AccueilPrésentationActivitésProgrammeComptes-rendusLocalLiensPlan du site

 

2002

 

1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002
2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
2017 2018 2019 2020 2021 2022 2023 2024 2025 2026 2027 2028 2029 2030

Une des ambitions de notre association est le partage de nos passions avec le plus grand nombre. Nos activités nous amènent souvent en des lieux difficiles d’accès pour le commun des mortels. Les récits ci-dessous permettent modestement ce partage, avec l’espoir de faire vivre, par quelques lignes et quelques photos, les sensations parfois intenses que procurent nos activités.

Ces comptes-rendus ne représentent pas l’exhaustivité de nos aventures (certains étant un peu réticents à s'épancher sur un clavier ;-), ils permettent néanmoins de donner un aperçu de nos pérégrinations souterraines et canyonistiques, et pourquoi pas de faire rêver.

Bonnes lectures, et si l’envie prend le dessus sur la simple curiosité, rendez-vous au local un jeudi soir …

 

Sommaire

 

Samedi 5 janvier 2002
Spéléo, visite, désob, topo - Grotte Steph’, Siscu

Dimanche 13 janvier 2002
Spéléo, rééquipement et désob’ - Aven de Razzu Biancu, Venacu

Samedi 19 janvier 2002
Spéléo, visite, photos - Aven du Sémaphore, Siscu

Samedi 26 janvier 2002
Spéléo, rééquipement - Cast.1, Oletta

Dimanche 3 février 2002
Spéléo, rééquipement, suite - Cast.1, Oletta
 
Samedi 9 février 2002
Spéléo, équipement - Falaise du Boia, Bastia
 
Mardi 13 février 2002
Spéléo, prospection ; Falaise de Petra Grossa, Solaro

Samedi 16 février 2002
Spéléo, équipement - Falaise du Boia, Bastia

Samedi 23 et Dimanche 24 février 2002
Spéléo, initiation - Falaise du Boia, Bastia ; Cast.1 (trou du pylône), Oletta

Samedi 2 mars 2002
Spéléo, explo - Le Lancone, Olmetta di Tuda

Samedi 16 mars 2002
Spéléo, prospection - Santu Petru di Tenda

Vendredi 22 au Dimanche 24 mars 2002
Spéléo, visite, aménagement - Ghisoni

Samedi 13 avril 2002
Spéléo, découverte du milieu souterrain - Grotte de Butrone, Siscu

Samedi 20 avril 2002
Spéléo, initiation aux techniques de spéléologie alpine spéciale scouts - Falaise du Boia, Bastia

Dimanche 21 avril 2002
Spéléo, mise en pratique - Castiglione 1, Oletta

Samedi 27 avril 2002
Spéléo, entraînement aux techniques de secours spéléo - Falaise du Boia, Bastia

Dimanche 28, Lundi 29 et Mardi 30 avril 2002
Spéléo, prospection - Secteur de Poggio di Nazza

Jeudi 2 et Vendredi 3 mai 2002
Spéléo, exploration - Gouffre A Buga, Ghisoni

Lundi 6 mai 2002
Spéléo, cours particulier de spéléologie alpine - Falaise U Boia, Bastia

Mardi 7 mai 2002
Spéléo, mise en application - Castiglione 1, Oletta

Samedi 11 mai 2002
Spéléo, sortie classique - Castiglione 5, Oletta

Samedi 18 mai 2002
Spéléo, nettoyage des accès aux grottes de Brando

Samedi 25 mai 2002
Spéléo : initiation - Castiglione 1, Oletta

Samedi 2 juin 2002
Spéléo, soirée chiroptères - Cast 2 et 3, Oletta

Samedi 7 septembre 2002
Spéléo, visite, topo - Grotte de Cuticci II, Corte

Samedi 21 et Dimanche 22 septembre 2002
Fête du Sport - Bastia

Vendredi 27 septembre 2002
Spéléo, prospection secteur Valetto - Casanova

Samedi 28 septembre 2002
Préparation Journées Nationales de la Spéléologie - Grotte de Brando, Brando

Samedi 5 et Dimanche 6 octobre 2002
Journées Nationales de la Spéléologie - Grotte de Brando, Brando

Samedi 12 octobre 2002
Spéléo, prospection - Santa Maria di Lota, Bastia

Samedi 19 octobre 2002
Spéléo, initiation aux techniques de la spéléologie alpine - Cast.1, Oletta

Dimanche 27 octobre 2002
Spéléo, photos - Grotta di Cudi, Barbaggio ; Trou d’Alzetu, Ville di Petrabugno ; Grotte de Santa Catalina, Sisco

Vendredi 1er novembre 2002
Spéléo, photos - Grotte de Corte, Pietracorbara

Vendredi 8, samedi 9 et dimanche 10 novembre 2002
Spéléo, exploratio - Gouffre A Buga, Ghisoni

Samedi 16 novembre 2002
Rangement du local

Samedi 16 novembre 2002
Spéléo, visite - Gouffre U Tribbiulu, San Nicolao
Haut de page

Samedi 7 et dimanche 8 décembre 2002
Assemblée générale des clubs à Avapessa
 
Samedi 14 décembre 2002
Spéléo, prospection - Secteur Montebello, Bastia

 

 

Samedi 5 janvier 2002

Spéléo, visite, désob, topo ; Grotte Steph’ – Siscu -

Jean-Noël, Jean-Claude, Alain

 

Découverte le 1er janvier 2002 par Alain Touzet et Pierre Lacombe au cours d’une séance de prospection des cavités de rivage. Un petit trou de furet a permis, après de nombreuses heures de désobstruction, à Stéphanie Bayen de déboucher dans la salle. Sur la D80, en venant de Bastia, s’arrêter sur la droite juste avant le dernier virage avant d’arriver à la marine de Siscu. Longer le muret vers le nord sur une vingtaine de mètres, descendre la pente en éboulis vers la mer sur 5 m, la cavité s’ouvre à la verticale d’un ressaut exposé de 2 m. Une corde de 5 m est la bienvenue pour franchir le ressaut d’accès à la cavité, amarrage sur des racines de cistes…

Une entrée en fente horizontale de 1x0,40 m, on débouche dans une salle de 4 m de diamètre et 2 m sous plafond. Deux départs à droite qui se terminent au bout de quelques mètres par des effondrements. En face un départ entre les blocs qui permet d’accéder au boyau le plus long de la cavité, on progresse entre les blocs sur une douzaine de mètres. Ce boyau se termine en pente ascendante sur un effondrement. Dès le début de ce boyau, un passage sur la gauche assez étroit s’élargissant ensuite. Au sol, sur la droite, un départ de ressaut de 4 m (en désescalade) qui permet d’accéder au point bas de la cavité (-7,50 m). À noter, au niveau du départ de ce ressaut, un os (de petit mammifère ?) semble collé sur un bloc au plafond ; c’est le seul qui ait été repéré dans la cavité. Le boyau se sépare en deux ; vers la droite il se poursuit sur 4 m, un passage bas sur la gauche, désobstrué, donne accès à une petite salle où un léger courant d’air filtre entre les blocs (il semble provenir de l’entrée toute proche) ; vers la gauche, on revient dans la salle d’entrée. Un départ en hauteur permet d’accéder à une faille étroite d’une dizaine de mètres de long.

Biologie : Dolichopodes à l’entrée et un petit rhinolophe au niveau du boyau en T.

 

Haut de page

Dimanche 13 janvier 2002

Spéléo, rééquipement et désob’ ; Aven de Razzu Biancu – Venacu -

Michel, Jean-François, Dume, Olivier, Jean-Claude, Jean-Baptiste, Thibault

 

Sous un superbe beau temps hivernal, Olivier nous mène au trou en 35 mn avec un train soutenu. Dume et Jean-Baptiste essayeront le Bazol° pour élargir la faille qui semble continuer après le puits d’entrée. Quelques tirs sont effectués mais une oreillette du casque antibruit et une bande de cartouche tombe au fond de la faille qui restera pour l’instant impénétrable. Le reste de l’équipe fera la visite classique et en profitera pour ré-équiper le puits remontant. L’ancien équipement, spits à terre avec frottement de corde sur la partie supérieure est remplacé par des spits en plafond et ajout d’une main courante. Deux spits en hauteur sont placés en haut du P17 pour en faciliter le passage. Des plaquettes et maillons inox sont posés et la corde fixe, remplacée en 2001, est installée en définitif.


Haut de page

Samedi 19 janvier 2002

Spéléo, visite, photos ; Aven du Sémaphore – Siscu -

Jean-Noël, Jean-Claude

 

La topo est complétée avec la prise des coordonnées GPS et de quelques photos.

 

Haut de page

Samedi 26 janvier 2002

Spéléo, rééquipement ; Cast.1 – Oletta -

Jean-François, Michèle, Dume, François, Olivier, Jean-Claude, Philippe

 

Depuis longtemps ils en rêvaient. Jean-François d’équiper la salle de la chèvre, les autres de remplacer la corde en fixe de la même salle. C’est chose presque faite. Donc Jean-François, attentifs aux recommandations de Jean-Claude, passe en premier et équipe parfaitement. Jean-Claude le rejoint au fond, suivi de François et Michèle, et tous les quatre commencent le rééquipement. La première montée, le balcon, la seconde montée ne présentent pas de problèmes. Il n’y a pas de grandes modifications à apporter. Par contre la vire de traversée ne vas pas être facile à positionner, du fait des concrétions qui se trouvent au-dessus de nos têtes. Après le casse-croûte, Philippe, Olivier, François et Michèle doivent rentrer sur Bastia, lâcheurs… (Ils partent rejoindre la journée découverte du milieu souterrain organisée par Christèle pour les petits topis à la grotte de Brando). Jean-Claude, Jef et Dume reprennent la suite. Ce ne sera pas évident de se décider quant au passage de la corde. Il faut tenir compte des concrétions, du sol pentu, de l’emplacement des amarrages, etc. On fera pour le mieux. Mais bientôt le manque de maillons rapides se fait ressentir et nous ne pouvons terminer comme nous l’aurions souhaité. Ce qui va nous obliger à laisser équipé provisoirement en mousquetons traditionnels la suite en espérant pouvoir revenir le plus tôt possible.

 Haut de page

Dimanche 3 février 2002

Spéléo, rééquipement, suite ; Cast.1 – Oletta -

Michel, Dume, Jean-Noël

 

Le samedi précédent, une équipe de farfelus avait décidé de ré-équiper la salle de la chèvre, mais par manque de matos il a fallu revenir.

Donc nos trois lascars de ce jour, bien décidés à finir l’équipement de la chèvre sont à pied d’œuvre. Dume qui avait participé le week-end dernier reprend l’équipement. Pour un meilleur confort, et de façon à protéger quelques belles stalactites, il faut modifier le départ du dernier tronçon qui redescend dans la salle de la chèvre. La paroi est recouverte de calcite et il faut bien sonder l’emplacement des amarrages. Après calcul et recherches, Dume installe le nouveau départ. Pendant ce temps Jean-Noël sert d’initié, ce qui permet de régler le tracé et le mou de la corde. Le Belge fini de défaire l’ancien amarrage sur la grosse concrétion. Jusque là tout va bien. Le fractio qui se trouve en dessous (équipé provisoirement samedi dernier) ne va pas être facile à modifier. En effet, Jean-Claude l’avait équipé avec des maillons rapides à Grande Ouverture, ceux-ci ont été récupérés par Dume pour l’amarrage cité plus haut. Donc il faut refaire un Mickey avec des maillons à… … Petites Ouvertures. Le problème, c’est que la corde ne passe pas et qu’il a fallu enfiler les maillons par l’extrémité de la corde. Alors imaginez le spéléo lamda qui a déjà du mal à faire un nœud de 8 avec un anneau enfilé dans la corde. Vous le voyez faire un Mickey avec deux maillons, je vous dis pas la visualisation qu’il fait faire pour qu’ils se retrouvent dans la bonne boucle. Nous passerons ici sur les noms d’oiseaux (cela pourrait heurter la sensibilité des jeunes lecteurs) qu’a exprimé Dume pendant vingt minutes pour pouvoir réaliser ce fameux Mickey et surtout de le régler…

Cela ne nous a pas empêchés de griller notre migliaccu et de nous rincer avec le jaja.

 

Haut de page

Samedi 9 février 2002

Spéléo, équipement ; Falaise du Boia – Bastia -

Willy, Lionel et Magali, Dume, Jean-Noël, Jean-Claude, Philippe et Alice

 

L’objectif de cette journée est de terminer l’équipement des voies d’initiation en cours et d’essayer d’en trouver deux ou trois de nouvelles. Les éclaircies du matin et un vent pratiquement nul permettent de bien progresser dans la finition de certaines voies. Pour Willy et Alice ce sera leur premier équipement en tête, d’ailleurs ils vont très bien se débrouiller. Pour Willy ce sera également l’occasion de faire connaissance avec le marteau et le tamponnoir. Son premier spit planté manuellement, il nous avouera que ce n’est pas si facile et si aisé. Par contre lorsqu’il abandonne la technique archaïque et qu’il découvre le modernisme avec le perfo électrique, il ne demande qu’à en replanter… Quant à Alice, elle vole d’une voie sur l’autre sous le regard attentif de Philippe, Dume et Jean-Noël. Lionel qui vient d’acquérir son matos tout neuf se bat avec les sangles de son cuissard et toute la quincaillerie qui sent le neuf. Magali se fait une bronzette. Dume repère de nouvelles voies et commence l’équipement. Bla, bla, bla, bla… C’est l’heure du repas. Le feu crépite, le migliacci et les figatelli se dorent sur la grille. Philippe se dévoue pour sacrifier une bouteille de Boulaouane. Pour ceux qui ne connaissent pas, vous avez tous compris, il s’agit d’un petit vin gris du Maroc, cueilli à la main et foulé au pied et… tenté d’être ouvert avec un tire-bouchon digne de ce nom. Mais voilà que le récalcitrant bouchon n’en fait qu’à sa tête, et malgré les tentatives de Philippe, Lionel et Dume, il ne veut pas céder. Que faire ? ? après moult tentatives et réflexions Lionel change d’extracteur et réussi à retirer l’opercule. L’après-midi de nombreux nuages envahissent le ciel et rafraîchissent l’atmosphère. Après quelques plantés de spits et déséquipement des voies nous quittons les lieux.

Si la météo le permet Jean Noël et Dume reviendront le lendemain pour essayer de terminer.

 

Haut de page

Mardi 13 février 2002

Spéléo, prospection ; Falaise de Petra Grossa – ? -

Marie-Françoise et Jean-Claude

 

Cette falaise, visible rive gauche en montant vers Bavella, ressemblait à du calcaire. Eh bien s’en est !

Une piste privée partant de l’embouchure de la Solenzara mène à trois quarts d’heure de marche de la première falaise. Une autre falaise s’aperçoit à 500 m vers l’ouest ainsi qu’un mamelon ressemblant également à du calcaire. Seul point intéressant, un trou en paroi qui serait accessible par le haut avec une corde.

 

Haut de page

Samedi 16 février 2002

Spéléo, équipement ; Falaise du Boia – Bastia -

Dume, Jean-Noël, Jean-Claude

 

La météo étant exécrable le dimanche 10, Jean-Noël et Dume n’ont pu venir terminer l’équipement. C’est pourquoi nous sommes là aujourd’hui. Nous reprenons le travail où on l’avait laissé la semaine dernière. C’est-à-dire continuation de l’équipement des nouvelles voies d’initiation et finition de la petite vire. Bien qu’il fasse un peu frisquet nous avançons tout doucement dans notre labeur et petit à petit les voies s’équipent, s’essaient et se peaufinent. On passe sur les agapes de midi (c’est quasiment le même scénario que d’habitude). C’est bientôt six voies d’initiation qui sont là prêtes à accueillir toutes les bonnes volontés. 


Haut de page

Samedi 23 et Dimanche 24 février 2002

Spéléo, initiation ; Falaise du Boia – Bastia - ; Cast.1 (trou du pylône) – Oletta -

Initiés : Ludovic, Jean-Paul

Perfectionnement : Willy, Lionel

Encadrants : Dume, Jean-Noël, Olivier, Jean-Claude, Pierre, François T (un gars qui vient du continent et qui connaît la spéléo)

Et l’aimable participation de Jean-Baptiste, Magali, Rémy et tutti conti…

 

Samedi 23 : C’est pas de chance, chaque fois (surtout le samedi) que l’on vient à la falaise du Boia, le dieu Eole est parmi nous. Donc on fera avec les conditions météos suivantes : vent fort, frais et ciel sombre. Ce samedi, Pierre se voit promu démonstrateur du matériel. Nos deux seuls initiés vont se trouver en de bonnes mains. Statistiquement un encadrant et des poussières par initié. Après avoir longuement écouté les explications, démonstrations et conseils, Ludovic et Jean-Paul vont tenter de les mettre en application sur les différentes voies qui leur seront proposées. Tout d’abord une petite vire pour le maniement des longes, suivie d’une seconde vire descendante préparée pour l’installation du descendeur. Une petite voie avec deux fractios pour en comprendre le passage.

L’après midi ce sera descentes et montées sur trois voies avec un peu plus de gaz (environ 13 m) pour se familiariser avec l’effet de pente et de hauteur. Sur trois voies les initiés, les déjà initiés et un certain P.L. vont « s’éclater » et imiter les accro-brancheurs. Tandis que de leur côté, Willy sous l’œil attentif de Jean-Claude va équiper un plein pot de 25 m. Bref il y en aura pour tous les goûts.

 

Dimanche 24 : Le vent est légèrement tombé et nous revoilà devant le trou du pylône (ah ! s’il n’existait pas celui-là, il faudrait l’inventer). Tout le monde est là, mis à part Jean-Paul qui ayant passé une mauvaise nuit a préféré ne pas venir. Olivier va équiper la Chèvre, suivi de Jean-Claude et Ludovic. Lionel, pour qui se sera son premier équipement va quant à lui équiper le réseau normal. François l’assistera dans sa progression. Tandis que tous les deux feront demi-tour pour aller visiter la Chèvre, Dume finira l’équipement du fond. Dehors le soleil brille et le feu entretenu par notre vestale Jean-Baptiste attend avec impatience les pizzas, figatelli, saucisses et autres viandes. La cave à vin nous propose une large gamme très cosmopolite. Allez hop ! ! il faut y retourner dur … dur après manger ; tout le monde ira au fond. Dume déséquipera la Chèvre. 3 demis, 2 cocas et 1 diabolo menthe seront nécessaires pour éliminer la poussière qui s’est déposée sur nos gosiers. Donc attablés au Col d’amphore chacun de nous commente ces deux journées. Ludovic est très satisfait et nous promet de mettre sur papier ses impressions. François est très agréablement surpris qu’en Corse nous puissions faire de la spéléo et a retrouvé et surtout apprécié ce côté convivial d’après trou.

Haut de page

Samedi 2 mars 2002

Spéléo, explo ; Le Lancone – Olmetta di Tuda -

Dume, Jean-Baptiste, Jean-Claude

 

C’est par un bel après-midi presque printanier que nos trois lascars décident de visiter l’ancienne mine située au bord de la route du défilé du Lancone. Tout le monde est à l’heure. Nous avons tout prévu, les bottes (n’est-ce pas Jean-Baptiste ?), le bateau et même un gilet de sauvetage qui va rassurer Dume au cas où…

Première cavité : Cette première galerie que nous allons visiter se trouve juste au bord de la route. Il semblerait qu’il s’agisse d’un sondage minier. En effet la galerie a été creusée à la jonction de deux strates et suit un filon. L’orientation générale est SO/NE. Sur les vingt premiers mètres nous allons utiliser le bateau, ce qui nous permettra de sonder le niveau de l’eau (environ 40 cm, jusqu’en haut de bottes) Nous rencontrons une grille qui semble avoir été posée assez récemment, celle-ci est ouverte. La galerie mesure environ 2 m de haut et autant de large. Nous allons progresser sur un sol légèrement boueux. Nous verrons quelques coulées de minerai de couleur bleuâtre. La galerie se poursuit sur environ 50 m et est également fréquentée par une vingtaine de chiroptères à ventre blanc. Il faudra contacter Jean-Yves pour définir de quelle variété il s’agit.

Une seconde galerie du même style s’ouvre à environ 25 m au-dessus. Elle mesure 15 m de long et est orientée à peu près N/S.

Deuxième cavité : Jean-Baptiste avait repéré depuis le croisement de Rutali un trou de forme carrée un peu plus haut sur la route et sous la ligne électrique. Puisque nous avons le temps nous allons essayer de le retrouver. Nous allons remonter un ruisseau, le quitter sur la gauche, contourner une barre rocheuse, et redescendre pour récupérer le dit ruisseau et enfin le trou Kré. C’est un effondrement dans les strates en pied de falaise qui a formé un petit abri sous roche de 6 m de long, 3 de haut et 4 de large habité par un pigeon. Les cordonnées sont mal prises, par contre il se trouve en dénivelé de 40 m au-dessus de la route.

 

 Haut de page

Samedi 16 mars 2002

Spéléo, prospection – Santu Petru di Tenda -

Lionel, Dume, Jean-Claude, Michelle

 

C’est devant un bon café au Col d’amphore que nous élaborons les projets de la journée. Tout d’abord montrer à Michelle la grotte qui se situe sous les premières maisons du village, puis aller prospecter sur une falaise en contrebas du village.

Donc nous voici sur le coup de 10 h 30 dans la grotte que Jean-Claude, Jean-Noël et David avaient visité il y a quelque temps (la topo avait été faite à ce moment-là). L’accès à la salle principale nécessite d’escalader un ressaut de 2 m. Le fond de cette salle a été très bouleversé, il y a des traces de creusement récent. Michelle ausculte attentivement le sol et commence à trouver du Prolagus. C’est bon signe ! Pendant qu’elle va recueillir des sédiments, nous décidons d’aller prospecter la falaise. Au passage nous nous arrêtons à la miellerie/huilerie de la famille Moratti. Nous sommes reçus très gentiment et demandons si des grottes se trouvent dans le coin. Mme Moratti se souvient qu’au début des années quatre-vingts un groupe de spéléo était venu prospecter et explorer des grottes au-dessus du village. M. Moratti étant encore au travail, nous convenons de revenir vers midi. En attendant nous essayons de trouver un passage qui nous mène vers la falaise. À force d’enjamber des murs, des clôtures, des ronces, etc., nous trouvons enfin un pied de falaise, mais qui ne semble pas correspondre à ce que nous recherchons, puisque nous nous retrouvons juste à quelques mètres au-dessus de la rivière. Nous trouverons une petite cavité d’environ 2 m de long sur 1,50 de large et 80 cm de haut. De retour à la miellerie autour d’un verre nous rencontrons M. Moratti qui en tant que véritable mémoire vivante nous raconte ses souvenirs et nous parle avec passion de sa région et des nombreuses découvertes qu’il y a faites. Il nous propose de nous accompagner voir deux trous. Rendez-vous est pris pour l’après-midi. Après le repas pris avec Michelle, celle-ci nous accompagne voir M. Moratti pour lui demander les coordonnées des éventuels propriétaires de la grotte. Nous reprenons notre prospection avec notre guide et quelques minutes plus tard en bordure d’un ancien chemin nous arrivons au lieu dit U missoghiu. Il semblerait qu’à un certain moment de l’histoire des messes y auraient été célébrées. La cavité se présente sous la forme d’une faille de formation tectonique dans laquelle on accède après avoir désescaladé un ressaut de 3 m. La longueur est estimée à environ 25/30 m la hauteur entre 5 et 8 m et la largeur d’environ 2 m au bas. Le sol est comblé par de gros blocs et on ne sent pas de courant d’air. Une paroi est à peine concrétionnée. Puis nous reprenons notre chemin et comme la végétation le permet nous traversons le ruisseau et remontons dans un grand porche qui a servi d’abri pendant la guerre. Celui-ci mesure environ une quinzaine de mètres de profondeur, 5-6 m de large et 7-8 de haut. M. Moratti se souvient qu’au fond de celui-ci il y avait un mur et également avoir vu le sol jonché d’os calcifiés de lapin sauteur sur environ 2 m2 et 30 cm d’épaisseur. Malheureusement la main de l’homme est passée par-là, le mur a été démonté et les os emportés. Nous devrons signaler cette cavité à Michelle. De retour à la miellerie nous reprenons un verre toujours en écoutant avec attention les indications de M. Moratti qui pense également qu’il peut y avoir une seconde entrée dans la faille qu’avait explorée certainement l’ACS au début des années 80. Donc il faudra revenir pour topographier les deux cavités et visiter la faille du haut.

Haut de page

Vendredi 22 au Dimanche 24 mars 2002

Spéléo, visite, aménagement ; week-end à Ghisoni.

Lionel et Magali, Dume, Jean-Noël, Olivier, Jean-Claude, Rémy et Jean-Baptiste

 

Craignant que la piste soit encore impraticable par les dégâts de la tempête de neige de décembre dernier, Dume et Jean-Noël montent dès vendredi pour faire le passage. Bonne surprise, les chasseurs sont certainement déjà venus et la piste a été dégagée des branches et arbres cassés.

Le conduit de cheminée est prolongé de 1,5 m et le tirage s’en trouve grandement amélioré. Plus de fumée dans la cabane, une époque épique est révolue !

Magali, Lionel, Jean-Baptiste, Rémy, Olivier et Jean-Claude arrivent le samedi. Après les délicieux poulets rôtis à la cheminée, Lionel et J-C. vont au trou. Lionel équipe jusqu’au musée. J-C. descend en parallèle sur la corde dont la gaine semblait se déchausser mais ne constate rien. Pendant que Lionel remonte, J-C. visite le prolongement du puits d’entrée. Trois bouteilles de bière en verre sont posées dans des anfractuosités, servant certainement à piéger des insectes pour études. Il faudra revenir pour remonter le puits qui se prolonge dans une direction opposée à la suite du réseau. Soirée grillades et tarots devant la cheminée qui tourne enfin comme il faut.

Le dimanche, nous faisons descendre Rémy dans le premier puits. À 4 ans et demi, c’est le plus jeune spéléo à atteindre la première margelle, 25 m plus bas et en plein pot ! Pas rassuré au départ, il a quand même tenu à suivre son père dans le trou. Une corde pour J-B., une pour Dume avec la caméra et une moulinette manœuvrée par J-C. pour Rémy qui était également longé sur J-B. La remontée se fera à l’aide d’un palan.

 

Haut de page

Samedi 13 avril 2002

Spéléo, découverte du milieu souterrain ; grotte de Butrone – Siscu -

Initiés : Dominique, Daniel, Elie, Camille, Perrine, Guillaume, Benoît, Anne-Charlotte, Sébastien, Rose-Marie, Christelle, Léa, Théo.

Encadrants : Jean-François, Jean-Noël, Jean-Claude, Noël

 

Une sortie hors programme qui a eu un franc succès : 11 enfants et adolescents de 9 à 16 ans accompagnés de deux parents, encadrés par trois membres du club et un « indépendantiste », ça fait 17 personnes dans la grotte. C’est peut-être un nouveau record ! Nous avons quand même été battus par les chauves-souris, 56 petits rhinolophes ont été comptabilisés, dont un groupe de 46 individus. Pendant prés de trois heures, les initiés ont pu découvrir différents aspects du monde souterrain : grandes galeries, étroitures, chatières, rivières souterraines, concrétions et bien sûr la traditionnelle bataille de boue, debout !

 

 Haut de page

Samedi 20 avril 2002

Spéléo, initiation aux techniques de spéléologie alpine spéciale scouts, Falaise du Boia – Bastia -

Initiés : Julien, Ange-Jean, Michel, Francescu, Pierre-Hubert, Guillaume

Accompagnateur : Pascal

Encadrants : Dume, François, Jean-Claude

 

La falaise du Boia prend son rythme de croisière. Les scouts ne seront là qu’en début d’après-midi. François, Dume et Jean-Claude passent la matinée à équiper tranquillement les voies d’initiation et la 25 m plein pot. Après le migliacciu, les feuilletés aux herbes et les tranches de panzetta grillés au feu de bois, nos jeunes scouts arrivent et nous passons l’après-midi à leur apprendre le b.a.-ba de la technique spéléo. Les scouts iront ensuite camper sur le site qui referme la plus grande concentration de gouffres de Corse : Castiglione.

 

Haut de page

Dimanche 21 avril 2002

Spéléo, mise en pratique ; Castiglione 1 – Oletta -

Initiés : Julien, Ange-Jean, Michel, Francescu, Pierre Hubert, Guillaume.

Accompagnateurs : Pascal, Jean-Jacques

Encadrants : Dume, Jean-Claude, Francis (autonomiste du CDS), Noël

 

En raison des impératifs horaires et du niveau des initiés, nous nous contenterons d’une visite de la salle de chèvre pour les quatre grands et de la salle du veau pour les deux plus jeunes. La remontée a quand même été problématique pour les plus « costauds » !

Après leur départ, grillades sous un ciel de plus en plus menaçant. Aux premières gouttes de pluie et sous les coups de tonnerre, nous trouvons refuge dans le Defender pour finir les agapes et les … bouteilles.

 

Haut de page

Samedi 27 avril 2002

Spéléo, entraînement aux techniques de secours spéléo ; Falaise du Boia – Bastia -

Lionel, Dume, Jean-Noël, François F, Jean-Claude, Philippe

 

Ça sent déjà les vacances ! Nous n’étions que six à participer à cette journée de révisions et d’entraînement aux techniques de spéléo secours qui s’est transformée finalement en journée de perfectionnement. La journée fut divisée en deux ateliers : le matin, mise en place d’une belle tyrolienne de 32 m entre la falaise de calcaire et la falaise de schiste, une quinzaine de mètres au-dessus de la vallée avec une superbe vue panoramique et en travelling sur la plaine orientale et l’étang de Biguglia. L’après-midi, après les grillades, nous nous sommes entraînés à différentes techniques de dégagement d’équipier du bas vers le bas. La méthode « traditionnelle » du balancier sur pédale crollée reste la préférée ! Lionel a eu droit à un cours particulier de conversion et de passage de nœud à la descente et à la montée.

Haut de page

Dimanche 28, Lundi 29 et Mardi 30 avril 2002

Spéléo, prospection, secteur de Poggio di Nazza

François, Philippe

 

Dimanche soir : Bivouac au bout de la piste de d’Altana au niveau d’un col (site à découvrir absolument !), la piste continuant en basculant en lacets serrés vers la plaine. Un promeneur nous signale que nous ne serions qu’à 20 mn du « trou des sarrasins » mais ne saurait nous y conduire.

 

Lundi : Repérage des massifs calcaires en parcourant les crêtes entre Punta di Campiglione et Punta Bronco. Le massif de Punta Cutina est bien visible mais également un autre massif plus bas sur le même versant, bien détaché du premier. Redescente sur la piste mentionnée « Route de Tana » jusqu’à son terminus. Poursuite par un chemin qui mène au ruisseau de Chiaraggioli (massif calcaire parfaitement visible), le traverse et continue en légère montée direction Est. Nous ne pouvons affirmer être sur le massif Cutina ou celui repéré plus bas. Celui que nous allons prospecter est composé de cinq arêtes de différentes tailles que nous avons identifiées de 1 à 5 d’amont en aval. Les arêtes 1 et 5 n’ont pas été prospectées. Sur l’arête 4, François a trouvé un départ bien individualisé de 1,5 m de diamètre et de 6 m de profondeur. Des traces de désobstruction sont manifestement visibles tout autour avec l’empilement de blocs rangés en demi-cercle sur plusieurs niveaux (sans doute les travaux réalisés il y a environ vingt ans par l’ACS lors d’un camp de deux jours auquel j’ai participé mais sans aucun souvenir particulier). Le fond est constitué d’un mélange de pierres et de terre qui semble facile à désober. Retour et bivouac en bord de piste à hauteur d’une spectaculaire aiguille calcaire.

 

Mardi : Lever à l’aube pour prospecter cette aiguille située au point coté 914 en aval de la piste de Tana (exactement à hauteur du mot « Tana » sur la carte IGN). Elle est facilement abordable par l’épaule en 10 mn et abrite sur son sommet une sorte de couronne qui s’ouvre sur la vallée mais dont l’accès ne semble praticable qu’en escalade (relativement facile si l’on fait abstraction du gaz, ce qui ne fut pas notre cas !). L’intérieur de la couronne semble être une zone d’effondrement susceptible de donner un accès à l’intérieur de l’aiguille. La végétation y est importante. Nous avons contourné l’aiguille à sa base par le nord sans rien observer de notable.

 

En conclusion : région passionnante à plus d’un titre qui mérite un long week-end de repérage (quel est le massif que nous avons exploré ? où est le second ?), de désobstruction et de prospection à l’intérieur de l’aiguille.

Phil

 Haut de page

Jeudi 2 et Vendredi 3 mai 2002

Spéléo, exploration gouffre A Buga – Ghisoni –

Dume, Jean-Noël, Jean-Claude, Thibault, Noël

 

Jeudi : pendant que Thibault et Jean-Claude équipe le trou jusqu’au fond du premier puits (la C95 arrive juste en bas), Dume, Jean-Noël et Noël commencent l’installation du circuit électrique de la cabane et la mise en place d’une table d’extérieur. Soirée gambas, lentilles et tam-tam. On ne sera plus embêté par les cochons sauvages pendant un certain temps ! Pendant la nuit, des trombes d’eau s’abattent sur la cabane.

Vendredi : après un réveil pétaradant et en attendant une accalmie météo, nous installons une gouttière sur l’appentis. Après le repas et entre deux averses, nous décidons enfin de descendre dans le trou. Le but : explorer le puits qui remonte depuis base du puits d’entrée. Celui-ci peut aussi être rejoint depuis la lucarne et c’est cette option qui est choisie. Nous installons une vire qui enjambe successivement deux puits et qui arrive une quinzaine de mètres au-dessus du fond. Le puits qui reste à franchir est un peu plus large et long que les précédents. Installation d’un spit sur la paroi calcitée gauche, mais celle-ci cède. Finalement nous utiliserons un double amarrage naturel pour franchir ce puits en technique olé-olé. J-C. réussit enfin à se hisser sur une margelle 10 m en face et 5 m plus haut. Celle-ci se trouve à la base d’un puits qui remonte sur une douzaine de mètres, avant de se séparer en deux oreilles. Au-dessus, c’est le noir, c’est le puits de l’espoir ; il se dirige vers une zone opposée au reste du réseau … Espérons qu’il ne devienne pas un jour le puits de la déception !

 

Haut de page

Lundi 6 mai 2002

Spéléo, cours particulier de spéléologie alpine, falaise U Boia – Bastia –

Michèle, Dume, Jean-Claude, Patrick

Spectatrice et soutien moral : Catherine

 

Patrick a pu profiter des enseignements de deux encadrants, quelle chance ! C’était la première fois qu’il goûtait au plaisir relatif d’être pendu à une corde. Équipement de 3 voies d’initiation dont une par Michèle.


Haut de page

Mardi 7 mai 2002

Spéléo, mise en application à Castiglione 1 – Oletta –

Dume, Patrick

 

Visite de la salle du veau et de la salle de la chèvre en passant par les vires aériennes.

 

Haut de page

Samedi 11 mai 2002

Spéléo, sortie classique, Castiglione 5 – Oletta –

Jean-François, Willy, Michèle, Dume, Jean-Claude, Noël

 

Il était prévu la visite de plusieurs cavités au programme mais, afin de ne pas gêner la reproduction de nos compagnes d’aventures souterraines, nous n’en avons fait qu’une seule. C’est Castiglione 5 ou trou du Rolling Stone qui a été retenu car peu de monde connaît cette cavité qui présente des aspects intéressants. Michèle équipe le P5 et le P13. Il faudra ajouter une déviation ou un fractio entre la tête de puits et la première déviation pour éviter un léger frottement sur le plat d’un bloc. Découverte d’une petite salle en bas du puits en élargissant un petit passage. Remontée puis équipement du puits qui mène à la salle blanche par Willy. Emerveillement collectif devant la voie lactée, la coulée banche et les fistuleuses. Un seul petit rhinolophe dans celle-ci. Nous avons également vu au loin ce qui semble être un couple de murins au bout de la faille qui suit le temple hindou.

 

Haut de page

Samedi 18 mai 2002

Spéléo, nettoyage des accès aux grottes de Brando

Jean-Yves, Lionel et Magali, Jean-Noël, François, Anita, Jean L, Jean-Baptiste, Philippe, Gwenaëlle, Véronique, Bénédicte

 

La journée a été active. On a fait du bon boulot. Le superbe jardin du Commandant Ferdinandi qui entoure les Grottes de Brando a été débroussaillé depuis le bas jusqu’au belvédère supérieur. Reste à faire le chemin qui mène à la maison du haut et à son annexe plus au sud. Merendella et bonne humeur étaient de la fête, et même un peu de soleil entre les gouttes.

Haut de page

Samedi 25 mai 2002

Spéléo : initiation, Castiglione 1. – Oletta –

Jean-Noël, Jean-Claude, Noël, Gwenaëlle, Vincent

 

« Gwenaëlle, le retour »

Journée tout en un. Vincent a rapidement été mis au courant des techniques de spéléo alpine grâce à une corde installée sur le pylône ! Pour Gwenaëlle, c’était juste une révision. Après le pique-nique, Noël, en manque de spéléo, équipera jusqu’au fond. La côte -43m est vite atteinte avec la visite du plateau à escargots et de la galerie des os fossiles. Le retour s’effectuera tout aussi rapidement en visitant au passage la salle des marches.

 

 Haut de page

Samedi 2 juin 2002

Spéléo, soirée chiroptères

Grégory, Valérie B, Jean-Yves (ACS/GCC), Jean-Claude, Alice et Philippe, Gwenaëlle (ITP)

 

Le Groupe Chiroptère Corse (GCC), commission de L’Association Cortenaise de Spéléologie (ACS) organisait ce jour-là un contrôle nocturne de Murins de Capaccini. C’était une bonne occasion pour nous de connaître un peu mieux la vie de l’animal fétiche des spéléo. Avant la nuit, nous sommes d’abord descendus dans Cast.3 où un essaim d’environ 250 Murins à oreilles échancrées côtoyait un autre d’environ 60 Rhinolophes Euryales au plafond de la grande faille. (Note : il faut absolument changer les cordes en place et consolider le bloc rocheux coincé en tête du P17). Ensuite, visite de Cast.2 pour repérer les Murins de Capaccini. Après un repas pris à la tombée de la nuit (c’était également l’heure du repas pour les moustiques !), retour dans Cast.2 où nous avons pu voir des chauves-souris roses ! Si, si roses. Pourtant le repas n’était pas plus arrosé que d’habitude. Sérieusement, une fois les 200 parents sortis pour s’alimenter, il ne restait plus qu’environ 80 bébés. Agés de 1 à 5 jours, ceux-ci formaient une masse rose et grise accrochée au plafond au-dessus du ressaut du fond de la salle. Vu également 300 Grands Murins.

Haut de page

Samedi 7 septembre 2002

Spéléo, visite, topo, grotte de Cuticci II – Corte –

Dume, Jean-Noël, Jean-Claude

 

Découverte le 8 décembre 2001 (voir compte rendu), il fallait faire la topo de cette nouvelle cavité. Résultats : 17 visées pour 39 m de développement et –11 m de profondeur. C’est mieux que rien et il reste quelques départs à élargir.

Haut de page

Samedi 21 et Dimanche 22 septembre 2002

Fête du Sport – Bastia –

Michel, Lionel, Dume, Jean-Noël, Olivier, Jean-Claude, Pierre, Jean-Baptiste, Noël, Alain, Thierry V.

 

L’habituelle rangée de stands rigides a fait place cette année à des abris de jardin éparpillés sur la place Saint Nicolas. C’est plus joli, plus léger, trop léger. Le dimanche, quelques bourrasques de vent ont mis à mal la plupart des abris. Celui des topi - maintenu par des cordes et autres accessoires spéléo -, a fièrement tenu le coup. Bilan de ces deux journées : beaucoup d’informations sur la spéléo en général et la spéléo corse en particulier ont été données au public. Nous avons également profité de cette vitrine sportive pour faire la publicité des journées nationales de la spéléologie que nous déclinerons à la grotte de Brando. Les barbecues organisés pour le midi ont étonné certains passants, mais d’autres, nous connaissant, ont reconnu nos pratiques spéléogastroenologiques. En tous cas, belle journée aidant, il y a des topi qui rentreront à la maison avec les yeux propres ! Nous avons également recueilli une information très intéressante à propos d’une grotte avec rivière souterraine sur les hauteurs de Bastia. À suivre..

Haut de page

Vendredi 27 septembre 2002

Spéléo, prospection Valetto – Casanova –

Fanny et Jean-Claude

 

Profitant d’un concours de circonstances et d’une belle journée, J-C. profite de l’après-midi pour découvrir le site. En partant de la grotte, deux entrées bouchées par des blocs rocheux, puis un trou équipé de deux spits, puis un trou équipé d’un spit, puis en haut du massif un trou prés de la carrière, le tout sur un alignement d’environ 150 m. Il faut y revenir pour visiter la grotte signalée par Michelle Salotti sur la rive droite de la rivière de San Gavina en bas de la falaise calcaire, d’autant plus qu’un berger rencontré ce jour nous indique la présence d’une grotte sur la rive gauche de cette rivière. Le lieu est vraiment sympa !


Haut de page

Samedi 28 septembre 2002

Préparation Journées Nationales de la Spéléologie, Grotte de Brando – Brando –

Dume, Jean-Noël (SDF), Olivier, Jean-Luc, Jean-Claude, Pierre, Noël, Philippe, Jean-Pierre (ACS), Thierry V., Maud

 

Le CDS 2B déclinera les JNS à la grotte de Brando. Nous passons la journée à nettoyer et aménager le site. Le projet d’équiper la falaise de voies de démonstration est abandonné en raison du risque de « parpinage ». L’aire de pique-nique est équipée de belles tables en dalles de calcaire plates. Celles-ci sont immédiatement testées. Les escaliers et murets sont reconstruits en partie. L’entrée et une ouverture qui étaient murées retrouvent la lumière et l’escalier qui serpente dans la cavité est balayé !

Haut de page

Samedi 5 et Dimanche 6 octobre 2002

Journées Nationales de la Spéléologie, Grotte de Brando – Brando –

 

Les Topi Pinnuti et l’Association Cortenaise de Spéléologie ont participé activement à l’organisation et à l’animation des ces journées et on peut dire que c’est une réussite : plus de 500 personnes ont pu visiter la grotte de Brando en un jour et demi ! Il faut dire qu’on avait mis les moyens : deux groupes électrogènes, éclairage électrique de la cavité qui donnait un air d’aven Armand, diaporama, vidéo, hôtesse d’accueil et quatre spéléo-guides ont montré les charmes du monde souterrain en donnant au passage quelques explications techniques et scientifiques sur notre milieu de prédilection. Ce fut également l’occasion de la première sortie pédagogique sur le thème de la spéléo pour les élèves de la classe de CE2 de Travo.

 Haut de page

Samedi 12 octobre 2002

Spéléo, prospection, - Santa Maria di Lota ; Bastia –

Magali et Lionel, Dume, Jean-Noël, Jean-Claude, Jean-Baptiste, Nicole notre indic

 

Matin : prospection du piton calcaire du relais de Miomo où J-C. avait vu un trou en falaise. Après un amarrage en Y sur … deux arbustes, J-C. descend le long de la paroi et constate que le trou queute au bout de 2 m ! En contre partie, nous bénéficions d’une belle perspective aérienne sur Lavasina et Erbalunga. La prospection du bas de falaise permet de découvrir un abri sous roche dans le plafond duquel s’ouvre un passage accédant à une faille d’environ 5 m.

Midi : grillades à la carrière de Teghime où nous arrosons le demi-siècle de Jean-Noël. Champagne, s’il vous plaît.

Après-midi : lors de la fête du sport, nous avions recueilli une info concernant une grotte sur les hauteurs de Bastia, en contre-bas de la décharge. Notre indicatrice est présente au rendez-vous et nous amène sur le site. Malheureusement une coulée de boue, due à la construction d’une piste et aux récentes pluies diluviennes, obstrue l’entrée principale. En creusant sur le côté, nous arrivons finalement à nous frayer un passage permettant l’accès à un diverticule en L d’environ 5 m de long qui aboutit à une petite cavité. Le plafond de celle-ci est composé de plaques de tôles enchevêtrées venant probablement d’engins militaires abandonnés lors de la dernière guerre mondiale, c’est donc de l’artificiel. Le spectacle est peu réjouissant et vraiment pas ragoûtant. Du jus de décharge s’écoule lentement sur un sol noirâtre et nous sommes peu enclins à essayer de retrouver le réseau principal, que la configuration des lieux laisse quand même présagé. En contre-bas, nous restons stupéfaits devant la taille de certains bulbes d’asphodèles qui atteignent allègrement celle d’un ballon de foot, le jus de décharge a peut-être du bon ! Notre indic nous amène ensuite vers une autre cavité située sur l’autre versant de la vallée. C’est une faille d’une douzaine de mètres qui transperce de part en part une falaise de calschiste et où 54 personnes s’étaient mises à l’abri des bombardements pendant la dernière guerre !

 

Haut de page

Samedi 19 octobre 2002

Spéléo, initiation aux techniques de la spéléologie alpine, Cast.1 – Oletta –

L’initié : Stéphane

Encadrants : Dume, Jean-Noël, Jean-Claude

 

Le pylône de Cast.1 sert encore une fois de structure de démonstration. Apprentissage de la descente, de la montée et du passage des fractio et main courante. Après une bonne grillade, durant laquelle nous sommes rejoint par Jean-Noël, nous faisons le circuit de la salle de la chèvre de Cas.1. Puis direction Cast.3 avec descente par le P17, visite du balcon et de la salle concrétionnée où deux groupes de 4 et de 8 Grands Rhinolophes sont observés. Nous montons ensuite dans la salle où pourrait se faire la jonction avec Cast.1. Au retour, nous visitons la faille des fouilles, nous croisons encore 2 Grands Rhinolophes dans la faille égyptienne et nous sortons par l’entrée du réseau gauche. Bilan positif pour notre initié qui se montre très à l’aise dans les évolutions sur cordes.

 

Haut de page

Dimanche 27 octobre 2002

Spéléo, photos, grotta di Cudi – Barbaggio - ; trou d’Alzetu – Ville di Petrabugno –, Grotte de Santa Catalina – Sisco -

Jean-Noël

 

Séances photos pour occuper un dimanche. À Santa Catalina, la corde pour accéder au réseau supérieur a disparu, il faudra à nouveau escalader.

Haut de page

Vendredi 1er novembre 2002

Spéléo, photos, grotte de Corte – Pietracorbara –

Jean-Noël, Olivier

 

Olivier ne connaît pas cette grotte, on n’a pas de photos, en avant. Le chemin d’accès est toujours bien marqué, le fait qu’une association locale en parle sur le net, signifie sûrement qu’elle doit y organiser des visites régulières. Visite in extenso, jusqu’au boyau terminal – sans franchir le bloc. Une heure trente suffit. Au retour, on rencontre des ramasseurs de châtaignes indigènes qui nous signalent que leur grand-père parlait d’une autre cavité située plus loin que celle qui est connue, mais vu la densité du maquis, on est pas près de la retrouver…

 

Haut de page

 

Vendredi 8, samedi 9 et dimanche 10 novembre 2002

Spéléo, exploration gouffre A Buga – Ghisoni –

Dume, Magali et Lionel, Jean-Noël, Jean-Claude, Noël, Philippe

 

Suite de la sortie du 3 mai dernier, le franchissement du troisième puits de la vire est équipé à l’aide de spits pour en sécuriser le franchissement par Noël puis début de l’escalade en artif à l’aide des barres Raumer par J-C. Surprise, il faut une mèche de 8 pour les goujons ! L’équipement se fera avec des plaquettes à un trou. C’est pas le top. Une lucarne apparaît 8 m plus haut. C’est une alcôve d’où partent deux petits puits verticaux. Celui du fond queute au bout de 3 m, l’autre se resserre 5 m plus haut mais laisse apparaître un autre puits entre deux coulées de calcite qui empêchent de continuer l’escalade. Au-delà de cette lucarne, le grand puits continue encore sur une dizaine de mètres avant de se resserrer. Derrière c’est encore le noir. Le nouveau réseau est baptisé « Réseau des Bosons ».

Suite au prochain épisode.

Haut de page
 

Samedi 16 novembre 2002

Rangement du local

Dume, Jean-Noël, Jean-Claude, Jean-Baptiste, Thierry, Noël, Philippe

 

Rien de tel qu’un bon inventaire pour faire le ménage dans le local qui en avait bien besoin. On a même retrouver des choses que l’on croyait disparues et on a fait disparaître des encombrants que l’on croyait utiles ! Un espace est ainsi libéré pour entreposer les combinaisons de canyon. Barbecue devant la porte et repas pris dans le local.

 

Haut de page

Samedi 16 novembre 2002

Spéléo, visite, gouffre U Tribbiulu – San Nicolao -

ACS/GCC : Greg, Valérie, Jean-Yves, Anita, Claire

ITP :Dume, Jean-Claude, Miche, Alice et Philippe

SDF : Jean-Noël

 

Belle classique pour une belle sortie inter-clubs. La partie terminale du chemin d’accès, habituellement encombrée de ronces et de fougères, est cette fois-ci franchie facilement. Après les grillades, nous voilà tous devant le puits d’entrée qui paraît moins étroit que d’habitude ! Philippe s’occupe de l’équipement, Dume encadre la jeune Alice et tout le monde se retrouve au fond du trou. Un seul chiroptère pour accueillir les « chiroptofans » du GCC. C’était aussi le retour de Claire dans les entrailles de la terre après quelques années de pause. Visite du « lac » et de la grande faille puis circuit passant par la lucarne des Euryales, la faille étroite et retour par la chatière inférieure. Nous profitons de la visite pour changer la corde en fixe du R4 menant à la faille Est et dont la sangle inter-amarrage a été rongée et coupée par des rats ? Retour sans encombre et sortie dans la nuit.

 

Haut de page

Samedi 7 et dimanche 8 décembre 2002

Assemblée générale des clubs à Avapessa

 

Bilans financier, matériel et d’activités spéléo et canyon de l’année 2002.

Élection du nouveau Conseil d’Administration et du nouveau Bureau :

Président : Jean-Baptiste LUCIANI

Secrétaire : Thierry PEQUIGNOT

Trésorier : Jean-Claude LA MILZA

Vice-Président et responsable de la commission spéléo : Noël RICOVERI

Vice-Président et responsable de la commission canyon : Pierre-Jean MICAELLI

Responsable technique : Olivier GERALD

Haut de page

Samedi 14 décembre 2002

Spéléo, prospection Montebello

Maxime et Jean-Claude

Profitant lâchement d’une séance de conduite accompagnée, J-C. entraîne son fils pour prospecter une strate calcaire visible depuis la D81 entre la décharge et la fontaine du Bourreau et en contre bas de la Cima Orcaio. Cette strate a été exploitée jadis sous forme de quatre petites carrières. C’est dans la plus haute que se trouvent trois départs en plans inclinés entre deux couches de calcaire mais qui queutent sur de la terre au bout d’un à deux mètres. Une séance de désob est à envisager !

Haut de page

 

I Topi Pinnuti - Bât. A8 - Les Logis de Montesoro - 20600 BASTIA

Association affiliée à la Fédération Française de Spéléologie sous le N° V20-005-000

Téléphone : 04 95 32 68 16 (répondeur) - http://topi.pinnuti.ffspeleo.fr/ - topipinnuti@orange.fr