AccueilPrésentationActivitésProgrammeComptes-rendusLocalLiensPlan du site

 

2022

 

1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002
2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
2017 2018 2019 2020 2021 2022 2023 2024 2025 2026 2027 2028 2029 2030

Une des ambitions de notre association est le partage de nos passions avec le plus grand nombre. Nos activités nous amènent souvent en des lieux difficiles d’accès pour le commun des mortels. Les récits ci-dessous permettent modestement ce partage, avec l’espoir de faire vivre, par quelques lignes et quelques photos, les sensations parfois intenses que procurent nos activités.

Ces comptes rendus ne représentent pas l’exhaustivité de nos aventures (certains étant un peu réticents à s'épancher sur un clavier ;-), ils permettent néanmoins de donner un aperçu de nos pérégrinations souterraines et canyonistiques, et pourquoi pas de faire rêver.

Bonnes lectures, et si l’envie prend le dessus sur la simple curiosité, rendez-vous au local un jeudi soir …

Les comptes rendus sont agrémentés de quelques photos, si vous souhaitez que certaines ne soient pas diffusées, n'hésitez pas à nous écrire sur contact@itopipinnuti.fr

 

Sommaire

 

 

Dimanche 2 janvier 2022

Spéléo, visite, entomo, brochage - Gouffre I Luminelli, Trou du Bulbe - Morosaglia

 

Mercredi 5 janvier 2022

Spéléo-VTT, prospection - Monte di Tuda, Oletta

 

Samedi 8 janvier 2022

Spéléo, visite, équipement - Aven de l'Avaloir, Barbaggio

 

Samedi 15 janvier 2022

Canyon - Ruisseau de Torbia, Antisanti

 

Samedi 22 janvier 2022

Spéléo - équipement falaise, visite cavité - Falaise de Monte di Tuda, grotte du Calvaire - Oletta

 

Samedi 29 janvier 2022

Spéléo, première - Faille de Punta Vessa, Aghione

 

Dimanche 20 février 2022

Spéléo, visites cavités - Trous du Bulbe et de Cassiopée, Morosaglia

 

Samedi 26 février 2022

Spéléo, visites cavités - Trous de Cassiopée et du Bulbe, Morosaglia

 

Dimanche 6 mars 2022

Spéléo, visite cavité, prospection, première - Grotte A Teppa di u Lupinu, Faille du Berger, Santo Pietro di Tenda

 

Dimanche 27 mars 2022

Spéléo, déséquipement - Grotte des Monoxyles, Lano

 

Dimanche 3 avril 2022

TUC, Travaux d'Utilité Collective ; Assemblée Générale LISC - Local de Montesoro, Bastia

 

Samedi 9 avril 2022

Spéléo - aménagement, démaquisage, brochage, prospection - Cast 5, Oletta

 

Dimanche 17 avril 2022

Spéléo, visite, entomo - Grottes A Leccia Torta, du Pressoir, A Sapara - Castiglione

 

Samedi 30 avril 2022

Canyon, préparation JNsC - Pont de Briacale, Ruisseau de Furnelli - Sorio

 

Dimanche 8 mai 2022

Canyon, descente - Viula, Olcani

 

Dimanche 15 mai 2022

Canyon, JNsC, ruisseau de Fiumi Raghjuti - Sorio

Spéléo, visite et comptage chiro, grotte I Topi Pinnuti, Sorio

 

Dimanche 22 mai 2022

Canyon, descente - Purcaraccia, Quenza

 

Samedi 4 juin 2022

Canyon, descente - Viula, Olcani

 

Samedi 11 juin 2022

Canyon interclubs, formation - Falaise de Tozza, Patrimonio

 

Dimanche 12 juin 2022

Canyon interclubs, formation - Ruisseau de Cippetto / Le Golo, Volpajola

 

Samedi 18 juin 2022

Divers, Journées Européennes de l'Archéologie - Musée de site archéologique de Mariana, Lucciana

 

Samedi 18 juin 2022

Canyon, descente - Le Macini, San-Gavino-di-Fiumorbo

 

Dimanche 26 juin 2022

Canyon, initiation - Purcaraccia, Quenza

 

Dimanche 3 juillet 2022

Canyon, initiation - La Vacca, Quenza

 

Dimanche 10 juillet 2022

Canyon, initiation - La Richiusa, Bocognano

 

Dimanche 17 juillet 2022

Canyon, initiation - La Richiusa, Bocognano

 

Samedi 23 juillet 2022

Canyon interclubs, descente - Le Bucatoghju, San Nicolao

 

Dimanche 24 juillet 2022

Canyon, descente - La Ruda, Corscia

 

Dimanche 31 juillet 2022

Canyon, descente - La Bravona, Pianello

 

Vendredi 5 au lundi 8 aout 2022

Spéléo et travaux - Buga di a Cutina et casetta, Ghisoni

 

Dimanche 14 aout 2022

Spéléo, exploration - Grottes Mughia, Veaux Marins - Calvi

 

Samedi 20 aout 2022

Canyon, initiation - Fiumi Raghiunti - Sorio

 

Dimanche 21 aout 2022

Canyon, initiation - Bucatoghju, San Nicolao

 

Vendredi 26 au dimanche 28 aout 2022

Spéléo et travaux - Buga di a Cutina et casetta, Ghisoni

 

Mardi 30 aout 2022

Canyon, initiation - Ruisseau de Fiumi Raghiunti - Sorio

 

Dimanche 4 septembre 2022

Canyon, initiation - Le Bevinco, Olmeta di Tuda

 

Samedi 10 septembre 2022

Spéléo-Canyon, entrainement - Falaise A Tozza, Patrimonio

 

Dimanche 18 septembre 2022

Fête du Sport - Place Saint Nicolas, Bastia

 

Vendredi 23 septembre 2022

Rassemblement Aliénor 2022 - La Petite Bidouze, Aussurucq (64)

 

Samedi 24 septembre 2022

Rassemblement Aliénor 2022 - Gouffre Nébélé, Aussurucq (64)

 

Dimanche 25 septembre 2022

Rassemblement Aliénor 2022 - La Verna, Saint-Engrâce (64)

 

Vendredi 30 septembre 2022

Interclubs spéléo, visite - Traversée Hayau-Bouhadère, Saint-Pé-de-Bigorre (65)

 

Dimanche 2 octobre 2022

Spéléo, initiation JNSc - Cast 1, Oletta

 

Dimanche 9 octobre 2022

Canyon, repérage, descente, entrainement - Le Bucatoghju, San Nicolao

 

Vendredi 14 octobre 2022

Stage photo - Soirée formation au local, Bastia

 

Samedi 15 octobre 2022

Stage photo - Grotte de Carpinetto, Lano

 

Dimanche 16 octobre 2022

Stage photo - Grotte de Santa Catalina, Sisco

 

Lundi 17 octobre 2022

Stage photo - Grotte de Brando, Brando

 

Samedi 22 au dimanche 23 octobre 2022

Spéléo, rééquipement et désobstruction - Buga di a Cutina, Ghiso 4 - Ghisoni

 

Samedi 29 octobre 2022

Spéléo, initiation spéciale « Mon cœur ♥ » - Cast 1, Oletta

 

Samedi 5 et dimanche 6 novembre 2022

Spéléo, initiation grande verticale, désobstruction - Buga di a Cutina, Ghiso 4 - Ghisoni

 

Jeudi 10 novembre 2022

Spéléo, visite - Grotta Gradiccia, Bastia

 

Samedi 12 novembre 2022

Spéléo, visite - Grotte « Oubliée » ou « heu » ? « Aux pigeons » ? « Des pêcheurs » ? « De la chèvre » ? « Des Pirates » ?, Sisco

 

Samedi 12 novembre 2022

Spéléo, visite - Grotte de Trabuc, Mialet (Gard)

 

Dimanche 13 novembre 2022

Spéléo, visite et contrôle chiro - Gouffre de San Nicolao « U Tribbiolu », San Nicolao

 

Samedi 19 novembre 2022

Spéléo, exercice secours - Grotta Santa Catalina, Sisco

 

Samedi 19 novembre 2022

Spéléo, visite - Grotte de C..., Cabrespine (Aude)

 

Samedi 26 novembre 2022

Spéléo, équipement - Faille de Lainosa, Olcani

 

Dimanche 27 novembre 2022

Spéléo, prospection - Grottes marines de la Chapelles, Grotta Murata, Brando

 

Samedi 3 décembre 2022

Inventaire matériel - Local, Bastia

 

 

Dimanche 2 janvier 2022

Spéléo, visite, entomo, brochage

Gouffre I Luminelli, Trou du Bulbe - Morosaglia

 

Participants

  • ITP : Michèle Cl., Wanda C, Michaël D., Henri-Pierre F., Jean-Claude L., Franck Z.

  • Individuel : Jean-Yves C.

 

TPST : 6h00

Photos

 

Première sortie de l'année, nous nous retrouvons au Carré d'As à Ponte Leccia. Pas d'embrassades pour souhaiter les vœux. Après un petit café nous nous remettons en route pour aller vers la cavité.

Une belle montée nous attend, environ 150 m de dénivelé pour 40 minutes de marche sous un ciel chargé. La végétation n'a pas trop augmenté depuis la dernière visite, nous arrivons à nous frayer un chemin. Il faut suivre les marques jaunes. Nous passons au pied de la fameuse pierre bleue, nous voilà à l'entrée de la cavité. Nous découvrons qu'elle est même mentionnée sur la carte Iphigénie. Il bruine légèrement mais nous réussissons à allumer un feu sans utiliser de produit dopant.

Franck descend en premier, Micca et Jean-Claude le rejoignent. Ils seront vite doublés par le reste de l'équipe car ils vont brocher la cavité.
Les spits de cette cavité se dégradent relativement rapidement et plutôt que d'en planter des nouveaux, qui ne dureront qu'une dizaine d'années, l'option brochage inox a été privilégiée, sachant qu'en plus les emplacements disponibles se font plus rares.
Le brochage de la cavité a débuté en janvier 2016 par le plan incliné qui suit l'entrée, la vire et le 1er puits. En mars 2019 deux nouvelles broches ont été posées pour le début de la main courante menant au 2ème puits.
Cette fois-ci, c'est au tour de la vire menant au 2ème puits avec 4 nouvelles broches, ainsi que le plan incliné et le 3ème puits d'être rééquipés. C'est ainsi que 9 broches seront posées par Jean-Claude assisté de Micca. Dans la journée, la boite neuve d'ampoules sera quasiment vidée, il n'en restera plus qu'une seule. La cavité est maintenant entièrement brochée, du moins sur sa partie initiation. Les compléments d'équipement se feront éventuellement en amarrages forés.

Une plaquette vrillée au numéro 73 refait son apparition, elle a dû être oubliée lors de la dernière visite. Tout le monde remonte, Micca déséquipe. La dernière main courante sera déséquipée par Jean-Claude qui est plus expérimenté pour ça. Nous revoilà à la surface, nous partageons un bon repas et le président devient roi pour la journée.Haut de page

Comme d'habitude, descente à la nuit tombante vers les véhicules.

Micca/JCL

 

Poursuite de l’inventaire entomologique des cavités corses pour Wanda et HP.

Petar Beron avait écrit en 1970 : « les 33 grottes corses plus ou moins étudiées donnent une idée assez exacte de la faune cavernicole corse et les recherches futures ne sauraient être de nature à beaucoup changer cette idée et plus spécialement les troglobies ».
En 2 ans nous avons déjà découvert 8 nouvelles espèces. I Luminelli n’est mentionnée ni dans le Rémy ni dans le Béron, donc l’inventaire en est nécessaire. On recherche en particulier l’araignée Troglohyphantes Cyrnaeus, endémique de la Corse et pour l’instant retrouvée uniquement à Butrone. L’altitude de 847 mètres est compatible avec son biotope ; la cavité est très riche en draperies et l’on sait que Troglohyphantes aime à tisser des toiles horizontales dans leurs creux. On recherche aussi isopodes, myriapodes et araignées.

L’équipement assez long de la grotte du fait de l’obturation de presque tous les spits laisse des temps d’attente dont nous profitons. Au bas de la cheminée du départ on ramasse quelques isopodes, on laisse tranquille un myriapode juvénile. En haut du Tobogan un tas de bouteilles vides témoigne de la pose de pièges antérieure qui n’est mentionnée dans aucun compte rendu des Topi. Les couloirs de la cavité et le fond, salle de la glace au café et fond sont abiotiques ; aucune chauve-souris visible malgré la présence de guano.

Abandonnant les autres, HP remonte lentement le P12 et le P9. Pas de Troglohyphantes, 3 araignées à identifier, une tique à carapace claire et bordure noire, une grosse méta, quelques dolichopodes. Bilan assez maigre donc mais la saison ne s’y prête pas. Il faudra revenir au printemps et explorer les autres cavités du complexe de Querceta Tonda.

PHP

 

Première fois que Franck équipait cette cavité. La première partie (P9) est brochée et ne pose pas de problème. Nous équipons la petite vire qui est un peu technique car le déplacement se fait en opposition et la broche intermédiaire est cachée.

Le reste de l’équipement est spité, c’est la galère car la plupart des spits sont oxydés ou partiellement bouchés : le temps d’attente entre chaque agrès augmente. Après le P12 Franck installe une longue main courante jusqu’à la tête de puits qui est spectaculaire à équiper car au-dessus du puits. Le réglage du nœud est fait pile poil pour éviter les frottements. Arrivé dans la salle de la glace à café on s’aperçoit tout de même que la déviation pourrait être utile lors de la remontée. Elle sera donc installée. Franck est alors rejoint par Jean-Yves puis Michèle. Ces derniers sont descendus en désescalade de l’autre côté de la glace à café.

Un dernier P8 et un ressaut de trois mètres et nous nous retrouvons à -60 mètres. Puis Franck partira en solo, exploré la salle de la glace à café, le ressaut de 3 m et jusqu’à la tête de puits du 20 m et remontera en escalade jusqu’au P12.Haut de page

À la sortie le feu est activé et alimenté par HP et Wanda puis Jean-Yves. Michèle et Franck vont jusqu’au trou du bulbe. Michèle ne visitera pas la totalité de la cavité. La visite fera l’objet d’une prochaine journée de spéléo. Nous commençons les grillades en attendant le retour de l’équipe de brocheurs. 

FZ

 

 

Mercredi 5 janvier 2022

Spéléo-VTT, prospection

Monte di Tuda, Oletta

 

Participants

  • ITP : Jean-Claude L.

 

Tracé

 

Nouvelle sortie VTT avec une arrière-pensée spéléo. Il s’agit cette fois de faire une reconnaissance prospective du Monte di Tuda, sommet caractéristique des environs d’Oletta. Il a été en partie rongée par une carrière de calcaire et une cavité y est déjà recensée en contrebas de la piste menant au sommet, la grotte du Calvaire. Une visite de cette cavité imposera de s’armer de ce qu’il faut pour franchir la barrière végétale. Une petite prospection du sommet dans les années 2000 n'avait rien donné, mais un nouveau regard peut donner des idées.

Montée très raide imposant de mettre pieds à terre sur les sections caillouteuses. Deux pylônes de télécommunication profitent de la vue dégagée, une croix est également posée au sommet, c'est le terminus du Calvaire. Petite prospection de la zone sommitale, du beau calcaire bleu et homogène, du Sinémurien d'après Info Terre. C'est certes du Jurassique inférieur, mais il présente une belle apparence. Il faudrait envisager d’y revenir pour une prospection plus sérieuse. Il est même envisageable d'y faire une journée de perfectionnement aux techniques d'équipement falaise, la hauteur au niveau du front de taille de la carrière est estimée à une cinquantaine se mètres ...

Redescente vers Oletta par le nord en empruntant un chemin également bien raide. Là aussi du calcaire est traversé …

Retour au stade, point de départ de cette virée spéléo-vététesque. En face du parking quelques agents municipaux terminent leur vacation. Petite discussion, le chef connait la grotte du Calvaire et il a également entendu parler d’un gouffre où les cailloux tombent, tombent … Il se situerait vers le col Saint Antoine près d’une source. Le rapprochement avec les trous de San Reginu est évident mais il serait connu sous le nom de « U Missoghju* » !
Ceci clorait l’hypothétique projet de recherche de cette cavité s'il s'avère qu'un seul Missoghju existe ...

JCL

 

* missoghju : escarpementHaut de page

Inzecca in un’erpale, in una calanca, in una zenna duv’ellu s’entre senza pudè più sorte: caccià capre di i missoghji cù fune è canapi.

Référence : https://adecec.net/infcor/

Proposition de traduction : entaille dans une falaise, dans une calanque, dans un crête où on entre sans plus pouvoir sortir : sortir une chèvre d'une faille avec une corde de chanvre.

 

 

Samedi 8 janvier 2022

Spéléo, visite, équipement

Aven de l'Avaloir, Barbaggio

 

Participants

  • ITP : Amal D., Henri-Pierre F., Éric G., Jean-Claude L., Marie Pierre R., Franck Z.

 

TPST : 4h30

Photos

 

Et si on se faisait peur en ce début d'année 2022 ! L'aven de l'Avaloir est mis au programme du weekend. Si la première partie de la cavité est raisonnable, un puits d'une dizaine de mètres aboutissant dans une salle de belle dimension, la suite demande un peu plus d'engagement. Une galerie mène au fameux boyau de la Râpe à Bois qui précède un petit puits à l'équipement délicat.

Pour l'historique de cette cavité se reporter au compte-rendu du Vendredi 9 mars 2018.

La dernière fois que le boyau a été franchi remonte au 19 janvier 2008, une paille. Faut dire que son franchissement a de quoi refroidir. Et s'il n'y avait que ça, il faut ensuite sortir du boyau en restant à l'horizontal et en opposition au-dessus du vide jusqu'à ce qu'un redressement à la verticale soit possible. Il ne reste plus alors qu'à équiper le puits et descendre. Pas étonnant que ce soit toujours le même à avoir équiper le boyau et le puits qui suit :-)

Première surprise de la journée, il fait un froid de canard là-haut, renforcé par une bonne bise d'ouest. Nous nous garons au niveau de l'épingle qui suit le stand de tir. D'ailleurs, les tireurs sont là et ils ne tardent pas à tirer des coups, ça fait peur !

Deuxième surprise, le trou est bouché. Enfin, pas entièrement bouché mais une grille remplace les petits murets de protection. Mais celui qui a fait ça, apparemment un Léon, a eu la lumineuse idée de poser une grille pivotante. Il faut toutefois aller chercher un pied de biche dans le Def pour pouvoir décoincer les gonds. Peu enclin à refermer la grille derrière nous, et sur la corde, Franck met sa voiture en protection avant le trou. Pendant ce temps JC équipe la cavité. Premier puits sans souci et regroupement dans l'alcôve des mouches. Reste maintenant à franchir ce fameux boyau qui génère tant de haine. Il a quand même été bien malmené ce boyau, sur les cinq mètres de longueur à l'origine, il ne reste plus qu'un mètre à mériter vraiment le nom de boyau. Passage et redressement acrobatique, il ne reste plus qu'à équiper le puits en mono-point. La C13 prise par précaution à la place d'une C10 suffit à peine pour arriver en bas du puits. Éric puis Amal retrouvent ainsi JC en bas du puits.

Derrière ça suit, presque. MP se retrouve bloquée au bout du boyau, le torse est passé mais le bassin coince. Quelques longues dizaines de minutes plus tard, elle arrive à faire marche arrière avec l'aide de Franck et HP qui ont réussi à accrocher une corde à son baudrier et à l'aider à reculer.

Cet épisode quelque peu angoissant aura calmé les ardeurs de Franck et HP qui préfèrent en rester là. Le trio vainqueur visite la salle concrétionnée ainsi que le siphon de sable où le seau laissé lors des tentatives de désob est presque entièrement recouvert de sable et de graviers. Il est bien sûr envisagé d'y revenir pour continuer le dégagement de ce passage prometteur, on voit derrière que ça continue ...
Il est également question de tenter l'escalade qui permettrait d'atteindre la suite du boyau de l'autre côté de la salle. Il faudra pour cela prendre des pitons, la prochaine fois ...

Des traces de sédiments sur les parois laissent à penser que les mises en charge du réseau doivent être impressionnantes ...

Retour en surface sans problème. JC déséquipe le puits infernal mais ajoute un spit à sa tête (depuis le temps ...). Il faut modifier la topo et prévoir une C15. Franck déséquipe le puits d'entrée, fermeture de la grille.

Le projet de faire les grillades dans le maquis est abandonné, il fait frisquet et le bois n'est pas très abondant aux alentours. C'est donc au local que se feront les grillades. Grillades est le bon mot puisque le barbecue de foire est installé dans la baignoire (qui a bien pu avoir cette idée farfelue :-). Il faudra tout de même l'aide du décapeur thermique pour allumer le charbon de bois. Et la fumée ? Il y a bien l'extracteur d'air juste au-dessus, mais il s'est avéré très insuffisant et malgré l'ouverture du vasistas et la mise en marche des ventilateurs, le local se retrouve de plus en plus enfumé, et les topi aussi ... Bonne rigolade quand même en savourant ces grillades originales :-))Haut de page

Entomo : opilion et métas dans la 1ère salle et dans le Colimaçon : myriapode, collemboles, et ce qui ressemble à un Staphylin des grottes, mais sa taille (25 mm) laisse à penser que c'est plutôt un staphylin épigé tombé dans la cavité par une anfractuosité. Pas de chauve-souris.

JCL 

 

 

Samedi 15 janvier 2022

Canyon interclubs

Ruisseau de Torbia, Antisanti

 

Participants

  • ITP : Michaël D., Jean-Claude L., Franck Z.

  • Corse Canyon : Alexandre C., Jean-Marcel V.

 

TPEC : 3h00

Corde : 40 m

Photos

 

Reportée depuis plusieurs weekends et sollicitée par Micca, nous avons finalement programmé cette sortie prometteuse : découvertes d'un nouveau canyon et d'une nouvelle faille.

Le ciel est dégagé mais une température très fraîche aura raison du nombre de Topi présents au lieu de rendez-vous situé au PN4. Seuls JCL et Franck quittent les lieux vers 8h30 et se dirigent vers Alistro/Canale Di Verde afin de rejoindre le trio Micca, Alex et Jean-Marcel. La pause-café permet de présenter la journée et de prendre quelques forces afin d'affronter le froid hivernal et l'eau glaciale du canyon.

Nous quittons la boulangerie en direction d'Aleria puis la T50 qui mène à Corte. Au bout de quelques kilomètres nous stationnons le véhicule au bord de la route sur un petit parking qui surplombe le Tavignano. Alex nous montre la sortie du canyon située en rive droite du Tavignano. La gerbe d'eau nous donne une indication sur le débit du ruisseau et laisse présager un saut. Nous transvasons les kits afin de réaliser une navette vers le départ du canyon situé avant le village d'Antisanti. Petite déconvenue, Micca a oublié ses chaussures canyon. Nous attendrons Carine qui a fait la liaison et nous pouvons reprendre notre périple. Les 34 kilomètres de navette semblent interminables jusqu'à une épingle, point de départ du canyon sur un petit chemin forestier. Le chemin est bien tracé, nous passons devant un des affluents sec du ruisseau dans lequel repose la carcasse d'un vieux poids lourds. Il faudra tenter de descendre par là pour rejoindre le ruisseau lors de notre prochaine visite.

Nous continuons le chemin qui se rétrécit alors et devient légèrement maquisant. Le sécateur de JC est en action sur quelques mètres, puis le chemin sera dégagé jusqu'à un petit ruisseau, un autre affluent du ruisseau de Torbia.

Le faible débit permet d'éviter les vasques et les marches en bloc. Cette première partie ne présente pas trop d'intérêt. Nous arrivons enfin à la jonction des affluents point de départ de la deuxième partie de ce canyon. Nous regrettons un peu de ne pas avoir pris le premier affluent car ce dernier se termine par un enchainement de deux belles cascades. Le canyon est sauvage, verdoyant et se situe en sous-bois. Un petit arrêt permet de s'équiper convenablement avec le haut de combi. La suite est une suite de vasques, petits biefs, toboggans et quelques sauts. De nombreux passages encaissés et concrétionnés sont magnifiques, nous ne profitons pas de ces paysages car l'eau gelée nous congèle l'organisme. Nous arrivons sur un campement laissé à l'abandon, tentes, tables, chaises, caisses en plastique jonchent le sol. Mais pas de trésor…

Le canyon aboutit à un très beau rappel de 18 mètres dans une goulotte qui finit dans une vasque: la corde de 30 mètres est un peu courte. L'amarrage : un AN, une corde de plus de 10 ans dont on ne distingue pas la couleur à cause de la mousse verte qui a poussé dessus n'inspire pas confiance. Bon !!! ça passe, mais il faudra penser à son remplacement si on refait ce canyon. Nous arrivons enfin au-dessus du Tavignano qu'il faut traverser. Deux possibilités, un saut après une désescalade ou installer une corde autour d'un amarrage « brindille ». Jean-Marcel est déjà de l'autre côté suivi d'Alex. Nous installerons la corde JCL et Micka descendent en rappel. À les entendre on comprend que la température du Tavignano est pire que celui du canyon. Franck hésite à récupérer la corde et effectuer le saut mais finira par descendre en rappel. Une fois dans l'eau, le courant et la traction de la corde l'empêche de nager convenablement afin de rejoindre l'autre rive. L'aide d'Alex sera la bienvenue. Il faudra ensuite trois personnes pour rappeler la corde qui est coincée dans les branches. La remontée tout droit dans le maquis en direction de la T50 nous permet de nous réchauffer. On appréciera tous d'enfiler des habits chauds et secs.

Nous repartons vers Antisanti afin de récupérer le van puis nous rendre vers Teppa pour manger un morceau. Au bord de la route nous trouvons une cabane de chasseurs et un petit foyer aménagé avec des pierres pour faire le barbecue. Quelle aubaine !!! Le feu est rapidement mis en route et les bouteilles ouvertes. Le gueuleton est salvateur… Nous repartons vers 17h00, la nuit commence à tomber, et arrivons au départ de la piste, le lieu-dit Teppa indiqué par JC. Une barrière fermée bloque l'accès. Une dernière tentative pour prendre contact avec des riverains reste veine. Nous quittons les lieux un peu déçus de ne pas avoir pu prospecter et repérer cette faille.

Nous arrivons sur Biguglia aux alentours de 19h00. Bien qu’inachevée, nous avons passé une bonne journée en compagnie de deux fous furieux de Corse Canyon. À refaire mais au printemps…

Franck

 

Une découverte incongrue sur le parcours une quinzaine de mètres au-dessus du canyon, un campement abandonné. Des bâches servant de tapis de sol éparpillées, des tables, des chaises, des ustensiles de cuisine, une plancha avec sa bouteille de gaz, des tentes plus ou moins debout, des caisses, des bouteilles, des boites de conserve, un vrai capharnaüm. Une installation en plein nulle part prévue sur la durée. Pour quelles raisons ? Travaux forestiers, planque, c'est un mystère. Un indice toutefois, une image iconique plastifiée traine au milieu des immondices. C'est apparemment une Vierge à l'enfant de style orthodoxe. Au dos, ce qui semblerait être une ou des prières écrites en alphabet cyrillique.

De retour devant un ordinateur, la traduction des textes confirme bien l'origine orthodoxe de cette image. C'est une Vierge à l'enfant, Kazanskaïa, Notre Dame de Kazan, une icône particulièrement révérée par l'Église orthodoxe, spécialement par l'Église russe (https://fr.wikipedia.org/wiki/Notre-Dame_de_Kazan).Haut de page

Un bon nettoyage laisse apparaitre une feuille d'olivier et un peu de terre (russe ?) insérées dans le plastifiage. Tout ça a de quoi alimenter l'imagination ...

Traduction

JCL

 

 

Samedi 22 janvier 2022

Spéléo - équipement falaise, visite cavité

Falaise de Monte di Tuda, grotte du Calvaire - Oletta

 

Participants

  • ITP : Éric G., Jean-Claude L.

  • Individuel : Jean-Yves C.

 

TPST : 1h00

Photos

 

L'entrainement secours ayant été reporté, c'eut été dommage de ne pas profiter du beau temps annoncé pour ce weekend. Une petite reconnaissance en VTT avait permis d'envisager un équipement de l'ancienne carrière de Monte di Tuda. Deux topi et demi se donnent ainsi rendez-vous au local par ce frais mais ensoleillé matin d'hiver. La rutilante machine à café manque de grains à moudre et seuls les 2 premiers arrivés bénéficient du chaud breuvage. Le 3ème se contentera de la mouture de la grand mère.

Préparation du matos, JC est optimiste. Cordes de 62, 55, 25 et 20 mètres, 30 mouskifs, les 2 petits perfos, 2 trousses à spits, quelques sangles et protège-cordes, heureusement pas de marche d'approche en perspective.

Une piste permet d'atteindre pratiquement le sommet du Monte di Tuda, montagne caractéristique des environs d'Oletta. Elle domine la plaine et outre le fait d'avoir été rongée par la carrière, elle sert également de point haut pour un réservoir d'eau et pour un pylône de télécommunication qui concurrence une croix, terminus d'une Via crucis. La proximité des émetteurs n'est pas très rassurante, mais nous sommes probablement à l'extérieur du cône d'émission.

Pendant que JY prospecte les alentours, le nouveau petit perfo est rapidement mis à contribution. 2 spits sont posés, puis 2 intermédiaires. Avant de poser les 2 spits de fin de main courante, une reconnaissance est effectuée afin de s'assurer que l'équipement peut se poursuivre. Un dernier spit est planté en bas d'un petit plan incliné, une sangle à frotter permet de descendre jusqu'au premier palier intermédiaire. Malheureusement la paroi verticale créée par le front de taille est très fracturée et poursuivre l'équipement peut s'avérer risqué. Dommage, le site aurait permis de belles voies très aériennes.

A noter le beau vol plané du marteau à spit qui s'est échappé du bras de JC lorsque ce dernier a enlevé son gant. Après un rebond sur le premier palier, il a fini son vol sur le deuxième, une trentaine de mètres plus bas. Éric s'est chargé de le récupérer après contournement des à-pics.

Le nouveau perfo s'est montré bien vaillant, il a foré 5 trous et demi et sur l'indicateur de charge 2 LED sur 3 sont encore allumées. Le demi-trou correspond à un forage non terminé suite bulle d'air dans le calcaire (photo dans l'album).

Un peu dépités nous décidons d'ouvrir une première bouteille. Remède très efficace et c'est dans la bonne humeur que nous partageons de savoureuses grillades. Par précaution médicale nous décidons d'un rappel, une 2ème bouteille est vidée.

Deuxième partie du programme de la journée, la grotte du Calvaire. C'est une petite cavité découverte en 2000, appelée ainsi à cause de la proximité d'une probable station du chemin de croix menant au sommet.

Les coordonnées et les souvenirs ténus de JC permettent de situer approximativement la cavité. Le chemin d'accès n'existe plus et c'est par une descente directe à travers la végétation que l'entrée est atteinte sans même utiliser les sécateurs et coupe-branches.

C'est une fracture de décompression, là-aussi dans du Jurassique inférieur. Un ressaut d'entrée de quelques mètres permet de poser les pieds dans une galerie relativement étroite. Encore quelques ressauts et passages entre les blocs et nous voilà au point bas de la cavité à -16 m. La cavité est assez sèche, juste un peu de suintement localisé. Peu de faune, seulement 3 petits rhinos, quelques araignées, isopodes et les traditionnels dolichopodes.

Remontée vers la piste par un autre cheminement. Petite discussion avec 2 promeneurs, l'un d'eux nous informe de l'existence d'une grotte sur le versant nord-ouest du mont. Cette cavité aurait été explorée et étudiée parHaut de page des spéléos et archéologues. Confusion avec la Grotta de Campo al Console ? Un coup de fil à sa tante brouille encore plus les pistes car elle situerait la cavité plutôt vers Oletta. Il n'empêche qu'une prospection plus complète de ce massif est à envisager.

JCL

 

 

Samedi 29 janvier 2022

Spéléo, première

Faille de Punta Vessa, Aghione

Extra : bains de Puzzichellu

 

Participants

  • ITP : Michèle Cl., Amal D., Michaël D., Jean-Claude L., Marie Pierre R., Franck Z.

  • Individuel : Jean-Yves C.

 

TPST : 1h45

Tracé

Photos

 

« ../.. une longue et profonde faille s'ouvre sur un ensemble rocheux. La profondeur de la faille semble importante. Lorsqu'on y jette une pierre on l'entend rebondir plusieurs fois entre les parois ../.. ». Un message reçu sur la boite du club qui a de quoi mettre le baudrier à la taille d'un spéléo normalement constitué !

Une reconnaissance avait été tentée lors de la dernière sortie canyon dans le secteur, mais la tombée de la nuit nous avait fait abandonner le projet.

Cette fois-ci c'est l'objectif principal de la journée, et cette journée s'annonce belle et ensoleillée.

Premier regroupement au PN4, puis café au carrefour des T10 et T50.

Direction maintenant le petit hameau de Chioso, commune d'Aghione. Nous sommes pratiquement au terminus d'une petite route de bout du monde.

Nous laissons la barrière où nous avions renoncé le 15 janvier et continuons jusqu'au 2ème départ de chemin, option recommandé par un berger avec qui Micca avait pu discuter quelques jours auparavant. Quelques échanges avec un habitant du hameau, celui-ci nous recommande également cette option. Il connait la cavité et nous accompagne même sur quelques dizaines de mètres.

Le chemin prend un air de bocage normand avec un talus de chaque côté. Il rejoint une piste qui nous mène directement à la base d'un grand bloc rocheux, la Punta Vessa1. Nous le contournons par la droite et arrivons sur sa partie supérieure, la faille s'ouvre devant nos yeux.

C'est une grande fracture longue d'une trentaine de mètres, large d'environ deux. Première tentative de désescalade côté nord par JY mais il se retrouve bloqué à quelques mètres du fond. Le reste de l'équipe opte pour l'extrémité sud qui est plus ouverte. Équipement sur arbre puis désescalade jusqu'à un gros bloc coincé entre les 2 parois. Tentative de pose d'un amarrage Multi-Monti2, vis se vissant directement dans la roche, mais celle-ci semble bien plus dure que le calcaire et la vis rend l'âme. 4 protèges-cordes seront nécessaires pour palier aux frottements et arriver au fond. Nous sommes à 10 mètres de profondeur, loin des 70 annoncés, mais nous avons l'habitude ...

La galerie est explorée sur une vingtaine de mètres vers le sud où une escalade permet de rejoindre la surface, seule Amal réussit à passer l'étroiture ...

La paroi Est présente une couleur rougeâtre, l'Ouest est plutôt verdâtre. Une consultation d'Infoterre précise que la rouge est une radiolarite (Jaspes à Radiolaires), la verte serait dans les schistes lustrés. Le secteur est au croisement de 4 cartes géologiques sans concordance des séries. Les parois ont un profil complémentaire, ce qui confirme une origine tectonique de cette faille.

Côté nord, un ressaut permet d'atteindre une petite alcôve, terminus d'une chèvre fatalement égarée. Quelques striures sur la paroi laissent imaginer qu'elle a dû s'exciter contre la fatalité.

Bilan : un développement visité d'environ 20 mètres et un point bas à une quinzaine de mètres de profondeur. Trois petits rhinos sont observés ainsi qu'une minuscule araignée difficile à photographier.

Remontée générale en gérant au mieux les frottements, la corde s'en sort bien.

Le retour s'effectue par l'autre option d'accès. Une piste descend jusqu'à une bergerie et nous arrivons ainsi devant la dernière barrière. Celle-ci est gardée par 2 ânes qui nous regardent dubitativement, nous faisons de même. Le courant semble passer, ils nous laissent franchir cette barrière libératrice.

Retour aux véhicules par la route, rapport de visite à l'habitant du matin et direction le « Restaurant ». Nous apprenons que c'est le nom donné à l'espace de pique-nique déjà utilisé après la dernière sortie canyon.

Comme précédemment, les braises sont encore chaudes et le feu n'a pas de mal à redémarrer. La cabane de chasseurs qui se trouve à proximité nous fait penser à notre casetta. On y sent l'ambiance des travaux de construction et d'aménagement, les graillous, les bouchons qui sautent dans la bonne humeur.

Il est encore tôt et la visite envisagée des bains de Puzzichellu peut agréablement compléter cette journée. Pas assez tentant pour Michèle et JY qui nous quittent pour des aventures plus chiroptérologiques.

Ces bains d'eaux sulfureuses étaient connus dès l'antiquité pour leurs vertus en ORL, en pneumologie, en rhumatologie ou encore en dermatologie. Ils ont plus ou moins bien traversé les siècles jusqu'à leur fermeture définitive en 1939. Des projets de réhabilitation sourdent de façon intermittente, un parking en terre battue a même été aménagé dans les années 2000, mais les velléités ne sont pas pérennes.

Nous garons le véhicule près de l'ancien hôtel et nous descendons vers le ruisseau de Puzzichello. Visite de quelques ruines au passage où 2 petits rhinos sont observés en plafond des pièces les plus sombres. L'odeur d'œufs pourris prévient de la proximité des sources où l'eau prend une couleur gris-bleu. Fallait être malade pour se baigner là-dedans. Ceci dit, c'était justement la raison principale des cures ...

Les bâtiments de bains qui longent le ruisseau sont en très mauvais état, ce patrimoine unique ne verra probablement pas le prochain siècle.

Autres infos :

http://eaux-minerales-oubliees.over-blog.com/article-35808529.html

https://www.corsicamea.fr/paesi/puzzichellu.htm

Fin d'une journée multi-facettes comme on les aime, avec un volet spéléo, de la première de surcroit, les traditionnelles grillades, et un volet touristico-culturel avec la visite d'un lieu d'un autre âge.

JCL

 

1 Informations communiquées par notre indicateur sur l'origine probable du nom de ce site :

« Comme toutes les langues non écrites, le corse a connu de nombreux changements dans le temps.

En ce qui concerne le nom du site, on entend habituellement prononcer « Punta Vessa ». Il s'agirait en fait d'une déformation du mot fessa. En effet, Infcor-Adecec donne comme traduction pour les mots fessa, sfessa : fente, fêlure, fissure.

Autrefois, les animaux étaient identifiés grâce à une marque sur l'une ou les deux oreilles. Ce signe de reconnaissance appelé « u segnu », pouvait être une encoche, une pointe coupée ou une fente. On disait alors que la bête avait une « orecchja sfessa ».Haut de page

La pratique n'est pas seulement locale. Elle est, ou a été en usage dans plusieurs parties du monde, comme chez les éleveurs Peuls, les Lapons ou les manadiers de Camargue qui font une « escoussure » !

Toussaint S. »

 

2 https://forum.ffspeleo.fr/viewtopic.php?id=3986 et https://www.speleo-secours.fr/?p=713

 

 

Dimanche 20 février 2022

Spéléo, visites cavités

Trous du Bulbe et de Cassiopée, Morosaglia

 

Participants

  • ITP : Éric G., Marie Pierre R., Franck Z.

 

TPST : 1h30 + 1h00

 

 

Visite du Bulbe jusqu'au fond avec quelques difficultés pour passer la faille étroite à l'aller comme au retour.

Cassiopée est visitée jusqu'à la deuxième chatière, une chauve-souris bouche le passage !

Anonymus

 

 

Samedi 26 février 2022

Spéléo, visites cavités

Trous de Cassiopée et du Bulbe, Morosaglia

 

Participants

  • ITP : Antoine B., Michèle Cl., Amal D., Éric G., Jean-Claude L., Noël R.

  • Individuel : Jean-Yves C.

  • Invitée : Ève A.

 

TPST : 2h + 1h30

Photos

 

Bis repetita placent ? Reprogrammation des mêmes cavités visitées la semaine précédente. Ces cavités « fond de tiroir » sont rarement programmées et inconnues de la majorité des topi. Première en 2000, puis 2 visites en 2006, puis plus rien, réveil du volcan 16 années plus tard.

Un beau soleil nous accueille au parking de l'épingle avec un vent plus faible qu'annoncé. Cassiopée est retrouvée grâce au GPS, l'entrée est toujours en partie obturée par des fers à béton retenant quelques pierres plates.
Quelques branches complètent symboliquement la fermeture.

L'équipement est simple, 2 spits, dont 1 avec sangle à frotter, permettent de descendre le petit puits d'entrée. Ne pas rester en bas de ce puits en raison des risques de parpinage. La même corde permet d'équiper avec un AN le petit ressaut suivant accessible via une première chatière. Encore 2 chatières et voilà le P8 équipé par 2 AN en tête de puits, suivi par un dév sur AN également.

La galerie terminale est bien plus vaste avec un plafond à plusieurs mètres de hauteur. Belle coulée de calcite qui permet d'escalader la paroi, nous sommes à une cinquantaine de mètres du réseau d'I Luminelli.

La cavité est fraiche, 16 petits rhinos et 4 grands sont comptabilisés ainsi qu'une tique Ixode et ce qui semble être la mue d'une autre.

Retour en surface, le trou est rebouché avec des branches fraichement coupées.

Direction I Luminelli maintenant pour reprendre des forces. Petite visite de la doline d'effondrement intermédiaire, elle se trouve à mi-chemin en les 2 cavités. Un bon courant d'air chaud en sort, il serait intéressant d'y revenir pour étudier une éventuelle désob.

Repas topinesque sous un beau soleil, finalement le fort vent annoncé sera assez timide.

Petite visite du trou de Hans avant de descendre dans le Bulbe. Là-aussi une désob est toujours dans les projets malgré l'absence de courant d'air.

Par contre le Bulbe souffle bien et la cavité est bien plus chaude que Cassiopée, d'ailleurs on n'y dénombrera aucune chauve-souris. En revanche la cavité semble propice à la reproduction des dolichopodes ...Haut de page

La partie finale est bien concrétionnée mais elle se mérite, une faille étroite peut être piégeante si on se laisse entrainer dans sa partie basse ...

Retour en surface, puis aux véhicules et une fois n'est pas coutume, il fait encore jour !

JCL

 

 

Dimanche 6 mars 2022

Spéléo, visite cavité, prospection, première

Grotte A Teppa di u Lupinu, Faille du Berger, Santo Pietro di Tenda

 

Participants

  • ITP : Michèle Cl., Albert D., Jean-Noël D., Jean-Claude L., Marie Pierre R.

  • Individuel : Jean-Yves C.

  • Le toutou : Bosco

 

TPST : 1h

Tracé

Photos

 

A l'origine de cette sortie, une information recueillie par Michèle auprès d'un berger sur une faille située sur les hauteurs de Santo Pietro di Tenda. Info confirmée par le propriétaire de l'ex couvent San Pietru (il s'était même brulé les mains en descendant avec une corde ...). Info à recouper avec une archive du club signalant une faille non explorée de 80 m de profondeur dans le même secteur.

C'est une belle journée de prospection qui commence d'abord par du connu, la grotte A Teppa di u Lupinu, accessible par une piste coupant le ruisseau de Lavandaio. C'est une (re)découverte des topi en 2001, qui a fait l’objet de fouilles en 2003 et 2004 par Michèle Salotti, complémentaires à celles réalisées au début du 20ème siècle par Forsyth Major. Fouilles qui ont révélé une occupation datant du néolithique moyen avec découverte de céramiques, fragments d’obsidienne et de nombreux fossiles d’animaux.
Une autre particularité de cette cavité, une géode métrique comportant de grands cristaux de calcite. Par chance, les vaches semble aimer ce lieu et le chemin est tout tracé jusqu'à la cavité. Dicton inversé : s'il n'y avait pas eu de m....s de vaches on aurait été dans la m...e !

La rando continue, visite d'un ensemble pastoral peu avant la Bocca a Canali, où s'offre à nos yeux une belle vue sur les Agriates et le golfe de Saint Florent. Emportés par notre élan nous avons loupé la bifurcation vers le bon chemin. Celui-ci est rapidement retrouvé, puis de nouveau abandonné quelques centaines de mètres après pour s'enfoncer dans le maquis en direction des barres rocheuses où se situerait la faille recherchée. Nous en trouvons une, correspondant probablement à celle indiquée par le berger. C’est un décollement subvertical d’une dizaine de mètres de profondeur, idem de long, une soixantaine de cm de large. Au fond, une trémie instable souffle de l’air chaud. Des racines sortent de la paroi avant de disparaitre un mètre plus loin. Descente en mode boite aux lettres avec installation d’une corde d’assistance.

La rando continue en sinuant sur les escarpements rocheux mais la faille de 80 m de profondeur figurant dans les archives du club restera … dans les archives du club. À suivre après prise d'infos complémentaires …

Visite d’un nouvel et magnifique ensemble pastoral composé de pagliaghju, casgile et divers abris.

Aucune chauve-souris aperçue de la journée.Haut de page

Le retour à Santo Pietro se fait via le col San Bernardino puis Poggiolo.

Grillades au bord du lac de Padule pour terminer agréablement cette journée. L'humanité peut se rassurer, s'il faut refaire l'histoire et le monde, nous sommes là !

JCL

 

 

Dimanche 27 mars 2022

Spéléo, déséquipement

Grotte des Monoxyles, Lano

 

Participants

  • ITP : Michèle Cl., Michaël D., Jean-Claude L., Jean-Luc S., Franck Z.

  • Individuel : Jean-Yves C.

 

TPST : 0h15

Photos

 

Installée entre le 26 mars et le 15 avril 2017, la via ferrata des Monoxyles avaient été posée afin de faciliter l'accès à la cavité sépulcrale de Laninca pour les archéos. Elle a donc été utilisée pour les 2 dernières campagnes de fouilles.

Il était prévu qu'elle reste en place jusqu'à la dépose de la plateforme, ceci étant fait depuis plusieurs mois il était temps de remettre la falaise dans son état d'origine, à quelques trous près. Dépose également nécessaire pour éviter que quelques hurluberlus ne l'utilisent sans l'équiper d'une corde de sécurité. En effet, les barreaux et la main courante rigides n'étaient que des aides à la progression, en aucun cas des agrès d'assurage.

Nous voilà donc au Carré d'AS en cette belle journée d'après changement d'heure, qui n'a généré aucun retard. On se tasse dans les 2 véhicules utilitaires qui disposent chacun de 3 places à l'avant, le compte y est.

Le Partner est laissé en début de piste et c'est maintenant à 6 dans le Def que l'on emprunte la piste. Ce dernier pourrait presque parcourir le chemin les phares fermés tellement il y a roulé. Le petit pont sur l'Aninco a été restauré, plus besoin de bien viser l'étroit passage. RAS sur la piste, le terminus est atteint sans encombre.

On se répartit le matos et direction la falaise. Le chemin ouvert pour les fouilles est encore à peu près visible, passage devant la grotte du Bouc, l'abri du Lecciatorta et nous voilà sur l'autel des sacrifices, à la verticale de la cavité sépulcrale.

Pas de volontaire pour équiper, JCL se dévoue encore une fois. Là-aussi il pourrait presque le faire les yeux fermés. Départ toujours bien aérien, la corde guide est toujours bien tonchée et l'arrivée sur le chêne suspendu toujours aussi agréable.

Les tâches se répartissent de façon naturelle. Michèle part en prospection dans les alentours. Franck et Micca se chargent d'équiper la via ferrata et de commencer la dépose de celle-ci. Ils sont arrêtés au milieu du parcours, les abeilles, qui sont toujours là dans une anfractuosité de la paroi, en ont décidé autrement et les vigiles de la ruche font comprendre qu'il n'est pas question de passer. Ils ne déposeront donc « que » les 6 premiers barreaux et 2 longueurs de la main courante rigide. L'extracteur à masselotte bidouillé par Micca est mis à contribution, ça fonctionne mais quelques améliorations sont déjà envisagées. L'essentiel est fait, plus de risque que quelqu'un s'y engage sans installer les sécurités nécessaires.

Pendant ce temps, les 3J (JC, JY et JL) installent une main courante entre les 2 cavités perchées, aucune chauve-souris observée ce jour. Les quelques plaquettes laissées ou oubliées sur place lors des dernières visites sont déposées, certaines de façon acrobatique, elles étaient posées en plafond ...

Franck vient rejoindre le trio avec l'extracteur de barreaux mais un seul est extrait, les abeilles n'aiment pas ce tintamarre et le font comprendre.

Évacuation générale, JY d'abord, puis JL en mode réchappe. Pas facile de remonter avec un machard et un Duck ! Ce sera plus rapide après une piqure d'abeille et l'utilisation d'un vrai bloqueur !

Par obligation JC prend l'option descente, il doit récupérer un de ses gants tombé sur une margelle intermédiaire. C'est Franck qui déséquipe, accompagné par quelques abeilles menaçantes.

Retour au véhicule, découpage des fers à béton en longueurs de 2 m, allumage du feu, débouchage de laHaut de page première bouteille. Le reste est habituel, grillades, palabres, ergotages, voire radotages, sont les ingrédients d'un bon pique-nique topinesque.

Retour à Ponte Leccia pour une bonne mousse, ou autre.

JCL

 

 

Dimanche 3 avril 2022

TUC, Travaux d'Utilité Collective

Assemblée Générale LISC

Local de Montesoro, Bastia

 

Participants TUC

  • ITP : Antoine B., Jean-Noël D., Éric G., Jean-Claude L., Franck Z.

 

Le mauvais temps annoncé et l'AG de la LISC prévue à 16h n'incitent pas à s'éloigner du local, une journée TUC est ainsi proposée aux membres de l'association.

Peu de succès mais les présents sont motivés !

  • remplacement du mitigeur de l'évier par un modèle de compétition (don Sophie M.)

  • peinture du ciel de bar

  • pose d'un disjoncteur pour séparer le circuit aérateur de celui des frigo et micro-onde

  • rangement et tri divers

  • nettoyage du local

  • tri des Spelunca et Karstologia

    • manque les Spelunca 88, 110, 132, 133

    • manque les Karstologia 59 à 64 et 72

A propos de ces revues, tous les numéros en double ont été posés sur la table de salon et peuvent être récupérés par les membres. Ils seront ensuite distribués gratuitement lors de la fête du sport ou donnés aux initiés.

Certains numéros sont téléchargeables sur le site de la fédé : https://publications.ffspeleo.fr/revue.php?id=203

En outre, tous les sommaires disponibles ont été regroupés sur une seule page du dite ITP afin de faciliter les recherches d'articles spécifiques : https://itopipinnuti.pagesperso-orange.fr/spelunca.htm

Un sympathique spuntinu a ponctué cette journée de labeur.

 

______________________________

 

Participants AG LISC

  • ITP : Antoine B., Michèle Cl., Wanda C., Jean-Noël D., Henri-Pierre F., Éric G., Jean-Claude L., Pierre L., Marie Pierre R., Franck Z.

 

L'inquiétude sur un quorum non atteint s'est vite dissipée, à 16h05 l'AG a pu commencer.

Bilans et perspectives habituelles, un changement dans la composition du CA, Éric remplace JCL.

Composition du CA :

  • Jean-Noël DUBOIS, président

  • Henri-Pierre FIOCCONI, secrétaire

  • Antoine BOSCHI, trésorier

  • Wanda COMPARETTI, secrétaire-adjointe

  • Véronique MASSA, trésorière-adjointe

  • Amal DRISSI, membre CA

  • Éric GENOUD, membre CA

Il faut également commencer à réfléchir sur l'avenir de la LISC et au roulement de ses dirigeants.Haut de page

Compte tenu du manque d'information sur le nombre de participants à cette AG il n'a pas été possible d'organiser un pot de l'amitié digne de ce nom.

JCL 

 

 

Samedi 9 avril 2022

Spéléo - aménagement, démaquisage, brochage, prospection

Cast 5, Oletta

 

Participants

  • ITP : Michèle Cl., Dominique D., Jean-Claude L., Marie Pierre R., Franck Z.

  • Individuel : Jean-Yves C.

 

TPST : 2h30

Tracé

Photos

 

Le site de Castiglione est celui qui a reçu le plus grand nombre de visites de la part des spéléos insulaires. Une vingtaine de cavités plus ou moins grandes, entre 2 et plusieurs centaines de mètres de développement, entre 2 et plusieurs dizaines de mètres de profondeur. Si la principale raison de ces visites est l'initiation aux techniques de spéléologie alpine, ces cavités ont également fait l'objet de recherches paléontologiques et entomologiques. Des exercices spéléo-secours s'y déroulent aussi à l'occasion. Ces sorties se terminent obligatoirement par le traditionnel graillou. Simple casse-croûte ou en version pantagruélique, le besoin d'un certain confort s'est accru avec le temps et probablement avec l'âge. A même le sol dans les premiers temps, des aménagements se sont progressivement succédés. Aux blocs rocheux servant de sièges se sont ajoutés des tables en pierres plates entourées de planches servant de bancs, et même une table basse en ferraille y avait été ajoutée.
Une nouvelle étape a été atteinte cette fois-ci, Dumè le grand bricoleur a recyclé des palettes pour confectionner 2 tables en fixe dotées de bancs rabattables. 12 places pour la plus grande, 4 pour la petite, bientôt tous les membres du club pourront s'y attabler en même temps !
L'ancienne table basse en ferraille est déplacée à côté du coin grillades et une petite table pour les punis ou les amoureux est ajoutée à côté de la grande sous l'olivier.

C'est donc Dumé et Franck qui se chargent de l'ameublement du site. Le reste du programme de la journée est assuré ainsi :

- JY et sa débrousailleuse calibreront la piste entre le pylône et les parkings de Cast 2. Gros boulot surtout pour la piste de Cast 2.

- JC, MP et Michèle iront dans un premier temps dans Cast 5. Le but est de poser des broches inox à la place des spits foireux. Une au niveau de la première déviation et une autre en tête du P13. Un trou est préparé en face de cette dernière pour une broche à poser avec des ampoules moins pâteuses. La visite se poursuit jusqu'en bas du P13 pour vérifier le spit de la déviation. Curiosité du jour, une tarente a élu domicile dans une anfractuosité de la première salle ! Troglocène d'un jour, trogloxène toujours ?
Ce trio ira également prospecter la zone de la Cima di u Buttogio en suivant le chemin de crête. Quelques affleurement de cipolin mais peu d'indices d'éventuelles cavités souterraines. Le chemin de crête est même poursuivi jusqu'au point côté 162, il peut s'envisager en VTT. Pas de chauve-souris dans le premier pagliaghju, celui-ci est en bon état avec un joli toit en encorbellement. Le toit du deuxième s'est par contre effondré, donc aucune chance d'y trouver des chiros.Haut de page

Et le graillou alors ? Pas de feu en raison du vent mais les tables ont été inaugurées. Quelques gouttes de vin ont même été versées sur la grande table en libation pour ce lieu sacré de la spéléologie insulaire !

L'aménagement a ainsi été testé et adopté !

JCL

 

 

Dimanche 17 avril 2022

Spéléo, visite, entomo

Grottes A Leccia Torta, du Pressoir, A Sapara - Castiglione

 

Participants

  • ITP : Michèle Cl., Wanda C., Jean-Noël D., Henri-Pierre F., Éric G., Franck Z.

  • Individuel : Jean-Yves C.

  • La toutounette : Nala

 

TPST : 2h30

Photos

 

La grotte A Leccia Torta fait partie de ces cavités oubliées et un peu boudées par les Topi’s. La dernière visite remonte à 2017. Pour ceux et celles qui ne la connaissaient pas c’était l’occasion de vérifier la véracité du dernier compte rendu : A Leccia Torta, fosse septique ? Mythe ou réalité ?

Les premiers protagonistes se rejoignent au local, où JND et Éric préparent le matériel. Ils rejoignent HP, Wanda et Franck au PN4. Et enfin JY et Michèle au « carré d’As » à Ponte Leccia pour le traditionnel café.

Après cette petite pause nous regagnons le village de Castiglione, petite commune sympathique, située au pied des aiguilles de Rundinaia (1658 m) partie d’un ensemble montagneux du massif du Cinto culminant à la Cima a i Mori, 2180m (source Wikipédia).

JY et Michèle en profitent pour effectuer la visite et un comptage chiroptère dans la grotte A Sapara.

Nous profitons d’un beau parking réalisé par la mairie pour stationner nos véhicules et nous équiper.

Joint par téléphone nous prenons un peu de temps pour rencontrer le maire du village et deux administrés. Ils nous indiquent que l’entrée de la cavité se situe en contrebas du village. Cette dernière est rapidement trouvée et l’accès est propre.

Annoncée comme une cavité très humide, la première salle est sèche, de nombreux détritus jonchent le sol (bouteille de bière, boites de conserve rouillées etc.).

Franck emprunte le boyau et arrive au départ du P7, les amarrages sont intuitifs, un AN et un spit pour le départ de la MC puis deux spits pour la tête de puits. Le fond de la diaclase se poursuit alors par un boyau remontant jusqu’à une corde « d’un autre âge », Franck et Éric font un peu de tourisme et sont rapidement rejoints par le reste du groupe. Franck teste la corde qui est gorgée d’eau et très élastique. Il monte prudemment sur la coulée de calcite glissante, la corde a l’air d’avoir bien vieilli. À la demande générale, Franck installera une corde pour accéder à ce premier plateau. À cet endroit Éric sent une odeur d’urine. La main courante équipée par JCLM en 2012 a également survécu, elle gagne une vire peu engageante car exposée. Quelques concrétions permettent d’avoir des appuis sécurisants car les parois sont couvertes de boues poisseuses (mais sans odeur). La partie supérieure est bien concrétionnée, les nombreuses fistuleuses sont de couleurs ocre et brune, les petits gours emprisonnent un liquide noirâtre, JND effectuera un prélèvement pour analyse. À la fin de la MC, JY redescend un boyau et trouve des spits en paroi, Franck installe une MC et équipe le ressaut R4.

Puis Franck part récupérer la corde laissée avant la MC et Éric déséquipe la MC et le ressaut. Il bataillera un petit moment pour défaire un mousqueton dont la plaquette s’est coincée dans la virole.

Éric redescendra le R4 en désescalade auto-assuré par la corde verrouillée par un nœud étrangleur (technique canyon), la sangle est laissée autour du rocher (prévoir un maillon rapide pour la prochaine fois). Sortons et nous retrouvons aux véhicules, il est un peu plus de 14 heures.

Initialement prévue, la topo de la grotte du Pressoir fera l’objet d’une prochaine sortie, nous décidons tout de même d’aller voir l’entrée de cette grotte. C’est une curiosité car elle se situe au milieu du village dans une maison laissée un peu à l’abandon. Nous repassons voir Monsieur le maire afin de lui rendre compte de notre visite.

Après discussions nous quittons ce charmant village pour l’entrée de la grotte A Sapara afin de nous rassasier. La table est rapidement installée, le repas est salvateur. Nous refaisons le monde, et JY animera les débats…

En guise de digestion Michèle et Wanda se baladeront dans la première salle de la grotte puis nous reprenons la route en direction de Bastia.Haut de page

Nous n’aurons pas encore la réponse à la question posée dans l’introduction, nous en saurons peut être un plus avec le résultat des analyses.

Lors de la prochaine visite il faudra prévoir de la corde (pour remplacer la corde montante et la main courante), 4 maillons rapides pour remplacer ceux oxydés, ainsi que de la sangle.

FZ

______________________________

 

Compte rendu entomo

La grotte A Leccia Torta, bien connue pour ses concrétions évocatrices de pollution anthropique, restait une des seules cavités visitées par le Pr Rémy en 1948 où la LISC n’avait pas encore cherché ses bébêtes. Pourtant en 1948 la chasse de Rémy avait été prolifique : diptères, coléoptères, chilopodes, diplopodes, isopodes, acariens, opilions, gastropodes, oligochètes, diploures ! Petâr Beron, autre source de recherche entomologique, avait retrouvé quasiment les mêmes espèces en 1967. Et tout cela uniquement dans la galerie d’entrée pour Rémy — il avait en effet été stoppé dans sa progression par une « fissure inaccessible », la grande faille n’ayant pas été visitée — ; par contre Beron avait pu la franchir et descendre le puits d’entrée estimé à 15 m (en désescalade !) et s’arrêter au fond. On devrait remplir nos gibecières.

On part donc à la suite des jeunes équipeurs. La galerie d’entrée est bien sèche, un peu d’humidité à son extrémité éloignée de l’entrée mais la zone est balayée par un courant d’air frais. On a beau fureter dans tous les recoins et soulever tous les cailloux, le bilan est pauvre : quelques dolichopodes, araignées (Meta bourneti vraisemblablement), myriapodes juvéniles et des coquilles d’Oxychilus blauneri.

La descente de la diaclase est équipée, on part à la suite de l’équipe. Des stalagmites et les parois de la vire inférieure, à la sortie du boyau remontant, sont recouvertes d’enduit blanchâtre, évoquant des colonies bactériennes ou fongiques. Un prélèvement est effectué. Contacté au retour, Albert évoquera un Candida ?

On reviendra presque bredouille. Wanda ramènera un diploure quasiment noyé dans un gour un peu glauque de la vire supérieure. JN et HP vont prélever deux flacons d’eau stagnante de ces gours pour la recherche de pollution fécale, présence éventuelle d’entérocoques. Ils seront déposés au laboratoire le mardi.Haut de page

Bilan très pauvre par rapport à ce que l’on espérait. Mais le Pr Rémy est venu en août et P. Beron en septembre ou novembre. Les températures devaient être plus élevées (12° C au fond de la galerie en août 1948). Une sortie en septembre serait peut-être plus riche en spécimens.

JND

 

 

Samedi 30 avril 2022

Canyon, préparation JNsC

Pont de Briacale, Ruisseau de Furnelli - Sorio

 

Participants

  • ITP : Jean-Claude L., Noël R. (assistance morale et photographique), Franck Z.

  • GCC (Chiro) : Michèle Cl.

 

Photos

 

Les Journées Nationales de la Spéléologie et du Canyonisme de printemps approchent à grands pas, les 2 aires qui vont accueillir le barnum et le pique-nique doivent préalablement être nettoyées.

Seuls Franck et JCL répondent présents au rendez-vous de Multari, pourtant une petite friandise avait été ajoutée au programme de la journée : descendre cette attirante cascade visible depuis le pont de Briacale et qui nous faisait de l'œil depuis des années.

Contact préalable avec le maire, on le retrouvera l'après-midi.

Pendant que Franck s'active avec la débroussailleuse, JCL part en reconnaissance sur ce chemin qui monte en rive gauche orographique depuis la vasque terminale. Quelques marches bétonnées facilitent la montée bien raide des premiers mètres. Le chemin continue ensuite, il est bien tracé et redescend au bout d'environ 300 mètres et 10 mn de marche au bord de la piscine naturelle où aboutit le premier rappel de la descente d'initiation. Il y a pas mal d'eau, les amarrages d'arrivée du rappel guidé sont sous l'eau et le rappel doit bien arroser.

Retour au pont, Michèle est arrivée entre temps mais elle est déjà partie compter les chiros aux grottes I Topi Pinnuti et Gudrone.

Fin du nettoyage, place maintenant à la descente du petit canyon. Pas de navette, on montera à pieds en passant par le raccourci. Traversée du village en tenue légère mais personne dans les ruelles.

Il n'est pas nécessaire d'aller jusqu'à l'église Sant'Antone, prendre le chemin qui descend à droite juste après le point haut du parcours. Quelques minutes plus tard nous voilà au bord du ruisseau. Équipement et c'est parti pour la descente. La première partie n'est pas folichonne, une corde d'aide est installée pour descendre 2 ressauts bien glissants. Une esthétique goulotte suit puis voilà le cassé attendu. Un dernier ressaut permet d'atteindre l'amarrage de début de main courante. Une plaquette inox bien déformée est scellée par un seul goujon. Une boucle de corde vermoulue, d'un autre âge, est remplacée par une sangle plus rassurante. Franck continue et équipe le beau rappel avec une C40. La C30 y est raboutée au cas où. Michèle et Nono sont en bas du rappel, on aura ainsi quelques photos prises en contreplongée.

Un dernier rappel en plan incliné et c'est fini, retour aux véhicules en 5 mn.

A faire en complément d'une autre activité. Il faut compter 40 mn de marche d'approche et d'habillage + 1h30 de descente en mode pépère.Haut de page

Michèle s'en va, pique-nique pour les autres. Grosse bourde, aucune bouteille n'a été apportée, on vieillit ...

Franck et JCL taperont la discute avec le premier édile puis retour à Biguglia.

JCL

 

 

Dimanche 8 mai 2022

Canyon, descente

Viula, Olcani

 

Participants

  • ITP : Antoine B., Franck Z.

  • Invitées : Audrey, Muriel C., Raphaëlle

 

Cotation V4.A2.III

TPEC : 2h45

 

Les canyons de début de saison sont gages d'un débit d'eau conséquent. Il était tentant de parcourir le ruisseau de la Viula bien en eau, nous n'avons pas été déçus...

Nous profitons de cette journée radieuse de printemps pour gravir le sentier. Les arbustes et plantes sont en fleurs, cette marche d'approche se transforme en cours de botanique, initié par Anto et Mumu. Par ailleurs, le maquis ayant repris ses droits, nous peinons dans certains passages.

Nous atteignons le départ du canyon après un peu plus d'une heure de marche. L'eau est très fraîche. Le rappel de la C16 se fait dans l'actif, la quantité d'eau, importante, martèle le casque du canyoniste, le canyon devient alors assez sportif...

A la base de la C12 dans la petite vasque, nous prenons soins de ne pas nous coincer dans l'étroiture en V, sous l’œil vigilant d'Anto. Le reste du parcours de pose pas de problème. Nous rejoignons le pont aux alentours de 15h00.Haut de page

Franck étant attendu part après une petite bière bien méritée. Le reste du groupe n'aura pas le temps de se sustenter car ils sont surpris par une belle averse, ils finiront chez Anto pour achever cette journée.

Franck

 

 

Dimanche 15 mai 2022

Canyon, JNsC, ruisseau de Fiumi Raghiunti - Sorio

 

Participants

  • ITP : Romain B.-A., Antoine B., Christophe C., Jean-Claude D., Dominique D., Jean-Noël D., Michaël D., Éric G., Jean-Claude L., Marie-Pierre R., Jean-Luc S., Franck Z.

  • CC : Pascal B., Alexandre C., Jean-Marcel V.

  • Initiés : Rafaël B.-J., Anne-Lys et Nicolas C., Agnès F., Frédéric F., Anne-Lyse H., Fanny L., Lorette L., Marie M., Carole N., Maria P., Mégane R., Lila S.

 

Photos

 

Pour la deuxième année consécutive, les JNSC, orientées canyon, sont organisées dans le ruisseau du Fiumi Raghiunti, mais cette fois-ci avancées de quasi un mois afin de bénéficier d'une quantité d'eau suffisante. Le débit sera tout de même trop important pour une journée de découverte...

Tout a commencé la veille avec le chargement du matériel dans le minibus, vidé de ses sièges pour l'occasion.

Le lendemain, les premiers topi se retrouvent dès 7h30 sur la commune de SORIO. Le déchargement s'organise, les barnums sont érigés, le matériel est dispatché du côté de la zone repas ou du côté zone de préparation des futurs initiés. Pendant ce temps Anto et Franck se chargent d'équiper le canyon. Le sentier d’accès au canyon repéré par JCL quinze jours auparavant est une aubaine : plus besoin de navette jusqu'au village.

8H30, départ de la fine équipe sur le chemin d’accès, chargée de cordes, de dégaines et de huits. La sente est bien marquée et suffisamment dégagée pour nous permettre de monter en combi.

La première cascade est équipée, les amarrages sont bien chargés par un rappel guidé ou tyrolienne et deux cordes pour descendre directement dans l'actif. Le débit est important et change la physionomie du canyon. Le duo est rejoint par Micca, Jean-Marcel, Alex puis plus tard Pascal.

Tout est équipé en débrayable, désescalade, C8, C5, D2, C5. Vu le débit important, Anto équipera la C4 final en main courante puis utilisera les amarrages situés rive droite pour descendre à côté de l'actif. Franck équipera tout de même la C4 pour les plus aguerris. Pour la petite histoire, Alex descendra dans l'actif et nous présentera une belle démonstration de ce qu'il vaut mieux éviter de faire : trébuchant et se retournant dans la cascade pris par la force de l'eau, il s'en sort tout de même en rigolant... Ils sont fous à Corse Canyon... La tyrolienne finale ne sera installée que l’après-midi.Haut de page

Les initiés sont déjà prêts à en découdre avec ce canyon. Pour les faire patienter, JCL avait déjà présenté et effectué la démo de l'utilisation du 8 car dès le départ sur la C11 nos initiés du jour sont dans le vif du sujet. L'équipe de CC nous donne un coup de main pour encadrer les initiés, c'est appréciable. Le premier passage sur le rappel guidé se fera sans soucis. Lors du deuxième passage, Carole se fera une petite frayeur, se retournant dans la cascade et étranglée par la sangle du casque, heureusement Alex, vigilant, la recueillera saine et sauve. Le reste du canyon se déroulera sans autre problème. La faim et le froid se font sentir. Arrivés à la C4, l'odeur prometteuse du barbecue arrive jusqu'à nous, la fin du canyon est proche. Nous mettrons près de trois heures pour arriver au pont.

Nous sortons du canyon vers 13h15. JCD et Dumé s'activent autour du barbecue, les agapes vont bon train. Monsieur le maire de Sorio nous rendra une petite visite.

Mais pas le temps de profiter et buller, le groupe de l'après-midi est déjà là. Anto et Pascal installent la tyrolienne finale tandis qu'Alex prodigue conseils et un cours magistral sur l'utilisation du huit. C'est donc avec 7 initiés que nous repartons à l’assaut du canyon. Prenons notre temps, Lila semble bien stressée dès la première cascade, transie par l’appréhension, le froid et la fatigue, elle finira tout de même ce canyon bien aidée par Pascal. Le parcours s'effectue dans la bonne humeur générale. Alex et Micca déséquipent le canyon derrière notre passage. À notre arrivée le matériel est déjà quasi totalement démonté et prêt à ranger. Les initiés semblent avoir passés une bonne journée. Nous regagnons enfin le local pour décharger le minibus et se poser quelques minutes. Merci encore à toutes et à tous pour votre participation...

Franck

 

______________________________

 

Spéléo, visite et comptage chiro, grotte I Topi Pinnuti - Sorio

 

Participant

  • ITP : Jean-Noël D.

 

Dimanche des JNSC à orientation canyon, pourquoi pas proposer aux impétrants avides de cascades une petite virée sous terre après leur aventure aquatique. Deux cavités – sans grand intérêt spéléo, pas de concrétions, des fractures dans de la prasinite – se développent à deux pas du lieu de regroupement à Sorio. C’était sans compter la vigilance de Michèle qui a aussitôt opposé un véto à toute visite de ces deux cavités compte tenu de la présence de chiros. Bien sûr cela a fait l’objet d’une belle joute oratoire le jeudi soir au club mais un consensus a été trouvé, JN ira seul voir si les rhinos sont toujours là et éventuellement proposera ensuite la visite.

Finalement la sortie spéléo n’a pas été évoquée, les initiés du matin se sont échappés après les agapes pantagruéliques et il ne restait l’après-midi que quelques liscards à lézarder au soleil. Vers 15 heures JN se décide quand même à aller mettre le nez sous terre. Équipement light mais quand même combi et genouillères car la grotte est plutôt accrocheuse.

La galerie d’entrée – La Chambre des Chauves souris – est vierge d’habitants mais malheureusement sent toujours autant l’urine, et pas que de rat ! Retour vers la fracture transverse, toujours aussi étroite, les rhinos sont là, 26 individus accrochés sur la paroi de gauche, des Grands rhinos apparemment (Rhinolophus ferrumequinum). Heureusement ils sont en hauteur et en restant au fond de la diaclase on peut passer (il y en aura autant au retour…).

Arrivée au Vestibule et suite de la visite vers la droite – La Fosse – où on en a déjà observé, mais rien. Retour au Vestibule et visite de La Poche pour aller voir Les Cavernes jumelées qui mènent sous la route. Mais dans l’étroiture triangulaire qui permet d’y accéder il y a un beau Grand rhino suspendu en plein milieu… Demi-tour !Haut de page

On a beau avoir fait la topo, bien connaître la cavité, le retour n’est pas évident ; après quelques hésitations et coincements le jour est là.

Trop tard pour monter à Gudrone d’autant que les canyonistes de l’après-midi sont de retour.

JND

 

 

Dimanche 22 mai 2022

Canyon, descente

Purcaraccia, Quenza

 

Participants

  • ITP : Antoine B., Nicolas M., Franck Z.

  • Invitée : Béatrice.

 

Cotation V4.A3.II

TPEC : 2h00

 

Afin de profiter de cette belle journée Anto et Franck se retrouvent au PN4 à 7h30. Après une halte à Mignataja et Ponte Grosso nous rejoignons Poulpy et sa compagne à hauteur du chemin d’accès du canyon aux alentours de 9h45. Pas de panneau d'interdiction : la voie est libre.

Le beau sentier permet d’accéder au départ du canyon. Depuis le haut de la C40, nous suivons Anto et poursuivons en longeant le ruisseau jusqu'à la C45 que nous contournons en rive droite jusqu'à un ravin un peu raide. Le parcours se transforme alors en petite escalade mais permet d'éviter la montée jusqu'au pin laricciu. Nous atteignons le premier toboggan, départ du canyon vers 11h00. Premières constations : le débit d'eau semble bien bas pour un mois de mai, et malgré le début de saison, les vasques sont déjà ultra fréquentées par les touristes. Vu le comportement de certains, l'arrêté d'interdiction semble inévitable cette année encore. Le débit sera tout de même correct pour nous amuser dans les toboggans et autres rappels. Ces derniers s’enchaînent dans une eau de couleur émeraude. Nous assurons le spectacle devant les badauds étonnés de notre présence.Haut de page

Après deux heures de bonheur, nous regagnons les véhicules. Nous repartirons vers Bastia après une petite pause burger au snack de Ponte Grosso. Encore une belle journée de canyon....

Franck 

 

 

Samedi 4 juin 2022

Canyon, descente

Viula, Olcani

 

Participants

  • ITP : Jean-Claude L., Marie Pierre R., Franck Z.

 

Cotation V4.A2.III

TPEC : 3h30

Photos

 

Peu de volontaires pour cette descente du Viula, le canyon phare du Cap Corse. C'est pourtant la période idéale pour le descendre, pas trop d'eau mais suffisamment pour l'apprécier et en plus elle est encore limpide.

Départ du Ponte Novu vers 10h30 après partage du matos. MP portera la C90, Franck la C50 et le vieux JC la C20. Montée tranquille en 1h30, MP nous présente quelques espèces végétales. Le soleil ne tape pas trop fort mais le maquis commence à reprendre possession du chemin, malgré le passage récent de la meute du raid bien connu. Il a fallu bataillé quelque peu avec bâtons et sécateur. La descente commence après une 1/2 heure d'habillage, MP s'aperçoit d'ailleurs que le maillon rapide de jonction de ses longes est dévissé, faudra vérifier les autres baudards du club ...

L'eau est comme d'hab froide, mais on s'y attend dans ce canyon. Les C12 et C13 se descendent sans soucis avec comme dit plus haut un niveau d'eau sympa. La main courante vers la C22 a été laissée en place par le raid mais elle n'est plus raccordée au départ du rappel, surprenant. La corde et la sangle qui relient les 2 amarrages sont également d'un autre âge et en mauvais état, on les enlève et on pose une nouvelle sangle.

De nouveaux amarrages ont été posés pour la main courante et la C50. Équipement avec rabout de la Dyneema en corde de rappel. Le courant d'eau tire fort sur la corde. En fait, on ne freine pas la descente, mais il faut tirer la corde aval toute la moitié du rappel pour pouvoir descendre. Pas de souci pour le rappel de corde, faut bien qu'elle serve de temps en temps cette Dyneema !

L'eau de la vasque d'arrivée est bien propre, les mâles font le saut de 6 mètres. Attention à bien pousser en raison de l'engravillonnement côté paroi.

Le reste de la descente se poursuit ponctuée de quelques trempettes pour refroidir les machines. On sent d'ailleurs un vent très chaud venant du littoral.Haut de page

Retour au Ponte Novu après 3h30 de descente tranquille. Pique-nique traditionnel sur le parapet avec des bibines bien appréciées. MP nous fait gouter son alcool de mandarines, celles cueillies lors de la sortie du 29 janvier dernier, faut pas en abuser avant de conduire ...

Étape mousse à Nonza et retour au local après une sympathique sortie entre amis ;-).

JCL

 

 

Samedi 11 juin 2022

Canyon interclubs, formation

Falaise de Tozza, Patrimonio

 

Participants

  • ITP : Jean-Claude L., Franck Z.

  • ITP-Corse Canyon : Antoine B., Nicolas M., Julien S.

  • Corse Canyon : Jérôme A., Christelle B., Pascal B., Laurent B., Michaël D., Magali E., Célia G., Éric R., Emmanuel R., Doriane T.

  • Individuelle : Muriel C.

 

Photos

 

Adhérent ITP depuis 2019, Julien, alias Gritou, s'oriente vers une carrière professionnelle dans le canyonisme. Il termine déjà sa formation de DE canyon et doit mener à bien un projet pédagogique. Les membres ITP et Corse Canyon serviront de cobayes et une formation aux bases techniques de descente et d'équipement des canyons est programmée sur un week-end. Un après-midi sera également consacré à la gestion d'un accident. Le niveau des candidats va de débutant à moniteur confirmé !

C'est la falaise de Tozza qui sert de cadre pour le menu du samedi matin :

  • Relais et SAR (Système Auxiliaire de Relais)

  • Les différents freinage

  • Les clés d'arrêt

Les initiés sont répartis en 3 groupes tournant plus ou moins homogènes et Gritou, Anto et Pascal se chargent des formations.

Après un sympathique pique-nique, les 3 groupes tournent l'après-midi avec pour menu cette fois-ci :

  • La main courante rappelable

  • L'équipement d'une verticale simple

  • Le débrayage d'un équipierHaut de page

Rendez-vous est pris au lendemain dans le canyon du Cippetto pour mettre en pratique les apprentissages du jour.

JCL

 

 

Dimanche 12 juin 2022

Canyon interclubs, formation

Ruisseau de Cippetto / Le Golo, Volpajola

 

Participants

  • ITP : Jean-Claude L., Franck Z.

  • ITP-Corse Canyon : Antoine B., Nicolas M., Julien S.

  • Corse Canyon : Jérôme A., Christelle B., Pascal B., Laurent B., Michaël D., Magali E., Célia G., Éric R., Emmanuel R., Doriane T.

  • Individuelle : Muriel C.

  • PGHM Corte : Jérôme I.

 

Cotation V4.A2.III

TPEC : 2h30

Photos

 

Le dimanche matin est consacré à la mise en application dans le canyon de ce qui a été vu la veille. C'est donc en cette belle journée que nous nous retrouvons sur le parking du Cippetto RT11.

Le départ est un peu chaotique mais la bonne humeur est de mise et c'est bien l'essentiel. Les cordes sont dispatchées et les groupes sont reformés. Le premier à partir est le groupe des « Muvra » suivi des « Milanu » puis des « Sumeru ».

Éric et Laurent partent en tête, rejoints par Pulpi puis JCL et Franck qui ferment la marche. La sente est assez bien tracée, quelques bifurcations peuvent enduire en erreur tout de même. Arrivée au départ du canyon, nous constatons que notre formateur n'est pas avec nous...

Pascal débarque enfin et sera notre formateur pour la matinée, il en profite également pour remplacer les mains courantes fixes installées dans le canyon (NDLR : il officie en tant que Pro dans ce canyon).

L'eau est fraîche et le débit un peu juste. Trois rappels se succèdent, 22, 50, 10 mètres.

Chacun notre tour, nous installons main courante, débrayables. Quelques débrayages sont mêmes réalisés. Si au départ nous trouvions l'eau un peu fraiche, on apprécie les vasques de ce canyon végétal pour nous rafraîchir. Nous mettons environs 2h30 pour venir à bout de ce canyon.

Il fait très chaud et nous cherchons un peu d'ombre sur les berges du golo pour la pause méridienne. Les plus audacieux traverseront le Golo. Les pierres étant glissantes, Pascal nous présentera une belle figure de style et finira dans l'eau avec ses affaires...

Mais pas le temps de faire la sieste, l'après-midi est dédié aux interventions de Jérôme (gendarme du PGHM), Magalie et Gritou. Trois ateliers de 45 min sont mis en places.

Magalie (médecin du SAMU2B) nous présente l'accidentologie et différends traumatismes en canyon, ainsi que l'attitude à avoir face à un blessé. Jérôme, nous énumère le matériel type mais non exhaustif de ce que doit contenir un bidon étanche. Enfin Gritou nous a installé un point-chaud fabriqué avec de la toile et suspente de parapente puis nous prodigue quelques conseils et astuces pour réaliser un brancard avec trois kits. Les trois ateliers sont agrémentés par des échanges et retour d’expériences vécus de chacun.Haut de page

Nous finissons aux alentours de 17h00. Quelques irréductibles s’hydrateront encore un peu (et oui il fait encore chaud) pour conclure cette belle journée et ce week-end sympa.

Franck

 

 

Samedi 18 juin 2022

Divers, Journées Européennes de l'Archéologie

Musée de site archéologique de Mariana, Lucciana

 

Participants

  • ITP : Michèle Cl., Wanda C., Albert D., Dominique D., Jean-Noël D., Jean-Claude L., Pierre L., Noël R., Rémi R., Marie-Pierre R., Alexia S. B.

  • Ex ITP : Michèle Cs., Fanny L., Philippe S.

  • Individuel : Jean-Yves C.

  • Invités : Clément B., Marie-Françoise L., Pri, Sara et Tessa L. B.

 

Photos

 

Une douzaine de topi et ex topi se sont déplacés aux Journées Européennes de l’Archéologie (ex Journées Nationales de l'Archéologie qui se sont donc étendues à l'Europe). Celles-ci se déroulaient cette année en Haute Corse à Lucciana.

Pour cette occasion des visites guidées et gratuites du musée étaient également organisées.

Aux traditionnels stands évoquant les différentes facettes de l’archéologie ainsi que les us et coutumes des époques romaine et préhistoriques, s’est ajoutée la présentation au musée d’une partie des coffres funéraires que nous avons découverts à Lano, accompagnée d’une des répliques réalisées par l'association Chalcophore avec les outils reconstitués de l'âge du bronze.

Notre présence a été appréciée par quelques visiteuses intéressées par notre découverte et des contacts ont été notés pour recueillir des infos sur des cavités dans les secteurs de Santo Pietro di Tenda et de Pietracorbara.

Des habitantes de Murato rencontrées au Musée attendaient notre sortie conviviale des grottes de Monte di Lucciana. Celle-ci avait été reportée en raison du Covid, elle pourrait être programmée cet automne.

Le documentaire de Pierre-Jean était diffusé en boucle sur un écran. De bons souvenirs …

Le côté spectacle a été assuré par la troupe de reconstitution historique de l'association LEGION VIII AUGUSTA qui a proposé des scènes d'assauts de légionnaires romains impressionnantes !

Des éclats d'obsidienne du Monte Arci en Sardaigne ont été récupérés sur le stand tenu par Gaël Mayeur forgeron-coutelier de Luri, ils agrémenteront la vitrine du local.Haut de page

En résumé, le menu proposé lors de cette édition des JEA était encore une fois intéressant et avait de quoi occuper toute une journée.

JCL

 

 

Samedi 18 juin 2022

Canyon, descente

Le Macini, San-Gavino-di-Fiumorbo

 

Participants

  • ITP : Antoine B., Michaël D., Franck Z.

 

Cotation V4.A2.III

 

La descente de la Purcaraccia était initialement prévue et programmé par JCL. Cependant, les Journées Européennes de l’Archéologie étaient également programmées en Haute Corse, à Lucciana cette année, une douzaine de Topi ont préféré s’y instruire (ndlr : voir compte-rendu précédent).

Mais après une semaine de chaleur, trois irréductibles canyonneurs étaient plus attirés par la fraîcheur des rivières et de l'eau, tel le drogué en manque de came.

Le rendez-vous, matinal, est prévu à 7h30 à Multari. Le duo sera rejoint au point-chaud d'Alistro par Micca pour le traditionnel café.

Arrivé au parking marquant le départ du sentier « mare e mare centre » nous chargeons cordes et un morceau de plastique découpé par Micca pour annihiler le frottement de la corde sur la roche au départ de la C30. Nous ne l’installerons pas aujourd’hui faute de porteurs pour le perfo et autres chevilles. Une perpendiculaire au sentier rejoint le ruisseau en 2 min juste au-dessus de la C30 ce qui nous permet de nous délester de la protection encombrante. En partant tôt, nous bénéficions d'une montée quasi à l'ombre et c'est appréciable. Le débit est faible mais l'eau fraîche est limpide. Quelques sauts et toboggan sont effectués. Pour le rappel de la C30, Anto nous faitHaut de page découvrir une variante en passant par la grotte. L'entrée est masquée par un petit rideau d'eau, la traversée sous le bloc rocheux est plaisante à réaliser jusqu'au bief. Nous regagnons le véhicule aux alentours de 14h30.

Nous clôturons ce beau canyon par un traditionnel pique-nique topinesque ...

Franck

 

 

Dimanche 26 juin 2022

Canyon, initiation

Purcaraccia, Quenza

 

Participants

  • ITP : Romain B. A., Michaël D., Jean-Noël D., Éric G., Jean-Claude L., Jean-Luc S., Franck Z.

  • GCC : Anna R.

  • Initiées : Muriel C.

 

Cotation V4.A2.II

TPEC : 3h00

Photos

 

Les conditions d'accès au massif de Bavella étant incertaines pour la période estivale, une sortie "Purca" est décidée avant d'éventuelles restrictions arbitraires envers le milieu associatif. Sept topi motivés sont rejoints par une initiée récidiviste « Mumu » et une jeune GCC dite « Paupiette ». On n'en donnera pas l'explication pour ne pas heurter les âmes sensibles :-).

Résumé du trajet aller : premier rendez-vous 7h30 au PN4 pour Mumu, Franck et JC, puis 8h15 à Linguizzetta pour Micca, puis 8h40 à Aléria pour Anna et JL, ainsi que pour JN, Éric et Romain qui ont roulé à part. Faut covoiturer qu'ils disent, c'est pas seulement écolo, mais c'est maintenant écono aussi. Circulation fluide dans l'ensemble sauf à Ghisonaccia où une course pédestre a eu la judicieuse idée d'emprunter une partie de la route nationnale ...

C'est finalement vers 10h que nous nous garons sous le col de Larone. Un seul véhicule de pro mais une bonne vingtaine de « touristiques ».

La descente commence peu après midi après une marche d'approche démarrée sur les chapeaux de roues, calmos y'a des personnes âgées dans le groupe ! Final plus tranquille avec les habituelles hésitations. Nous optons pour descendre directement au début des toboggans.

C'est le début de la saison touristique, le rocher n'a pas encore été raboté, les algues sont encore présentes en relative abondance, ça glisse. Abondance peut-être liée à une eau précocement plus chaude. La C5 qui suit les premiers toboggans est ainsi équipée par précaution.

Pendant ce temps, Mumu et JC entame l'équipement de la C45 suivante et descendront en simple. Franck raboutera la corde de rappel dés libérée afin de pouvoir accélérer les passages et c'est JL qui descendra la deuxième corde.

C'est maintenant le joli saut de 4 mètres, petite frayeur pour Romain qui glisse au moment de prendre son appel, pas de mal.

La C40 est équipée en version vasque suspendue, cheminement beaucoup plus sympa. Nous assurons encore une fois la maintenance des sangles et changeons celle qui double le dernier relai (nous l'avions déjà changée 2 années auparavant !).

Les derniers toboggans sont descendus par presque tout le monde... Anna aime les toboggans comme elle aime les paupiettes, elle reprendra une portion de celui dit de la mort. Retour tranquille vers les véhicules avec croisement d'un peu plus de touristes.

Résumé de la partie canyon : 1h30 de marche d'approche, 3h de descente, une petite heure pour le retour, pas mal pour un groupe de 9.

Pique-nique traditionnel sous les pins peu avant le pont de Calzatoju.Haut de page

Arrêt en partant au camping U Ponte Grossu où nous faisons un petit coucou à Audrey, ancienne topi qui fait la saison chez le pro du canyon.

Retour vers Bastia avec les mêmes étapes qu'à l'aller et fin d'une journée bien remplie et bien sympathique.

JCL

 

 

Dimanche 3 juillet 2022

Canyon, initiation

La Vacca, Quenza

 

Participants

  • ITP : Romain B. A., Christophe C., Michaël D., Jean-Claude L., Marie Pierre R.

  • Initiées : Vanessa C., Roxane T.

 

Cotations : V2.A4.II

Photos

 

Le ciel des associations fédérées s'est éclairci, les gros nuages noirs qui faisaient craindre une interdiction total d'accès au canyon de la Purcaraccia se sont dissipés suite à la parution de l'arrêté préfectoral 2022. Les membres fédérés peuvent donc, sous certaines conditions, continuer à pratiquer leur passion dans ce canyon et même à y initier des adhérents potentiels.

Il n'en demeure pas moins que le problème global de sur-fréquentation du massif de Bavella va au delà de cet arrêté et qu'une régulation de l'accès à ce secteur se met en place. Interdiction de se garer en bord de route, fermeture des parkings naturels, ouverture de parkings payant, ce sont des solutions classiques dans ces cas de figure. C'est ainsi que la descente de la Vacca est programmée avant que toutes ces mesures de régulation ne soient entièrement mises en place.

Petit arrêt en passant devant le chemin d'accès à la Purcaraccia, des rubalises et une chaine barrent le passage. Une copie de l'arrêté préfectoral est affichée ainsi qu'un panneau d'interdiction. Ce dernier est plutôt destiné aux zestrangers, il est écrit en anglais « NO PUBLIC ACCES - except for socio-professionals and groups supervised by federal instructors ». Même en anglais les fédérés sont pris en compte.

Pour une fois la machine administrative se montre efficace, le parking de la Vacca est fermé par de gros rochers. Des panneaux d'interdiction de stationner sont déjà en place le long de la route. Néanmoins la charrue est un peu mise avant les bœufs puisque s'il est maintenant interdit de stationner, il n'est pas proposé de parking payant. Nous nous garons sur un terre plein une centaine de mètres avant le départ du chemin en espérant une période de tolérance ... Les places sont chères, il a fallu négocier fermement avec un couple de touristes de la belle gique afin de pouvoir garer nos 3 véhicules, la nature ça se partage ! Il apprendront que la femme corse peut être une belle rose, mais que sa tige est garnie d'épines ...

Le canyon est atteint en moins d'une heure de marche. Nouveauté, le réseau GSM semble passer en 4G, une photo est envoyée en test sur le groupe Spelunce, ça marche !

Une grosse 1/2 heure de préparation et nous voilà à profiter de la fraiche eau. Fraiche mais pas froide, comme dans la Purcaraccia la semaine précédente l'eau est déjà bien réchauffée par le soleil.

Parcours classique, c'est Micca qui se charge de l'équipement des cascades pour ceux qui ne veulent pas sauter, il sera bientôt prêt pour l'initiateur. Le passage derrière le rideau est bien apprécié, ainsi que la grotte avec le petit circuit sous l'eau, agrémenté par la frontale de Micca qui donne de magnifiques effets d'éclairage. À renouveler avec plusieurs lampes.

Pas de saut pour la C10, tout le monde profite du beau rappel à raz de la cascade.

La fin du parcours est atteinte en moins de 3 heures. Le réseau GSM est également présent mais seulement en 3G. Nouvelle tentative d'envoi d'une photo, mais pas sûr que cette dernière soit partie depuis le canyon ...

La remontée sera comme d'habitude bien raide et chaude, sauf pour Christophe qui, uniquement par galanterie envers la gente féminine, récupèrera d'abord un premier kit, puis un deuxième, ces dernières acceptant ce soulagement uniquement pour lui faire plaisir ;-). Il faut quand même noter le caractère particulièrement égoïste de ce dernier qui n'a pas voulu partager ce fardeau avec les autres mâles de la bande :-))

Retour aux véhicules, la fourrière n'est pas passée et pas de PV sur les pare-brises !

Il faudra dorénavant gérer cette facette de l'activité sur Bavella, ce sera forcément pénible au début mais après résilience on y pensera naturellement comme on pense au matos, à la météo, aux risques incendies, aux assurances, ça fera partie de la préparation d'une sortie.

Il n'est pas loin de 17 heures lorsque nous arrivons près de notre lieu de pique-nique habituel. Là aussi l'accès aux parkings est fermé par des rochers, nous nous garons le long de la ligne jaune continue ...Haut de page

Déjeuner à l'heure du gouter, au même endroit plus ou moins aménagé que la semaine précédente. Partage des denrées dans la bonne humeur et avec la satisfaction d'une journée bien remplie.

Direction le sud pour Roxane, le nord pour les autres. Circulation fluide, comme le matin.

JCL

 

 

Dimanche 10 juillet 2022

Canyon, initiation

La Richiusa, Bocognano

 

Participants

  • ITP : Christophe C., Jean-Claude L.

  • Initiés : Clément B., Claire C., Guillaume C., Corentin M., Louise T.

 

Cotations : V3.A3.III

Photos

 

La descente de la Richiusa le 4 juillet 2021 avait laissé un bon souvenir, nous avions eu le canyon entièrement pour nous, pas âme qui vive tout le long de la descente. On remet le couvert cette année avec quelques jours d'écart et néanmoins un peu d'espoir de tranquillité, d'autant plus qu'une initiation familiale était programmée.

Départ du N°4 vers 7h45, trajet tranquille et silencieux, véhicule électrique oblige. Arrivée vers 9h30, le parking est pratiquement vide, c'est bon signe ! Préparation rapide, 9h45 c'est le départ sous un soleil radieux et une température clémente. Montée pépère, début de la descente vers 11h15.

Niveau d'eau déjà estival dans le canyon, le premier saut permet de se rafraichir. Quelques touristes se prélassent au soleil.

Le premier rappel est maintenant en vue, 3 « canyonistes », 2 hommes et une femme, en short et teeshirt mais sans casque s'apprêtent à descendre sur une cordelette de 8mm en double. Pourquoi pas, c'est comme ça que certains ont commencé le canyon dans leur jeunesse, il y a fort longtemps dans les années 80 ...

Refus de la dame, impossible pour elle de se pendre sur le baudrier, elle shuntera le rappel en rive droite.

La vasque d'arrivée permettait avant son engravillonnement un beau saut de 6 ou 7 mètres, impossible maintenant. Il reste l'espoir d'une vidange par une prochaine crue. C'est une première expérience de rappel pour certains(e), examen réussi !

Sauts, rappels et toboggans se succèdent jusqu'à la cascade de 12 mètres précédant l'étroiture. Le leadeur du trio de « canyonistes » nous informe que la dame s'est blessée dans la vasque, une entorse du genou.

Équipement rapide de la cascade, Christophe gèrera la descente pendant que JC ira près de la victime. Ses coéquipiers ont tenté en vain d'appeler le 112. La dame refuse de s'éloigner de la vasque, la fraicheur de l'eau atténue sa douleur. JC invite le leadeur à monter vers la crête par l'échappatoire jusqu'à trouver du réseau. De notre côté, nous continuerons la descente après avoir laissé une couverture de survie en pressentant une certaine durée avant que les secours puissent être alertés et intervenir. L'autre coéquipier porte un teeshirt orange, ça tombe bien, il reçoit la consigne de bien l'agiter à la vu de l'hélico.

Les rappels suivants seront équipés en double afin d'accélérer la descente, mais en profitant quand même de la plus belle section de ce canyon. Le joli saut de 4 mètres dans la grande vasque sera équipé en rappel guidé. Le niveau d'eau est bas, pas le moment de prendre de risque avec une glissade et une chute sur le rebord rocheux qui est près de la surface.

Sortie du canyon vers 14h30, le 112 est obtenu en haut du premier ressaut de la marche de retour. Ils ont pu être joints par le leadeur des « canyonistes », mais d'autres interventions sont en cours et, compte tenu de la blessure relativement bégnine, l'hélico sera envoyé dés que possible.Haut de page

Retour au parking, pique-nique sur place, l'hélico passe au-dessus de nous, il est 15h35.

Retour vers Bastia dans le silence feutré de la limousine électrique, mais un peu plus secoués ;-)

JCL

 

 

Dimanche 17 juillet 2022

Canyon, initiation

La Richiusa, Bocognano

 

Participants

  • ITP : Michaël D., Franck Z.

  • Corse Canyon : Alexandre C.

  • Initiée : Roxane T.

 

Cotations : V3.A3.III

Photos

 

Suite à notre réunion hebdomadaire du jeudi soir (où le local était quasiment désert), très peu de volontaires pour faire une sortie spéléo ce week-end initialement prévue au calendrier. Nous décidons de reproposer la Richiusa car certains n'avaient pas pu la faire le week-end dernier.

Premier arrêt, Multari à 8h30, puis au « Chalet » après Vivario aux alentours de 10h15.
Nous chargeons le mini bus de Franck, du moins pas en totalité, car au moment où nous nous répartissons les affaires dans les kits, Alex s'aperçoit qu'il a oublié en totalité son matériel canyon dans sa voiture. Heureusement Franck avait un casque en plus. La montée se passe bien, les nombreuses pauses aidant.

Nous entamons le canyon vers midi. A l'aide de 2 SARs, 2 mousquetons et 2 dégaines nous réalisons un baudrier de fortune à ce canyoneur « égaré ». Franck et Micca équipent, assistés de Roxane qui est très motivée pour apprendre. Pendant ce temps Alex évitera au maximum les rappels car le baudrier est tout de même inconfortable. Nous rattrapons deux équipes de pros.Haut de page

Fin du canyon à 14h00. Retour tranquille au véhicule. Puis direction, comme l'appelle Alex, la 3ème mi-temps. Nous échangeons un bon repas à la fontaine à la sortie de Bocognano avant de rentrer.

Micca

 

 

Samedi 23 juillet 2022

Canyon interclubs, descente

Le Bucatoghju, San Nicolao

 

Participants

  • ITP : Michaël D., Franck Z.

  • Corse Canyon : Alexandre C., Célia et Éric R., Jean-Marcel V.

  • Mixte : Antoine B.

  • Invitée : Roxane T.

 

Cotations : V3.A3.II

Photos

 

A la suite du canyon de la Richiusa, Alex membre de l'association Corse Canyon, invite toutes les personnes présentes à la prochaine sortie organisée par quelques membres de Corse Canyon.

Rendez-vous au parking de l'arrivée du canyon. On charge tout dans le mini bus de Franck. On reprend la route et lorsqu'on se gare, on tombe sur Éric et sa fille qui étaient venus pour faire la partie haute du canyon car ils n'avaient pas la possibilité de faire une navette. Que la corse est petite de tomber à la minute près exactement au même moment sur quelqu'un qui part pour faire la même chose !!!

On ne dira pas de nom mais la petite montée raide a été montée à 4 pattes par une personne qui avait abusé de musculation la veille. On arrive au départ aux alentours de 9h15. On s'équipe.Haut de page

Les cascades s'enchainent rapidement. Le premier à descendre en rappel part équiper la cascade suivante. On rattrape un pro bien sympa qui nous a proposé d'utiliser la tyrolienne qu'il avait installée. On termine à 12h.

On se réhydrate au pont génois.

Micca

 

 

Dimanche 24 juillet 2022

Canyon, descente

La Ruda, Corscia

 

Participants

  • ITP : Romain B. A., Antoine B., Christophe C., Michaël D., Jean-Claude L., Franck Z.

 

Cotations : V3.A3.III

Photos

 

Suite au report de la visite de la grotte des Veaux Marins une sortie aquatique est quand même programmée lors de la réunion du jeudi soir, le canyon de la Ruda dont la dernière descente remonte au 14 juillet 2018.

Rendez-vous traditionnel au PN4, arrêt café à Ponte Leccia et le minibus de Franck se gare à l'arrivée du canyon, qui est, et ça tombe bien, le départ de la marche d'approche ! Pas d'autre véhicule, on devrait être tranquille.

Première surprise, le sentier de jonction vers le sentier de la Scala di Santa Regina a été aménagé et nettoyé. Il en est de même du chemin menant au départ du canyon. La crainte de batailler avec le maquis s'est dissipée et 50 mn plus tard nous voilà au Ponte Sottano.

Préparation rapide et même s'il n'a pas fait excessivement chaud lors de la montée il y a hâte de faire trempette. Ceci étant, le niveau d'eau est exceptionnellement bas et ne présage pas de bonnes cascades arrosées.

Si l'eau des vasque est globalement claire, certaines commencent à changer de couleur et sont évitées dans la mesure du possible.

Pas une goutte d'eau dans la cascade de 17 m qui aurait dû être le clou de la descente (voir la comparaison entre juillet 2018 et ce jour dans l'album photos ...). Anto y fait une démo d'une technique de réchappe permettant de palier à une corde trop courte pour le rappel.

Autre particularité de ce canyon, le saut du Ponte d'Accia. Connu pour être de 11 mètres, il ne sera pas reconnu ce jour puisqu'après une mesure précise à la corde il ne fait que 8 m ! Un mythe tombe.
Le niveau d'étiage n'incite pas à faire le grand saut et seuls Anto et Christophe se lancent dans la petite cible (sauter parallèlement à la rivière et pas perpendiculairement au pont ;-)

L'option de continuer par la rivière pour rejoindre la route permet de profiter de quelques vasques supplémentaires et du passage sous blocs, malheureusement pas arrosé ce jour.

Durée de la descente 3h30.

Le pique-nique se fera à l'ombre à la Fontana di a Vignenti. Fin des agapes, coups de klaxon, voilà Émilie en famille et en route pour Ile Rousse qui s'arrête pour un coucou amical.Haut de page

Retour vers Bastia plus ou moins endormis avec au passage la désolante vue sur le feu qui sévit sur les hauteurs de Castellu-di-Rustinu.

JCL

 

 

Dimanche 31 juillet 2022

Canyon, descente

La Bravona, Pianello

 

Participants

  • ITP : Antoine B., Éric G., Michaël D., Jean-Claude L.

 

Cotations : V3.A3.III

Photos

 

La Bravona, petit canyon de Castagniccia où l'eau est toujours présente, même en période estival. C'est pour ainsi dire le jardin de Micca où d'ailleurs nous nous retrouvons pour un petit café.

La fraicheur matinale est bien présente aux alentours de Campi, le thermomètre affiche 21°. L'option prévue pour la sortie du canyon est d'éviter la remontée éprouvante par le maquis et de continuer dans la rivière sur 600 mètres pour remonter vers le hameau de Pianelluccio par un chemin de randonnée. Cette option nécessite une navette, le véhicule de Micca est laissé sur un parking au débouché du chemin.

Départ de la marche d'approche vers 9h40, un 1/4 d'heure plus tard nous voilà en haut de la première cascade de 25 mètres. Celle-ci tombe dans une grande piscine naturelle où se rafraichissent déjà un groupe de baigneurs.

Changement traditionnel de la sangle d'amarrage et c'est parti, il est 10h15. L'eau n'est pas glacée, elle est juste bien fraiche.

Micca se charge des équipements sous l'œil vigilent d'Anto. Les sympathiques rappels de ce canyon se succèdent, entrecoupés par quelques bains aussi nécessaires que rafraichissants. C'est ainsi que nous arrivons au pied de la C17 finale. C'est de là que s'effectue la traditionnelle remontée par le maquis, et vu l'option choisie c'est de là qu'on continuera par la rivière. C'est donc de là que commence un itinéraire inconnu pour nous et c'est aussi à partir de là que la rivière change d'aspect. Un dépôt blanchâtre apparait sur les rochers qui émergent de l'eau. Sous l'eau c'est pire, une couche de matière brunâtre et filamenteuse laisse à penser que la rivière semble polluée à partir de cet endroit. Cette « pollution » pourrait provenir de l'affluent Nespoli, qui coule encore contrairement à ce qu'on avait imaginé. Pauvres baigneurs qui pensent profiter d'une eau claire et limpide en aval de la confluence !

Les piliers de l'ancienne passerelle sont atteints au bout d'une heure de marche sur des rochers savonnettes. C'est de là que s'effectue la montée vers le village. C'est un large chemin de rando, bien tracé et repéré par des marques jaunes. Il s'élève sur la pente raide par plusieurs lacets et les 188 mètres de dénivelé sont avalés en une demi-heure. L'approche du hameau est moins réjouissante, divers détritus témoignent du retour à la civilisation.Haut de page

Une belle fontaine-lavoir où l'eau coule en abondance nous permet une petite rincette.

Le pique-nique se prendra à l'ombre de Notre-Dame des Grâces, lieu de pèlerinage postcanyon traditionnel maintenant.

JCL

 

 

Vendredi 5 au lundi 8 aout 2022

Spéléo et travaux

Buga di a Cutina et casetta, Ghisoni

 

Participants

  • ITP : Antoine B. (1), Wanda C. (2), Dominique D. (3), Jean-Noël D. (1), Michaël D. (2), Éric G. (1), Jean-Claude L. (1), Noël R. (3), Alexia S. B. (3), Franck Z. (1)

  • Invités : Alexandre C. (1), Raymond C. (2), Amélie D. (1)

(1) : samedi, dimanche

(2) : vendredi, samedi, dimanche

(3) : vendredi, samedi, dimanche, lundi

 

TPST : 4h30

Photos

 

Les topi en estive

Ce weekend à Ghisoni avait été programmé suite à la prise de contact d'un couple de spéléos américains, de passage en Corse, et qui souhaitaient également en découvrir les dessous. L'idée était de faire d'une pierre 2 coups, faire découvrir LE trou corse, et en profiter pour restaurer la cheminée et finir la fixation de la couverture de la casetta. Mais plus aucune nouvelle malgré les relances, c'est ce qu'on pourrait appeler un american rabbit !

Une partie des topi est sur place dés le vendredi pour préparer la casetta, l'emplacement des tentes et le chantier cheminée. La remise en service de l'alimentation en eau pose problème, elle fonctionnera par intermittence tout le week-end malgré plusieurs tentatives de réparation. Le remplacement du tuyau d'arrosage par un PEHD de plus gros diamètre va devenir une nécessité ...

 

Jeudi

Rendez-vous à Leroy Merlin pour Jean-Claude, Dumè, Éric, Micca et Alex, qui faisait déjà des achats sur Bastia et qui était en camion. Après nos achats, nous nous retrouvons tous au local, on a encore du boulot, il faut encore tout préparer : le matériel pour l'aménagement de la casetta et l'équipement pour la cavité. Les 4x4 seront bien chargés pour l'expédition Ghisoni.

 

Vendredi

Dumè, Micca et Raymond se sont donnés rendez-vous à 8h30 à la boulangerie d'Alistro. Finalement ils arriveront plus tôt et démarreront à 8h15. Arrivée au départ de la piste aux environs de 9h10. Belle surprise, elle sera faite quasiment tout d'un trait, il n'y aura pas beaucoup de branches à évacuer sur le chemin. Nous voilà au parking, il est 10h10. On commence par transporter une partie des briques à la casetta, et nous nous dirigeons immédiatement vers le ruisseau car sans eau nous devrions mettre un terme au week-end bricolage. En quelques minutes, après avoir les mains bien gelées, le captage est nettoyé et l'eau se remet à couler. Hourra ! Un message est vite envoyé pour prévenir les autres. Dans l'après-midi Micca et Dumè démontent la cheminée. En fin d'après-midi Nono, Alexia et Wanda les rejoignent. Durant la nuit un renard a tourné autour de la casetta et s'est même frotté aux tentes.

 

Samedi

« Il faudrait 6 briques de 40 x 20 x 5 ! ». Ce message arrivé en fin d'après-midi du vendredi n'a pu être satisfait, on verra donc sur la route. Arrêt à une briconnerie d'Alistro, juste avant l'ouverture. On patiente une vingtaine de minutes, 3 véhicules se garent et 3 employés en sortent, le compte y est. L'accueil par ce qui semble être un chef fait du bien en cette période de grosse chaleur, ça rafraichit ! Un employé nous donne quand même l'information essentielle, ils n'en ont pas.

Arrêt traditionnel au bar-boulangerie d'Aléria pour le café. C'est bizarre cette sensation d'être transparent. Malgré plusieurs regards dans notre direction aucune attention à notre présence. Nous nous levons au bout d'un quart d'heure d'attente, direction le bar du croisement où nous sommes rapidement servis et avec le sourire. Ça tient à pas grand chose la réputation d'un commerce !

Route de Maison Pieraggi, « Tient, si on appelait le Bigmat de Ghiso ? ». Bingo, ils en ont (des briques) ! On n'est pas à un détour de 20 km près. Accueil qu'on peut qualifier de normal, les briques sont rapidement chargées dans le Def et nous voilà enfin en direction de la casetta.

Nouveau message « Il faudrait 4 sacs de mortier et de béton en plus ! ». C'est bizarre, d'un coup il fait terriblement chaud dans ce Def, pourtant il n'y a pas de chauffage.
La demande est finalement transmise à JN qui se trouve plus en amont sur la route, il les prendra à Moriani.

Voilà ENFIN la casetta !

Pendant que les cheministes cheminent, les toitistes toitent. Lors du remplacement de la charpente et la pose des bandes de caoutchouc de couverture il avait manqué des vis de fixation pour ces dernières. Cette fois-ci, armés d'une boite de 500 vis terrasse inox tête fraisée, nous complétons la fixation des bandes. Plus d'une centaine sont posées, ça ne devrait plus bouger, poil au nez !

Sur ce toit se prélassent au soleil quelques poches de douches solaires, un coin douche est créé à l'aplomb côté rivière, il était auparavant à côté du chenil.

Les tôles ondulées transparentes de l'avancée sont également déposées et retournées afin de positionner les trous de fixation en haut des ondulations. Il pleuvra moins dessous !

Repas avec les restes de la veille (bonnes lentilles) et quelques grillades.

Pendant que les cheministes continuent à cheminer, un quatuor se décide à faire quelques exercices de musculation des bras. Le parking des châtaigniers étant un peu embouteillé, un nouveau emplacement est dégagé après tronçonnage de quelques branches. Le Def vient à la rescousse pour arracher une grosse branche de châtaignier prête à tomber et un sapin. Entre 2 et 3 véhicules pourront ainsi s'y garer. Ça tombe bien puisque Micca doit descendre récupérer Alex dont la moto fait un refus pour continuer la montée.

La piste est également râtelée sur 150 mètres.

Au menu du soir diverses charcutailles, grillades et salade de patates !

Deux renards sont aux aguets dans la nuit, ils attendent les restes. Chacun retrouve sa couche, qui dans la casetta, qui sous tente, Alex à la belle étoile et JC dans le Def.

 

Dimanche

Pendant que les cheministes cheminent encore, les trouistes montent au trou. On n'a pas apporter tout le matos pour rien !

Après discussion c'est finalement JC qui équipera jusqu'au musée, pour gagner du temps...

Atterrissage sur la première margelle, gros purgage. Certains doivent s'amuser à jeter des cailloux dans le trou, on peut le comprendre, c'est tentant quand on voit une ouverture comme ça. Tient, un mousqueton ! Hibou !, non, Chouette !, c'est celui qui manquait après la dernière visite en mai 2021 !

Arrivée sur la deuxième margelle, pose des mousquetons. Tient, un kit qui se fait la malle, quelle idée ! Un mousqueton de retrouvé, une quinzaine de perdus ! Un geste malheureux et la longe du kit a lâchement lâché son mousqueton. JC en est quitte pour équiper le reste du puits d'entrée avec ce qu'il a pu récupérer en mousquetons et plaquettes (ça sert d'en avoir toujours sur soi...). Le kit épris de liberté s'est arrêté après l'étroiture sur le plan incliné pierreux. Remontée, puis fin de l'équipement pour JC sans autre mésaventure. On peut pas dire que perdre sa bouteille dans un trou du musée en soit une...

Franck prend la relève. Équipement sans souci, à un amarrage prés, celui qui débute la vire intermédiaire et qui est équipé. Pas grave mais le mousqueton manquera pour la suite. Franck sera ravitaillé en vol, plus 2 autres mouskifs pour équiper les nouveaux spits plantés. Il faut maintenant 11 amarrages dont 8 avec plaquettes depuis les 2 en plafond pour tout équiper.

Visite rapide de ce fond, c'est une première pour Wanda, Éric et Micca. Photos souvenirs et remontée. Franck commence, suivi par Wanda, Alexia, Éric et ?

« Tu déséquipes ? »

« A choisir je préfère récupérer le kit au musée et le remonter »

JC fera donc la voiture balai. Arrivée au musée sans perte de matos, bizarre.

On reste dans le même ordre jusqu'à la sortie mais ça ne va quand même pas finir aussi tranquillement ?

JC est à la margelle maudite, il enkite le mou de corde, fait un peu de ménage dans son matos qu'il croit avoir accroché au kit, ce dernier bascule et ...
Eh oui, le matos non accroché se fait lui aussi la malle et part visiter le fond du puits d'entrée.

Rééquiper et redescendre ? Là-haut le tonnerre gronde et résonne dans le puits d'entrée, Franck et Micca attendent sous l'averse. Le matos patientera et ce sera l'occasion d'y descendre la prochaine fois et faire découvrir le réseau des Bosons à ceux qui ne connaissent pas cette partie de la cavité.

Retour à la casetta, les cheministes cheminent toujours mais ça prend de la gueule. La hotte est crépie au mortier, la chauve-souris en métal découpé a retrouvé sa place et les poutres du linteau sont en cours de pose. Côté toit la calandrite est posée autour du conduit de sortie. Il ne reste plus qu'à essayer la cheminée...Haut de page

Pas de vrai repas, c'est plutôt plusieurs apéros qui se succèdent avec au final le cuissot de marcassin apporté par Alex, il sera découpé et grillé.

Le séjour alpestre prend fin pour presque tous, Alexia, Nono et Dumè descendront le lundi.

JCL, Micca

 

 

Dimanche 14 aout 2022

Spéléo, exploration

Grottes de Mughia et des Veaux Marins - Calvi

 

Participants

  • ITP : Christophe C., Michaël D., Jean-Claude L., Noël R., Alexia S. B.

  • Individuel : Jean-Yves C.

  • Invités : Loïc et Stéphanie C., Léa

 

TPST : 2h00

Traces Mughia

Photos

 

La grotte des Veaux Marins, cette arlésienne vieille de quelques années, plusieurs fois programmée, plusieurs fois déprogrammée. Cette fois-ci on tient le bon bout, météo correcte et au moins 3 motivés sûrs, ça va le faire !

D'autres participations se décident finalement samedi en fin d'après-midi, Nono peut prendre son fourgon avec boule, il pourra donc tracter les 2 trimarans à pédales de Christophe.

Ce sera donc 2 équipes qui partiront à l'assaut des veaux marins.

Les pedibus jambus composée de Jean-Yves, Micca et JCL. Ils ont opté pour des accès traditionnels, à pieds puis à la nage.
Les nautical, composée de Stéphanie, Alexia, Nono, Christophe, Loïc et Léa. Ils utiliseront les 2 trimarans à pédales et feront le trajet depuis la mise à l'eau de Calvi.

L'objectif commun est de se retrouver à midi dans la grotte des Veaux Marins.

Cette heure de rendez-vous laisse le temps aux pedibus jambus de voir à quoi correspond la Grotte Mughia notée sur la carte IGN au sud de l'anse Recisa.

Départ direct depuis la D81b approximativement à la verticale de la grotte, descente délicate dans des roches gréseuses mal liées avec quelques passages aériens, faut pas se louper...

Une grotte apparait peu à peu. La mise à l'eau s'effectue depuis l'autre côté de la petite anse. L'entrée se situe quelques mètres au-dessus du rivage, c'est une fracture verticale d'environ 5 mètres de large sur 7 ou 8 de haut, elle se resserre rapidement en un couloir d'un mètre de large. Le plafond baisse également jusqu'à un passage plus étroit d'un mètre de haut sur 0,50 mètre de large, ce dernier donne accès à la petite « salle » terminale. Le tout fait entre 25 et 30 mètres de long. Cette grotte s'est semble-t-il développée à la faveur de l'érosion différentielle d'un dyke.

Dans le prolongement côtier vers le sud-ouest se situe peut-être la grotte Mughia. C'est une traversée de quelques mètres qui s'ouvre au raz de l'eau avec une ouverture en hauteur. C'est probablement le mugissement provoqué par le passage de l'eau lorsque la mer est agitée qui a donné le nom à cette grotte. Une vire permet de faire la traversée les pieds au sec.

Le retour vers la route s'effectue par la crête qui suit, plus confortable.

Direction maintenant la Revellata. Le Berlingo est laissé au bout de 1,5 km de piste au départ d'une piste secondaire qui se dirige au sud des Veaux Marins. La descente est également raide, mais les prises de pieds et de mains sont plus sûres. Il est midi lorsque les pedibus jambus arrivent au bord de l'eau et une demi-heure plus tard les voilà devant la grotte.

Belle entrée au raz de l'eau, plusieurs mètres de large et plusieurs mètres de haut, c'est volumineux. Après une vingtaine de mètres de nage la galerie principale s'oriente perpendiculairement à gauche. Encore une quinzaine de mètre et c'est l'arrivée sur une plage de sable. Puis les galets remplacent le sable, un passage plus étroit et c'est la fin au bout d'une trentaine de mètres à sec. Sur la paroi gauche des draperies de calcite donnent l'illusion d'une cavité karstique et des galets agglomérés témoignent d'un ancien remplissage. L'ambiance est inhabituelle pour les topi, du volume, le bruit des vagues, la lueur de l'entrée au loin, et de temps en temps le bruit des bateaux qui font une incursion dans l'entrée.

JY n'est pas venu que pour la beauté du site, il sort ses jumelles infrarouge et 5 chauves-souris sont repérées en direction de l'entrée. Une dizaine seront également comptabilisées visuellement par Micca dans la petite galerie qui part à droite de l'entrée. Par contre aucune détection sonore n'a pu être enregistrée.

Direction la sortie maintenant et c'est à ce moment qu'apparaissent les nautical sur leurs 2 trimarans rouges. Ils ont été retardés par une accident de la circulation qui a bloqué la route.

Pique-nique sur les embarcations, les pedibus jambus, qui ont laissé leurs casse-croutes dans le véhicule, se font nourrir par les nautical.

Les explorations spéléologiques ne sont pas terminées, 2 autres cavités sont visitées à quelques dizaines de mètres au sud-est des Veaux Marins.

La première avec une belle entrée en porche, une galerie suit sur une vingtaine de mètres et se termine sur un gros pilier dont on peut faire le tour. Au fond à gauche, une autre entrée plus étroite permet de faire une traversée.

La deuxième est une grande fracture obscure d'une cinquantaine de mètres de long et 2 à 3 de large. Au fond se sont accumulés des troncs et branches, une petite plage termine également la galerie. Divers débris jonchent les galets, principalement des bouts de bois, mais aussi des semelles, tongs, flotteurs, etc.

Retour à l'air libre, les nautical accompagnent les pedibus jambus vers leur anse de mise à l'eau. Séparation et chacun reprend son chemin en sens inverse.

Les pedibus jambus feront un détour par Notre Dame de la Serra pour profiter du point de vue et de sa pinède ombragée pour un rafraichissementHaut de page et un petit gouter. Un autre détour sera effectué pour voir le fameux Monolithe d'Algajola.

Un peu plus de monde sur la route pour le retour, un dernier rafraichissement sera de nouveau apprécié à Ponte Leccia.

JCL

 

 

Samedi 20 aout 2022

Canyon, initiation

Fiumi Raghiunti - Sorio

 

Participants

  • ITP : Michaël D., Franck Z.

  • La famille : Stéphanie et Esteban G, Enzo Z.

 

Cotations : V2 A2 I

TPEC : 2h30

 

En pleine crise de la quarantaine, la cousine de Franck s'est lancé tout un tas de défis à accomplir dont notamment faire une initiation au canyon. De visite en corse, nous lui proposons de venir découvrir cette belle activité dans le ruisseau du Fiumi Raghjunti.

La préparation du matériel s’effectue la veille, essai de combi, chaussures canyon, chaussons, poulie, cordes etc...

Le rendez-vous avec Micca est fixé à 7h30 au PN4. Arrivés au parking, tout le monde s'équipe et la petite montée jusqu'au départ permet au groupe de s’échauffer.

Nous prodiguons les conseils de base sur le canyonisme et l'utilisation du 8. La messe étant dite, la main courante et rappel guidé sont installés. Le départ dans la première cascade est hésitant on sent de l'appréhension dans les regards. La suite se déroule sans soucis jusqu'à la tyrolienne finale. Les participants ont l'air heureux à l'arrivée : c'est bien là l'essentiel, offrir du plaisir.Haut de page

Nous sortons du canyon aux alentours de 12h30 et concluons cette matinée par un petit apéro et pique-nique sur la petite terrasse jouxtant le pont.

Franck

 

 

Dimanche 21 aout 2022

Canyon, initiation

Bucatoghju, San Nicolao

 

Participants

  • ITP : Michaël D., Franck Z.

  • Initiés : Sam et Nils B, Corentin E, Enzo Z.

 

Cotations : V3.A3.II

TPEC : 4h00

 

Le rendez-vous est fixé à 07h30 chez Franck. Nous regagnons le parking situé à proximité du site archéologique, où nous sommes rejoints par Micca et Carine. Petite curiosité : la municipalité a mis en place un panneau d'interdiction de circulation au chemin sauf riverain... bizarre il n'y a pas d'habitation. Carine est mise à contribution pour effectuer la navette jusqu'à la cascade de l'Ucelluline. Belle surprise, le débit de l'eau a augmenté suite à la tempête des jours précédents et les vasques sont propres. Le parcours de ce canyon pourrait paraître banal mais Franck fait le spectacle sur le rappel de la deuxième cascade : après avoir rabouter les deux cordes, la 40 m est un peu juste, il déséquipe et descend en dernier. Afin de séparer les deux brins, Franck crochète le brin de rappel avec le mousqueton de sa grande longe.
Grave erreur...

La descente se passe normalement jusqu'à ce que la grande longe se tanque dans le nœud de raboutage. La grande longe est vraiment longue, trop longue pour être sortie. Un bref chek du matos sur soi : un basic, le touzet. Parfait pour faire une pédale. Franck grimpe sur l'équipement d'auto-secours et décroche la fameuse longe de la corde sous les applaudissements de l'assistance puis reprend sa descente.
Grave erreur...

Franck fier de son auto secours oublie le basic sur la corde. LA Boulette, la corde ne peut plus être rappelée, d'un côté le basic, de l'autre le nœud de raboutage. Heureusement on peut revenir sur le rappel en remontant le long du pont.

Par ailleurs un rappel équipé au milieu de la végétation nous fera perdre encore un peu de temps : c'est l'aventure à la Mike Horn.

Le reste du canyon se fait tranquillement jusqu'à la vasque finale où toujours de nombreux spectateurs observent nos manœuvres.Haut de page

Nous sortons du canyon aux alentours de 14 heures. Le pique-nique salvateur est consommé au bord de la rivière sous le pont. Nous quittons les lieux vers 16h00.

Franck

 

 

Vendredi 26 au dimanche 28 aout 2022

Spéléo et travaux

Buga di a Cutina et casetta, Ghisoni

 

Participants

  • ITP : Antoine B. (1), , Dominique D. (2), Michaël D. (3), Jean-Claude L. (1)

  • Invité : Raymond C. (3)

(1) : samedi, dimanche

(2) : vendredi, samedi, dimanche

(3) : vendredi, samedi

 

TPST : 4h15

Photos

 

Travaux casetta suite

La dernière visite à la casetta et au gouffre s'était conclue sur la nécessité de changer le tuyau d'alimentation en eau d'une part et l'envie de visiter le réseau des Bosons en récupérant par la même occasion le matos qui s'était subrepticement échappé du kit lors du déséquipement du réseau supérieur par JC.

Dumè, Micca et Raymond sont déjà d'attaque le vendredi et posent le nouveau tuyau, un PEHD alimentaire d'un diamètre de 25 mm extérieur et 19 mm intérieur. Voilà, on sait tout de ce tuyau. On présume également qu'il sera assez costaud pour supporter le piétinement des sangliers et vaches de passage, il sera donc posé directement à terre. Les raccords sont faits provisoirement mais un bon débit arrive déjà à la casetta. Peu avant cette dernière, un T permet d'alimenter une grande poubelle de jardin qui servira à tenir au frais ce qui doit l'être.

Anto et JC arrivent le samedi matin. Ils sont vite mis à contribution pour créer une zone de croisement peu après la zone calcaire.

Après ce rapide échauffement direction le trou pour Anto, Micca, JC et ... Francis qui cherche son idole, un certain Bernard T...

Après discussion c'est finalement JC qui équipera jusqu'au fond du puits d'entrée, pour gagner du temps...

JC récupère son matos au passage et tout le monde se retrouve à la base du puits des Bosons, là où on a le moins de (mal)chance de se prendre un parpaing voltigeur sur la tronche.

Pendant que Francis et Micca montent directement vers les Bosons sur cette corde de 1997 qui devrait tenir, Anto et JC remontent vers la sortie et bifurquent à la lucarne vers la vire des Bosons. Cette fois-ci c'est Anto qui équipe. Tout le monde se retrouve sous la dernière tirée du puits des Bosons. Francis et Micca ont déjà visité le terminus supérieur du puits, la corde de 1997 a bien tenu et en plus elle est fixée sur des maillons et plaquettes inox, celui qui en a fait la pose était prévoyant ! Maintenant c'est Anto qui se charge d'y monter avec pour mission de changer la corde de 1997 qui devrait encore tenir et poser une nouvelle corde de 2012 qui devrait tenir encore quelques temps... Finalement elle tient et c'est au tour de JC de monter pour finir le boulot et décrocher cette corde de 1997 qui a merveilleusement bien tenu.

Visite de l'alcôve mais JC ne parvient pas à dépasser la trace d'acéto déposée dans les années 2000, y'a pas de raison ...

Déséquipement général et tout le monde se retrouve à la casetta. Francis, Micca et Raymond partent après un rapide gouter/casse-croute. Une chienne égarée et craintive (on apprendra plus tard qu'elle s'appelle Nono) vient timidement quémander quelques restes. Micca a appelé le numéro noté sur son collier pour informer son maitre de l'endroit où se trouve Nono. Elle passera le plus clair de son temps près de l'ancien chenil.

Divers petits bricolages pour les 3 restants jusqu'au repas du soir, avec notamment la recherche de la charogne qui empeste par moment les alentours. Celle-ci est finalement retrouvée grâce à l'odeur et au vrombissement des mouches à une trentaine de mètres en contrebas et vers l'amont de la casetta. Elle est enterrée du mieux possible, l'air redevient plus respirable.

Nuit calme et réveil à 7h pétante, sachant que le réveil a eu la délicatesse de sonner à l'extérieur. Les relents de charogne reviennent, Nono a dû y farfouillé cette nuit !

Reprise des travaux :

Dumè se lance dans la pose de briquettes à l'intérieur du conduit de cheminée afin de limiter les fuites de fumée à travers les murs.

Anto se charge de poser les raccords définitifs sur le tuyau d'eau. Un T avec une vanne de test pour chacun des 3 raccords, le 4ème T au niveau de la poubelle-frigo.

Les tuyaux sont métrés, on peut ainsi repérer facilement un éventuel problème.

En partant de la prise d'eau :

- 1ère section 4865 à 4816 soit 49 mètres (50 m en fait)

- 2ème section 5091 à 5042 soit 49 mètres (50 m en fait)

- 3ème section 5241 à 5192 soit 49 mètres (50 m en fait)

- 4ème section 4916 à 4866 soit 50 mètres

- 5ème section 5042 à 5029 soit 13 mètres

Longueur totale : 210 mètres (213 m en fait)

La prise d'eau est désactivée à chaque départ. Pour remettre en fonction, enlever le raccord bouchon et y raccorder le tuyau de prise d'eau. Si problème, partir de la casetta après avoir fermer les 2 vannes du bas, puis ouvrir les vannes en remontant jusqu'à ce que l'eau coule, le problème se situe dans la section précédente.

L'ancienne grille triangulaire de la cheminée a été posée en protection de la crépine, calée par des cailloux.

JC s'occupe du câblage électrique. Réfection des circuits d’éclairage avec ajout d’un 2ème groupe de leds au-dessus du réchaud à gaz et ajout de leds au niveau de l’ancien coin cuisine. Faute d'interrupteur prévu à la conception du boitier, ce dernier est commandé par le bouton « Mezzanine 1 », les 2 groupes de leds de la mezzanine étant dorénavent commandés par l'interrupteur « Mezzanine 2 ». La nouvelle batterie a l'air de tenir.Haut de page

Pour terminer, pose de rubans aluminium sur les raccords du tuyau de cheminée.

Casse-croute, rangement, tri. Les véhicules sont en cour de chargement lorsque le maitre de Nono vient récupérer sa chienne, elle reste très craintive même envers lui.

C'est le départ, un gros orage s'abat sur le secteur durant la descente, la piste devient une rivière.

JCL

 

 

Mardi 30 aout 2022

Canyon, initiation

Ruisseau de Fiumi Raghiunti - Sorio

 

Participants

  • ITP : Michaël D., Jean-Claude L., Franck Z.

  • Initiés : Florian, Mathis et Thomas G., Yohann L, Valérie L., Enzo Z.

 

Photos

 

Prévue à l'origine pour 17 initiés, cette journée n'aura finalement regroupé que 6 volontaires, et encore grâce à des inscriptions plus tardives. Et re-encore, dans le lot, 2 sont déjà rôdés au canyonisme puisque Valérie est une ancienne adhérente ITP et Enzo le fils de qui vous savez ;-)

Presque 8 ans pour le plus jeune, un peu plus de 11 pour les 2 suivants, le canyon du Raghjunti se prête idéalement à une initiation pour des minots, surtout que l'eau est plutôt timide en cette période.

La première cascade d'une dizaine de mètres est équipée en version rappel guidé. Les plus légers ne feront pas d'excès de vitesse ! Les plus grands descendront également en version rappel classique.Haut de page

Les oscuros sont appréciés par tous et c'est déjà la dernière vasque, équipée en mode tyrolienne.

Pique-nique sur la plateforme traditionnelle et retour tôt vers l'est.

JCL

 

 

Dimanche 4 septembre 2022

Canyon, initiation

Le Bevinco, Olmeta di Tuda

 

Participants

  • ITP : Antoine B., Amal D., Franck Z.

  • Initiés : Francesca A., Raphaëlle M., Enzo Z.

 

Cotations : V2.A4.III

TPEC : 2h30

 

Un canyon proche avait été décidé suite à une météo incertaine ce dimanche. Tous se retrouvent à la boulangerie de Casatorra pour prendre un dernier café et scruter le ciel. Le temps sera clément avec nous, voir même un peu trop lors de la remontée jusqu'à la route pour la marche retour.

Le chemin d’accès est bien dégagé, Pascal B (Corse Canyon, Scalou Aventure) qui officie en tant que pro dans ce canyon a rééquipé ce dernier.

Le canyon commence par de petits rappels de 2 mètres, Scalou a d'ailleurs installé des amarrages dans la première partie pour réaliser une tyrolienne. L'eau n'est pas trop fraîche, et la multitude de truites rencontrées tout au long de cette rivière laisse penser que l'eau est saine. Ce canyon aquatique permet de s'initier aux sauts de différentes hauteurs au grand bonheur d'Enzo et Francesca. La deuxième partie du canyon, après le barrage est très végétale et sauvage jusqu'à la C8 finale qui ponctue ce canyon. On peut y équiper soit un rappel en rive gauche, effectuer un saut ou installer une tyrolienne. Puis nous nous frayons un chemin dans la flore pour arriver à la dalle qui marque le début de la raide remontée. Nous sommes rejoints par Pascal.Haut de page

La sente assez bien marquée jusqu'à la route. Pour info les amarrages que nous avons installé le 30 août 2019 (voir compte-rendu) sont toujours en place et n'ont pas souffert.

Nous arrivons aux véhicules aux alentours de 14h00. L’apéro et le repas sont consommés chez Franck.

Franck

 

 

Samedi 10 septembre 2022

Spéléo-Canyon, entrainement

Falaise A Tozza, Patrimonio

 

Participants

  • ITP : Antoine B., Alix D., Amal D., Éric G., Marie Pierre R., Jean-Luc S., Franck Z.

  • Quasi ITP : Roxane T.

 

 

Afin d’intégrer un nouveau venu au club (Alix) et de se remettre un peu dans les techniques spéléo, rien de tels que de manipuler en falaise.

Le rendez-vous est prévu à 8h30 au local pour le traditionnel café et préparation du matériel.

Nous quittons le local vers 9h10, en direction de Patrimonio sous un soleil radieux mais un temps venteux.

Arrivés sur le plateau, ceux qui ne connaissent pas le spot sont émerveillés par le panorama magnifique qu'offre le site. Alix en se rapprochant du bord de la falaise commence à comprendre ce qui l'attend et lâchera « ah ouais quand même, c'est haut !!! ».

Anto équipe la voie des Oliviers, Jean-Luc, celle de d'initiation, Eric et Amal puis chapeautés par Marie Pierre, la voie « Pieds à Terre ».

Quant à Franck, il présentera le matériel spéléo à Alix et Roxanne. Alix restera par la suite avec Franck toute la journée. Au programme :

  • Découverte du matériel de progression spéléo

  • Progression sur corde : main courante, descente, montée, passage de fractionnement, et déviation

  • Demi-clef et clé complète sur le descendeur. Son utilisation.

Après la messe, il effectuera la descente par la voie Pied à Terre puis la remontée sur la voie d'initiation. Pour la petite histoire il va apprendre à ses dépens la nécessité du port du casque en spéléo... Franck manipulant son matériel accroché à son torse laisse échapper son « pantin » qui rebondira directement sur le casque d'Alix et son cou sans occasionner de blessures. Plus de peur que mal !!!! Le jeune Padawan (en référence à l'apprentie JEIDI dans la saga STARWARS) ainsi surnommé par Franck s'en sort plutôt bien sur les agrès, pour une première fois.

Pendant ce temps, Anto revoit les techniques canyons avec Roxanne et Jean-Luc : les différents nœuds, les amarrages, les différents types de freinage, clé d’arrêt, descente sur demi-cabestan (nœud italien), gestion des frottements en canyon.

En fin de journée Roxanne mettra en application les techniques en falaise.

L'apéro et les agapes commencent à 13h30. Le vent s'est un peu intensifié sur le haut de la falaise mais reste supportable. Le moment du repas est toujours source de partages et rigolades : pour une fois le premier à titiller Marie Pierre c'est Alix. Même s’il a de la repartie le jeune, il comprendra à qui il a affaire, sous nos regards amusés bien sûr (et cette fois si, nous n’y sommes pour rien...). Nous reprenons nos activités vers 14h30 jusqu'à 16h00. Franck déséquipe l'ensemble des voies, Marie Pierre et Amal rangent le matériel.Haut de page

Enfin nous regagnons le local pour réintégrer le matos et nous sommes rejoints par les parents d'Alix pour un retour d’expérience.

Franck

 

 

Dimanche 18 septembre 2022

Fête du Sport

Place Saint Nicolas, Bastia

 

Participants

  • ITP : Antoine B., Michèle C., Jean-Claude D., Albert D., Amal D., Éric G., Jean-Claude L., Pierre L., Francis M., Noël R., Rémi R., Marie Pierre R., Alexia S. B., Alain T.

 

Photos

 

Traditionnelle participation à la fête du sport. Faux départ le samedi, annulation en raison des forts coups de vent annoncés.

Retour le dimanche, le stand attribué cette année était au bout de la place vers la mairie, et c'était bien mieux. Des platanes plus hauts ont permis d'avoir de belles verticales dont une fractionnée. Autre aspect intéressant, le stand était loin du kiosque à musique ... et de sa sonorisation entêtante.Haut de page

Les topi ont répondu présent en nombre pour préparer le stand ou pour une simple visite et Amal s'est occupée de les rassasier.

Plus de 20 inscrits pour l'initiation spéléo du 2 octobre et 6 pour une initiation canyon à programmer.

JCL

 

 

Vendredi 23 septembre 2022

Rassemblement Aliénor 2022

La Petite Bidouze, Aussurucq (64)

 

Participants

  • ITP : Jean-Claude L.

  • Spéléo Club de Vendée : Michel B., Stéphane G.

 

TPST : 1h00

Photos

Topo 1

Topo 2

Topo 3

 

Aliénor 2022, le sixième rassemblement des spéléologues et canyonistes de Nouvelle-Aquitaine se déroule cette année du 23 au 26 septembre à Arette dans les Pyrénées-Atlantiques. Les basco-béarnais ne sont pas racistes, le rassemblement est ouvert à tous. Ça tombe bien, c'est à une cinquantaine de kilomètres de Pau, une bonne occasion de combiner vacances familiales et spéléo, d'autant plus que Coraline, une ancienne sympathisante des topi fait partie de l'organisation.

Arrivée à Arette en fin de matinée en même temps que Coraline, l'installation des stands est en cours. Piquenique pris en commun dans la salle des fête, point névralgique du rassemblement.

En projet pour cet après-midi La Petite Bidouze. C'est une traversée qui peut se faire en technique canyon, équipée en fixe pour l'occasion, mais la faire seul ne serait pas prudent. Une petite heure d'attente avant que 2 spéléos de Vendée s'inscrivent à cette sortie.

Une bonne heure de route plus tard et nous voilà au bout d'une piste de bout du monde. L'entrée est accessible après une courte marche d'approche dont la fin est balisée par quelques rubalises.

C'est une perte mais la rivière extérieure est à sec aujourd'hui, elle réapparaitra un peu plus loin dans la cavité. C'est une succession de rappels, le plus haut fait 18 mètres, entrecoupés de jolies galeries en méandre. Des gours d'un blanc immaculé agrémentent le parcours. En marchant sur le bord des gours le calcaire se désagrège en un espèce de mondmilch, donnant ainsi à l'eau un aspect laiteux.

C'est une courte traversée puisque 50 mn plus tard nous voilà déjà à la sortie. Retour par le nouvel itinéraire ouvert par le CDS, il permet de gagner une demi-heure sur la marche de retour traditionnelle, à condition de prendre à droite en haut du raide rapaillon ...Haut de page

Le chemin de retour passe non loin de l'entrée, refaire la traversée est tentant mais l'orage en cours n'incite pas à s'engager dans la perte compte-tenu du vaste bassin versant ...

Retour direct à Pau.

JCL

 

 

Samedi 24 septembre 2022

Rassemblement Aliénor 2022

Gouffre Nébélé, Aussurucq (64)

 

Participants

 

TPST : 6h00

Photos

Topo

 

Deuxième journée du rassemblement, c'est le jour du Nébélé. Cavité protégée toujours en cours d'exploration, elle est rarement ouverte et une inscription préalable était obligatoire avec l'accompagnement impératif par un membre du Collectif Nébélé. Plusieurs parcours sont proposés, j'ai choisi celui qui DOIT être fait avant les autres, la Galerie du Scrouitch. Le rendez-vous est à 8h00 à Arette, répartition rapide dans les véhicules et tout le monde se retrouve près du champ où s'ouvre la cavité. Celle-ci est en contrebas de la ferme des propriétaires qui ont ainsi toujours un œil vigilent sur les visiteurs...

Une buse en béton entoure la nouvelle entrée artificielle, celle-ci est plus sécurisée que l'ancienne qui parpinait beaucoup. Une grille cadenassée ferme l'entrée et l'accès est géré par le Collectif Nébélé, n'y entre pas qui veut !

La corde est amarrée sur les armatures qui surplombent la buse et la descente s'effectue directement par un beau P40 fractionné. Encore quelques puits et le niveau de base du réseau fossile est atteint après un petit pendule à environ 100 m de profondeur.

La progression s'effectue maintenant en grande partie dans de vastes galeries, la Tyrolienne (un pont de singe au-dessus d'un puits d'une vingtaine de mètres de hauteur), la Galerie 93, la Rotonde. Nous voilà à -127 m et le puits du Cdt Cousteau permet de reprendre de la hauteur pour de nouveau arriver au niveau de base fossile. S'en suivent la Galerie du Blaireau, le Carrefour de la Flemme, la Salle du Cairn et enfin le but de la visite, le clou du spectacle, la Galerie du Scrouitch. Un ramping dans une chatière d'une bonne vingtaine de mètres en assure la dernière protection. Et là on arrive dans l'exceptionnel, l'unique, une galerie ornée de Mirabilite, une variété de gypse. Des bouquets de fleurs minérales plus beaux les uns que les autres épatent la galerie, c'est le cas de le dire ! Si certains bâtonnets ont des sections de plusieurs centimètres, d'autre sont aussi fins qu'un cheveu. Le nom de la galerie vient du bruit des pas lors des premières explorations pour faire un passage en milieu des concrétions, « scrouitch, scrouitch » ... Une description plus scientifique est téléchargeable en pdf ici.

Poursuite de la visite jusqu'à la Galerie Damoclès et son rocher coincé, puis demi-tour et retour en surface par le même chemin après quelques kilomètres de balade souterraine, petite partie des 25 km de développement du réseau.Haut de page

Retour à Arette pour quelques mousses et s'inscrire pour la sortie du lendemain, puis direction le bercail.

JCL

Compte-rendu de Serge P. du Leize Mendi : http://strates.canalblog.com/archives/2022/09/24/39646939.html

 

 

Dimanche 25 septembre 2022

Rassemblement Aliénor 2022

La Verna, Saint-Engrâce (64)

 

Participants

  • ITP : Jean-Claude L.

  • Autres clubs : Jérémy et Pierre B. (GSO), Serge P. (Leize Mendi)

 

TPST : 4h00

Photos

Topo

 

Au programme de la journée les Grandes Salles du réseau de la Pierre Saint Martin en passant par le tunnel EDF et la salle de La Verna. L'accès à la cavité est géré par l'ARSIP, l'Association pour la Recherche Spéléologique Internationale à la Pierre Saint Martin.

Jérémy est membre du Groupe Spéléo Oloronais, il a déjà fait le parcours jusqu'à la Salle Chevalier, mais pas la suite. Serge P., président-adjoint du dynamique club Leize Mendi (littéralement Grotte Montagne en basque) et membre de l'organisation du rassemblement, qui pressent être plus utile à cette sortie qu'à la salle des fêtes où il n'y a pas grand chose à faire en journée, se joint finalement à nous. Bon pressentiment qui nous a probablement évité quelques égarements ...

Départ tardif d'Arette et 3/4 d'heure plus tard, munis du passe, nous nous garons au dernier emplacement possible pour les spéléos. Une petite demi-heure de marche d'approche plus tard nous arrivons devant l'entrée du tunnel de La Verna. Il est presque midi lorsque nous en ouvrons la porte. Pas trop de courant d'air en ce moment où la température de l'air extérieur s'approche de celle intérieure. Nous empruntons maintenant ce tunnel doublement historique, pour les spéléos et pour l'EDF. Long de 660 mètres il permet d'atteindre la Salle de La Verna, une des plus grandes du monde, 255 mètres de long, 245 de large et 194 de haut, point le plus connu de ce réseau de plus de 85 km de développement pour 1410 mètres de dénivelé. D'autres chiffres ici. Coupe .

Le tunnel aboutit sur une passerelle dominant l'immense salle. Double coup de chance aujourd'hui, nous bénéficions d'une part de l'éclairage de la salle car un groupe de touristes est présent, et d'autre part de l'air qui est particulièrement transparent aujourd'hui. Pas de brouillard, pas d'embrun, la vue est simplement magique. Après quelques minutes d'émerveillement nous continuons le cheminement jusqu'au bout des passerelles, puis le parcours spéléo commence. Nous parcourons d'abord l'immense Salle Chevalier, puis la Salle Adélie, et arrivons enfin la Salle Queffelec. Le cheminement suit plus ou moins la rivière souterraine, plus ou moins en hauteur avec parfois des passages bien aériens, il est entrecoupé par quelques vires et ressauts équipés qui imposent de garder son équipement.

La faim et la fatigue se font sentir après ces 2 heures de marche et le piquenique s'impose après plus de 1,5 km de parcours chaotique tout en cumulant environ 150 mètres de dénivelé. Il faudrait encore 4 heures de progression pour la base du Puits Lépineux (320 m de hauteur), nous décidons sagement de faire demi-tour.

Le retour est bien sûr plus rapide, la Salle de La Verna non éclairée n'a rien à voir, dans tous les sens du terme, on ne voit rien, que du noir !

Petit détour par le tunnel menant au Réseau Arphidia, découvert lors du percement du tunnel. C'est par une erreur d'orientation qu'EDF avait percé ce bout de tunnel avant de s'apercevoir que le forage ne se dirigeait pas dans la bonne direction, après plus de 100 m de percement quand même ! Erreur bénéfique puisqu'elle a permis la découverte d'un nouveau réseau. Les premiers mètres paraissent un peu rastègue, pas tout de suite très engageant.

Retour à Arette, tout est pratiquement démonté. Le PC attend encore le retour d'info de fin de sortie de quelques équipes. Une petite bière et c'est la séparation en espérant se revoir un jour.

Fin de ce pseudo camp avec une mini représentation des topi.

Petit bilan : 3 belles cavités visitées. Une organisation au top et bien rôdée. Chaque participant inscrit a reçu le traditionnel mini sac à bretelles avec un Buff avec logo, une boite de pâté et une tablette de chocolat du coin, un verre logotisé de l'évènement et diversesHaut de page documentations. Pour 5 € d'inscription c'est bien fourni ! La tombola a également été rentable puisque pour 5 € de mise, un super poncho ACS d'une valeur de 52 € est gagné !

JCL

Compte-rendu de Serge P. du Leize Mendi : http://strates.canalblog.com/archives/2022/09/27/39646952.html

 

 

Vendredi 30 septembre 2022

Interclubs spéléo, visite

Traversée Hayau-Bouhadère, Saint-Pé-de-Bigorre (65)

 

Participants

  • ITP : Jean-Claude L.

  • Leize Mendi : Coraline F.

 

TPST : 3h00

Photos

Topo

 

« Ça t'intéresserait de faire un autre trou dans le coin ? »

Une telle proposition de la part de Coraline, honnête de surcroit, ne pouvait être refusée ! Une traversée en plus, à faire en technique canyon, ça change de la routine.

La traversée Hayau-Boulahère fait partie du sentier karstique de Saint-Pé-de-Bigorre réalisé par le CSR Midi-Pyrénées. Gâteau sous la cerise, un livret explicatif avec quelques topos de cavités est téléchargeable ici.

Départ du parking aménagé avec avoir laissé passer une dernière averse, 15 mn de marche plus tard à travers la jolie forêt de Très Crouts et voilà l'entrée. Une belle entrée où on devine qu'il y a un peu de gaz !

Petite main courante et c'est un beau plein pot de 30 m. Comme d'habitude maintenant, je laisse tomber du matos, le 8 de Coraline en l'occurrence. Qu'à cela ne tienne, retour dans l'antiquité pour un demi-cab/nœud de mule. Quelques minutes pour le ressortir des archives et c'est parti pour une belle descente joliment éclairée jusqu'à la base par la lumière du jour. En cour de descente une idée de recyclage des vieux 8, couper un morceau du gros trou et s'en servir de déviation facilement retirable.

Un P12 suit à la base duquel on voit encore l'entrée du gouffre, puis un boyau descendant assez confortable à équiper, il se termine par un beau P15. Une galerie, une petite escalade, un petit rhinolophe et voilà la vire menant au dernier puits, un beau P20 qui aboutit à la Salle Henri IV, à environ 90 mètres de profondeur, relativement bien concrétionnée et agrémentée d'une petite arrivée d'eau.

Le reste du cheminement est un peu plus chaotique avec des vires équipées en fixe, quelques ressauts, uneHaut de page chatière mouillante, un peu de boue (il en faut), une via souterrata remontante qui évite d'équiper le P12 de sortie, et enfin la sortie. Jolie cavité qui peut se faire tranquillement à la demi-journée.

Vingt minutes plus tard nous voilà déjà de retour à la voiture pour la petite bibine traditionnelle.

JCL

 

 

Dimanche 2 octobre 2022

Spéléo, initiation JNSc

Cast 1, Oletta

 

Participants

  • ITP : Antoine B., Wanda C., Dominique D., Amal D., Michaël D., Henri-Pierre F., Éric G., Francis M., Nono R., Alexia S-B., Alain T., Franck Z.

  • Initiés : Alexia A., Marina A., Léa C., Luca C., Stéphanie C., Alix D., Thomas G., Husen H., Éric I., Gwenaëlle L., Lina L., Mohamed L., Océane M., Delphine N., Lucie P., Liliane P., Pierre Q., Anna R., Benoit R., Chris R., Yorick S., Léo T., Fabien V.

  • Assistante canine : Nala

 

TPST : 3h30 + 3h30

Photos

 

Grosse affluence autour de Cast 1 pour cette journée d'initiation spéléo programmée après la fête du sport.

  • 23 initiés

  • 12 encadrants + 1 assistante

  • Il y avait 23 inscrits, 11 initiés le matin, 12 l'après-midi

Démonstration et mise en situation au pied du pylône, puis direction la cavité.

Compte-tenu d'un nombre suffisant d'encadrants, c'est une configuration en poste fixe qui a été choisie. Les topi se placent aux points stratégiques et assurent la sécurité des initiés passant près d'eux. Déjà pratiquée, cette technique est bien rodée maintenant et ça roule !

Le parcours choisi a été :

  • Puits d'entrée traditionnel

  • Puits de la Chèvre

  • Raccourci

  • P9Haut de page

  • Sortie par le puits artificiel

La journée a été coupée par le traditionnel piquenique, bien apprécié lui aussi.

Franck

 

 

Dimanche 9 octobre 2022

Canyon, repérage, descente, entrainement

Le Bucatoghju, San Nicolao

 

Participants

  • ITP : Michaël D., Franck Z.

 

Cotations : V3.A3.II

TPEC : 0h30

 

Le canyon du MACINI était initialement prévu ce jour mais le temps maussade et pluvieux sur la région nous a fait annuler cette journée d’initiation.

Avant d’annuler, une idée avait tout de même germé : parcourir le circuit emprunté par le pro dans le canyon du Bucatoghju. Lors de notre dernière descente, nous avions rencontré le pro qui partait de l’arrivée avec un groupe mais où est le point d’accès et par quel chemin ?

C’est pour répondre à ces questions que Micca et Franck se retrouvent vers 10h00 sur le parking près du site archéologique.

Nous empruntons donc le chemin qui est habituellement celui du retour jusqu’à arriver à une fourche : à droite direction la cascade (c’est écrit à la peinture fluo sur le rocher) et à gauche un chemin de randonnée. Nous continuons sur le chemin de rando que nous quittons à la première bifurcation évidente. La sente est plus ou moins bien marquée, mais certains passages sont compliqués, nous arrivons à une barre rocheuse qu’il faut escalader. Impossible avec un groupe d’initiés, nous ne sommes pas sur le bon chemin…

Nous décidons alors de regagner le lit de la rivière et de la remonter jusqu’à une nouvelle barre rocheuse que nous escaladons. Alléluia !!! La main courante en acier que nous avions repérée la fois précédente est là. Cette dernière se poursuit sur une cinquantaine de mètres, un panneau de danger et de restriction d’accès est apposé au départ de celle-ci.

Un sentier non balisé arrive jusqu’au chemin de rando principal, la jonction est faite !

Cela fait plus d’une heure que nous sommes dans les sous-bois, étant là pour faire un peu de canyon tout de même nous repartons vers la rivière et entamons cette descente vers 12h00. Plusieurs agrès sont à utiliser : une mini tyrolienne laissée en fixe par le pro puis trois rappels à équiper.

À noter sur le dernier rappel, plusieurs amarrages sont disponibles mais plusieurs maillons rapides ont été dérobés. La pluie se joint à nous lors du dernier rappel. Un couple observe notre descente, ça change un peu de l’affluence massive de personnes amassées autour de la vasque finale les jours d’été.

Il est 12h30 lorsque nous sortons de ce micro canyon. Bon c’est court, trente minutes, mais nous ne sommes qu’à deux et sur l’avant dernière vasque il y a plusieurs possibilités de sauts. Il est donc possible d’agrémenter cette descente pour la réaliser avec de initiés.

Le repas est consommé chez Franck.Haut de page

L’après-midi, Franck et Micca rejoignent Anto, Roxane et Muriel pour effectuer quelques manipulations et techniques de corde en canyon : retour sur les différents types de nœuds, remontée sur corde avec des bloqueurs et conversion. Anto avait équipé les cordes sur le portique du local.

La journée se finira par un petit apéro.

Franck Z.

 

 

Vendredi 14 octobre 2022

Stage photo

Soirée formation au local, Bastia

 

Participants

  • ITP : Antoine B., Michèle C., Wanda C., Albert D., Amal D., Jean-Noël D., Éric G., Jean-Claude L., Marie Pierre R.

  • Formateurs : Philippe C., Annie G.

 

Durée : 4h00

 

 

La photographie souterraine en Corse on connait ! le blog des topis doit en contenir des centaines… mais, reconnaissons-le, si cela nous permet de garder de bons souvenirs de nos sorties, l’esthétisme pictural n’est pas souvent au rendez-vous. On a bien essayé à une époque d’utiliser des cellules de déclenchement à distance mais la technique s’est vite avérée défaillante. On s’est contenté ensuite de nos APN compacts qui nous évitaient de réfléchir.

Mais à force de feuilleter Spelunca et d’admirer les merveilleuses photos de Philippe Crochet, l’envie nous est venue de tenter l’aventure. Philippe est le président de la Commission audiovisuelle, présent sur tous les congrès et rassemblements spéléos. Suite à la publication d’une magnifique photo d’œufs d’opilions Jean-Noël lui a proposé début 2022 une formation Photo Souterraine pour la LISC d’abord à visée entomo élargie ensuite à une initiation plus globale.

Philippe et sa compagne et modèle Annie ayant un emploi du temps très chargé (y-a-t-il un coin de karst dans le monde où ils n’aient pas mis leurs flashes ?) le projet ne pouvait se faire qu’en fin d’année. Annoncé à l’AG de la LISC, le stage a été rempli le jour même – 8 candidat(e)s et finalement nous serons 10. Et « grâce » à une annulation de voyage au Turkménistan, on a pu se mettre d’accord pour un stage du 14 au 18 octobre. Le CA de la LISC a décidé de prendre en charge l’hébergement et le couvert des formateurs, leur déplacement passant en abandon de frais.

Vendredi 18 heures, Philippe et Annie sont au local et les élèves photographes arrivent au compte gouttes… Cela permet de mieux faire connaissance et de débuter gentiment l’apéro.

19 heures, on rentre dans le vif du sujet. Philippe nous présente son diaporama, on a beaucoup à apprendre sur le matériel à utiliser, les paramètres à régler (et ça ne manque pas : iso, diaphragme, vitesse, nombre guide, angle de positionnement, puissance et ouverture des flashes, contre jour, flash en douche…). Au bout d’une heure, l’attention de certains se disperse, on lance la pause avec apéro-dinatoire.

Pour ce faire, Antoine avait prise les choses en mains et avait mobilisé Amal pour ces premières agapes puis Odette pour celle du samedi et du dimanche. Quand les plats arrivèrent ce n’était pas quelques amuse-gueule mais un véritable buffet qu’Amal nous avait concocté ! Tout cela accompagné de quelques bonnes bouteilles choisies par Antoine.Haut de page

Bien repus mais décidés à poursuivre notre apprentissage on se replace devant le diaporama. Encore deux bonnes heures de notions théoriques à intégrer. Bientôt 23 heures, la fatigue se fait sentir, les formateurs doivent trouver leur hôtel et demain route vers Lano.

JND

 

 

Samedi 15 octobre 2022

Stage photo

Grotte de Carpinetto, Lano

 

Participants

  • ITP : Antoine B., Michèle C., Wanda C., Albert D., Amal D., Jean-Noël D., Éric G., Jean-Claude L., Marie Pierre R.

  • Formateurs : Philippe C., Annie G.

 

TPST : 5h00

Photos

 

Pour ce premier jour sous terre, nous avions le choix entre nos deux spots de grottes horizontales, Butrone ou Carpinetto. Mais un repérage à l’accès de la première, réalisé par JN trois jours plus tôt, avait conclu à une nécessité de bonne séance de démaquisage pour ouvrir un sentier envahi par les ronces. On abandonnera le projet.

Rdv au local pour 8 heures et regroupement à Ponte Leccia pour le café. Le convoi de 4x4 s’élance enfin vers Lano, le temps est magnifique, il est 10 heures. Portail fermé mais la clé est à sa place, M. Leschi le maire, informé de notre venue en début de semaine, nous l’avait confirmé. Accès sans difficultés au parking sous le soleil. Bien sûr l’Aninco est à sec.

Pressé de montrer nos merveilles souterraines à Philippe et Annie, on s’apprête à rentrer dans la cavité, mais Philippe décide d’organiser le premier atelier photo sur le cliché du porche. Fastoche ! les photos d’extérieur on connaît. On va vite être dépassés par les paramètres à prendre en compte pour une photo réussie c’est-à-dire un extérieur clair et net et une entrée bien éclairée avec son sujet. Rapidement les possesseurs d’APN compacts ou de bridge baisseront les bras. Il faut absolument pouvoir régler les paramètres principaux que sont iso, diaphragme et vitesse. Sont équipés pour, JCL, Éric, Wanda et Albert. Sinon seule Amal sortira de beaux clichés avec son portable, vive l’Intelligence Artificielle (mais elle a des limites comme nous l’expliquera Philippe).

On règle, on change, on adapte et on joue avec la position des flashs – contrejour derrière le sujet (Annie, quelle patience !), latéraux à 30-45° et apprentissage du snoot (flash directionnel placé dans un tube en PVC). Le réglage des flashs est très important, leur inclinaison, leur puissance, l’angle du faisceau… Et quand on change un paramètre il faut adapter tous les autres. Bilan : deux heures pour prendre la photo du porche ! ! On n’est pas arrivé dans la Salle Rhomboédrique

On va vite comprendre que ce ne sera pas une visite complète de la cavité. On entre enfin sous terre pour se regrouper au milieu de la Salle de la Colonne. La concrétion en son centre nous semble être un sujet intéressant. Là il n’y aura pas de modèle, ce sera un cliché descriptif. JN ira vite voir s’il y a des rhinos dans la Salle des Chauve-souris (on en a croisé quelques-uns au niveau de la Vire), mais rien, température 11,5° C, minimum 9° C.

On apprendra à mettre en valeur le sujet sur un fond noir, là-aussi tout est dans les flashs. Ce sera à nouveau une séquence de deux heures. Mais le résultat est assez époustouflant, notre banale colonne grisâtre s’est sacrément embellie.

Il est temps d’emmener nos formateurs vers la Grande Galerie Concrétionnée que l’on estime être le clou de la cavité. Le volume est bien plus grand, les réglages n’étaient pas évidents pour les débutants. Il fallait faire ressortir les concrétions au plafond et en premier rideau, jouer avec les réflexions des parois, avoir un sujet qui se détache sur un fond de galerie noire. Amal servira de modèle.

On n’ira pas plus loin, le Lac Suspendu est à sec ; au retour JN et JCL iront jeter un œil aux Lacs Jumeaux dont les niveaux ont baissé d’au moins 20 cm comme dans le Puits du Chien. Sortie vers 16 heures la faim se fait sentir.

Le parking est encore au soleil, si on faisait une photo de groupe, tiens il manque Albert… Éric part à sa recherche mais Albert réapparaitra plusieurs dizaines de minutes plus tard sans que l’on sache par où il est passé ?

Installation des tables, premier bouchon, pas le temps de faire le feu. Mais comme d’habitude les agapes seront pantagruéliques. Les conversations vont bon train mais il est temps de reprendre la route. On avait prévu une rencontre avec M. le maire, on le prévient qu’il est un peu tard, ce sera pour la prochaine.

19 h 30 au local, Albert et Wanda vont retrouver leurs véhicules.

JN « Pas besoin d’ouvrir le local ? »

Albert « Non c’est bon »

Le Disco repart, direction la Place d’Armes pour déposer Éric. Appel d’Albert « J’ai laissé mes clés de voiture au local »No comment, on fait demi-tour mais entre temps Wanda le ramène chez lui. Nouveau no comment !

Une bonne douche et on se retrouve au local vers 20 h 30 pour… manger. En effet c’est le tour d’Odette d’avoirHaut de page préparé l’apéro-dinatoire. Tout aussi pantagruélique que les précédents. On attendra que la digestion de 17 heures se termine en débriefant pendant une heure, analyses et critiques (constructives) des photos. Quelques canapés et sandwiches plus tard on finira cette journée bien remplie. Il est presque minuit, demain ce sera Santa Catalina avec un rdv à 9 heures.

JND

 

 

Dimanche 16 octobre 2022

Stage photo

Grotte de Santa Catalina, Sisco

 

Participants

  • ITP : Wanda C., Albert D., Amal D., Jean-Noël D., Henri-Pierre F., Éric G., Marie Pierre R.

  • Formateurs : Philippe C., Annie G.

 

TPST : 6h00

Photos

 

Pour cette 2ème sortie du stage photo était prévue initialement la grotte de Butrone, mais le chemin d’accès n’ayant pas été débroussaillé depuis longtemps, le choix s’est porté sur Santa Catalina.

On avait peaufiné l’organisation :

1/ Coté nourriture sous l’égide d’Anto, Odette et Amal avaient préparé des repas somptueux.

2/ La photo nécessite des modèles. Le régime spéléo qui consiste à s’enquiller sortie après sortie force cochonnailles, saucissonnades, grillades, fromages à pâtes molles, dures, pressées ou fraiches, gâteaux et barres de chocolat arrosés d’alcool de tout degré et de toute couleur ne favorise pas le maintien d’une taille XXS au fil du temps. De plus, vue la moyenne d’âge des spéléo, Philippe sait bien qu’il ne va pas toujours trouver dans les clubs les modèles idéales. Aussi voyage-t-il avec son propre modèle, Annie. Toute fine et toute mince, le modèle spéléo idéal. Ça tombe bien c’est sa compagne. En plus elle est prof d’anglais, ce qui aide bien dans les expéditions internationales quand tu n’as plus Google traduction parce que ton portable ne passe plus.

Philippe ne pouvait pas savoir qu’en Corse la sélection darwinienne fait qu’en raison de l’exiguïté des cavités, les tailles au-delà du M ont abandonné la spéléo depuis longtemps ou sont restées au fond dans une étroiture. Aussi avons-nous amené également nos modèles idéales : Wanda, Amal et Marie Pierre qu’il fallait également former pour l’après stage.

3/ Coté sécurité on était bien organisé : la protection divine d’abord, essentielle dans ce genre d’expédition.

Santa Catherine, patronne des marins, des philosophes, des jeunes filles et des guérisseurs ne nous sera pas d’une grande utilité sauf à la rigueur pour Wanda, HP et Jean-Noël qui sont médecins mais pas vraiment guérisseurs. Les jeunes filles, on en voit bien passer lors des initiations mais elles ne s’inscrivent jamais au club. Santa Catalina, des photographes et des spéléologues elle n’en a rien à carrer, il ne fallait pas compter sur elle.

La patronne des photographes c’est Sainte Véronique, Santa Veronica en Corse (nom d’origine hybride, mi-latine, mi-grecque : vera icona = véritable image). Elle aurait accompagné Jésus lors de son chemin de croix et essuyé son visage couvert de sueur et de sang avec un linge recueillant ainsi l’image de la « Sainte Face ». Malheureusement, on n’a pas en Corse de grotte nommée Santa Veronica. On avait bien une Véronique au club, qui aurait aussi pu servir de modèle, mais elle est partie du côté des Corbières gouter d’autres cépages que le niellucciu ou le syrah.

Les historiens de la photographie font souvent référence à des mythes antiques. Narcisse qui succombe au reflet de sa propre image. Actéon, chasseur et voyeur qui se cache dans les roseaux pour épier Diane prenant son bain. Persée qui brandit sa gorgone pétrifiante devant l’adversaire. Là on a : Albert qui perd ses clefs et son téléphone partout où il passe et pétrifie tout interlocuteur qui lui parle de Paul Giacobbi et de Josiane Lips. Albert/Persée (clefs) sera donc notre Saint Patron.

La moitié de L’ASV est là : Wanda, Amal, Jean-Noël et HP. En cas d’accident, ça devrait aller pour les premiers secours.

J’avais quand même un doute sur le choix de la grotte. Jusque-là on n’y avait amené surtout des scientifiques : Élisabeth et Mado, animatrices de la Commission Régionale du Patrimoine Géologique de Corse ; Josiane et Bernard Lips pour le stage entomo ; Marco Isaia professeur à l’université de Turin, spécialiste des araignées Troglohyphantes. Ça avait l’air de leur avoir plu.

Mais Philippe et Annie qui ont photographié certaines des plus belles cavités du monde sur tous les continents, des mines de sel en Iran, des tunnels de lave à la Réunion ou à Hawaï, sont avant tout des artistes. Quel intérêt pour eux Santa Catalina ?

Certes la photographie fait appel à de nombreuses notions d’optique : les ISO, l’ouverture, les histogrammes, les diaphragmes, la température des couleurs… Mais enfin ce qui motivent les artistes c’est la recherche de la beauté. Le plissement des cipolins, les cloportes bleus, les myriapodes, les chauves-souris échangistes, la caverne sombre et boueuse jonchée de guano et de fientes de pigeon ne m’avaient jamais paru particulièrement beaux.

Ce en quoi je me trompais. Les flashs allaient révéler un monde nouveau de toute beauté.

Rendez-vous à donc à 9 heures au pied de la statue. Petit rappel historique (cf. en annexe) puis l’on descend vers le porche d’entrée.

Premier sujet de photographie l’entrée de la grotte. Premier problème : le contraste entre la noirceur de l’entrée et la clarté des parois. Le soleil faisant son apparition le contraste devient impossible à surmonter. Il faudrait revenir en fin d’après-midi.

On pénètre dans la grotte et l’on se pose un deuxième objectif : photographier la sortie. Problème inverse. La mer est mal définie. On peut utiliser le mode braketing qui permet de faire plusieurs photos avec des réglages différents et combiner les images pour que toutes les zones soient correctement exposées. Si ça n’est pas suffisant on peut faire des collages sous Photoshop des différentes parties du cliché.

3ème sujet : Photo artistique : Annie perchée sur un ressaut. Choisir éclairage principal. Jouer avec les ISO, l’ouverture : choisir le couple idéal. Cadrage. Positionnement des éclairages, contrejour, flashs latéraux, homme lampadaire. Éclairage des zones d’intérêt. Utilisation du snoot. Choisir la vitesse. Analyse de l’histogramme. La grotte illuminée par les flashs prend des allures mystérieuses. Le « tape cul » qui crée un halo de lumière nous fait croire un moment à la résurrection de la Sainte.

4ème sujet : une « mâchoire de requin » au-dessus d’un auvent. Il faut éclairer les plis de la mâchoire sans sur ou sous-exposer, régler la puissance des flashs par tâtonnement. Pas évident.

5ème sujet : de nouveau Annie 

Mais le temps passe. Après la traditionnelle photo de sortie de grotte vers 16h, nous filons chez Jeannot nous désaltérer et rentrons au club nous sustenter avec les restes du repas pantagruélique préparé la veille par Amal. Puis débriefing. Philippe commente avec bienveillance nos photos. Certaines sont magnifiques. Chaque appareil nécessite des réglages qui lui sont propres.Haut de page

Le repas du soir, préparé par Odette nous attend : soupe corse, migliaccioli et frappes. Alexia et sa Maman, Noël et Anto nous ont rejoints.

Fin d’une journée extrêmement sympathique et instructive et repos avant le lendemain : direction la grotte de Brando.

 

N.B. : Petit rappel historico-religieux :

Vierge et martyre, Ste Catherine fut rouée et décapitée par l’Empereur Maximin qu’elle refusa d’épouser pour demeurer chaste et se consacrer à Dieu (d’où la statue en amont de la route).

Une mystérieuse légende s’attache au manoir : en 1255 ou 1325, selon les sources, un navire transportant un reliquaire attaché à la basilique Sainte Catherine d’Alexandrie, d’Égypte en Avignon où s’est installée la Papauté, est pris dans une violente tempête au large de Sisco. Face au péril, les passagers implorent Dieu, lui promettant de déposer le reliquaire dans le premier lieu chrétien rencontré en échange de leurs vies sauves et sont exaucés. Ils peuvent aborder dans une crique devant la grotte. Mais une fois leur navire réparé, ils repartent vers Avignon. Une nouvelle tempête se lève au cours de laquelle le navire sombre. Le reliquaire peut toutefois être sauvé et est déposé dans une petite chapelle datant du 12è siècle, édifiée elle-même sur un sanctuaire du 2ème ou 3ème siècle et sise sur un promontoire au-dessus de la grotte. Dans le second quart du 15ème siècle, des religieux viennent s’installer à côté de la chapelle devenue lieu de pèlerinage, puis construisent un hôpital pour héberger les infirmes qui affluaient chaque jour espérant un miracle comme il s’en produisait journellement selon la tradition.

Les pèlerins descendaient en procession dans une crypte de la chapelle par un escalier aménagé près du chœur ; ils empruntaient un étroit couloir, passaient devant un petit autel et remontaient par l’autre côté. Ce dispositif, réalisé au 15ème siècle, était peut-être une copie du Saint Sépulcre de Jérusalem.

Une source miraculeuse à côté de laquelle pousse des papyrus était réputée guérir les ophtalmies, tout comme sa source jumelle qui coule près d’Alexandrie, sur le lieu où fut édifiée la Basilique de Sainte Catherine d’Alexandrie, dont l’édifice recouvrait un ancien temple dédié à la déesse Isis.

Au 16ème siècle les reliques furent mises à l’abri des rapines barbaresques à l’église Saint Martin de Sisco devenue plus sûre et dominante. Elles sont visibles dans une armoire de la sacristie. Transportées dans des petits coffrets en ivoire « elles comprennent un morceau de la baguette que portait Moïse pendant sa traversée du désert, un peu de manne tombée dans le désert, un peu du limon ayant servi à façonner Adam ; les bourses de la Sainte Vierge, de Sainte Marie-Madeleine, de Sainte Catherine ; quelques brins de fil filé par la Vierge, quelques gouttes de son lait, un fragment du bois de la Sainte Croix, un poil du manteau de Jean Baptiste… ». Les reliques ont été authentifiées par l’évêque de Mariana au 18è siècle !

Enfin un souterrain relierait le manoir à la mer. L’existence de ce passage serait une quasi-certitude mais on a perdu la trace de son entrée et de sa sortie. La légende veut qu’il débouche dans le tombolo de Sainte Catherine. Pourtant les nombreuses visites des topis dans la grotte n’ont jamais pu le retrouver.

La crique est encombrée d’énormes blocs rocheux rendant tout accostage par la mer impossible. Ils ont dévalé là lors de la construction de la route impériale vers 1840 ou plus tard lors de son élargissement, on voit les traces de barre à mine. Le chemin de Sisco à Bastia passait auparavant par le manoir.

Il n’y a pas de preuves de l’existence de Sainte Catherine. Peut-être a-t-elle été créée au Moyen Âge par récupération du personnage d’Hypatie, en inversant le rôle des chrétiens et des païens.

Hypatie, mathématicienne et philosophe enseignait la philosophie et l’astronomie et dirigeait l’école néoplatonicienne d’Alexandrie. Non chrétienne, mais tolérante vis-à-vis des premiers chrétiens, elle est assassinée en 415 par des moines chrétiens qui l’accuse d’entretenir des dissensions entre l’évêque d’Alexandrie et le préfet d’Égypte. Symbole féministe de sagesse, d’intelligence et de tolérance son histoire est d’une brulante actualité. Les salles supérieures de Santa Catalina portent son nom.Haut de page

Curieusement, cette grotte, qui porte le nom d’une sainte, suppliciée et décapitée pour préserver une virginité consacrée à Jésus, est le siège d’ébats souterrains humains et chiroptères multiples. Elle est un site de regroupement automnal de minioptères de Schreiber qui s’accouplent par centaines la nuit dans la deuxième partie de la grotte. Ébats aussi humains comme en témoignent certaines dénominations : La salle des ébats dite aussi Albertlieberspielzimmer, le boyau de la P..

PHP

 

 

Lundi 17 octobre 2022

Stage photo

Grotte de Brando, Brando

 

Participants

  • ITP : Albert D., Jean-Noël D., Henri-Pierre F., Jean-Claude L.

  • Formateurs : Philippe C., Annie G.

 

TPST : 3h00

Photos

 

Troisième journée de mise en application des enseignements du stage photo, c'est la grotte de Brando qui en servira de cadre cette fois-ci.

Moins de monde en ce jour de semaine, les travailleurs travaillent, les retraités retraitent. Il est près de 11 heures lorsque nous entrons dans la cavité. Des petits rhinos ont eu la même idée, ils sont 44 accrochés en plafond après les escaliers. Pas vérifié au-delà de la chatière.

Nous attaquons ensuite les premières prises de vues. Choix du site, du thème, ajout successif des différents éclairages avec les réglages qui vont bien. Nous sommes 4 photographes (en herbes), chacun s'y essaie à tour de rôle, d'où de multiples prises de vues. Patience exemplaire du modèle, on voit qu'elle a l'habitude.

Nous jetons l'éponge 3 heures après et nous dirigeons vers la sortie. Nous croisons alors 3 jeunes en quête d'aventures souterraines. Petite discussion avec eux, historique de la cavité et description plus complète, sensibilisation à la protection des cavités et à leur contenu avec notamment les risques liés au réveil des chauves souris en période d'hibernation, infos sur le club et invitation de venir lors d'une prochaine réunion du jeudi pour en apprendre plus sur la spéléo. Leur maman et un frère plus jeune et plus timoré attendent à la sortie, re-discussion ...Haut de page

C'est sur le belvédère que nous prendrons le pique-nique avec une partie des restes de la veille ...

Traditionnel débriefing au local et séparation.

JCL

 

 

Samedi 22 au dimanche 23 octobre 2022

Spéléo, rééquipement et désobstruction

Buga di a Cutina, Ghiso 4 - Ghisoni

 

Participants

  • ITP : Antoine B. (1), Albert D. (2), Dominique D. (1), Jean-Noël D. (2), Éric G. (1), Jean-Claude L. (1)

(1) : samedi, dimanche

(2) : dimanche

 

TPST : 6h00

Photos

 

Troisième séjour de l'année à Ghisoni, ce sera déjà un bon millésime, avec une éventuelle quatrième montée envisagée. Peu de volontaires malgré l'alléchante perspective d'une cueillette de châtaignes, voire de champignons.

Départ à 7h30 du rond-point N°4, arrêt café au petit bar qui fait angle avec la RN200 à Aléria, visite du magasin de bricolage à côté. On espérait y trouver un T pour raccorder le réchaud et le tripatte, mais ça ne se fait plus, c'est interdit ...

Nous voilà maintenant sur la piste, tiens un premier sanguin ! Un tu l'as vaut mieux que deux tu l'auras, partant de cet adage on le ramasse. D'ailleurs, Anto fait une partie de la montée à pieds avec déjà une belle cueillette en arrivant en haut, d'autant plus que 4 beaux rosés des prés nous attendent à côté des premières bergeries. D'autres giroles seront également cueillies aux alentours de la casetta.

Traditionnels va-et-vient entre les véhicules et la casetta, remise en service de l'alimentation en eau, la batterie de l'installation électrique est opérationnelle, nous voilà prêts pour le premier repas avec les premières grillades.

Après s'être rassasiés, Dumè continue l'étanchéification du conduit de la cheminée, Anto, Éric et JC partons pour le trou avec pour principal objectif de changer la corde en fixe du puits des Bosons. La corde neuve est enkitée de façon à pouvoir servir d'un bout à équiper une partie de la descente, l'autre bout de la corde étant accessible pour pouvoir la tirer jusqu'en haut des Bosons depuis le fond du puits d'entrée. La corde sera ainsi coupée à la bonne longueur, sans générer de chute.

C'est Anto qui se charge du rééquipement et nous nous retrouvons ensuite dans l'Alcôve suspendue. JC y retrouve sa clé perdue lors de la précédente visite, elle était à moitié engluée dans la boue du mini lac des Bosons. Anto et Éric tentent l'escalade au-dessus de l'alcôve mais blocage au même point.

Du rabe de corde est laissée au niveau de la main courante intermédiaire afin d'ajouter un fractio face à l'alcôve et supprimer ainsi la gestion délicate d'un frottement et aussi scinder le puits en 2 sections. Ceci pourra faire l'objet d'un prochain perfectionnement à l'équipement.

La corde est coupée en bas du puits, un chalumeau a été descendu pour ça. Elle est également identifiée par un marquage sur un ruban adhésif blanc, «  52 m / 2021 / ITP ». Marquage protégé par de la gaine thermo, comme à la maison !

Deuxième objectif de la visite, mettre en application les acquis du stage photo, dans un puits cette fois-ci. Nous restons ainsi pendus sur corde durant un très long moment avec le risque de faire tomber du matos photo, il faudra ajouter une dragonne à chaque flash. Résultats sur l'album photos.

Retour tardif à casetta où Dumè a préparé l'apéro. JC se charge des champignons et une bonne poêlée de giroles, rosés des prés, sanguins et pieds de mouton sera partagée. Un parpaing de soupe sera également décongelé et servira de plat de consistance.

Il n'est pas loin de une heure du matin lorsque Morphée nous prend dans ses bras.

Réveil à 6h10 pétante, le réveil intestinal du maitre du temps est déréglé ! Il fait encore nuit lorsque nous prenons le petit déjeuner. La météo est très clémente pour une fin de mois d'octobre, il fait plus chaud dehors que dans la casetta.

Dumè et Anto restent à la casetta pour préparer l'installation des stratifiés sur les murs de la mezzanine afin de réduire les courants d'air. Éric et JC montent vers Ghiso 4 pour continuer la désob (dernière séance en novembre 2014 !) et donner au TopiTir son baptême du feu ! Ils y seront rejoints par Albert et JN en fin de matinée.

Le TopiTir décroche ainsi avec brio son CPT (certificat de prédisposition au tir). Cinq tirs de confort sont d'abord effectués afin de pouvoir travailler plus facilement vers le fond. Le sixième pulvérisera littéralement la cloison centrale et les fissures engendrées permettront de doubler le nombre de seaux de déblai sortis. Encore une séance aussi efficace et on pourra peut-être voir s'il y a vraiment une suite.

La faim se fait maintenant trop sentir, nous plions bagages satisfaits du boulot accompli et descendons vers la piste par le flanc sud de la crête calcaire, au cas où ...

Albert perd un seau lors de la descente, détail qui aura son importance par la suite ...

Retour donc à la casetta pour un repas pantagruélique avec multiples grillades. Un Rustique à la braise clôt ce repas et, c'est nouveau, un petit Muster subira également le même sort en utilisant la boite de son grand cousin. C'est nouveau et c'est adopté !

Procédure de départ entamée, tout ce qui doit être rangé dans la casetta est rangé, tout ce qui doit être chargé dans les 4x4 est chargé.Haut de page

Mais où est Albert ? JN pense qu'il a commencé la descente à pieds. Pause au col des chasseurs, toujours pas d'Albert, il est peut-être descendu plus vite ? Mais pas d'Albert non plus au départ de la piste, ça se complique. JN attendra un moment avant de voir arriver notre Albert national tranquilou-bilou avec un seau à la main ! Il est monté récupérer le seau perdu le matin sans avertir quiconque  ...

Fin encore une fois heureuse d'un week-end ghisonesque.

JCL

 

 

Samedi 29 octobre 2022

Spéléo, initiation spéciale « Mon cœur ♥ »

Cast 1, Oletta

 

Participants

  • ITP : Antoine B., Michaël D., Henri-Pierre F., Éric G., Jean-Claude L.

  • Initiées : Francesca A., Raphaelle M., Sophie M.

 

TPST : 3h00

Photos

 

« Mon cœur ♥ » avait tout préparé, il ne restait qu'à passer au local pour récupérer le matos. On en profite quand même pour boire un petit café, le paquet acheté par « Mon cœur ♥ » était sur le comptoir et n'attendait plus qu'à être utilisé.

On se répartit dans les voitures disponibles, à un individu près qui veut être sûr de rentrer car les autres chauffeurs deviendront peut-être des chauffards après le pique-nique, il prend donc son propre véhicule personnel à lui.

Micca se joint à la troupe juste avant la piste. La portion de cette dernière entre la ferme et la bifurcation vers Cast 2 mériterait une petite coupe d'entretien, ça commence à gratter sérieusement.

Pendant que « Mon cœur ♥ » habille les initiées, HP part comme d'hab équiper le puits artificiel, Éric et Micca se chargent du parcours classique par la vire de la Chèvre. Équipements facilités car « Mon cœur ♥ » avait tout préparé en laissant telles quelles les cordes de la dernière initiation. JC quand à lui se charge d'installer une voie à l'entrée de la cavité Que vous Savez, c'est son nouveau nom. C'est comme ça maintenant, pour avoir l'impression de faire de la première on change le nom des cavités.

Les initiées s'initient donc sur cette voie d'initiation qui présente en modèle réduit et condensé un équipement classique. Main courante, puits, fractionnement et déviation. Descente, montée, c'est fait.

Direction maintenant le vrai trou, « Mon cœur ♥ » mène la troupe. Circuit classique : puits d'entrée, Puits de la Chèvre, Salle de la Chèvre, Balcon de la Chèvre, Vire de la Chèvre, re-Salle de la Chèvre, raccourci de la Chèvre. Des « Mon cœur ♥ » résonnent dans la cavité tout le long du parcours.

Fait notable dans cette cavité habituellement non fréquentée par les chauves-souris, un petit rhino est venu s'accrocher au croisement des failles, peut-être en éclaireur pour en faire une éventuelle résidence d'hibernation. Á croire que si des humains y viennent, c'est que c'est ça doit également être bien pour les chauves-souris !

Sortie traditionnelle par le puits artificiel, les initiées sont ravies, les topi aussi.Haut de page

Pique-nique froid sur l'esplanade « Dumè ». Pas de feu compte tenu de la sècheresse toujours en cours et du petit vent agréablement rafraichissant qui s'est levé.

Fin de cette initiation « Mon cœur ♥ » et retour au local pour ranger le matos.

Anne Honimus

 

 

Samedi 5 et dimanche 6 novembre 2022

Spéléo, initiation grande verticale, désobstruction

Buga di a Cutina, Ghiso 4 - Ghisoni

 

Participants

  • ITP : Antoine B. (1) , Michèle Cl. (1), Wanda C. (2), Jean-Claude D. (2), Albert D. (1), Dominique D. (1), Amal D. (2), Jean-Noël D. (2), Michaël D. (2), Henri-Pierre F. (2), Jean-Claude L. (1), Nicolas M. (1), Benoit R. (2), Marie Pierre R. (1), Yorick S. (2)

  • Individuel : Jean-Yves C. (1)

  • Ex-topi : Corine B. (1), Lionel (1)

(1) : samedi et dimanche

(2) : dimanche

 

TPST : 4h00

Photos

 

Samedi

Quatrième descente de l'année à Ghisoni et quatrième descente dans le gouffre, A Buga est ainsi devenue la cavité la plus fréquentée en 2022 !

On peut passer les traditionnels préliminaires mais quelques faits sont à noter.

Tout d'abord un marseillais arrêté en bord de route peu après le tunnel nous fait signe. On s'arrête les uns après les autres et c'est ainsi que pas moins de 5 véhicules et 10 personnes se portent à son secours. Il a éclaté une roue en roulant sur un des nombreux cailloux qui ont dégringolé de la montagne, mais il n'arrive pas à démonter la roue avec la clé rikiki fournie avec le véhicule. Lionel sort sa croix de la voiture (qu'on ne se méprenne pas sur l'outil sorti ;-) et en quelques minutes le marseillais est tiré d'affaire.

Autre péripétie peu avant les bergeries de Gunzoli, l'Isuzu de Poulpy couine. Ouverture du capot, fumée et odeur de caoutchouc cramé. La courroie accessoire a voulu se faire la malle et frotte sur les flasques des poulies. Elle a bien chauffé et s'est déformée, mais elle n'a pas cassé. Lionel sort sa boite à outils (qu'on ne se méprenne pas... ;-) et en une petite heure la courroie est remise en place. Embouteillage sur la piste, un groupe en buggys est obligé d'attendre la fin de la réparation. On en profite pour leur demander s'ils n'ont pas eu vent de cavités lors de leurs balades pétaradantes, ce qui serait étonnant...

Redémarrage du convoi, enfin presque. Cette fois-ci c'est le Galloper de Dumè qui fait la tête et refuse de démarrer. Juste un problème de batterie vite réglé. Le week-end commence chaudement...

Pas d'autres mésaventures jusqu'à la casetta puis traditionnels va et vient pour acheminer les nécessités logistiques et alimentaires. C'est une première pour Coco et Lionel qui ne connaissaient pas « notre » refuge spéléo et semblent ravis de ce retour à la nature.

Premier apéro, premières grillades. Deux équipes se forment, les casettistes et les désobeurs. Les premiers se chargeront de divers bricolages de confort, dont le montage de la nouvelle table patiemment fabriquée par Dumè, une Dumette de plus ;-). On peut y manger confortablement à 10 mais en se serrant un peu on peut s'y attabler à 14, voire 16. Des bancs complètent également la table, mais aussi de vraies chaises avec dossier, le grand luxe pour les vieux spéléos courbaturés !

Michèle, Albert, Poulpy et JCL composeront l'équipe des désobeurs du samedi, départ tardif vers Ghiso 4. L'équipe de met rapidement à l'œuvre et 6 tirs de confort et de fond sont effectués. Les burins et massette ne sont pas oubliés et complètent les tirs.
Il est apéro moins le quart, il est temps de rejoindre la casetta, après avoir déblayer un maximum de gravats pour faire un point et laisser place nette à l'équipe des désobeurs du dimanche. L'objectif de la journée est atteint, on est au-dessus des pseudos puits. Contrairement à ce qui était imaginé, la suite semble plus prometteuse à gauche qu’à droite et on ressent un léger courant d’air. La terre s'insinue entre les cailloux laissant à penser qu'il y a du vide dessous...

Descente à la frontale en passant à côté du trou. JY y a pendu l'enregistreur coquin qui permettra d'espionner une éventuelle partouze de chiroptères (aucune activité chiro notable, juste quelques petits et grand Rhino en balade (1 ou 2 ?).

C'est MP qui a préparé le plat de consistance, un délicieux rôti à la crème, et comme le précise la cuisinière « il ne manque que les champignons qu'on aurait trouver sur place ! ». Mais pas de chance. Un rustique clôt le repas suivi par quelques pousse-rustique.

Coco et Lionel partent vers leur tente, Albert vers la sienne, Michèle vers son bout de chemin et les autres vers la mezzanine. Nuit tranquille même pas ponctuée par des bruits parasites.

 

Dimanche

Réveil à 7h00 non pétantes, petit déj, petits bricolages et voilà les dominicaux.

Quatre équipes se forment :

- Michèle et JY sont partis pour les mines de Paganello compter fleurette avec les chauves-souris

- Dumè, Coco et Lionel resteront à la casetta pour divers bricolages

- JN, JCD, Albert et HP constitueront l'équipe des désobeurs du dimanche

- Direction le trou pour les 9 autres

Les autres se divisent à leur tour en 2 sous-équipes :

- Anto, Wanda, HP, MP, Amal, Benoit et Yorick feront quelques manips sur une corde accrochée à une branche de châtaignier. Même Lionel a essayé, mais n'a pas approuvé !

- JCL et Micca iront équiper le trou

C'est ainsi que Micca se charge de l'équipement jusqu'au musée avec la C95 en utilisant les broches. JCL suit avec une C70 et utilisera les spits jusqu'à la lucarne, ces derniers sont toujours vaillants à nous soutenir. L'un des principaux objectifs est de faire découvrir une grande verticale aux nouveaux et à Amal. Micca, Anto, Poulpy et JCL se placent aux points stratégiques et conseillent au passage les 2 nouveaux.

Visite rapide du musée et retour en surface. Anto et Micca se chargent du déséquipement pendant que Poulpy et JCL vont jeter un œil à Ghiso 4.Haut de page Les gravas des derniers tirs n’ayant pas été enlevés, une bonne ou une mauvaise surprise attendra les prochains fox-terriers.

Seuls Wanda et HP sont encore à la casetta lorsque le quatuor y arrive pour casser la croute.

Descente de nuit après avoir coupé l'eau et effectué les divers rangements et nettoyages de la procédure de départ.

JCL 

 

 

Jeudi 10 novembre 2022

Spéléo, visite

Grotta Gradiccia, Bastia

 

Participant

  • ITP : Jean-Claude L.

 

TPST : 0h10

Photos

 

Profitant d’une opportunité et voulant positiver une attente, je décide de découvrir le haut du chemin du Villayet à Bastia et d’en profiter pour rendre une petite visite à la grotta Gradiccia.

En moins d'une demi-heure me voilà devant la cavité. C’est toujours le bazar dans le couloir d’entrée, un vrai dépotoir. Descente prudente dans la salle principale seulement éclairée par la LED du portable.

Un grand et un petit rhinos sont là, accrochés au plafond.

Reconnaissant un humain ami et n’étant pas encore en hibernation la conversation s’engage entre i topi pinnuti.

Moi : cumu va ?

Grand Rhino : va bè, è tù ?

Moi : va bè grazie

[Le reste de la conversation sera traduite en français afin d’être plus facilement compréhensible par tous.]

Moi : vous vous préparez à hiberner ?

Grand Rhino : oui, mais le froid se fait attendre, on ne comprend plus rien, il n’y a plus de saison.

Moi : c'est le changement climatérique si j'ai bien compris. Vous n’êtes pas trop dérangés ici ?

Grand Rhino : ça va, une petite visite de temps en temps. Les humains ça passe, ce qu’on craint le plus ce sont les chats, de sales bestioles ! Elles vous étripent et vous laissent ensuite pourrir sur place.
Quand je dis les humains ça va, pas toujours en fait. Il y a des fous furieux qui parfois nous capturent sauvagement avec des filets puis nous tâtent dans tous les sens. On met un certain temps à se remettre de ces attouchements, heureusement qu’on a une cellule de soutien psychologique pour nous aider à oublier !
On a créé une association pour dénoncer ces pratiques, on l'a appelée « ùn mi tocca ! », ainsi qu'un hashtag #BatMeToo, ça fera peut-être prendre conscience du problème.

Petit Rhino : le pire c’est quand ils nous refilent des maladies, ils ne se rendent pas compte du nombre de décès qu’ils provoquent ces humains-là !

Grand Rhino : parfois, ils nous collent un appareil sur le dos pour savoir où on va, on est carrément fliqués.
Si je fais une comparaison, c’est comme si on vous collait un pack de 6 bouteilles d’un litre dans le dos ! Essayez de voler et de vous nourrir alourdi comme ça ! Et je vous parle pas de conter fleurette ainsi accoutré, les femelles se marrent en nous voyant !
Un grand nombre de nos semblables ainsi équipés ont été retrouvés morts d’épuisement dans le maquis. Il parait que c’est pour la science et que c'est pour nous protéger, mais la meilleure façon de nous protéger c’est de nous laisser tranquille !

Petit Rhino : parfois ils mettent des grilles à l’entrée des grottes. Et bien nous on n’en veut pas, on ne veut pas vivre comme dans une prison, alors on est obligé de migrer ailleurs. Mais en Corse il n’y a pas beaucoup de grotte, alors on ne voudrait pas qu’ils les ferment toutes !

Moi : je suis désolé par tous ces désagréments, ils ne savent peut-être pas ce qu’ils font. On les aide parfois en leur communiquant vos gites, mais après ce que vous m’avez dit je ne sais pas si on va continuer.

Grand Rhino : vous ça va, vous êtes spéléo et je sais que vous êtes sympa avec nous, mais essayez de les calmer ces fous furieux !

Moi : bah !, je ne promets rien, ils ont la loi des hommes avec eux, mais je ferai mon possible maintenant.Haut de page
Allez, bonne hibernation, à
prestu !

Les rhinos en cœur : à prestu speremu !

Retour vers Bastia, un peu retourné par ces échanges et en concluant « J'ai cessé de croire à cette soi-disant protection des chauves-souris… »

JCL

 

 

Samedi 12 novembre 2022

Spéléo, visite

Grotte « Oubliée » ou « heu » ? « Aux pigeons » ? « Des pêcheurs » ? « De la chèvre » ? « Des Pirates » ?, Sisco

 

Participant

  • ITP : Alain T.

  • Invité : Léo T.

 

TPST : 0h30

Photos

 

Lieu : grotte heu !? Aux pigeons ? Des pêcheurs ? De la chèvre ? Des Pirates…. Bon JC et JN corrigeront c’est celle en bord de mer en sortie de Sisco en allant vers le Nord dans la deuxième anse en sortie de village, un large parking qui surplombe la mer, 10 mètres à marcher le long du muret parapet et une sente dans un maquis dense plein Est ouvrant sur la mer et l’île d’Elbe bien au large.

J’avais redécouvert celle-ci dans les années 2000 habitant à l’époque sur Sisco, c’est une belle salle au plancher plat et la proximité de la mer rend la balade, explo sympa… Léo garde un souvenir piquant d’une première visite, en effet plus jeune je l’avais utilisé comme objet projeté de démaquisage : cet épisode est devenu une légende familiale, racontée chaque fois avec toujours plus de détails saignants !

Évidement le timing de la matinée est millimétré entre les devoirs, les cours de natation de la sœur etc. Le créneau est de 3 heures max en partant et revenant à Furiani. J’avais de plus constaté auparavant que la falaise aux abords de l’accès avait subi des effondrements.

La voiture est chargée rapidement, 1 corde de 25m, deux baudriers, les phares pour faire qq photos et bien observer le sol et parois … On ne sait jamais, par sa disposition cette grotte reste un abri parfait !

Au roulage, Léo s’inquiète de savoir si j’ai bien pris la rouscaille et le gros sécateur… Il ne faudrait pas ajouter un nouveau chapitre sanglant à la légende familiale. Bon ! Retour à la maison, temps restant 2H55 minutes.

La sente dans le maquis est toujours assez bien marquée, Léo prend le temps de couper les quelques cistes, genêts-scorpions et autres salsepareilles qui caressent un peu les mollets et bras, temps restant 2H25 minutes.

Sacre bleu ! (si la grotte est celle des pirates l’expression est bien choisi sinon …) la falaise s’est effectivement abattue en un cône d’effondrement, qui parpine de partout, barre le chemin. En pied de falaise une petite anse et un escarpement déversant n’autorisent aucun passage.

Retour rapide sur la route pour un accès par le Sud ? De ce côté-là c’est un véritable mur d’escalade c’est équipable, mais ça ne va pas se faire dans la minute et une bonne partie est à purger, temps restant 1H55 minutes.

Retour sur la sente, en coupant sur quelques mètres dans un maquis épais que de piquants il devrait être possible d’accéder à l’anse de la grotte. Heureusement les outils sont avec nous, Léo est rassuré, il reste néanmoins derrière moi au cas où…Temps restant 1H20 minutes.

Oui ! on arrive bien au-dessus d’un pan de falaise intacte avant la désescalade il faut purger quelques blocs et un peu de terre, le tout debout dans une belle fourmilière dont les soldats partent à l’assaut des deux géants. Nous en sommes couverts, elles nous piquent tant et plus, des mollets jusqu’au cou et … même dans des parties très inattendues. Temps restant 1H00 minute.

L’approche ne pose plus de réels problèmes, on arrive au pied de l’éboulement qui donne accès à la grotte, la mer a fait son œuvre ici aussi : l’accès direct est délicat il faut donc passer dans deux petits passages hypogés main droite. Temps restant 0h55 minutes.

Aucune trace de pas la grotte s’offre à nous ! Quelques photos sont prises, Léo explore chaque étroiture… Pas de chevaux gravés, ni de pingouins tracés à pointe charbon, pas de pointe de flèches en obsidienne mais là n’est pas l’important, c’est le voyage qui compte. Temps restant 0h30 minutes.

Deux grands rhinos (?) sont un instant observés.Haut de page

Le retour s’effectue sans encombre, la corde est quand même mise en œuvre pour un franchissement rapide et sécurisé de la fourmilière.

Temps restant à l’arrivée à Furiani 0h01 minute, mission accomplie.

Alain T.

 

 

Samedi 12 novembre 2022

Spéléo, visite

Grotte de Trabuc, Mialet (Gard)

 

Participants

  • ITP : Jean-Noël D.

  • CoMed : Jean-Pierre, Thierry, Brigitte, Guy, Dominique, Thomas, Jean-Marie, Claire, Marie-Françoise, France, Loïc, Orhan

  • Spéléo Club de Villefranche de Conflent (66) : Lisa D., Michel G.

  • Autres spéléos : 3 X.

  • Accompagnant : Jean-Michel

  • Encadrants : Didier M., ancien membre du Spéléo Club d’Alès et maintenant au GERSAM de Montpellier

 

TPST : 5h00

Photos

 

Cette année la Commission Médicale de la FFS a tenu ses Journées de rencontre à Anduze dans le Gard non loin d’Alès au gîte du Val de l’Hort. Rencontres très dynamiques, nous nous sommes retrouvés à dix-huit participants, médicaux et paramédicaux et quelques accompagnants.

Comme à l’habitude, une sortie spéléo conviviale est prévue au cours de ces journées. Pour cette fois, au programme, la traversée de la grotte de Trabuc.

La grotte de Trabuc, aussi appelée jadis grotte de Mialet du nom du village à proximité, est située dans les Cévennes au nord du département du Gard. Sa partie supérieure, découverte par Gérard Vaucher –spéléologue suisse - lors d’explorations épiques racontées dans son livre Sous cette Montagne, a été aménagée pour les visites touristiques après percement d’un tunnel par une équipe de mineurs des Houillères d’Alès en 1950.

La grotte est connue depuis l’Antiquité, mais réellement utilisée comme refuge à partir de la fin du xviie s. En effet, lors de la guerre des Cévennes, les Camisards avaient pour habitude de se cacher dans les grottes de la région. La grotte tirerait son nom de l’arme favorite des Camisards, le tromblon, ou « trabuc » en occitan.

Dès 1823, Nicod et Gallière explorent la grotte en organisant des expéditions de trois jours passés sous terre. En 1889, les entomologistes V. Maget et G. Mignaud découvrent une nouvelle espèce de coléoptère bathysciné Bathysciola linderi subsp. mialetensis (Abeille, 1881).

En 1899, Félix Mazauric, collaborateur de Édouard-Alfred Martel décrit la grotte dans le bulletin de la Société Spéléologique de France. Un plan du réseau de galeries et de salles est publié en 1920 dans la revue Spelunca. Robert de Joly y passera également. En 1945, Georges Vaucher, aidé de ses fils Marc et Olivier, commence la désobstruction du Trou du Vent et découvre le « Nouveau Trabuc ».

Les premières visites touristiques de la grotte de Trabuc (en robes à crinoline et redingote et haut de forme) utilisaient l’entrée naturelle et le passage bas de « l’estrangladou », c’est-à-dire par une entrée inférieure.

La partie touristique ne représente toutefois qu’un dixième de l’ensemble du réseau. Le développement total est d’environ 11 km mais de l’entrée naturelle à l’entrée artificielle avec le tronçon aménagé pour le tourisme, cela fait une bonne sortie de cinq heures. Le parcours comprend deux parties séparées par un passage d’étroitures dont le Trou du Vent.

Grâce à Didier Manipou, spéléo alésien, nous avons pu obtenir l’autorisation de traversée (délivrée au compte gouttes). Des safaris spéléos sont organisés mais en partant de la zone touristique et s’arrêtant avant le Trou du Vent.

La cavité est très intéressante sur le plan géologique, plusieurs étages de creusement, des formes d’érosion importantes, des grands volumes, un lac, des gours, un concrétionnement pas exceptionnel mais de jolis paysages souterrains, des fleurs de gypse ce qui est plutôt rare, de la fantomisation, une cabane pour les expériences de survie, des fées, des soldats, etc.Haut de page

9 h 30, nous voilà sur le parking, l’accueil est fermé et n’ouvre qu’à 10 heures. Pour rejoindre l’entrée naturelle située 120 m plus bas, on descend le lit du ruisseau de Montrocou, à l’origine du creusement des différents étages de la cavité. Peu d’eau, quelques dalles glissantes et de belles falaises de calcaire avec des ammonites. Quarante minutes plus tard, nous voilà à l’entrée, fermée par de gros cylindres métalliques pour laisser passer les chauves souris (on n’en a pas vu…).

Larges galeries en ellipse sans difficulté de progression. Très belle salle des gours remontante, vasques aux bords dentelés. En haut un lac suspendu. Didier nous explique qu’en période sèche quand le lac est vide, une étroiture basse donne accès au grand Réseau du Renouveau. On n’a pas les tubas on n’essaie pas.

Poursuite par des galeries aux volumes identiques. Arrivée dans la Salle du Chaos, il y a du volume ! Au milieu une installation qui a hébergé deux spéléologues tourangeaux du CRAD (CDS37) pendant deux mois pour une expérience hors du temps. Déjà deux heures de crapahut, on approche du Trou du Vent.

Le voilà ! La largeur de la galerie diminue et sur le côté droit à 1,50 m de haut un soupirail ! Comme on en voyait avant au bas des immeubles pour descendre le charbon à la cave. Largeur 40x40 cm ! Seul passage pour accéder à la seconde partie de la traversée. Sinon demi-tour et remontée du ruisseau. Certains ne font pas les fiers mais on ne va pas se dégonfler. Les plus menus se sont déjà élancés, c’est le tour de Jean-Pierre, notre président qui a une certaine carrure et qui n’aime pas trop les étroitures. Il avait fait le Trou du vent il y a 15 ans.

C’est mon tour, le corps entré à moitié, ça frotte de partout. Et pas d’appui pour pousser sur les pieds, heureusement les copains servent d’appui. Me voilà entré entièrement mais ça bloque, je suis à deux doigts de renoncer… 3 m plus loin dans l’alcôve d’arrivée, Didier et Jean-Pierre m’encouragent. Je tombe le casque et seule possibilité pour avancer dans cette légère pente je me tire sur le câble d’alimentation de la cabane des tourangeaux (en principe à ne pas faire car il n’est pas fixé mais mes camarades seront sympas ils le maintiendront. Une petite corde de 8 mm aurait été la bienvenue. Finalement cela s’élargit légèrement et j’arrive à m’extraire. L’alcôve est la bienvenue pour souffler et reprendre des forces. Apparemment ils ne connaissent pas les pailles…

Mais le supplice n’est pas terminé. Didier me montre au-dessus une étroiture verticale, certes ponctuelle mais serrée… Puis une boîte aux lettres, type Razzu Biancu (l’Étroiture du Pénitent) mais tout semble facile après le boyau infâme.

On retrouve une grande galerie, regroupement, quelques visages fatigués mais tous ont le sourire, le Trou du Vent, passage clé du réseau, aura été une étroiture qui laissera bien des souvenirs à certains…

On progresse à nouveau dans des grands volumes avec des passages très aériens comme la Cascade Aurengo qui se remonte latéralement sur échelle fixe sur quelques dizaines de mètres, puis le Pas du Diable – franchissement d’un bloc coincé au-dessus du vide -, des vires. Certaines parois sont recouvertes de fleurs de gypse et les concrétions deviennent plus nombreuses. Une dernière étroiture avant la partie aménagée, qui n’est pas compliquée, mais bien humide.

Des lumières apparaissent et des rambardes métalliques, on est à l’extrémité de partie aménagée. Un tuyau d’arrosage est prévu pour laver ses chaussures avant de prendre pied sur le sol en béton.

Cette sortie par la partie aménagée nous permet de découvrir une célèbre particularité géologique unique au monde : les « cent mille soldats ». Il s’agit d’un ensemble de plusieurs milliers de petites concrétions, semblables à des stalagmites. Cette étrange formation peut faire penser aux soldats en terre cuite du Mausolée de l’empereur Qin en Chine, justifiant ainsi le nom de « cent mille soldats » donné par les découvreurs de la grotte. Les scientifiques sont sceptiques quant à leur formation : en effet, il n’y a pas d’eau tombant de la voûte à cet endroit de la grotte, rendant impossible la création de stalagmites. Certains biologistes avancent une théorie faisant appel à des bactéries ou des champignons ; cependant, aucune présence anormale au niveau bactériologique n’a été relevée à cet endroit de la grotte.

Puis le très beau Lac de Minuit et son miroir de faille. Le concrétionnement est vraiment magnifique dans cette zone et bien mis en valeur par un éclairage commandé par les visiteurs. C’est un weekend férié, on croisera d’ailleurs de nombreux groupes dans les escaliers remontant vers le tunnel de sortie.

Après 5 heures de crapahut nous voilà au soleil pour partager un spuntinu bien apprécié avec quelques breuvages de Corse et du Gard.

Un très grand merci à la direction de la grotte qui nous a permis de faire cette visite et bien sûr à Didier Manipou pour son accompagnement chaleureux et instructif.

En pièces jointes, quelques photos pour illustrer notre périple mais le mieux est d’aller voir les photos de Philippe Crochet par le lien ci-dessous.Haut de page

 

Biblio :
Philippe Crochet, Annie Guiraud, Anne Imbert et Aimé Mallet, « La grotte de Trabuc », Spelunca, no 162,‎ 2021, p. 10-21
https://www.philippe-crochet.com/galerie/cavites-touristiques/details/386/grotte-de-trabuc

JND

 

 

Dimanche 13 novembre 2022

Spéléo, visite et contrôle chiro

Gouffre de San Nicolao « U Tribbiolu », San Nicolao

 

Participants

  • ITP : Antoine B., Michèle Cl., Amal D., Alix D., Michaël D., Marie Pierre R., Yorick S., Franck Z.

  • Individuel : Jean-Yves C.

  • La toutounette : Naïka

 

TPST : 4h00

Photos

 

Sollicitée depuis presque un an, la visite du gouffre de San-Nicolao suscite autant d’intérêt que de méfiance et pour cause, une végétation abondante et agressive.

La rivière étant toujours à l’étiage, la traversée de celle-ci ne pose pas de problème. Grâce à la trace GPS fournie par PHP et JCL nous retrouvons sans trop de difficulté notre chemin. Nous arrivons à un regard bétonné, petit coup d’œil sur le téléphone, nous ne sommes plus sur la trace (même erreur que la fois précédente) : une cinquantaine de mètres avant, le chemin se sépare en deux, celui de gauche qui est en légère descente et l’autre qui monte. Il fallait donc prendre le chemin de gauche. La sente est propre jusqu’au plateau de l’arbre mort, calciné et là : on jardine !

Anto et Yorick partent direct à gauche, Mickaël, Jean-Yves et Franck continuent sur la droite en suivant la trace GPS. Chacun essaie de faire sa trace dans un maquis dense et épineux. Anto et Yorick arrivent les premiers sous l’entrée de la cavité. Au bout de longue minutes nous réussissons tout de même à faire la jonction.

Pendant qu’Anto cherchent son portable perdu dans le maquis (qui a été retrouvé), Franck part équiper le gouffre. Les belles broches placées à l'entrée sont idéalement placées. Mais ça frotte sévère (sur paroi lisse) dès la descente. À -6 m un spit, Franck constate un léger frottement au-dessus. Ce fractio pourrait être doublé. Les spits sont encore en bon état, les plaquettes se vissent sans difficulté. Sur le dernier P14, deux mono-points sont notés sur la topo après le fractio. Après plusieurs balanciers à hauteur de la lame, Franck puis Anto, ne trouveront pas le dernier spit. Il y a du frottement !!!! Heureusement un amarrage est tout de même trouvé à trois mètres sous le fractio qui limite l’abrasion de la corde. Il mériterait d'être doublé lors d’une prochaine visite. La salle est atteinte. Nous nous séparons pour visiter la grotte.

Comme noté lors de notre précédente visite en 2019, les cordes qui équipent en fixe le ressaut et la lucarne sont à changer, et un deuxième amarrage sur la main courante est à réaliser également. Lors de notre visite, le ressaut de la lucarne ne sera pas équipé. Un petit rhino est observé juste avant la lucarne et un grand dans la salle principale.

15H15 : nous préférons remonter et revenir sur le sentier avant la tombée de la nuit. Micca sort le dernier après avoir déséquipé, ça coince un peu lors de la sortie de la cavité mais nous validons l'emplacement des deux broches.

Nous grignotons avant d’entamer le retour, et atteignons les véhicules à la nuit tombante. Le déjeuner-goûter est consommé au bord de la route avec comme éclairage, les lampes de nos frontales…Haut de page

Nos recrues ont l'air d’avoir apprécié la sortie et ne semblent pas effarouchés par les péripéties dans le maquis lors de cette journée. On va pouvoir les emmener en prospection !!!

Franck Z.

 

 

Samedi 19 novembre 2022

Spéléo, exercice secours

Grotta Santa Catalina, Sisco

 

Participants

  • ITP : Antoine B., Jean-Claude D., Albert D., Dominique D., Amal D., Michaël D., Henri-Pierre F., Éric G., Jean-Claude L., Pierre L. Francis M., Noël R., Benoit R., Rémi R., Alexia S. B., Yorick S., Roxane T., Franck Z.

  • Ex-topi : Michaël Dl.

  • Invitée et blessée pour de faux : Marina

  • Invités SAMU : Magali E. + 3 X

  • Toutounette et toutou : Naïca et Sultan

 

TPST : 4h00

Photos

 

Le compte-rendu officiel va viendre un jour mais pour résumer :

Exercice de redémarrage de l'équipe secours orienté pédagogie avec plus de la moitié des membres du club présents, 18, plus 6 externes.

Mise en position d'attente du blessé, intervention de l'équipe ASV avec mise en place d'un point chaud, installation de la victime, intervention et conditionnement médical. Pendant ce temps, installation d'une tyrolienne d'une cinquantaine de mètres pour la galerie de sortie avec pose de 3 goujons inox côté mer. Une déviation largable sur cette dernière évite un frottement en plafond.Haut de page

Déroulement de l'évacuation : brancardage jusqu'au premier plan incliné équipé d'un frein de charge, puis jusqu'au départ de la tyrolienne. Descente contrôlée par un frein de charge, largage de la déviation aval et reprise par la déviation amont, atterrissage sur le rivage, pique-nique.

JCL

 

 

Samedi 19 novembre 2022

Spéléo, visite

Grotte de C..., Cabrespine (Aude)

 

Participants

  • ITP : Jean-Noël D., Véronique M.

  • Gruissan Prospection Spéléo (GPS) : Alain, Alain, Anthony, Camille (10 ans), Caroline, Claire, Guillaume, Hervé, Jean-Marie Philippe, Michel, Séverine, Sylvain

 

TPST : 4h00

TPAD (temps passé à désober) : 2h00

Photos

 

Première journée de spéléo avec le club local le GPS, que je connais depuis de longue date par Jean-Marie confrère membre de la CoMed.

Au programme :

  • Matin désob’

  • Après-midi visite de cavité

  • Soir AG et repas

Le lieu de rdv se trouve à l’embranchement de la route qui mène au Gouffre de Cabrespine à 40 km du nouveau lieu de résidence de Véronique. On y retrouve Jean-Marie et six membres du GPS dont leur président Sylvain. Jean-Marie a pointé sur 100 m pas moins de trois départs de cavités. L’endroit est stratégique car la rivière de La Clamoux, qui est à l’origine de la rivière souterraine de Cabrespine, a un effluent qui disparait sous terre quelques dizaines de mètres en contrebas. Ce pourrait être un accès à un collecteur ?

La cavité s’ouvre par un beau porche de 2 m de diamètre situé à 3 m au-dessus de la route (assez simple comme marche d’approche !). Un toboggan de 2 m et on bute sur une trémie, les premiers explorateurs n’avaient de moyens détonants à l’époque et la cavité est tombée dans l’oubli (il y a tellement de départ dans le coin…). Cette fois on est équipé. Le GPS utilise des pailles mais avec une fabrication différente, ils utilisent de la gaine thermorétractable et parfois rajoutent un peu de cordon à l’extrémité. C’est efficace. On fera deux tirs avec presque 1 m3 de cailloux de sortis. Le calcaire ici est bien compact, ça ne s’effrite pas ça casse en gros blocs.
On entrevoit un départ de puits mais stop ; il y a deux petits rhinos de suspendus… De toute façon il est l’heure de manger, on reviendra après leur réveil…

Pour l’après-midi il est prévu une cavité mais dont le nom doit être tenu secret… ce n’est pas spécifique à l’Aude mais il y a beaucoup de rivalités entre les différents clubs, les cavités se ferment ou ne sont pas divulguées.

La progression sera une suite de laminoirs, de ressauts, de vires, de plans inclinés d’une dizaine de mètre. Au passage quelques aragonites. Pas de grosses difficultés techniques mais assez cassant.
Au bout d’une heure de crapahut, on arrive dans la faille ascendante qui mène au joyau de la cavité.

Sur des blocs de calcaire rose (que l’on retrouve dans les carrières de Caunes Minervois non loin de là) poussent de magnifiques spéléothèmes translucides. Des draperies diaphanes et une forme que je ne connaissais pas des bulles de calcite ! On en voit une d’ailleurs sur une photo, percée comme un œuf à la coque. Sans oublier des fistuleuses, des macaronis au plafond, on en prend plein les yeux.

Une bonne heure pour en faire le tour, heureusement que notre guide est là pour retrouver la sortie. Retour qui semble plus rapide mais si on ne connait pas on se perd, c’est pire qu’à Lano.

18 heures, nous voilà dehors pour partager une bonne bière chez le maire Philippe.

COMPTE RENDU DE VÉRONIQUE SUR L’AG GPS DE L'AUDE

  • Forum atteint ?????

  • Début de l’Assemblée, lors de la mise en bouche ??????

  • Bilan financier œnologie ; positif

  • Bilan explosifs : positif

  • Fin de l’assemblée approximativement lors du punch ??????????

  • Conclusion : un clone du FLNC?????

On a quand même eu droit à un bilan d’activités et à un bilan financier, c’est tout… On est loin de nos AG ITP et LISC avec diapos, projets, etc. Club d’une vingtaine de membres, ne pratiquant quasiment que la spéléo, passionné par la désob’ et les premières. Pas de local de réunion les membres sont très dispersés, pour certains à plus d’une heure de Cabrespine. Les sorties se font par contact personnel ou WhatsApp.Haut de page

Après repas sympa, cuisine brésilienne (restaurant tenu par un français ayant vécu 20 ans au Brésil) et bon punch à base de Caïpirinha. De la Feijoada a brasileira avec du manioc, arrosé de très bon minervois (le président Sylvain est directeur du cellier de Lauran Cabaret).
JND

 

 

Samedi 26 novembre 2022

Spéléo, équipement

Faille de Lainosa, Olcani

 

Participants

  • ITP : Antoine B., Jean-Claude L., Benoit R., Franck Z.

 

TPST : 3h30

Photos

 

La neuvième vague de l’épidémie à la mode décime les rangs du club, que ce soit par test positif ou par refroidissement des motivations.

Seulement 3 membres sont présents au local pour préparer le matos et se motiver avec un bon café.

Benoit est récupéré au passage à Lupino, Anto laisse sa voiture au bout de la route carrossable, tout le monde s'entasse dans le Def, il est déjà plus de 11h lorsque nous attaquons la montée vers la faille.

Première surprise, le versant où se situe la faille a brulé, la trace du chemin est à peine visible, les cairns ont bien aidé.

Vu qu’on a monté le perfo et la trousse à spits, l’équipement de la voie classique a été privilégié.

Finie la tête de puits sur « branchettes » de la première descente. On reste sur un AN au départ puis 2 spits de début de main courante posés par Franck, un faux AN intermédiaire foré par JC, puis 2 spits de fin de MC et tête de puits posés par Anto. Ça c'est du partage de tâches ! Un spit ajouté 4 mètres plus bas pour une déviation complète le nouvel équipement. Le spit de déviation planté lors de la première à une quinzaine de mètres du fond n’a pas été retrouvé à la descente mais à la remontée, il est en bon état.

Descendre ce puits avec ces magnifiques jeux d’ombre et de lumière est toujours aussi magique. C’est aussi le plus grand puits sans fractionnement de Corse ! Le grand plan incliné qui prolonge le puits pourrait abriter nombre de bébêtes souterraines, c'est pas la matière organique qui manque !

La corde tombée lors de la dernière tentative de visite (Dimanche 23 mai 2021) est retrouvée, du moins quelques morceaux. Mais ce ne sont pas des monstres des ténèbres qui l’ont découpée, mais les branches en feu tombées lors du feu de maquis qui ont fait fondre la corde. Quelques reliques seront rapportées au local. Heureusement, les grands arbres ont été peu touchés par cet incendie.

Visite du réseau du fond gauche, équipement à revoir entièrement, une prochaine fois...
Vu 4 petits rhinos, 1 grand et un chiro bizarre non déterminé, peut-être un minioptère. Après estimation du dénivelé de cette branche du réseau, la profondeur de la cavité devrait avoisiner les 84 mètres, probablement un peu plus en partant de la nouvelle entrée supérieure.Haut de page

Retour en surface, un magnifique coucher de soleil nous accueille. Descente vers la piste au crépuscule avec quelques égarements.

Arrivée à 20h au local sans avoir mangé de la journée à quelques barres et fruits secs près, peut-être une première !

JCL

 

 

Dimanche 27 novembre 2022

Spéléo, prospection

Grottes marines de la Chapelles, Grotta Murata, Brando

 

Participants

  • ITP : Henri-Pierre F.

 

Photos

 

Le premier coup de Vent de Nord Est de l’automne qui a soufflé ce Week End est presque tombé. Une après-midi à tuer. Handicapé par une élongation qui restreint mon périmètre de marche mais alléché par le CR d’Alain T. du 12 Novembre je décide d’aller visiter avec Nala les « grottes oubliées ou heu ? aux pigeons ? de la chèvre ? des pirates ? » à la sortie Nord de Sisco. Arrêt au parking de la rixe du Burkini ; 10 mètres au Nord une petite sente descend vers la mer. Le débroussaillage récent a laissé quelques salsepareilles dans lesquelles se bloquent la pauvre Nala que je prends dans les bras. Je retrouve le chemin taillé dans le maquis par Alain sur 4 mètres. Houlà là ! Il aboutit à une pente abrupte et glissante qui plonge vers l’anse des grottes. Une corde est nécessaire pour descendre sans danger. Je rebrousse chemin pour rejoindre l’anse suivante facilement accessible mais aucun passage n’accède à l’anse des grottes comme l’indique la topo. En remontant pour chercher une corde, ouille, reclac dans le mollet. Bon ben, çà sera pour une autre fois. Retour sur Bastia. Je m’arrête à l’entrée Sud de Sisco pour chercher l’accès de la grotte Steph. Pas de chemin, là aussi il faut une corde en espérant que les coordonnées GPS soient les bonnes !

Nouvel arrêt à la sortie Nord d’Erbalunga au stationnement du car. Quelques tombes et 3 beaux mausolées. Je prends le chemin plat d’une centaine de mètres qui rejoint la mer, destination : Les grottes marines de la chapelle, au lieu-dit San Bastiano, ex Grotta Murata 1 et 2. On longe les rochers sur 100 mètres : 1ère grotte marine. Pas question de rentrer dans l’eau pour rejoindre le fond. 70 mètres plus au Nord je retrouve la deuxième qui reste à topographier.

Si l’on prend au niveau du cimetière la Stradella di Castelluciu (anciennement chemin de Grotta Murata) on peut voir de nombreux tafone. Au lieu-dit Grotta Murata, au point de coordonnées 1230308X 6208884Y, on rejoint une grosHaut de page tafone muré qui sert de poulailler ; peut être à l’origine du nom ? Un pompier rencontré antérieurement, chasseur et habitant là m’avait affirmé qu’il n’y avait pas d’autre grotte dans le coin.
Le haut de la zone de Grotta Murata accessible par un sentier partant du monastère des bénédictines de Cintolino ou de San Bastiano pourrait être prospecté également.

HP

 

 

Samedi 3 décembre 2022

Inventaire matériel

Local, Bastia

 

Participants

  • ITP : Antoine B., Michèle Cl., Muriel C., Dominique D., Michaël D., Henri-Pierre F., Éric G., Jean-Claude L., Rémi R., Marie Pierre R., Roxane T., Franck Z.

 

Photos

 

Traditionnel inventaire du matériel, l'occasion de faire notamment le point sur ce qui nous supporte toute l'année.  On en profite pour faire la vérification du matériel EPI.

Journée entrecoupée par le traditionnel graillou.

 

Un bilan ?

Matériels introuvables ou disparus

  • 1 combi canyon Mares taille 5

  • 1 bouteille de gaz bleue

  • Les 11 vieilles calbondes

Principaux matériels réformés

  • 2 cordes spéléo de 62 m

  • 2 cordes canyon de 13 et 30 m

  • 7 baudriers canyon

Principaux matériels détériorés

  • 1 corde spéléo de 45 m

  • 1 corde canyon de 50 m devenue 30 m

  • 1 corde canyon de 20 m devenue 10 m

Principaux matériels achetés

  • 25 Vis MMS-plus 8mm

  • 1 compas de relèvement d'azimut

  • 1 mini kit 15 litres étanche

  • 1 sac étanche pour transport matos canyon

  • 1 compteur d'heures pour le groupe électrogène Honda

  • divers matériels d'aménagement de la casetta (tuyau d'eau et accessoires, tripattes, chauffe-eau, etc.)

  • 1 batterie Bosh 18V 6Ah

  • 1 mini-tronçonneuse avec batterie dédiée

Matériel fabriqué

  • 1 boitier de tir « TopiTir 2 »

 

Côté mousquetons et plaquettes, ça va, ça vient ...

 

Bibliothèque

128 ouvrages recensés, il manque toujours les mêmes depuis 2019 :

  • Manuel du sauveteur - n°32

  • Grotte préhistorique de Foissac - n°57Haut de page

  • Manuel de descente technique canyon - n°80

Des soupçons pèsent sur certains membres et ex-membres

Anne Honimus

 

 

I Topi Pinnuti - Bât. A8 - Les Logis de Montesoro - 20600 BASTIA

Association affiliée à la Fédération Française de Spéléologie sous le N° V20-005-000

Téléphone : 04 95 32 68 16 (répondeur) - www.itopipinnuti.fr - contact@itopipinnuti.fr