AccueilPrésentationActivitésProgrammeComptes-rendusLocalLiensPlan du site

 

2000

 

1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002
2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
2017 2018 2019 2020 2021 2022 2023 2024 2025 2026 2027 2028 2029 2030

Une des ambitions de notre association est le partage de nos passions avec le plus grand nombre. Nos activités nous amènent souvent en des lieux difficiles d’accès pour le commun des mortels. Les récits ci-dessous permettent modestement ce partage, avec l’espoir de faire vivre, par quelques lignes et quelques photos, les sensations parfois intenses que procurent nos activités.

Ces comptes-rendus ne représentent pas l’exhaustivité de nos aventures (certains étant un peu réticents à s'épancher sur un clavier ;-), ils permettent néanmoins de donner un aperçu de nos pérégrinations souterraines et canyonistiques, et pourquoi pas de faire rêver.

Bonnes lectures, et si l’envie prend le dessus sur la simple curiosité, rendez-vous au local un jeudi soir …

 

Sommaire

 

Samedi 29 janvier 2000

Spéléo, prospection - Cast.12, le troufaille, Oletta

 

Samedi 29 et Dimanche 30 janvier 2000

Montagne - Ascu et la Tasinette

 

Dimanche 13 février 2000

Montagne- Du Méli Mélu au Capitellu

 

Samedi 10 mars 2000

Spéléo, exploration - Aven d’UDRIC (Bosnie-Herzégovine)

 

Samedi 18 mars 2000

Spéléo, recherche de disparu - vallée de Siscu

 

Samedi 1er avril 2000

Spéléo, prospection, la grotte de la Belette - Loretto di Casinca

 

Dimanche 2 avril 2000

Spéléo, prospection, Carrière de Mausoleu - Brandu

 

Mardi 18 avril 2000

Spéléo, visite, contact média - Mine de Méria

 

Vendredi 14, Samedi 15, Dimanche 16 avril 2000

Spéléo, exercice secours - Ghisoni

 

Vendredi 21 avril 2000

Spéléo, explo, première - Bastia

 

Samedi 6 mai 2000

VTT - Les Agriates

 

Lundi 7 mai au Lundi 22 mai 2000

Spéléo, camp - Plateaux de Sitia, Crête

 

Samedi 13 mai 2000

Spéléo, prospection, désob’, première, explo - Morosaglia

 
Samedi 20 mai 2000

Spéléo, explo, topo - Morosaglia

 

1er au 4 juin 2000

Spéléo, Camp d’exploration - Ghisoni

 

Samedi 2 et dimanche 3 septembre 2000

Désobstruction Ghisoni 2 et 3 (suite)

 

Samedi 16 septembre 2000

Spéléo, explo, désob, topo Castiglioni 14 – Oletta

 

Samedi 18 novembre 2000

Spéléo, explo, topo Trou du Calvaire – OlettaHaut de page

 

Samedi 25 novembre 2000

Spéléo, Falaise du Perf – Bastia

 

Samedi 16 décembre 2000

Spéléo, explo, topo, Grotte de Tofu – San Gavinu D’Ampugnani

 

 

Samedi 29 janvier 2000

Spéléo, prospection, Cast.12, le troufaille — Oletta —

Jean-Noël, Jean-Claude, Philippe et Alice et Rita (…)

 

Décidément le site de San Fiurenzu nous attire. Il faut avouer qu’on y a trouvé plusieurs cavités et si nous avons un peu de chance, pourquoi pas un nouveau trou ?

Jean-Noël, Jean-Claude, Philippe et sa fille Alice (et la chienne Rita) seront de la partie. Nous sommes motivés cette fois par une photo aérienne que François Fontaine a réussi à obtenir sur le site. Le document date de 90, juste après un incendie qui avait ravagé le secteur. Une aubaine donc pour apercevoir les accidents du terrain et notamment une ligne de faille orientée quasiment sud /nord qui apparaît bien tracée. Seulement le maquis avait largement repoussé depuis et seuls quelques affleurements calcaires nous donnaient une vague indication quant à la direction générale de la faille.

N’écoutant que notre courage, nous nous immergeons dans la végétation, boussole et photo en main à partir de la piste qui mène au paghjaghju sur le plateau. Heureusement les ruminants du quartier avaient tracé quelques sentes approximatives qui nous ont permis d’avancer sans trop de difficultés en direction nord. Après quasiment deux heures de bataille, nous explorons un massif très épineux en contrebas d’un petit ressaut de calcaire. Nous le longeons quelques mètres avec une difficulté croissante qui nous oblige à faire demi-tour. C’est en revenant vers le massif épineux qu’à son pied s’ouvre un petit trou à peine visible tapissé de mousse.

Jean-Claude commence à dégager l’entrée tandis que Philippe dégage les lieux à coup de machette avec Jean-Noël. Jean-Claude parvient à s’engager et fait passer les pierres qui deux mètres plus bas l’empêchent de progresser vers une faille. La progression continue laborieusement jusqu’à un départ vertical évalué à 7-8 m. Un travail de désobstruction est nécessaire pour le franchir et il n’est pas loin de 13 h 30 et les motivations s’émoussent tandis que la faim grandit inversement proportionnellement. Nous décidons de rejoindre la voiture au trou du pylône ce qui n’est pas une mince affaire dans ce maquis. Après avoir dressé plusieurs cairns pour bien marquer l’endroit et effectué les relevés d’azimuts, nous retournons dare dare en direction du casse-croûte. La coutume est scrupuleusement respectée avec figatellu et deux bouteilles pour trois.

Une fois bien requinqués et un tantinet ondulants, Jean-Claude et Philippe décident de redescendre à pied vers Cast.3 puis vers l’Aliso en direction du chicot de calcaire planté dans la colline et qui laissait apercevoir deux trous en parois. Jean-Noël devait faire la jonction par le bas en redescendant en voiture avec Alice. L’exploration du flanc de la colline ne donne rien ainsi d’ailleurs que les deux trous repérés dans le chicot qui n’étaient que de vulgaires caries. Nous sommes dissuadés par des salves de chasseurs de poursuivre nos recherches et rentrons au local.

Encore un trou à Castiglione ! Et si on leur donnait un nom chrétien pour une fois et non un numéro de matricule ? Pourquoi pas le trou-faille car pour une troufaille c’était une troufaille ? ! 

Philippe S.

Haut de page

Samedi 29 et Dimanche 30 janvier 2000

Montagne - Ascu et la Tasinette -

Participants de samedi : Nathalie, Roger et Sylvie, Dume, Soazig, Francis, lsabelle, Hubert, Lydie et Jean-Baptiste, Cézaire et sa femme, Stéphane, et Dominique

Participants de dimanche : les mêmes que samedi plus José, Jean-Noël, Gaston, Olivier (le postier de Paris)

 

Samedi matin Nathalie, Soazig, et Francis armés de beaucoup de courage veulent voir des mouflons. Qu’à cela ne tienne, la vallée de la Tasinette est l’endroit idéal pour les observer à cette époque-ci

Dans l’après-midi de samedi le rendez-vous des autres participants est fixé au refuge d’Ascu et chez Hubert. Dume arrivera vers 13 h, puis ce sera le tour de Roger, Sylvie, Stéphane, lsabelle et Dominique (des amis profs). Le temps est très doux, mais le vent souffle sur les crêtes et la neige soufflée offre de magnifiques panaches virevoltants sur les sommets. Il n’y a pas beaucoup de monde à la station mis à part quelques personnes possédant des chalets à Ascu. Cézaire, un des pionniers des lieux nous invitera pour manger la pulenda et le figatellu le soir. La nuit est là et toujours pas de nouvelles de nos trois chasseurs de mouflons. Nous décidons d’aller à leur rencontre quand tout à coup, sur le pas de porte de chez Hubert, les voici qui arrivent. Ouf ! tout le monde est soulagé et après un bon thé et un compte rendu verbal, puis avec quelques chaises sous les bras nous nous rendons chez Cézaire.

L’apéro est là et nous attend les bras ouverts. Dans la cuisine tout est prêt, nous devons cependant récupérer une grosse gamelle au refuge pour la pulenda. Pendant que certains sirotent le muscat, d’autres s’activent sur la pulenda. Cependant une question cruciale se pose : quel est le dosage d’eau pour 2 kg de farine ; 2 l, 3 l, 4 l, qui dit mieux ? Dominique tient fermement la gamelle, Cézaire le tamis, Francis touille et retouille, puis Stéphane deviendra l’homme polyvalent tandis que Cézaire s’occupera de la grillade. La pulenda est toujours liquide, on ajoute un peu plus de farine et on continue. Sur la table, Cézaire dépose les premiers morceaux de figatellu. Hum ! écoutez comme ça sent bon ! N’oublions pas les talents de sommelier de Roger qui s’occupe de surveiller les niveaux de nos verres. Les touilleurs redemandent encore de la farine, on en rajoute. Un peu plus tard la pulenda est encore liquide, encore un peu de farine… Bref, ce sera au total quelque 4 kg de farine qui auront été nécessaires. Cézaire est catastrophé, c’est la première fois que cela lui arrive ! d’habitude sa pulenda est toujours réussie du premier coup et cuite à point. C’est sûr que cela n’est pas évident d’en faire pour quatorze personnes. Le principal, c’est que nous ayons passé une bonne soirée, un peu arrosée (surtout sur la fin, avec l’acquavita sortie de derrière les fagots par Cézaire)

Le lendemain, le réveil sera un peu dur pour certains. Le temps est aussi doux que la veille, le vent souffle encore et nous sommes persuadés qu’il va persister. Vers 9 h arrivent Olivier, Jean-Noël, Gaston et José. Le temps passe et nous ne sommes toujours pas décidés sur la sortie que nous allons faire. Roger règle les crampons et raquettes pour Gaston et José, car pour eux c’est une première initiation. Francis décide de monter à la Bocca Rossa, Olivier l’accompagnera. Il est 10 h, le soleil brille fort et le vent commence à faiblir quand Roger, Stéphane, Jean-Noël, Gaston, José et Dume quittent la station en suivant le télésiège. Quand on n’a jamais pratiqué, ce n’est pas évident de marcher avec des raquettes, il faut prendre le coup, penser à marcher un petit peu en canard. Pour Gaston cela se passe assez bien, quant à José c’est un peu plus long, mais ça vient. Dur ! dur ! de monter le grand mur. Nous atteignons enfin le premier replat. Il fait très beau, le vent est drôlement tombé; une petite pause nous fera le plus grand bien. Roger qui le matin de bonne heure a déjà fait ce trajet préfère s’économiser et avant sa redescente sur la station nous suggère d’essayer d’arriver à la Bocca Strancciacone.

Nous reprenons notre itinéraire et atteignons enfin le bout du télésiège (nous venons de faire 1 850 m, pas mal du tout pour un début). Une bonne halte est nécessaire. Devant nous s’étale la vallée d’Ascu et les bâtiments de la station sont tous petits. Malgré les guiboles qui tirent, José apprécie ce magnifique paysage. Nous allons tenter d’arriver tout de même à la Bocca Strancciacone. Nous sommes bientôt rejoints par un groupe de l’association « Objectif Nature » qui a également organisé une promenade en raquettes. Dans ce groupe nous croiserons une « vieille » connaissance. La pente devient un peu plus raide et les raquettes ripent sur la neige par endroits glacée, il faut faire davantage attention aux glissades. Nous ne sommes plus très loin de notre objectif, le dévers devient plus important, et pour ne pas prendre de risques nous préférons cramponner. Ce sera également l’occasion pour Gaston et José de faire leur initiation avec ses drôles de pantoufles.

Nous atteignons enfin la Bocca Strancciacone, le vent est nul. Tout le monde en profite pour se dorer la pilule en avalant un bon casse-croûte arrosé soit de bière, soit d’un bon beaujolpif. Le panorama est splendide, le soleil est chaud, la crème de protection fait son apparition et même les téléphones portables viennent rompre cette sérénité, ha la la ! Il est 14 h quand nous entamons la redescente. Nous expliquons à José la façon de se placer face à la pente et de penser à talonner et débotter de temps en temps. Au fur et à mesure il prend confiance au matériel et fait de gros progrès. De retour au télésiège nous refaisons une pause pour récupérer un peu. Le retour se fera par le même itinéraire qu’à l’aller. Roger et Cézaire viennent à notre rencontre pour encourager José qui pris de crampes et courbatures a du mal à poser une jambe devant l’autre. Mais devant un « bonté » concocté par la famille Périgot la fatigue s’estompera. Francis et Olivier viennent également de redescendre et nous font part de leur périple. Puis vers 17 h, en voiture Simone…

 Haut de page

Dimanche 13 février 2000

Montagne- Du Méli Mélu au Capitellu -

Pascale, Michèle, José, Roger et Sylvie, Dume, Jean-Noël, Karine, Gaston, Stéphane, Patricia

 

Savez-vous qu’une grande partie des français attend impatiemment qu’arrive le dimanche ? Pour quelle raison ? Hé bien tout simplement pour pouvoir faire la grasse matinée, se lever tard, vaquer à d’autres occupations, etc. et surtout pour oublier l’infernal bruit strident du réveille-matin qui vous tire sournoisement du lit.

Par contre pour quelques individus quelque peu farfelus c’est pratiquement l’inverse. En effet cette minorité programme l’alarme aux environs de 5 h/ 5 h 1/2; ça se voit qu’ils ne foutent rien de toute la semaine diraient certains (es) (Hum ! bref !).

Donc pour en revenir à nos moutons le rendez-vous pour notre promenade dominicale est fixé à 6 h 30 à la Renardière de Furiani. Certains d’entre nous seront à l’heure, d’autres légèrement en retard, et il y en aura même qui oublieront leurs godasses. Le départ quant à lui se fera vers 8 h après les réglages des crampons, raquettes et préparation des baudriers, sangles et tutti conti. La route remontant la vallée de la Restonica n’a rien à envier à certaines des Alpes. Elle serpente tout d’abord sur la rive gauche puis sur la droite, elle grimpe à travers de magnifiques forêts de pins parfois séculaires, et qui espérons-le de tout cœur ne seront jamais victimes du feu. Nous arrivons sur le parking des Grotelle et les voitures qui y sont garées peuvent se compter sur les doigts des deux mains. L’atmosphère est quelque peu frisquette et le vent nul. En arrière plan de l’ancienne vallée glaciaire, le massif du Lombarduccio, éclairé par un soleil printanier et une lumière scintillante, se dresse majestueux.

Après quelques pas sur le sentier nos corps se réchauffent ; au cours de la montée certains d’entre nous vont tomber la veste, la polaire…, et même qu’une représentante de la gente féminine, telle une belle plante, s’effeuillera petit à petit au cours de la montée (joli spectacle). La neige a beaucoup fondu, et celle qui reste est assez dure et souvent glacée, ce qui transforme certains passages en patinoire, (demandez donc à Dume ou plutôt à son bas du dos). Après le plateau aux aulnes la pente devient plus raide. Pour éviter au maximum les passages enneigés, nous grimperons entre des blocs et dalles complètement dépourvus de toute matière blanche. Le premier passage des chaînes est toujours là et au grand étonnement de certains, nous constatons l’aménagement réalisé avec des marches et plates-formes métalliques (c’est un peu dommage). Le second passage équipé doit être également franchi avec beaucoup de précautions.

Enfin nous atteignons le déversoir du Mélo après une heure et quart de marche et contemplons le superbe paysage qui nous entoure. Bien que fissuré, le lac est bien gelé et avec prudence nous nous y engageons dessus pour le traverser. Il fait très beau, l’ensoleillement des falaises et la réverbération de la neige mettent en évidence le relief et accentuent les couleurs. Des nuages d’altitude très filamenteux décorent un magnifique ciel (évidemment de couleur bleu ciel). Nous faisons une petite halte sur la terrasse de la cabane du gardien du Parc.

Il est déjà 11 h, nous formons deux groupes. Roger, José et Pascale monteront par la voie normale. Jean-Noël, Gaston, Michèle, Stéphane et Dume passeront par un couloir. Sylvie et Karine préfèrent rester au Melu pour se promener et profiter du dieu Râ. Patricia fera cavalière seule et nous rejoindra plus tard sur le lac supérieur. Le point de ralliement est fixé au centre du Capitellu. Roger montera tranquillement, et dans le but d’initier José et Pascale à des pentes un peu plus raides, ils se feront plaisir dans un mini couloir. Le second groupe trouvera sur le parcours une neige qui commence transformer sous le soleil, ensuite Dume fera la trace. Dans la partie terminale la neige devient plus dure et glacée par endroits. À son tour Michèle, telle une gazelle, montera en tête et sortira le couloir. Les vingt derniers mètres seront les plus raides et techniques. En effet d’une part la pente est assez forte et d’autre part ce sont 3 à 4 cm de neige soufflée qui recouvrent une sous-couche glacée très dure émettant par endroits des sons pas trop catholiques. Gaston sera encadré par Jean-Noël, Stéphane et Dume. À plusieurs reprises nous lui recommandons de bien cramponner et de bien planter le piolet, et surtout d’être toujours sur deux points d’ancrage. Très bon élève Gaston assimilera très vite les conseils et peu de temps après nous arrivons au-dessus du Capitellu.

La pose photo est de circonstance. Nous profitons du supermégafabuleuxmagnifco-splendide panorama qui s’offre à nos yeux et ce dans un rayon de 360°. Nous avalons une gorgée d’eau avant de descendre sur le lac. L’équipe du vénérable guide aux cheveux blancs arrive à son tour. Sur une sympathique pente s’y prêtant parfaitement nous révisons la technique d’arrêt à l’aide du piolet en cas de glissade (en montée ou descente). [Le Capitellu est un endroit vraiment fantastique, voire mystérieux. Tel une pierre précieuse, il est enchâssé dans un écrin quasi minéral, et où que l’on regarde, la Montagne est là au-dessus de nos têtes comme si elle voulait nous rappeler que l’homme doit rester humble et respectueux envers elle].

Nous traversons également le lac, et dire qu’il y a 2 000 ans, dans un autre lieu un certain barbu avait réussi le même exploit ; à cette époque on en avait fait tout un foin alors que pour nous ce sera tout juste mentionné dans ce compte rendu… enfin. Le retour au Melu où nous attendent Sylvie et Karine se fera par la voie normale, au passage petit exercice pour s’exercer à la descente de pentes en marche arrière. Vers 13 h, nous nous retrouvons assis autour d’une table décemment garnie (vin, charcuterie, magret de canard séché, formage, dessert…, la Totale !) et commentons notre petite virée.

Il est 14 h quand nous entamons la descente. Le soleil a déjà passé la crête et nous marchons sur une neige qui s’est durcie. Quelques passages délicats demanderont des talents d’équilibristes mais tout le monde passera sans trop de problème. De retour au parking nous échangeons nos grosses grolles contre des pantoufles et nous essuierons les visages emplis de transpiration avec des « calinettes » (dixit José). Une petite mousse chez les Defendini nous remettra de nos émotions, etc., etc.

 Haut de page

Samedi 10 mars 2000

Spéléo, exploration — Aven d’UDRIC (Bosnie-Herzégovine) —

Noël et Sébastien, Philippe

 

En compagnie de Sébastien et de Philippe je suis parti vérifier du matériel incendie sur le site de UDRIC.

C’est sur ce plateau calcaire, à 841 m. d’altitude que l’armée de l’air française a implanté un radar nécessaire au guidage des avions en approche du terrain de MOSTAR. Tout au long du trajet la route serpente à travers le lapiaz et l’on peut apercevoir de nombreuses dolines. Mes deux collègues, surpris par mes nombreux arrêts, ont eu quelques inquiétudes à mon sujet en me voyant gambader sur les rochers, fureter un peu partout, soulever des cailloux. C’est après le repas de midi (grillades, pinard et oranges givrées) que le personnel du site nous a fait découvrir l’entrée de l’aven.

Le démon de la spéléo s’est réveillé, et bravant les interdits, avec comme seul éclairage une frontale et deux lampes de poche, je suis parti en exploration, suivi de près par Philippe et Sébastien pour qui c’était le baptême. Nous avons estimé quelques mesures afin de rédiger ce compte rendu d’exploration.

La cavité est humide et ne présente pas de difficultés. À la base du puits d’entrée, on trouve une petite salle suivie d’un passage bas qui, par une étroiture, mène dans la très jolie salle n°2 (10x5 m). Celle-ci est ornée de nombreuses concrétions, notamment de belles et grandes draperies. Dans le large méandre qui suit, on trouve un petit bassin qui abrite de nombreux vers blancs. Après une chatière barrée par une stalactite, on accède en désescalade sur un siphon boueux, terminus de la cavité. La profondeur est estimée à - 30 mètres et le développement à 70 mètres environ

Faune rencontrée :

Des dolichopodes et des vers blancs

Haut de page
Samedi 18 mars 2000

Spéléo, recherche de disparu — vallée de Siscu —

Jean-Noël, François F, Philippe

 

Les vétérans de la spéléo sont toujours verts… ils se sont enfilé quatre trous dans la journée…

Vendredi soir 19 h, préparation du matériel montagne pour aller accompagner Dume, Michèle et Isabelle en randonnée dans la vallée d’Ascu, avec comme projet le col de la Muvrella, le temps s’est sacrément radouci, la neige ne sera pas terrible, en restera-t-il encore ? De toute façon, il n’y a aucun projet spéléo à l’horizon, le noyau dur de la spéléo corse s’est réduit à un pépin, alors en avant vers les cimes dégarnies. 20 h, coup de téléphone de Philippe :

— « J’ai une proposition de sortie pour demain, que fais-tu ? »

— « C’est que je me suis engagé envers Dume, raconte toujours. »

— « Voilà, j’ai été contacté par un lieutenant de gendarmerie qui nous demande de participer à la recherche d’un homme disparu depuis huit jours, il faudrait fouiller toutes les cavités de la vallée de Siscu. Cet homme de quarante ans environ, a quitté son domicile samedi dernier avec un sac à dos et un fusil à canon scié en proclamant qu’on ne le reverrait plus et qu’on ne serait pas près de le retrouver. Auparavant il aurait fait des démarches de legs envers son fils. Problème de couple, problèmes de santé, il serait fortement dépressif et le pire est à craindre. Après avoir battu le maquis avec tous les habitants de son village d’origine, Cruscianu, les gendarmes sont un peu désemparés. Entre temps, la famille a consulté deux voyantes, qui ont parlé de noir et d’eau. La famille a envisagé qu’il se trouverait dans une grotte et en ont parlé aux gendarmes. Ceux-ci ont appelé les pompiers qui les ont renvoyés vers les spéléos ! Première retombée de la création de l’équipe secours. François sera peut-être partant s’il trouve une baby sitter, alors si cela te dit. »

Après un moment d’hésitation, le temps de prévenir Dume, je rappelle Philippe pour lui confirmer ma participation. Nous serons trois, avec Philippe et François, rendez-vous est pris pour le lendemain matin 8 h à la gendarmerie d’Erbalunga.

Après être passé au local prendre une nouille de 40 m, quelques spits et des amarrages, direction Erbalunga. Accueil très sympathique du lieutenant et des gendarmes de la brigade. Briefing autour d’un café. La moitié de l’équipe nous abandonne subitement, après que l’on ait entendu un grand crissement de pneus, un garçonnet du village s’est fait renverser par un 4x4 (il sera évacué par la suite sur Nice, pour un traumatisme du foie, la journée commençait sous de drôles d’auspices). Accompagné par un gendarme en 4x4, on se dirige vers le hameau de Cruscianu pour récupérer deux habitants qui connaissent bien la vallée.

Premier objectif, la grotte de Butrone. Itinéraire habituel par le camp de l’Aérospatiale puis, miracle, la barrière qui ferme la piste s’ouvre et les 4x4 commencent à grimper. On dépasse bientôt le départ du sentier qui mène à la grotte et l’on s’arrête sur le plateau bien au-dessus de la grotte. En fait, on redescendra ensuite vers le sentier habituel, en dix minutes nous sommes à l’entrée. Dès le premier boyau, un des chasseurs nous rassure — « Il ne doit pas être là, il n’y a pas d’odeur ! » —, dur mais c’est la réalité, un mort de huit jours, cela se repère à la narine… Exploration à fond de Butrone, avec François on file jusqu’au trou de serrure mais aucune trace. Retour par le laminoir pour ne rien laisser échapper puis on rentre aux voitures. De là, une équipe, un gendarme et un chasseur, part vers une bergerie isolée et l’équipe de spéléos accompagnée de Titi file vers le col St Jean, pour aller explorer des failles situées sur un plateau plus haut au pied de Cima E Felice. François connaissait l’endroit car il y avait eu un projet d’exploitation de lauzes mais il n’était pas descendu au fond des failles.

Piste St Jean, vers Olcani, on stationne au col près de la chapelle et de là on se dirige vers le nord en suivant un sentier balisé en orange (on coupera en courbe de niveau vers la droite). En vingt minutes on atteint ce plateau zébré de failles de plusieurs dizaines de mètres de long et de 2 à 3 m de large. Au premier abord cela semble profond de 10 à 15 m et à pic. On commence à sortir les cordes et la trousse à spit, mais pendant ce temps Philippe trouvera un passage en désescalade dans les blocs, une grosse fougère est un peu écrasée — y a-t-il eu passage récent ? —, le fond est constitué d’une énorme trémie un peu instable à travers laquelle on peut s’insinuer sur quelques mètres mais il ne faut pas éternuer. On explore tous les départs mais pas de trace de passage… Retour en surface où on visitera toutes les failles du plateau, enfin toutes celles qui offrent une possibilité de descente car elles ne manquent pas. Quelques squelettes de chèvre, mais il faut de rendre à l’évidence, on ne trouvera rien ici.

13 h, il faut rejoindre le village de Cruscianu. On retrouve le gendarme et le chasseur sur la place du village en compagnie de tous les habitants. Après avoir rapporté le bilan de nos explorations chacun y va de son hypothèse sur le départ du disparu. Toutes les cavités connues de la vallée ont été explorées, on songe à Santa Catalina — elle a été visitée par les pompiers la veille, mais ont-ils pensé à la salle supérieure et sont-ils allés au fond ? — et à la vallée de Pietracorbara où se trouve la grotte de Cortè — grotte connue dans le Rémy, mais dont on a perdu la trace… Des gens du village contacte Georges Damianos, accompagnateur de montagne, qui est sensé la connaître. Il arrivera dans un quart d’heure pour nous y emmener.

On nous conseille de prendre le temps de nous restaurer, ce que nous acceptons bien volontiers et on s’installe autour du 4x4 pour découper la pizza achetée le matin. Dix minutes s’écoulent et on nous invite à prendre un verre dans la maison d’à côté. Nous sommes dans le laboratoire de l’ancien boucher du village, Nonce, qui sort les bouteilles de son vin maison, un vin blanc un peu vert, légèrement pétillant, un délice. Une, deux bouteilles, saucisson, pain, fromage, l’appétit et la soif viennent en mangeant et en buvant… Au bout d’une heure Georges arrive, une autre bouteille… Il est temps de partir vers Pietracorbara. L’itinéraire démarre du cimetière de l’église St Clément à Oreta, travers la rivière et se dirige plein sud. Au bout d’une demi-heure de marche facile on atteint l’entrée, porche de 2x3 m, descente terreuse et on débouche dans une salle de 2 à 3 m de plafond, circulaire avec un prolongement vers la droite sur 5 à 6 m. Un boyau de 30 cm de haut et 50 cm de large s’enfonce sur une dizaine de mètres et la suite est barrée par un bloc de cipolin qu’il est possible de débiter. Jean-Noël et François échouent dans leurs tentatives pour forcer le passage, on reviendra avec les outils et il faudra faire une topo précise. Retour aux voitures, il est bientôt 16 h 30.

Il ne reste plus que Santa Catalina. Surprise, en arrivant au pied de la salle sup’, il n’y a plus de corde, non ! les kmers-chiroptères ne sont pas passés là, enfin qui sait ? la corde est là mais pendouille sur un petit mètre toujours amarrée à ses spits. A-t-elle été coupée par quelqu’un qui serait ensuite resté dans la salle sup’ ? Il faut en avoir le cœur net. Pendant que François, assisté de Philippe, tente l’escalade en libre, Jean-Noël et Georges vont explorer le fond, mais aucunes traces. Après avoir sécrété beaucoup d’adrénaline, aidé par des bouts de sangle glanés chez les copains, François réussit à atteindre le bout de la corde et de là à se hisser dans le réseau sup’. Il est vite exploré, il n’y a rien. Qui a pu couper cette nouille ? La descente sera un peu moins périlleuse, car il a pu rattraper un peu de mou pour s’assurer. Entre temps, le gendarme et l’autre chasseur nous ont rejoints, ils étaient partis explorer des abris sous roche au-dessus du village. Il est 18 h 30, il faut se rendre à l’évidence, nos recherches resteront infructueuses. On repasse à la gendarmerie d’Erbalunga pour un dernier briefing et il est temps de passer à la douche.

Bien que nos explorations soient restées vaines, nous avons tenté le maximum pour essayer d’apporter une réponse à l’angoisse des gens de ce village. Ce fut surtout une occasion de nouer de bons contacts avec les gendarmes et de faire connaître l’existence de l’équipe secours.

Jean-Noël

Haut de page

Samedi 1er avril 2000

Spéléo, prospection, la grotte de la Belette — Loretto di Casinca —

Dume, Jean-Noël, François F, Philippe

 

Des amis de Philippe se sont souvenus que quand ils allaient chasser du côté de Loretto di Casinca, il y a une dizaine d’années, ils avaient remarqué un petit trou qui soufflait très fort de l’air chaud (pas de fantasmes, coquins que vous êtes…), mais ils n’avaient jamais osé y entrer. Un des deux étant en plus féru d’archéologie, il aimerait bien savoir s’il n’y aurait pas quelques morceaux de céramique.

Rendez-vous à 13 h 15 au local, préparer le matériel de désob — il paraît que c’est très étroit —, une nouille de 20 m — « c’est peut-être juste » dit Philippe, et hop on rajoute une 15 m. Un café et direction le carrefour de Ceppe et on a rendez-vous avec les chasseurs. Surprise, François a pu se libérer et il sera de la partie. Un petit quart d’heure après les indics sont là, briefing et direction Loretto di Casinca, via Penta di Casinca et Silvareccio. Une route à droite avant ce dernier village et on stoppe sur un grand terre-plein dénudé. Habillage et on se dirige plein nord vers une butte constituée d’un amas de rochers recouvert d’une forêt assez dense de chênes verts. On la contourne par la gauche et derrière en redescendant légèrement on tombe sur le trou qui souffle.

Belle entrée de 80x80 cm, pas de désob à faire, un bon souffle d’air chaud, Dume s’enfile avec la lampe, cela semble continuer sur la droite au bout de 2 m. François, qui est équipé, file en première, suivi de Philippe et d’un autre Philippe, chasseur de son état. Pendant ce temps Dume va explorer les environs et trouvera un autre départ apparemment muré, on le garde pour plus tard. François a passé une première étroiture et est bloqué en haut d’un ressaut de 4 m environ. Jean-Noël qui s’est équipé entre temps et a rejoint Philippe pour lui tenir compagnie, ressort pour récupérer massette et burin. François s’active dans une position inconfortable — en fait nous sommes dans une grosse trémie, un amas de blocs qui semblent bien se tenir mais il faut mieux éviter tout éternuement et tout pêt intempestif, en tout cas mieux vaut être prudent dans ses évolutions —, quand tout à coup le bloc sur lequel il s’échinait se déplace et part se coincer dans l’étroiture, c’est fichu, ça queute ! « Heureusement que je n’avais pas réussi à passer — nous dit François — car le retour aurait duré plusieurs jours, pour désober… » Développement estimé à 10 m, aucun espoir. On ressort, nos amis chasseurs sont un peu déçus, ils auraient bien espéré que nous pourrions rejoindre Loretto qui se trouve à 2 km à vol d’oiseau et où, paraît-il, se trouvent des caves à fromages qui soufflent… Il reste le départ de Dume, où après vingt minutes à faire rouler des pierres, François arrive à se faufiler, cela continue sur 5-6 m sous un gros rocher et fini !

Nos indics ont pris le chemin du retour, on les retrouve au parking et direction Bastia en passant par Loretto et Vescovato, jolie balade. 18 h retour au local.

Haut de page

Dimanche 2 avril 2000

Spéléo, prospection, Carrière de Mausoleu — Brandu —

François F, Philippe

 

Nous disposions d’un court après midi en ce dimanche désœuvré et nous décidons avec François d’explorer une cavité que j’avais repérée dans la paroi de l’ancienne carrière de Mausoleu sur la commune de Brandu.

Nous tentons tout d’abord un repérage plus précis en remontant au pied du front de taille. Malheureusement, nous manquons de recul pour apercevoir l’entrée qui est située juste sous la corniche de la falaise. Nous finissons par la repérer et convenons qu’il est plus facile de l’aborder par le sommet de la falaise.

Nous reprenons la voiture et arrivons à la chapelle sous la carrière de Pozzu. Nous longeons le bord de la falaise dans le maquis en descendant jusqu’à un arbuste qui nous semblait être celui que nous avions pris comme repère depuis le bas. Nous installons un rappel et François descend sans rencontrer l’ouverture attendue. Nous continuons de parcourir le bord du front de taille toujours en descendant lorsque nous découvrons un autre arbuste en paroi qui semble être cette fois le bon. Nous avisons un passage un peu plus bas qui donne sur une corniche suspendue en pleine paroi et qui conduit à l’entrée recherchée. Des blocs extrêmement instables, fragmentés par les tirs de mines, rendent la progression pour le moins délicate. François s’engage dans l’étroiture d’entrée et descend sur 10 m environ dans une faille étroite qui pourrait communiquer avec le système de failles des grottes de Brando. Nous avons perdu beaucoup de temps et il se fait tard ; nous projetons de revenir en repérant cette fois parfaitement l’aplomb de l’entrée qui se situe à hauteur du troisième talweg en descendant depuis la chapelle. C’est par ce talweg que l’on atteint sur la gauche la corniche qui conduit au trou.

La jonction avec les grottes permettrait du coup de multiplier au moins par deux la profondeur actuellement connue.

À suivre…

Haut de page

Mardi 18 avril 2000

Spéléo, visite, contact média — Mine de Méria —

François F, Philippe et l’équipe de FR3

 

À la demande de Pierre-Jean Luccioni, rédacteur en chef-adjoint de FR3, nous avons assuré l’encadrement et la logistique d’une petite partie du tournage d’un reportage de 52 mn sur les mines de Corse.

Ce 18 avril 2000, nous nous retrouvons avec François Fontaine vers 8 h devant les établissements principaux de la mine d’antimoine de Meria, sur la route de Pastine dans le Cap. Le maire de la commune était présent ainsi qu’Alain Gauthier, géologue bien connu pour ses travaux et publications sur la Corse.

Sur nos conseils, tout le monde était équipé de grenouillères de pêcheur, tandis nous avions opté pour la combinaison néoprène. Armés de faucilles, nous taillons un chemin parmi le mur de ronces qui obturait l’ouverture de la mine, qui manifestement, n’avait pas reçu de visiteurs depuis plusieurs années. L’entrée enfin atteinte, une mauvaise surprise nous attendait.

La galerie était noyée et seul 50 cm restaient sous la voûte. En piochant, nous faisons sauter le bouchon de glaise et ainsi baisser rapidement le niveau jusqu’à nous permettre d’entrer à quatre pattes. Nous faisons passer tout le matériel de tournage et nous nous enfonçons dans la galerie avec de l’eau jusqu’à la ceinture. Heureusement, après 50 m, nous retrouvons la terre ferme et déjà des choux-fleurs de calcite, des perles des cavernes ainsi que trois petits rhinolophes qui hibernent encore.

Un peu plus tard sur notre gauche s’ouvre une cheminée remontante en plan incliné qui ruisselle sur les cascades de calcite. Nous poursuivons notre progression illustrée des commentaires avisés d’Alain Gauthier qui fait de louables efforts de pédagogie pour la caméra. Il nous montre un mince filon d’antimoine qui affleure sur la paroi.

Pour avoir déjà fait cette rencontre un peu plus de dix ans auparavant, je n’ai pas été surpris lorsque nous avons croisé 6 à 8 surmulots extrêmement agiles qui courraient sur les parois quasi verticales. Certains tombaient parfois et nageaient alors remarquablement bien. On se demande encore comment ils ont pu s’adapter, vivant dans l’obscurité la plus totale. Une autre surprise nous attendait.

Alain en rêvait secrètement et il était tout heureux de nous montrer une sorte de banquise de calcite sur une dizaine de mètres de galerie. Elle flottait à la surface sous forme de délicats napperons translucides qui finissaient par couler lorsque la cristallisation était devenue trop importante. Le fond en était d’ailleurs tapissé. Nous continuons notre exploration pour rencontrer un peu plus loin un plancher de calcite qui avait cristallisé dans toute la gamme des marrons en vagues bariolées se recouvrant les unes les autres. Ca ressemblait exactement à des nappes de chocolat chaud étalées sur le marbre d’un pâtissier, chocolat noir, au lait, blanc. Un vrai régal… pour les yeux !

Nous atteignons enfin l’extrémité de cette galerie longue de 430 m, cette partie était noyée ainsi que failli l’être François qui était tombé dans un puits évalué à 30 m de profondeur d’après les plans de la mine. Il en a été quitte pour un bain forcé tout à fait inattendu dans une eau boueuse qui avait masqué le danger. Le fond de la galerie était maçonné avec des voûtes et des cheminées d’évacuation. C’est là qu’était disposée la chaudière dont il restait des éléments. Le fond de cette mine nous est apparu comme la partie la plus dangereuse, à cause du puits bien sûr, mais aussi à cause des murs et des voûtes affaissées qui menacent de s’effondrer à tout moment. Par contre, de magnifiques bouquets d’aragonite d’un blanc immaculé tapissaient par endroits les parois du tunnel.

Après quelques plans et commentaires enregistrés, nous décidons de rejoindre la sortie. La boue couleur rouille avait hélas recouvert toutes les merveilles que nous avions filmées à l’aller. Nous croisons un escargot qui avait dû tomber du puits d’aération et qui recherchait désespérément une laitue.

Enfin la sortie de toute l’équipe et un casse-croûte bienvenu sur le coup des 13 h.

Alain expliquait devant la caméra que cette mine, dont nous avions exploré le travers banc Orenga de Gaffory, avait cessé son activité vers 1912. Les minces tubes de stalactites donnaient ainsi une idée de la vitesse de cristallisation, les plus longs atteignant 15 cm, et les cristaux d’aragonite 2 cm au maximum.

Pierre-Jean Luccioni nous confirmait en nous quittant avoir confié à Mlle Leccia le tournage de trois sujets sur la spéléo en Corse que nous avions proposé (l’un général, un autre sur le spéléo-secours et un dernier sur la paléontologie).

Voilà une mine que nous allons nous faire un plaisir d’exploiter !

Philippe S.

 Haut de page

Vendredi 14, Samedi 15, Dimanche 16 avril 2000

Spéléo, exercice secours — Ghisoni —

Michèle (la victime), Roger, Dume, Jean-Noël, François F, Olivier, Pierre, Francis, Jean-Claude, Philippe

Haut de page

Vendredi 21 avril 2000

Spéléo, explo, première — Bastia—

Jean-Noël, Pierre, Jean-Claude, Alain

 

Citernes et autres Balivernes

(aucun rapport mais ça rime)

 

Bastia, le 8 février 2001

 

En début d’année 2000 (il vaut mieux faire le compte rendu le lendemain que dix mois après pour se rappeler les dates exactes). En fin d’après midi les participants à une exploration de divers trous plus ou moins naturels dans les quartiers nord de Bastia, voire dans le centre ville se regroupent, Alain, Jean-Noël, Pierre et Jean-Claude.

Au-dessus de Ville de Petrabugno en bordure de la route des corniches une faille est explorée sur 5 à 6 mètres, cette dernière se prolonge par une étroiture où seul les p’tits cailloux vont se perdre. Cette petite mise en jambes se poursuit par une balade champêtre dans les environs au cas ou d’autres fissures viendraient à nous… néant

L’exploration suivante nous amène dans Bastia, à proximité du carrefour à la passerelle de pierre, boulevard Benoîte Danesi. Il s’offre à notre regard attendri la trappe d’accès d’une ancienne citerne servant probablement à l’arrosage de quelques jardins aujourd’hui disparus.

Cette dernière d’une vingtaine de 20 m3 offre un spectacle particulier, en effet les arbres environnant ont tissé des draperies de racines qui plongent lugubrement dans la mare d’eau cloaque où baignent nos pieds. Le tableau est complété par un tas de détritus et de seringues « droguantes » usagées au-dessous de l’entrée.

La suite de ce beau programme se poursuit dans le Fangu vers l’ancienne carrière et en contre-bas du chemin d’accès.

Au milieu d’une forêt de bambous, une prise d’eau maçonnée avec une trappe s’ouvre sur une galerie humide, avec 50 cm d’eau, dans laquelle des algues glissent et s’entourent sur les jambes de l’explorateur malvenu.

Le développement de cette galerie se poursuit sur une trentaine de mètres pour finir en cul de sac. Les pieds dans les algues, la tête là aussi dans des racines d’arbres l’ambiance est assez frissonnante avec en prime un gros rat aux yeux rouges, luisants dans la pénombre et qui guette la moindre défaillance… Indiana Jones a du passer par là !

La nuit conduit les explorateurs de citernes à raconter leurs balivernes tranquillement chez eux. Une deuxième campagne des citernes en folies sera organisée… À suivre

Deux jours après en dessous de Cardo, Pierre, Jean-Claude et Alain explorent une source dans le creux d’un arbre. Le site est assez magique et l’entrée du trou spectaculaire, un  œil sombre dans un tronc de bois. Le développement est de 1,50 m et il est rempli d’un nuage d’insectes de type gros cousin du moustique... dommage !

Alain

Haut de page

Samedi 6 mai 2000

VTT — Les Agriates —

Michèle, Dume, Jean-Noël, Jean-Claude, Gaston

Haut de page

Lundi 7 mai au Lundi 22 mai 2000

Spéléo, camp — Plateaux de Sitia, Crête—

Jean-Noël, François F, Francis

Haut de page

Samedi 13 mai 2000

Spéléo, prospection, désob’, première, explo — Morosaglia —

Michèle, Dume, Jean-Claude, Noël

 

La découverte des trous du Bulbe et de Cassiopée

Haut de page
Samedi 20 mai 2000

Spéléo, explo, topo — Morosaglia —

Dume, Olivier, Jean-Claude, Jean-Noël, Noël

 Haut de page

1er au 4 juin 2000

Spéléo, Camp d’exploration Ghisoni

Michèle, Nathalie, Dume, Jean-Claude, Francis, Noël, Philippe, Jean-Louis

 

Pour la première fois, un camp d’exploration a été organisé sur le massif de Ghisoni sur une durée de quatre jours.

Objectifs : prospecter la partie nord du massif, continuer la désob de Ghisoni 2 et 3 et prospecter le massif voisin de Punta Cutina.

 

Jeudi 1er juin : Michèle, Dume, Jean-Louis, Noël, Jean-Claude plus tout le matos et le ravitaillement pour quatre jours. Véhicule disponible : le Lada. Jean-Claude montera donc seul avec son engin rempli à ras bord et le reste de l’équipe montera à pied.

En fin de matinée tout est installé et après un repas improvisé, nous partons prospecter le massif, sans Noël qui commencera la construction du muret qui supportera l’évier que nous avons l’intention d’installer à gauche de la porte d’entrée de la cabane. Equipés du matériel standard du prospecteur (gants, lampe frontale et pied de biche), nous parcourons en éventail toute la zone. Quelques départs sont découverts et repérés à l’aide de rubalise mais globalement, rien de vraiment intéressant. Nous revenons par la crête (pas le pays !) et nous attardons à désober un trou situé sur la crête et découvert par J-C. en mars 96 (la première qualité d’un spéléo, c’est la patience). Quelques gros blocs sont enlevés, les cailloux tombent toujours sur quelques mètres mais la suite se révèle trop dangereuse en raison de l’instabilité des blocs entassés.

La soirée se passe comme d’habitude : apéro, manger, boire, manger, boire …

 

Vendredi 2 juin : nous partons tous les quatre prospecter la Punta Cutina. Le maître d’œuvre, maître d’ouvrage, architecte, tailleur de pierre, terrassier, maçon, manœuvre, alias Noël reste à la cabane pour finir le mur. De la piste, nous montons jusqu’à la crête de Cavallini que nous suivons direction sud-ouest, puis nous prenons la crête pratiquement pleine est qui va de la Punta Kyrie-Eleison à la Punta Cutina. Belle balade sous les pins lariccios. Nous trouvons bien le massif calcaire espéré et après un bon pique-nique, nous passons l’après midi à prospecter. Prospection assez difficile en raison de la pente importante de ce karst. Malheureusement, la collecte est mince. Un départ trouvé par Dume, faille étroite sur environ 4 ou 5 m puis fissure impénétrable avec un petit courant d’air. Un autre par J-C. en bas de la zone calcaire où l’on pénètre sur 5 ou 6 m en désescaladant des blocs et qui semble du à un décollement d’une petite falaise.

Le retour s’effectue en descendant directement de la cote 1 282 jusqu’à la cabane.

L’entreprise « Noël and lui tout seul » a fini le mur, l’évier est posé et l’eau coule… de source. La nouvelle source est « arrosée » comme il se doit par un apéritif bien arrosé !

Noël nous quitte, appelé par le devoir mais avec le sentiment du devoir accompli.

La soirée se passe comme d’habitude…

 

Samedi 3 juin : journée grands travaux. Nous poursuivons la désob de Ghisoni 2 (trouvé par J-C. le 30 mars 1996). Le trou est vertical et fait environ 8 m de profondeur. Une chaîne humaine est mise en place : un au fond qui remplit les seaux, un sous le passage étroit pour les guider, un à la sortie pour les hisser et les vider. Pendant ce temps, Michèle la Belle fera de l’aquarelle sous son ombrelle ( ?!?). Quelques dizaines de seaux sont ainsi extraits en se relayant aux différents postes mais pas de traces de suite potentielle.

Après le pique-nique, nous décidons de nous occuper de Ghisoni 3 (trouvé par Dume le 19 avril 1997). Sub-horizontale lors des premières séances de désob, ce trou est devenu pratiquement vertical au fil des mètres cube de cailloux et de terre enlevés. La descente se fait en désescalade sur 5 m et nous passons le reste de la journée à remonter quelques tonnes de « marchandise » avec comme récompense le dégagement d’un nouveau départ où les cailloux ricochent sur plusieurs mètres. Mais comme celui-ci se trouve au fond de l’entonnoir formé par le trou et que le risque est important de se prendre des parpaings sur la tronche, la décision est prise d’attendre la prochaine visite pour dégager le passage.

Retour à la cabane où nous attendent Nathalie, Francis et Philippe.

La soirée ne se passe pas comme d’habitude puisque nous avons droit à la préparation « live » d’une vraie polenta corse et Philippe, si « english » d’habitude, retrouve ses racines et nous montre à quel point il sait manier le bâton !

 

Dimanche 4 juin : classique, nous faisons le trou. Jean-Louis, qui n’avait pas fait de spéléo depuis longtemps, retrouve peu à peu sa technique et se permet même d’en déséquiper une partie.

 

Conclusions : ce mini camp, qui a quand même été le plus long séjour passé sur le massif de Ghisoni, a permis de consacrer trois jours à la prospection et à la désobstruction en levant le voile sur le potentiel karstique de la Punta Cuntina (même s’il n’a rien révélé de probant pour l’instant) et d’approfondir encore un peu Ghisoni 2 et 3.

 

Haut de page

Samedi 2 et dimanche 3 septembre 2000

Désobstruction Ghisoni 2 et 3 (suite)

Michèle C, Karine G, Jean-Michel G, Fred S, Dumé D, Jean-Claude L.

 

Samedi 2 septembre 2000.

Comme décidé lors du camp d’exploration du 1er au 4 juin dernier, nous remontons sur le massif de Ghisoni pour continuer la désobstruction de Ghisoni 3.

Michèle, Karine, dont c’est la première visite, Fred, qui ne connaissait pas la cabane et qui inaugure pour l’occasion son Patrol beau comme un camion, Jean-Michel, Dùme et Jean-Claude seront les acteurs de cet épisode. La matinée est bien entamée lorsque nous arrivons à la cabane. Nous ne monterons au trou qu’après un repas en plein air pris devant la cabane, en nous serrant autour de la petite table ronde (si quelqu’un se sent une âme de menuisier…)

Une chaîne humaine est encore une fois installée. Dùme et J-C au fond pour remplir les seaux, J-M en relais sous l’entrée et Fred à la réception et à l’éjection. Encore une fois des dizaines de seaux sont extraits du fond en se relayant aux différents postes et la plate-forme devant le trou s’agrandit peu à peu. En début de soirée, J-C tente une pénétration dans la petite faille qui s’ouvre au fond. Après 3m de descente râpeuse, J-C arrive sur le sol et se rend vite compte que l’aventure s’arrêtera là. En effet, après le ressaut de 3m la faille se poursuit encore sur 3m horizontalement et se resserre en cône. Au fond, après l’enlèvement de quelques blocs, une simple fissure continue la faille, les cailloux tombent encore sur quelques mètres en ricochets rapides, signe que la fissure reste très étroite jusqu’au bout. La poursuite de la désobstruction demanderait des moyens que malheureusement nous ne possédons pas. Un peu dépités, nous redescendons vers la cabane noyer notre déception. Quelques bouteilles de Ricard seront ainsi vidées pour l’apéro. (rassurez-vous, de simples mignonnettes !)

 

Dimanche 3 septembre 2000. 

Oubliant la déception de la veille, nos espoirs se portent maintenant sur Ghisoni 2. Nous passons ainsi la matinée à remonter moult seaux de cailloux et de terre. Puis le fond se durcit et une dalle plate apparaît. Après quelques coups de massette, nous nous rendons compte qu’il s’agit d’un plancher stalagmitique de 10 cm d’épaisseur. Mauvais pronostic car un plancher stalagmitique se forme par la précipitation et l’accumulation d’une fine croûte de calcite à la surface d’une flaque d’eau. Qui dit flaque d’eau, dit absence d’écoulement, donc pas de suite vu la petite dimension du fond du trou (1,50m x 0,80m). Après le plancher stalagmitique une couche d’argile, puis la roche mère qui met un terme à nos espoirs. 

La vie d’un spéléo est ainsi faite, joies immenses quand il découvre de nouvelles cavités mais aussi de grandes déceptions. Ce week-end était un week-end sans. En redescendant nous discutons déjà de nos prochaines prospections (Penti, Oletta, Saint-Florent), et déjà nous jubilons intérieurement en imaginant nos futures découvertes.

Haut de page

Samedi 16 septembre 2000

Spéléo, explo, désob, topo Castiglioni 14 – Oletta –

Dume, Jean-Noël, Olivier, Laurent, Jean-Claude

 

La crête de Castiglioni a brûlé, on vient d’apprendre cette triste nouvelle, par Michelle Salotti, juste avant la soirée de la falaise en fête. Dix ans sans un feu c’était déjà un miracle. Mais tout malheur peut avoir un versant positif, à la suite de l’incendie, en se baladant sur le plateau lunaire, Christophe Salotti est tombé sur un aven de 6 m de diamètre, énorme bouche qui avait échappé à notre prospection du début de l’année, elle devait être bien enfouie sous les bosquets d’arbousiers.

La vision du site de Castiglioni est bien triste, il reste un peu de verdure sous le pylône et le feu s’est arrêté aux portes de Cast.3, mais l’olivier qui devait nous faire de l’ombre à la sortie de Cast.1 a brûlé, les alentours de Cast.2 sont lunaires. On repère rapidement la bouche de 6 m, équipement sur des chicots brûlés, le volume promet, un passage bas à droite, une petite salle et un départ en faille étroite où l’on installe une corde par sécurité mais cela se fait en désescalade. Cinq mètres plus bas, cela s’élargit, une trémie et cela semble fini. Jean-Noël remonte pour finir la topo, mais Jean-Claude furète comme à son habitude. La terre s’échappe entre des cailloux, il creuse et cela sonne le creux. Aidé de Jean-Noël, le passage est élargit et après désescalade d’un plan incliné de 6 m, le fond est atteint, une trémie interdit tout espoir. Grillade puis poursuite de l’explo du plateau lunaire. En contrebas de Cast.14, un boyau horizontal d’une dizaine de mètres est exploré par Jean-Claude mais sans suite. Retour par Cast.2 où en bordure de champ, un conduit de 8 m de profondeur aboutissant dans une trémie poussiéreuse, est visité par Jean-Claude. Vu l’entourage de pierres plates, il devait être connu.

 

 Haut de page

Samedi 18 novembre 2000

Spéléo, explo, topo Trou du Calvaire – Oletta –

Jean-Noël, Jean-Claude

 

Un samedi tranquille, rien au programme, temps incertain pour la montagne ; Jean-Claude et Jean-Noël décident d’aller explorer cette cavité reconnue quelques jours plus tôt par Jean-Claude sur des indications locales. Sur la D82, en venant d’Olmeta di Tuda, avant d’arriver au hameau de E Casette, prendre à gauche dans un virage, un chemin de terre qui mène à un réservoir ; s’arrêter au bout de 100 m, descendre à droite dans le maquis dense, au milieu des arbousiers sur une vingtaine de mètres, la cavité s’ouvre au pied d’un petit édifice en ruine (calvaire ?). Cavité connue et visitée, une flèche noire, peinte est retrouvée à l’entrée.

Descente dans une faille de 1 m de large et inclinée à 60°, par un éboulis terreux assez raide. Après s’être faufilé au milieu de gros blocs, désescalade d’un ressaut de 2 m, on débouche dans un volume dont le plancher est constitué d’une trémie de gros blocs. À son extrémité nord, croisement d’une faille étroite où suinte un filet d’eau. Une lucarne permet de visualiser un volume situé en dessous, on y accède par un passage entre les blocs de la trémie qui nous ramène sous la faille d’entrée. Volume plus important, une « salle » avec de nombreux blocs. On retrouve une arrivée d’eau sur la droite en paroi. Le fond de la cavité est atteint en désescaladant une petite faille perpendiculaire obstruée par une trémie.

Haut de page

Samedi 25 novembre 2000

Spéléo, Falaise du Perf – Bastia –

Jean-François, Jean-Noël, Jean-Claude, Francis

 

Dume et Francis l’avaient repérée quelques mois auparavant lors d’une prospection et elle nous tentait bien. De belles verticales de 18 m, à dix minutes de Bastia, des voies d’initiation de 5 m, un coin barbecue, une exposition plein est, avec le soleil le matin et en plus un trou à désober ! On s’en est donné à cœur joie, grande verticale, installation d’une vire et il reste encore de quoi faire ! 

Haut de page

Samedi 16 décembre 2000

Spéléo, explo, topo, Grotte de Tofu – San Gavinu D’Ampugnani –

Dume, Pascal, Jean-Noël, Olivier, Jean-Claude, Michäel, Sylvie, Sébastien, Noël

 

Ah, on en rêvait de la grotte de Tofu et de ses secrets, elle avait fait l’objet de nombreuses discussions le jeudi soir. Alors quand on a su que notre ancien compagnon de route, notre vieux pote âgé, Roger, avait pu en explorer les moindres recoins en compagnie d’un habitant du village, on piaffait d’impatience. Une galerie d’au moins 150 m de long… Alors dès qu’un samedi s’est libéré, on a filé jusqu’à San Gavinu d’Ampugnani. Pas moins de trois voitures et dix personnes pour partir à sa recherche, car il fallait la retrouver, notre vieux pote étant indisponible ce jour là… On savait qu’il fallait partir du hameau de Casanova, remonter la rivière, car l’ancien chemin était impraticable, et qu’ensuite on tombait dessus. Avant de rejoindre Folelli où Noël nous attendait avec deux jeunes militaires de la base, en quête d’aventures, nous recherchons un croissant (sans beurre) pour pouvoir se battre contre les monceaux de ronces qui vont sûrement nous barrer la route. On ne le trouvera qu’à Folelli. Direction le hameau de Casanova, avant San Gavinu et là nous tombons sur quelques anciens qui discutaient au soleil. Grâce à la maîtrise de la langue vernaculaire de notre ami Noël, nous obtenons de précieuses indications sur le chemin à prendre pour atteindre cette grotte apparemment bien connue des anciens du hameau. Descente au hameau de Penta alle Travu, on traverse une propriété et on descend par un bon sentier dans un premier vallon, puis on remonte et là il faut rejoindre le second vallon, celui de la rivière. Deux groupes se forment ; un se lance à travers les ronces, à la suite de Dume qui use du croissant comme un valeureux pourfendeur d’infidèles, l’autre coupant à travers la châtaigneraie. Bien leur en a pris, car si les premiers ont trouvé la rivière après quelques égratignures, les autres tomberont sur le chemin qui les amènera directement à la grotte ! On tombe d’abord sur des escarpements de calcaire au pied desquels s’ouvrent de petites cavités guère pénétrables et puis au bout d’une centaine de mètres, une vraie grotte. Un porche de 4 m de large par 3 m de haut, un bassin de rétention à l’entrée, pour canaliser une résurgence, qui s’ouvre en bas d’une grosse coulée de calcite. Les calebondes frétillent, l’excitation nous gagne. La résurgence est un petit filet d’eau qui jaillit au milieu de coulées de calcite blanche. La cavité s’élargit et au bout de quelques mètres, on escalade un ressaut de 1 m, un plan incliné en calcite marron, et puis c’est le fond de la cavité ! Deux renfoncements sur quelques dizaines de centimètres, quelques concrétions le développement est d’au moins 10 m… Séance photos puis on part en exploration aux alentours. Une cavité de quelques mètres développée aux dépens d’une faille, est découverte et explorée trente mètres à gauche. Noël fouille différents amas ronciers mais rien de plus. Retour à l’entrée de la grotte, grillade du figatellu et retour par le bon sentier de la châtaigneraie. Satisfaits, on repart avec une topo supplémentaire, ce n’est pas la grande cavité attendue, mais ne soyons pas trop gourmands. Puisque Roger a dit qu’elle faisait 150 m de long, elle doit bien exister cette grotte mythique ? ? ? Le soir, les archives du club, informatisées par François, révèleront que cette grotte de Tufo avait été explorée et topographiée le 1er décembre 1991, par J-Pierre Vergnon, Philippe Bonnet et… Jean-Yves Courtois. Mais nos anciens n’en avaient plus le souvenir !

Haut de page

 

I Topi Pinnuti - Bât. A8 - Les Logis de Montesoro - 20600 BASTIA

Association affiliée à la Fédération Française de Spéléologie sous le N° V20-005-000

Téléphone : 04 95 32 68 16 (répondeur) - http://topi.pinnuti.ffspeleo.fr/ - topipinnuti@orange.fr