puits sans souci et regroupement dans l'alcôve des mouches. Reste maintenant à franchir ce fameux boyau qui génère tant de haine. Il a quand même été bien malmené ce boyau, sur les cinq mètres de longueur à l'origine, il ne reste plus qu'un mètre à mériter vraiment le nom de boyau. Passage et redressement acrobatique, il ne reste plus qu'à équiper le puits en mono-point. La C13 prise par précaution à la place d'une C10 suffit à peine pour arriver en bas du puits. Éric puis Amal retrouvent ainsi JC en bas du puits.

Derrière ça suit, presque. MP se retrouve bloquée au bout du boyau, le torse est passé mais le bassin coince. Quelques longues dizaines de minutes plus tard, elle arrive à faire marche arrière avec l'aide de Franck et HP qui ont réussi à accrocher une corde à son baudrier et à l'aider à reculer.

Cet épisode quelque peu angoissant aura calmé les ardeurs de Franck et HP qui préfèrent en rester là. Le trio vainqueur visite la salle concrétionnée ainsi que le siphon de sable où le seau laissé lors des tentatives de désob est presque entièrement recouvert de sable et de graviers. Il est bien sûr envisagé d'y revenir pour continuer le dégagement de ce passage prometteur, on voit derrière que ça continue ...
Il est également question de tenter l'escalade qui permettrait d'atteindre la suite du boyau de l'autre côté de la salle. Il faudra pour cela prendre des pitons, la prochaine fois ...

Des traces de sédiments sur les parois laissent à penser que les mises en charge du réseau doivent être impressionnantes ...

Retour en surface sans problème. JC déséquipe le puits infernal mais ajoute un spit à sa tête (depuis le temps ...). Il faut modifier la topo et prévoir une C15. Franck déséquipe le puits d'entrée, fermeture de la grille.

Le projet de faire les grillades dans le maquis est abandonné, il fait frisquet et le bois n'est pas très abondant aux alentours. C'est donc au local que se feront les grillades. Grillades est le bon mot puisque le barbecue de foire est installé dans la baignoire (qui a bien pu avoir cette idée farfelue :-). Il faudra tout de même l'aide du décapeur thermique pour allumer le charbon de bois. Et la fumée ? Il y a bien l'extracteur d'air juste au-dessus, mais il s'est avéré très insuffisant et malgré l'ouverture du vasistas et la mise en marche des ventilateurs, le local se retrouve de plus en plus enfumé, et les topi aussi ... Bonne rigolade quand même en savourant ces grillades originales :-))Haut de page

Entomo : opilion et métas dans la 1ère salle et dans le Colimaçon : myriapode, collemboles, et ce qui ressemble à un Staphylin des grottes, mais sa taille (25 mm) laisse à penser que c'est plutôt un staphylin épigé tombé dans la cavité par une anfractuosité. Pas de chauve-souris.

JCL 

 

 

Samedi 15 janvier 2022

Canyon interclubs

Ruisseau de Torbia, Antisanti

 

Participants

  • ITP : Michaël D., Jean-Claude L., Franck Z.

  • Corse Canyon : Alexandre C., Jean-Marcel V.

 

TPEC : 3h00

Corde : 40 m

Photos

 

Reportée depuis plusieurs weekends et sollicitée par Micca, nous avons finalement programmé cette sortie prometteuse : découvertes d'un nouveau canyon et d'une nouvelle faille.

Le ciel est dégagé mais une température très fraîche aura raison du nombre de Topi présents au lieu de rendez-vous situé au PN4. Seuls JCL et Franck quittent les lieux vers 8h30 et se dirigent vers Alistro/Canale Di Verde afin de rejoindre le trio Micca, Alex et Jean-Marcel. La pause-café permet de présenter la journée et de prendre quelques forces afin d'affronter le froid hivernal et l'eau glaciale du canyon.

Nous quittons la boulangerie en direction d'Aleria puis la T50 qui mène à Corte. Au bout de quelques kilomètres nous stationnons le véhicule au bord de la route sur un petit parking qui surplombe le Tavignano. Alex nous montre la sortie du canyon située en rive droite du Tavignano. La gerbe d'eau nous donne une indication sur le débit du ruisseau et laisse présager un saut. Nous transvasons les kits afin de réaliser une navette vers le départ du canyon situé avant le village d'Antisanti. Petite déconvenue, Micca a oublié ses chaussures canyon. Nous attendrons Carine qui a fait la liaison et nous pouvons reprendre notre périple. Les 34 kilomètres de navette semblent interminables jusqu'à une épingle, point de départ du canyon sur un petit chemin forestier. Le chemin est bien tracé, nous passons devant un des affluents sec du ruisseau dans lequel repose la carcasse d'un vieux poids lourds. Il faudra tenter de descendre par là pour rejoindre le ruisseau lors de notre prochaine visite.

Nous continuons le chemin qui se rétrécit alors et devient légèrement maquisant. Le sécateur de JC est en action sur quelques mètres, puis le chemin sera dégagé jusqu'à un petit ruisseau, un autre affluent du ruisseau de Torbia.

Le faible débit permet d'éviter les vasques et les marches en bloc. Cette première partie ne présente pas trop d'intérêt. Nous arrivons enfin à la jonction des affluents point de départ de la deuxième partie de ce canyon. Nous regrettons un peu de ne pas avoir pris le premier affluent car ce dernier se termine par un enchainement de deux belles cascades. Le canyon est sauvage, verdoyant et se situe en sous-bois. Un petit arrêt permet de s'équiper convenablement avec le haut de combi. La suite est une suite de vasques, petits biefs, toboggans et quelques sauts. De nombreux passages encaissés et concrétionnés sont magnifiques, nous ne profitons pas de ces paysages car l'eau gelée nous congèle l'organisme. Nous arrivons sur un campement laissé à l'abandon, tentes, tables, chaises, caisses en plastique jonchent le sol. Mais pas de trésor…

Le canyon aboutit à un très beau rappel de 18 mètres dans une goulotte qui finit dans une vasque: la corde de 30 mètres est un peu courte. L'amarrage : un AN, une corde de plus de 10 ans dont on ne distingue pas la couleur à cause de la mousse verte qui a poussé dessus n'inspire pas confiance. Bon !!! ça passe, mais il faudra penser à son remplacement si on refait ce canyon. Nous arrivons enfin au-dessus du Tavignano qu'il faut traverser. Deux possibilités, un saut après une désescalade ou installer une corde autour d'un amarrage « brindille ». Jean-Marcel est déjà de l'autre côté suivi d'Alex. Nous installerons la corde JCL et Micka descendent en rappel. À les entendre on comprend que la température du Tavignano est pire que celui du canyon. Franck hésite à récupérer la corde et effectuer le saut mais finira par descendre en rappel. Une fois dans l'eau, le courant et la traction de la corde l'empêche de nager convenablement afin de rejoindre l'autre rive. L'aide d'Alex sera la bienvenue. Il faudra ensuite trois personnes pour rappeler la corde qui est coincée dans les branches. La remontée tout droit dans le maquis en direction de la T50 nous permet de nous réchauffer. On appréciera tous d'enfiler des habits chauds et secs. Nous repartons vers Antisanti afin de récupérer le van puis nous rendre vers Teppa pour manger un morceau. Au bord de la route nous trouvons une cabane de chasseurs et un petit foyer aménagé avec des pierres pour faire le barbecue. Quelle aubaine !!! Le feu est rapidement mis en route et les bouteilles ouvertes. Le gueuleton est salvateur… Nous repartons vers 17h00, la nuit commence à tomber, et arrivons au départ de la piste, le lieu-dit Teppa indiqué par JC. Une barrière fermée bloque l'accès. Une dernière tentative pour prendre contact avec des riverains reste veine. Nous quittons les lieux un peu déçus de ne pas avoir pu prospecter et repérer cette faille.

Nous arrivons sur Biguglia aux alentours de 19h00. Bien qu’inachevée, nous avons passé une bonne journée en compagnie de deux fous furieux de Corse Canyon. À refaire mais au printemps…

Franck

 

Une découverte incongrue sur le parcours une quinzaine de mètres au-dessus du canyon, un campement abandonné. Des bâches servant de tapis de sol éparpillées, des tables, des chaises, des ustensiles de cuisine, une plancha avec sa bouteille de gaz, des tentes plus ou moins debout, des caisses, des bouteilles, des boites de conserve, un vrai capharnaüm. Une installation en plein nulle part prévue sur la durée. Pour quelles raisons ? Travaux forestiers, planque, c'est un mystère. Un indice toutefois, une image iconique plastifiée traine au milieu des immondices. C'est apparemment une Vierge à l'enfant de style orthodoxe. Au dos, ce qui semblerait être une ou des prières écrites en alphabet cyrillique.

De retour devant un ordinateur, la traduction des textes confirme bien l'origine orthodoxe de cette image. C'est une Vierge à l'enfant, Kazanskaïa, Notre Dame de Kazan, une icône particulièrement révérée par l'Église orthodoxe, spécialement par l'Église russe (https://fr.wikipedia.org/wiki/Notre-Dame_de_Kazan).Haut de page

Un bon nettoyage laisse apparaitre une feuille d'olivier et un peu de terre (russe ?) insérées dans le plastifiage. Tout ça a de quoi alimenter l'imagination ...

Traduction

JCL

 

 

I Topi Pinnuti - Bât. A8 - Les Logis de Montesoro - 20600 BASTIA

Association affiliée à la Fédération Française de Spéléologie sous le N° V20-005-000

Téléphone : 04 95 32 68 16 (répondeur) - www.itopipinnuti.fr - contact@itopipinnuti.fr