AccueilPrésentationActivitésProgrammeComptes-rendusLocalLiensPlan du site

 

1999

 

1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002
2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
2017 2018 2019 2020 2021 2022 2023 2024 2025 2026 2027 2028 2029 2030

Une des ambitions de notre association est le partage de nos passions avec le plus grand nombre. Nos activités nous amènent souvent en des lieux difficiles d’accès pour le commun des mortels. Les récits ci-dessous permettent modestement ce partage, avec l’espoir de faire vivre, par quelques lignes et quelques photos, les sensations parfois intenses que procurent nos activités.

Ces comptes-rendus ne représentent pas l’exhaustivité de nos aventures (certains étant un peu réticents à s'épancher sur un clavier ;-), ils permettent néanmoins de donner un aperçu de nos pérégrinations souterraines et canyonistiques, et pourquoi pas de faire rêver.

Bonnes lectures, et si l’envie prend le dessus sur la simple curiosité, rendez-vous au local un jeudi soir …

 

Sommaire

 

Vendredi 5 au Dimanche 7 février 1999
Montagne - Refuge de Tighiettu

Samedi 13 février 1999
Spéléo, équipement, explo - Castiglione 5, Oletta

Samedi 27 février 1999
Spéléo, désob’, explo - Aven de Teghime, Poggio d’Oletta ; Castiglione 4, Oletta

Samedi 6 mars 1999
Spéléo, prospection - Falaises de Francardo, Omessa

Samedi 13 mars 1999
Spéléo, visite, explo - Gouffre d’Altiani Piedicorte di Gaggio

Samedi 20 mars 1999
Spéléo, topographie - Cast.2, la grotte aux chauves-souris, Oletta

Samedi 3 avril 1999
Spéléo, désob’, explo, topo… - Cast.11&12, Oletta

Samedi 10 avril 1999
Spéléo, désob’, explo, topo… - Cast.11&12, Oletta

Jeudi 13 au Dimanche 16 mai 1999
Spéléo, stage secours

 

Vendredi 14 mai 1999

Spéléo, stage secours, le second jour, la révélation… le domaine A-R !


Samedi 5 et Dimanche 6 juin 1999
Montagne - Monte Cintu

Samedi 19 et Dimanche 20 juin 1999
Montagne - Massif de Bavella

Samedi 26 juin 1999
Canyon - Olcani

Dimanche 27 juin 1999
Montagne - Massif de A Muvrella, Asco

Samedi 10 juillet 1999
Canyon - La Ruda

Mardi 13 juillet 1999
À la recherche de la grotte de Butrone, Siscu

Samedi 17 et Dimanche 18 juillet 1999
Montagne - Tafunatu di I Palieri

Samedi 31 juillet 1999
Spéléo, prospection - Collines de Castiglione, Oletta

Dimanche 1er août 1999
Montagne - Via Ferrata d’Asco

Samedi 7 août 1999
Spéléo, prospection - Carrière de Caporalino, bocca a U Tribbiu, Omessa

Vendredi 13 août 1999
Spéléo, visite, initiation au monde souterrain - Grotte de Carpinetto, Lano

Samedi 14 août 1999
Escalade - Tour Sénèque, Luri

Samedi 4 septembre 1999
Spéléo, aménagement, visite, topo - Cast.1&5, Oletta

Dimanche 5 septembre 1999
Montagne - Lac de Lavigliolu, crête et Punta Artica, lac de Ninu, chemin de Ronde

Samedi 11 septembre 1999
Spéléo, aménagement, visite - Cast.1 et 5, Oletta

Dimanche 12 septembre 1999
Montagne - La brèche Félix et le Capu Larghiu

Samedi 18 septembre 1999
Spéléo, stage initiation - Falaise de Francardu, Omessa

Samedi 18 et Dimanche 19 septembre 1999
Montagne - Refuge de Ciuttolu i Mori et Capu Tafunatu

Samedi 25 et Dimanche 26 septembre 1999
Fête du sport - Bastia

Samedi 2 et Dimanche 3 octobre 1999
Spéléo, stage initiation - Falaise de Francardu, Omessa

Dimanche 10 octobre 1999
Spéléo, exercice secours - Gouffre I Luminelli, Merusaglia

Samedi 16 octobre 1999
Spéléo, désobstruction, prépa stage initiateur - Cast.1, Oletta

Samedi 23 et Dimanche 24 octobre 1999
Spéléo, explo, perfectionnement - Gouffre Sébastien Risterucci, Ghisoni

Samedi 30 octobre 1999
Spéléo, débroussaillage chemin d’accès - Grotte de Butrone, Siscu
Exploration du « Trou du Couvent », Cagnanu

Dimanche 6 novembre 1999
Spéléo, désob’, première ! - Cast.12bis, Oletta

Jeudi 11 novembre 1999
Spéléo, découverte du milieu souterrain - Grotte de Butrone, Sisco

Vendredi 12 et Samedi 13 novembre 1999
Spéléo, explo, désob, aménagement…, - Gouffre de Ghisoni, Ghisoni

Samedi 20 et Dimanche 21 novembre 1999
Spéléo, initiation - Francardu, San Fiurenzu

Mercredi 24 novembre 1999
Montagne - Via Ferrata, Ascu

Samedi 27 novembre 1999
Spéléo, perfectionnement, réchappe - Francardu, Omessa
Haut de page

Samedi 27 et Dimanche 28 novembre 1999
Montagne - Refuge de Ciuttulu i Mori et Paglia Orba

Samedi 4 décembre 1999
Spéléo, désob’ - Trou de Penti, Santa Reparata di Moriani

 

 

Vendredi 5 au Dimanche 7 février 1999

Montagne — Refuge de Tighiettu

Hé oui, quand les Topi se déplacent en Montagne, ils y mettent le paquet la preuve : Alain, Roger, Catherine des Topi, Dume, Jean-Michel, Franck, Pascal, Pierre, Angélo, Véronique, Sophie, Isabelle, Thierry, Cyril, Cathy d’Ajaccio, Fred et Philippe, Jean-Pierre et encore le record n’est pas battu…

 

Première fournée : Notre binôme de choc Pascal et Franck s’est dévoué pour monter le vendredi 5 au refuge. Leur mission : exterminer certaines bestioles non identifiées qui quinze jours auparavant ont dévoré la peau d’un groupe de randonneurs. Arrivés dans la matinée, ils ont bien préparé leur coup : la mise en action de trois bombes d’insecticide spécial dégageant une immense fumée. Celle-ci a obligé notre duo à sortir prématurément du refuge et à aller se faire une super rando. De retour au refuge dans le courant de l’après-midi tout semblait être rentré dans l’ordre et apparemment il n’y avait plus de bébêtes ; la nuit fut bonne et paisible.

 

Deuxième fournée : Cathy (d’Ajaccio), Pierre, Roger, Isabelle, Angélo et Jean-Michel monteront le samedi matin et après leur installation se feront également une balade jusque sous le col de Bocca Minuta.

 

Troisième fournée : Le rendez-vous pour le reste du groupe est prévu à 14 h à la station-service d’Albertacce. Tout le monde est là, cependant Jean-Pierre, Philippe et Dume participant à l’AG de la LISC à Corte n’auront que vingt minutes de retard et rattraperont les reste des participants au bout de la piste qui part de Calasima. Celle-ci est praticable, ce qui permet de gagner pratiquement deux heures de marche. La neige tombée la semaine dernière a beaucoup fondue. Le sentier menant aux bergeries de Ballone (1 423 m) n’est que partiellement enneigé. Arrivés aux bergeries nous rejoignons le GR.20. À partir de là, l’épaisseur de neige est un peu plus importante. Cependant la marche est aisée, et le passage dans les rochers avant d’atteindre le refuge est bien dégagé et ne présente pas de grosse difficulté.

À l’intérieur du bâtiment il y a bien du monde, en plus des Topi un groupe de quinze montagnards, participant à un stage ARVA, va également passer la nuit.. Une fois que tout le monde est installé, c’est l’heure de taper le carton et l’apéro. Une, puis deux bouteilles vont être descendues, sans oublier les figatellu, olives et amuse-gueule qui feront le bonheur de nombreux estomacs. Jean-Michel et Isabelle se transforment en de très bons cordons bleus. Mais tout ce monde va impliquer qu’il y ait plusieurs services et comme les Topi sont galants nous laissons manger nos amis montagnards en premier. Les pâtes au fromage sont fortement appréciées (bravo aux cuistots) et seront sollicitées au moins deux fois par convive. Rebelote : une, puis deux, puis trois, etc. bouteilles de vins, sorties de l’on ne sait où, envahissent peu à peu la table sous les discrets regards des montagnards qui doivent penser que les Topi sont des soiffards.

Après le café, le thé, le digeo, nous papotons de rien et de tout, et surtout de… montagne (évidemment)… Ha oui, la nuit est superbement étoilée et vaut vraiment le déplacement et le coup d’œil. Un peu plus tard certains signes, annonçant que le marchand de sable va passer, font leur apparition. Petit à petit nous regagnons nos couchettes, tandis que “ la partie de carte ” est reprise pour certains. La nuit perturbée par quelques sporadiques ronflements est relativement calme. Il est 7 h 30 quand commencent à s’agiter quelques individus, cela veut dire qu’il faut se lever (Jean-Pierre a décrété qu’il ferait un peu de grasse matinée). Après le petit déj’ nous allons former deux groupes. Le premier sous la houlette de Franck va monter sur la crête de Tighiettu. C’est un itinéraire repéré la veille par Franck et Pascal. Le second conduit par Pascal va faire une partie initiation et ensuite essaieront de rejoindre le premier groupe. Jean-Pierre et Roger vont faire cavaliers seuls aux alentours du refuge.

La suite est restée dans la tête des participants, que de beaux souvenirs… mais le narrateur a petit trou de mémoire, combien de bouteilles, déjà la veille au soir ?…

Haut de page
Samedi 13 février 1999

Spéléo, Castiglione 5, équipement, explo — Oletta —

Dume, Jean-Noël, Jean-Claude

 

C’est sous un soleil hivernal et une agréable journée que nous prîmes la route de Teghime pour aller boire un petit café au Col d’Amphore. La descente du col sur Saint-Flo demandant tout de même un peu de prudence. En effet le versant est se trouvant en grande partie dans l’ombre, de nombreux virages sont verglacés. Le kawa avalé nous nous dirigeons sur la piste de Castiglione. L’Aliso alimenté par la fonte des neiges coule normalement. Notre but est de rééquiper et de sécuriser quelques passages de Cast.5. Arrivés au trou du pylône nous nous équipons sous une météo qui s’est légèrement dégradé et quelques flocons sporadiques font leur apparition.

Après avoir enlevé quelques cailloux, l’entrée de Cast.5 est beaucoup plus aisée, nous plantons deux spits et installons une main courante pour descendre le premier ressaut. À ce propos, nous inaugurons la nouvelle perceuse qui se comporte de manière extra. Le premier plan incliné est rééquipé d’un amarrage et d’une dèv.

Une main courante en fixe est installée au départ du passage dit « à l’égyptienne ». Elle continue sur la vire au-dessus du P18 (faille très peu visitée) et permet d’accéder au ressaut surplombant le dernier puits de 6 m menant à « la salle blanche ». Le départ de celui-ci étant quelque peu étroit, nous agrandissons le passage aux éclateurs de roche ce qui permettra à certains de pouvoir descendre au cours des prochaines visites admirer quelques-unes une des plus belles concrétions de Corse (connues jusqu’à ce jour). Au retour, explo d’un petit réseau au-dessus du « croisement des failles ».

Il est 14 h 30 quand nous remontons et nous attablons une fois de plus autour du barbecue. En rentrant nous rencontrons au col de Teghime, Thierry et Stéphanie qui ont fait une sortie en raquette autour du Pino.

 

 Haut de page

Samedi 27 février 1999

Spéléo, Aven de Teghime, désob’, explo — Poggio d’Oletta —

Castiglione 4, topo — Oletta —

Dume, Jean-Noël

François F, Jean-Claude, Philippe (le matin)

 

Le matin, on entreprend la désob de l’aven de Teghime redécouvert (?) par Philippe. Aven d’effondrement en crête, situé à droite de l’arrivée de la piste, ouverture de 2x2 m, plus ou moins obstruée par un gros rocher de cipolin encastré sur la tranche. Quelques coups de massette et burin et il se délite, il servira à monter un petit mur autour de l’aven. Fond à -2 m, cailloux et terre. Quelques seaux plus tard, on entre dans une faille étroite avec quelques concrétions et on devine un élargissement, direction plein sud, elle suit la ligne de crête, il reste du travail. Abandon par départ de J-C. et F. Descente au départ de la piste pour une bonne grillade, visite impromptue de Franck.

J-N. et Dume filent ensuite vers St Florent. Objectif : topo de Cast.4 et remonter les outils oubliés lors de la dernière visite (deux pointerolles le 25 janvier 97, il faut se rappeler l’histoire du seau…). TPST de 15 à 18 h, la topo est finie, pas d’espoir de suite, une belle faille dans le même axe E-O que Cast.1&3. Une étroiture un peu râpeuse et un P6 un peu étroit à la remontée. Mais aucune trace des pointerolles, emportées par les écoulements ?

 

Haut de page

Samedi 6 mars 1999

Spéléo, prospection, Falaises de Francardo – Omessa –

Dume, Jean-Noël, Jean-Claude, Francis

 

Rendez-vous 10 h au Rex pour un bon café (la qualité s’améliore…), le temps est dégagé mais la chaîne montagneuse est dans la purée de pois. Direction la route d’Aïti, on gare les voitures en bordure du Golo au niveau du début de la zone de falaises. On se sépare en deux équipes afin de couvrir le pied et les étages moyens. Beaucoup de petits abris sous roches, quelques départs au pied mais qui sont colmatés au bout de quelques dizaines de centimètres. Dans le cirque qui se trouve dans la partie moyenne, un bel abri sous roche à mi-hauteur de paroi, avec des vestiges de murs en pierre cimentées et des inscriptions de la moitié du siècle.

Bilan… rien ! Il reste la zone qui s’étend jusqu’à la falaise d’escalade mais l’espoir est bien mince. On redescend vers 14 h aux voitures pour une bonne grillade.

Haut de page

Samedi 13 mars 1999

Spéléo, visite, explo, gouffre d’Altiani - Piedicorte di Gaggio -

Christian, Dume, François F, Jean-Claude, Noël, Stéphane

Haut de page

Samedi 20 mars 1999

Spéléo, topographie Cast.2, la grotte aux chauves-souris — Oletta —

Jean-Yves, Dume, Jean-Noël, Jean-Claude, Francis

Haut de page

Samedi 3 avril 1999

Spéléo, désob’, explo, topo… Cast.11&12 — Oletta —

Dume, Jean-Noël, Jean-Claude, Francis

 

Cela promet, deux trous qui soufflent… mais il y a du boulot. On reviendra la semaine prochaine.

 

Haut de page

Samedi 10 avril 1999

Spéléo, désob’, explo, topo… Cast.11&12 — Oletta —

Dume, Jean-Noël, Jean-Claude, Francis

 

Déception, Cast.11 se termine en faille étroite vers -6 m et Cast.12, malgré un bon courant d’air n’offre aucune suite, le courant d’air avait même disparu.

Haut de page

Jeudi 13 au Dimanche 16 mai 1999

Spéléo, stage secours

Dume, Jean-Noël, Olivier, François F, Jean-Claude, Jean-Baptiste, Francis, Philippe et Christian

 

 Haut de page

Vendredi 14 mai 1999

Spéléo, stage secours, le second jour, la révélation… le domaine A-R !

 

Jeudi, belle journée à la falaise de Francardo. Après avoir fait et défait des dizaines de fois répartiteurs, palans-bloqueurs et autres tyroliennes, nous filons vers notre QG, l’hôtel de Saleccia, situé au départ de la piste du même nom. Mousses, présentation des chambres … rien que des grands lits, il va falloir dormir avec les copains, ça manque vraiment de gente féminine dans ce club spéléo ! Douches et à table. Après une nuit tranquille, eh oui !, petit déjeuner sur la terrasse et on prend la route vers Saint-Florent puis Oletta. C’est un convoi de six véhicules qui se dirige vers Castiglione.

Arrivée à la ferme, demi-tour dans le champ pour se présenter face à l’entrée, un portail bringuebalant fait de piquets de châtaigniers et de fil de fer et tenu par un crochet. Noël descend pour ouvrir à la caravane et là surprise… une chaîne et un cadenas ! ! On interpelle l’ouvrier agricole qui travaillait dans le hangar à côté et l’explication est claire : M. R. a fermé l’entrée. Seule solution pour avoir la clé (sic) du mystère, aller voir M. R.

Tous les castiglionistes connaissent ou ont entendu parler de M. R., il exploite les terres de la famille Angeli, propriétaire des terrains où se trouvent les cavités Cast.1 à 12 et où passe la piste qui y mène. Régulièrement nous rencontrions M. R. père, un vieux petit monsieur à la casquette, très gentil avec qui nous échangions quelques banalités sur le temps. Une fois, avec Dume, nous croisâmes le fils, un grand gaillard en bleu, qui avait vivement approuvé notre réalisation si contestée, la fermeture de l’entrée de Cast.1, il était très satisfait de savoir que ses bêtes ne risquaient plus de tomber dans ces gouffres. Pour nous la famille R. faisait dans l’élevage et nous étions toujours très attentif à bien refermer les clôtures derrière nous à chaque visite. Mais récemment l’entreprise Sysiphe était venu à Cast.3 pour réaliser des travaux sur la zone de fouilles, d’où l’hypothèse logique — ils ont mal fermé les clôtures, les vaches se sont sauvées et les R., par représailles ?, ont barricadé l’entrée. Simple.

L’embouteillage devenant complet, car Michelle arrive avec les étudiantes, puis les Ferrandi, et comme nous n’avons pas de solution de repli à proximité, il faut aller voir à la ferme R. On désigne deux volontaires au hasard, Jean-Noël qui a eu l’occasion de rencontrer le fils et Noël qui parle corse (choix judicieux, bien qu’on ne lui ait peu laissé d’occasion de le montrer). La ferme R. se trouve 1 km plus haut, on se gare à l’entrée, personne dans ce qui semble être un bureau puis on se dirige vers un hangar d’où nous parvient un bruit d’échappement, une étable peut-être, ils doivent traire les vaches. Rien de cela, on découvre une cave viticole et des machines à embouteiller et à encartonner, d’où les bruits d’échappements, et des centaines de cartons de vin. Et au milieu, un grand gaillard en sweat rouge et en short, avec un petit sourire en coin et qui semblait nous attendre, en tout cas pas du tout surpris de nous voir. « Ah, les spéléos, depuis que vous venez à Castiglione, comment se fait-il que vous ne vous soyez pas encore déplacé jusqu’à la cave R. ? » — Et nous tout surpris — « La cave… mais nous pensions que vous ne faisiez que de l’élevage » Et d’expliquer, les vaches, les veaux, les chèvres, les clôtures, le hangar à foin, etc. Le gaillard a assez mal pris notre ignorance et notre manque de curiosité. « Comment, vous ne connaissez pas le meilleur vin de Patrimonio, le plus célèbre vin de Corse, un des plus renommés dans le monde (sans exagération), l’A-R ! » Avec Noël, nous nous sentions crouler sous notre ignorance, comment avions-nous pu vivre jusqu’à ce jour sans savoir l’existence de l’A-R.

Et illico, visite en détail de la cave, dernière technologie de macération en cuves inox, filtrage sur membranes céramique, etc. Jean-Noël essaye de s’échapper en proposant d’acheter un carton (il faudra s’y résigner mais bien plus tard…), Noël tente de rendre le climat chaleureux en lançant quelques phrases en corse mais M. R. n’a qu’un seul but, que les spéléos retiennent bien qu’il est viticulteur-œnologue (c’est sa femme) et non éleveur de vaches (en fait accessoirement, personne n’a parlé de prime…). On revient au début de la visite, au milieu des cartons et on pense que c’est la fin, au fait toujours pas de dégustation. Mais il faut aller au bureau qui est un vrai capharnaüm, des étagères où sont exposés tous les produits A-R et franchement c’est impressionnant, il faut reconnaître une imagination exubérante et un art de la commercialisation. Des bouteilles de différentes formes, des étiquettes retraçant tous les derniers évènements culturels régionaux, musique, peinture, cinéma. Puis on a droit aux publications R., l’histoire du vignoble R., les bienfaits du vin R. en médecine (sic), les affiches relatant le soutien aux manifestations culturelles, etc. Déjà plus d’une heure que nous sommes partis et aucun moyen de |’arrêter, un moulin à paroles au regard fuyant, une logorrhée interminable. Enfin, il sort une petite clé d’un tiroir mais ce n’est toujours pas le moment de conclure, malgré les propositions insistantes de Jean-Noël d’acquérir un carton de ce nectar des dieux et Noël qui tente toujours de lui faire comprendre que le moment est venu de se dire Adobe. La clé dans la main, M. R. repart vers la cave, suivi de nos deux compères. Il lui faudra au moins un quart d’heure pour faire comprendre à son ouvrier qu’il faut nous préparer un carton de six bouteilles, panachage de différentes années, dont la célèbre Cuvée des Seigneurs, ah bon vous ne connaissez pas !, avec en prime, gracieusement, un muscat et un rosé, la Perle de chez R. Le carnet de chèques est vite sorti, on signe et on s’apprête à prendre congé… mais non, il faut retourner au bureau, on dépose le vin dans la voiture et c’est reparti pour un quart d’heure de palabres, on a oublié le sujet… Saoulé de paroles et non de vin — car à part quelques effluves dans la cave, on n’a toujours pas goûté à l’ambroisie —, on réussit à s’échapper en promettant bien de… revenir et de s’arrêter au magasin de Saint-Florent et de participer à la prochaine exposition des artistes peintres sponsorisée par A-R, tout, on a tout promis… On a la clé !

On est de retour auprès de nos petits camarades au bout d’une heure et demie — peu inquiets du temps qui passait car pour eux c’était plutôt bon signe —, mais on a du mal à leur raconter le lavage de cerveau. Ouf la clé est la bonne et on commence à se diriger vers le gué, mais une 4L descend de la ferme, non ! c’est notre logorrhéique, « Michelle à toi de jouer, la directrice des fouilles, c’est toi, nous on ne peut plus. » Et toute l’équipe spéléo de se sauver vers Cast.1 dans un nuage de poussière. C’est déjà midi, l’heure du pique-nique et surtout le moment tellement attendu d’ouvrir ces bouteilles d’A-R « …le meilleur vin de Patrimonio, le plus célèbre vin de Corse, un des plus renommés dans le monde… » Par respect pour la passion que M. R. a mis dans la promotion de son vin, je tairai toutes les maximes un peu désobligeantes que certains membres de l’équipe ont émises, mais la chronique est libre et chacun peut relater ses sensations gustatives. Bilan, la bouteille de muscat, celle de rosé et deux de rouge, certains ont préféré finir dans la civière.

Trois semaines plus tard, Jean-Yves nous informe que le cadenas a été changé mais on peut passer en dessous la chaîne. Huit jours plus tard, c’est à Michelle de nous informer que la chaîne est tendue, on ne passe plus…

À suivre…

 Haut de page

Samedi 5 et Dimanche 6 juin 1999

Montagne — Monte Cintu —

Alain, Roger et Sylvie, Dume, Jean-Michel, Laurent, Francis, Hervé, Stéphane, Cathy

 

Le premier rendez-vous est fixé chez Roger qui avec sa légendaire gentillesse nous offre le kawa, puis un deuxième ramassage permet de récupérer Hervé et nous voici repartis (avec une demi-heure de retard sur l’horaire prévu ; heureusement le téléphone portable est là pour prévenir Francis de notre retard, lequel avertira à son tour Cathy) en direction de Francardo où nous attendent Francis et Cathy). Après un transfert de personnel et de sac à dos nous roulons vers la Scala Santa Regina et après Calacuccia, nous prenons direction Lozzi. Nous franchissons le village et prenons une piste sur laquelle nous allons grimper interminablement pendant 45 mn en jonglant entre les ornières, bosses, cailloux etc. Heureusement que nos gentilles tires se comportent très bien, frottant tout de même de temps en temps avec les échappements et les bavettes. Nous atteignons enfin le parking terminal aux bergeries de Petra Pinzuta (1 561 m) qui sont transformées en buvette…

La météo est des nôtres, le ciel est parfaitement dégagé et un léger vent lèche nos gambettes. Tels des sherpas du dimanche, nous prenons la direction du refuge de l’Ercu et après une petite montée dans une végétation basse nous traversons un petit plateau sur lequel le PNRC a installé quelques beaux panneaux éducatifs sur la faune et la flore du secteur. Nous traversons un bosquet d’aulnes odorants qui pour la circonstance étaient plus qu’odorants (en effet une odeur pestilentielle provenant d’une charogne stagnait), encore 10 mn de marche et nous franchissons le ruisseau d’Ercu alimenté directement par le lac du Cintu. Et quelques mètres plus loin sur la rive gauche nous attend le refuge de l’Ercu (1 667 m). Cela fait environ 50 mn que nous avons quitté les voitures et il est 18 h.

Nous posons les sacs et procédons à la corvée de ramassage de bois. L’allumage du poêle n’est pas évident, je vous dis pas la fumée, mais après une heure de galère, il fonctionne de première. Puis assis sur une magnifique pelouse d’où nous avons une vue imprenable sur le massif du Cintu, nous sirotons le casa et la charcuterie de Mazamet ramenée par Francis. À ce moment précis Stéphane, qui ne pouvant se libérer en début d’après-midi nous rejoint. Jean-Michel se dévoue encore une fois pour la cuisine (pâtes et sauce tomate). Le repas aux chandelles, le vin (cinq bouteilles) les pâtes et les petites histoires en fin de repas génèrent une super ambiance dans le refuge surchauffé. Vers 22 h nous adoptons la position allongée. La nuit sera bonne pour tout le monde, certains n’auront pas besoin de somnifère, le jaja ayant fait de l’effet ? Il y aura quelques petits ronflements, et de nombreuses ouvertures de gourdes, il fait une chaleur chaude dans le dortoir et cela malgré une fenêtre ouverte.

 

Dimanche

Bip, Bip, Bip, il est 5 h, le refuge s’éveille. L’eau chauffe dans la marmite, certains boivent du café, d’autres se font encore des pâtes, puis tout le monde se prépare à affronter les 1 050 m de dénivelé. Dehors le jour est pratiquement levé, le refuge est encore à l’ombre alors que le soleil illumine les crêtes déchiquetées de toute la chaîne montagneuse qui domine le refuge. Sylvie ne tentera pas l’ascension et essaiera tout de même de monter au lac et de nous y attendre. Le top départ et donné à 6 h 10 et notre colonne s’élève tout doucement dans la pente pierreuse et ébouleuse par endroits. La montée étant assez raide nous formerons deux groupes. Après une heure trente de marche, la première équipe atteint un petit col à partir duquel le paysage va complètement changer ; en effet les passages pierreux laissent la place à une zone constituée de barres rocheuses qui se franchissent sans problème, mais où il faut faire attention où l’on pose les pieds. Le deuxième groupe à vingt minutes aura l’heureuse surprise de faire la rencontre de deux mouflons. Le vent canalisé par les parois s’est renforcé et refroidi les membres d’Hervé, Alain, Francis et Dume. Tous les quatre se sont adossé à un gros bloc qui les abrite du zef en attendant le reste de la troupe.

Un peu plus tard, tout le monde s’est regroupé. Après une pause compensatrice, nous reprenons la marche à travers de magnifiques dalles et quelques névés en cours de fonte. La dernière partie ne présente pas de difficulté majeure, seuls quelques ressauts demandent un peu plus d’attention. De concert, mais pas trop discrets, nous laissons la primeur du sommet à notre guide. Le vent est moins fort et il fait toujours aussi beau. Le sommet arrondi est formé par un amas de gros bloc, les falaises de la face nord dominent la vallée d’Ascu. Du Toit de la Corse nous pouvons effectuer un magnifique 360° et contemplons un méga panorama qui ne peut être décrit ici, tellement il y a de choses à voir. Le second sommet de l’île se trouve environ à 250 m au Nord/Ouest et seulement 50 m plus bas : il s’agit du Ciuntrone (2 656 m).

Après la séance photo nous redescendons légèrement et rattrapons l’itinéraire venant d’Ascu. Nous passons en contrebas de la crête, toujours entre des blocs et dalles. Nous remontons sur la pointe des éboulis (2 607 m) et entamons la descente ver le lac du Cintu. Nous casserons la croûte à l’abri d’un gros pavas. La descente dans les éboulis n’est pas très aisée, les cailloux roulent sous les pieds et il faut faire preuve d’équilibre pour ne pas tomber. Cependant certains passages pourront se faire en « godille ». Nous arrivons au lac (2 289 m), celui-ci est en train de dégeler, il reste encore pas mal de glace flottante. L’endroit est magnifique, le couloir de Bocca Crucetta Suttana est encore bien enneigé ainsi qu’une grande partie du cirque formé par la Punta Crucetta et le Capu Falu.

Après un petite pause nous nous remettons en route et redescendons vers le refuge de l’Ercu que nous atteindrons deux heures plus tard. Nous retrouvons Sylvie qui a fait l’aller-retour au lac. Elle nous prépare avec amour quelque boissons chaudes. Du refuge nous referons le chemin inverse de la veille avec la traditionnelle halte « houblon » à Calacuccia. Tout le monde a passé un très bon week-end ! (on reviendra !)

 

 Haut de page

Samedi 19 et Dimanche 20 juin 1999

Montagne — Massif de Bavella —

Roger et Sylvie, Dume, Féli, Antoine et Vincent, Stéphane, (Et) (Ma) (Nu) (Elle)*

 

Brouillard ! Vous avez dit Brouillard ? Tiens comme c’est bizarre !

La journée de samedi s’annonçant relativement belle nous prenons la route du Sud. Sylvie et Stéphane nous rejoindront dans la soirée à l’auberge du col. Dans la voiture de Dume, ça papote de tout et de rien ; en fait beaucoup de tout et peu de rien. Après deux heures trente de route, nous quittons celle-ci et nous engageons sur la piste DFCI ; bigre ! la barrière est fermée et nous empêche de passer. Si nous partons de là avec les sacs, il nous faudra marcher une demi-heure de plus. Après réflexion et bricolage nous arrivons à dévisser le boulon-verrou et continuons. Nous laissons les véhicules au départ du GR et grimpons sur un sentier cairné qui s’élève vers la Punta Ciacciane.

Après 25 mn nous atteignons le pied de la paroi, il est un peu plus de 11 h du mat. Roger avait pensé à faire deux cordées, mais après réflexion nous n’en formerons qu’une seule (mais de 6). Jusqu’à présent il faisait beau, mais voilà que le brouillard s’installe sur les crêtes. Celui-ci par intermittence se dégage, revient, se dégage, revient encore, bref, et il est quelque peu frisquet. Roger nous suggère la chose suivant : il ouvrira la voie et sera assuré et assisté par Manu, la famille Poli suivra et Dume déséquipera et fermera la marche.

Tel un vieux mouflon qui a subi une cure de rajeunissement, Roger escalade la première longueur. Pendant ce temps Féli descend aux voitures récupérer des affaires chaudes, mais en remontant, elle ratera le sentier et continuera sur le GR, ce qui engendre une recherche à la voix qui va durer une bonne demi-heure. Nous avons pensé pendant un moment qu’il faudra appeler Jacques Pradel et la rechercher dans l’émission Perdue de vue. Repassons aux choses sérieuses ; Manu a rejoint Roger, puis Féli et ses enfants monteront. Dume dépitonnera l’équipement. Manu se fera la deuxième longueur prééquipée par Roger ; la sortie de celle-ci n’est pas très évidente du fait qu’il faut aller chercher les prises assez haut, (heureusement que c’est un plaisir de grimper dans ce granit, les prises étant franches), les dégaines sont tout de même les bienvenues pour s’aider un poil. Nous atteignons le relais, mangeons une barre énergétique (ouais le repas de midi sera light), et buvons un coup (d’eau…). La troisième longueur se monte dans la faille, la sortie de celle-ci est très aérienne surtout que dessous il y a du gaz ! putain c’est impressionnant ! dira Dume qui n’a pas grimpé des grandes verticales comme celle-là. Dans la quatrième un court passage mais très exposé nécessite un relais intermédiaire pour pouvoir faire passer tout le monde en sécurité. Le brouillard léger est toujours présent, quelques trouées sporadiques permettent de voir un peu autour de nous. La cinquième longueur ne sera qu’une simple formalité. Nous arrivons dans les blocs sommitaux et après une courte escalade et un ressaut nous arrivons sur un rappel d’une dizaine de mètres qui permet de rattraper les crêtes et l’itinéraire de retour. Roger se souvient qu’il y a un grand rappel qui évite le détour, mais ne le retrouve pas. Il descendra donc sur le premier rappel, et apparemment on doit pouvoir continuer à descendre, c’est ce qu’il fait. Quant tout à coup Féli retrouve le « bon » rappel à une quinzaine de mètres. Manu qui va suivre Roger lui dira, mais apparemment cela ne pose pas de problème. Tout le monde descend ! !

Nous reprenons le chemin de retour et dix minutes plus tard nous retrouvons nos sacs et regagnons les voitures et l’auberge — il est tout de même 20 h 30 — Sylvie et Stéphane sont là et commençaient à se poser des questions. Il est vrai que notre retard est surtout dû au nombre important de la cordée. Féli est ses enfants doivent rentrer, et regrettent de ne pouvoir rester avec nous. Après une bonne bière, une bonne douche, un bon apéro, nous nous attablons et mangeons les délicieuses pâtes préparées avec amour par Manu. On sera sérieux et nous ne boirons qu’une seule quille.

Le lendemain sur le coup de 7 h pétantes nous nous levons, certains ayant le sommeil très lourd il faut faire parler les coussins. Après un sympathique petit déjeuner, Roger nous propose de faire le Trou de la Bombe et la Punta Velaco. Comme il y a longtemps qu’il n’y a pas eu de brouillard — n’est-ce pas ? — notre promenade se fera dans une forêt corse transformée pour la circonstance en forêt landaise. Ingrédients : des arbres, des fougères, un sentier large, et de la brume ! Après une heure de marche dans une ambiance assez particulière et qui pourrait devenir quelque peu angoissante nous atteignons enfin le Trou de la blonde. Heu pardon, le trou de la Bombe. Malgré l’absence de visibilité et la roche glissante nous atteignons le bas de cette belle et curieuse arche qui traverse l’arête faîtière pour dominer les plein gaz (dont nous ne verrons juste qu’une infime partie) de la face ouest laquelle surplombe le ravin d’Aracale. Le brouillard semblant persister nous décidons de rentrer au gîte et de laisser la Punta Velaco pour une autre fois. Il est 11 h quand nous quittons Bavella avec un petit peu d’amertume et retour à la case départ. Un bon petit pique nique sur la terrasse ensoleillée chez les Defendini nous remontera le moral.

Qu’est-ce qu’on en a Bavé là ! ! ! (dixit Roger)

 

* Pour l’explication de cette charade demandez à Roger

Haut de page

Samedi 26 juin 1999

Canyon — Olcani

Jean-Noël, Jean-Claude, Philippe

 Haut de page

Dimanche 27 juin 1999

Montagne — Massif de A Muvrella / Asco

Roger, Dume, Laurent, Feli, Jean-Louis

 

Pour ne pas changer les bonnes habitudes, le premier rendez-vous est fixé chez Roger. Comme à l’accoutumée, le quart d’heure corse (petit retard) est pris, et nous retrouvons à Ponte Leccia Jean-Louis de Calvi (non ce n’est pas son nom, il vient de Calvi ). Bien que la route qui monte à Asco et à l’ancienne station de ski soit très sinueuse, elle reste cependant agréable, et les passages en forêt sont relaxants. Sur le parking, il y a déjà quelques voitures (l’endroit est très fréquenté, et de nombreuses personnes viennent y faire leur promenade dominicale). Au-dessus de nos têtes le ciel est bien dégagé, seuls quelques nuages d’altitude se promènent.

Il est 10 h quand nous commençons la montée des 500 m de dénivelé. La première partie en lacets sous les pins larricio est très agréable . Bien que le soleil chauffe déjà, nous crapahutons dans une zone ombragée. Après 35-40 mn, nous atteignons un très joli coin où nous ferons notre première halte. Depuis une petite vire contournant un gros bloc nous avons une vue splendide sur le plateau de Stagnu et la vallée en aval de la station. Le sentier continue dans un couloir entre le pied des falaises et la rive droite du ruisseau temporaire de Stagnu. À partir de là, la seule végétation que nous rencontrerons se limitera aux aulnes, genévriers et herbes basses. Un peu plus tard, nous traversons le cours d’eau pratiquement asséché et gravissons quelques belles dalles, pour nous retrouver sur une petite plate-forme sur laquelle nous ferons notre deuxième pause. Nous croisons des randonneurs qui redescendent, et d’autres qui montent. Le chemin devient un peu plus raide. Il faut passer quelques ressauts et belles marches. L’itinéraire en S permet de gagner du dénivelé rapidement. Heureusement que nos sacs sont légers, et malgré leur faible poids nous soufflons et transgouttons à grosses pires. La petite brise qui descend depuis la crête est la bienvenue. Encore quelques efforts et nous arrivons enfin à la bocca di Stagnu (1 985 m) dominant les installations de la station, il est 11 h 45.

Quelques randonneurs abrités du petit zef cassent la croûte, nous en ferons de même. Nous profitons du magnifique panorama qui s’offre à nos yeux. Il subsiste encore de nombreux névés au-dessus de 2 000 m. Le couloir et la bocca Pampanosa sont enneigés. Après notre petit gueuleton, nous décidons de suivre le GR jusqu’à un petit col qui domine d’environ 100 m le lac de A Muvrella (1 860 m). De la même nous avons vue sur la baie de Calvi enveloppée par la brume de chaleur. Nous rencontrons deux marcheurs qui voudraient bien arriver jusqu’au refuge de Tighiettu, mais après discussion et conseils de notre vénérable Roger, ils descendront jusqu’au refuge d’Asco et feront Tighiettu le lendemain.

La descente se fera par le même itinéraire, au passage nous arriverons jusqu’au chalet pour dire bonjour à Hubert et sa famille. Sur la terrasse ombragée de l’hôtel, nous dégustons avec un plaisir incontournable notre habituelle cervoise avant de retrouver la civilisation.

Haut de page

Samedi 10 juillet 1999

Canyon — La Ruda

Jean-Noël, Jean-Claude

 

Pas de navette, on a laissé la voiture au pont et en une heure et demie environ, on a retrouvé le chemin qui descend au départ du canyon. Suivre l’ancien sentier qui passe sur le vieux pont et avant d’atteindre le village de Coscia, au niveau d’un petit col, couper à droite, on rejoint le sentier qui sort de Coscia. De la belle eau, une cascade arrosée.

Haut de page

Mardi 13 juillet 1999

À la recherche de la grotte de Butrone — Siscu —

Roger, Antoine, Vincent et Féli

Haut de page

Samedi 17 et Dimanche 18 juillet 1999

Montagne— Tafunatu di I Palieri

Claudine, Roger et Sylvie, Jean-Noël, Jean-Michel, Francis

 Haut de page

Samedi 31 juillet 1999

Spéléo, prospection, collines de Castiglione – Oletta –

Dume, Jean-Noël

 

Depuis longtemps, on nous avait signalé qu’il y avait un trou au-dessus du camping La Pinède de St Florent, sur les collines de Castiglione et Dume avait repéré un effondrement à flanc de colline. La zone ayant brûlé, il y a quelques années, la prospection serait assez facilitée.

Départ vers 8 h 30, par crainte du soleil, mais des nuages bourgeonnants et baladeurs seront les bienvenus. On stationne 500 m avant l’entrée du camping, puis on prend la piste de droite qui le contourne et au bout de 100 m on se dirige vers l’effondrement en suivant des sentiers de chasseurs. En fait l’effondrement semble être une ancienne carrière d’extraction de cipolin. Aucun départ au niveau des bords. On poursuit vers le sommet de Cima di u Buttogio (206 m), en se séparant et en explorant les moindres petits décrochements de niveau. On est bien dans du calcaire, du cipolin ? Mais aucun départ, ni effondrement. Une tranchée de 10 m de long, 1 m de large et 60 cm de profondeur qui ne semble pas naturelle mais cela ne ressemble pas à une doline.

Au sommet, une aire dégagée pour le pacage des animaux, la prospection est facile, le maquis ras. On décide de piquer vers la zone de Castiglione pour explorer les bords de la colline un peu plus abrupts, on voit le pagliaghju qui domine Cast.2. Mais le terrain change, le maquis n’a pas brûlé, plus question de ratisser large, on se contente de suivre le sentier. Du pagliaghju, on retrouve la piste qui descend vers le pylône de notre zone spéléologique. On part à gauche vers les bords. Mais la progression est … épineuse. Tout à coup, un cri… « Jean-Noël ! je me suis blessé », la voix semble forte, la blessure ne doit pas être trop sérieuse et j’entends Dume qui se débat dans les arbousiers et les salsepareilles pour revenir vers le pagliaghju. Il arrive avec le bras droit en sang, il a glissé et une branche effilée s’est fichée au niveau du pli du coude à deux doigts de la veine, de l’artère et j’en passe… La peau est bien décollée et le sang coule. Mais pas de trousse à pharmacie, alors technique de survie… nettoyage à l’eau, compresses au papier hygiénique, pansement compressif avec le short de Dume, le tout ligaturé par un bout de ficelle… et on redescend par la piste, pas question de retour par le maquis. L’homme est solide et à part quelques nausées lors de « l’intervention », il tiendra le choc.

Au passage, on vérifie qu’il n’y a pas de clous sur la piste qui monte au pylône, puis avant de traverser l’Aliso, on tourne à gauche vers le camping. Pour information, impossible de passer par-là pour accéder à Castiglione, car la piste est interrompue, même en 4x4 impossible et en arrivant au camping, on découvre qu’elle est fermée par un cadenas — M. Rossi a bien fait les choses.

Retour à Bastia, à 13 h 30 Dume se faisait suturer à la clinique Maymard par le Dr Filippi et le lendemain il crapahutait sur la Via Ferrata d’Asco.

Haut de page

Dimanche 1er août 1999

Montagne — Via Ferrata d’Asco

Dume, Jean-Noël, Marjorie, Noël

Haut de page

Samedi 7 août 1999

Spéléo, prospection, Carrière de Caporalino, bocca a U Tribbiu — Omessa —

Dume, Philippe, Alain T

 

La journée était idéale pour aller à la plage, plus de 30°C et beau ciel bleu… Ainsi nous avons décidé d’aller en prospection spéléo et pour être sûr de ne pas avoir froid nous sommes partis (Philippe, Dume et Alain) à 10 h pour Caporalino et ses massifs de calcaires.

La chasse au trésor a bien sûr commencé par la lecture de la carte et l’analyse des indices communiqués par les locaux. L’œil aiguisé par les jumelles nous effectuons une première observation du site de la carrière de Caporalino, en effet, au-dessus du front de taille, il existerait une grotte.

L’observation ne donne rien et en position de tirailleur sénégalais (demandez à Dume les détails techniques) nous gravissons les premiers contreforts de la falaise, c’est bien évidemment le moment de la journée le plus chaud…

La progression s’effectue sur un terrain accidenté nous explorons chaque faille profonde et verdoyante en suivant les conseils de Philippe (grand spécialiste de l’étroiture). Au bout de trois quarts d’heure les Sénégalais se demandent ce qu’ils font là au lieu de boire un pastis à l’ombre d’un platane face à la mer.

Soudain un cri, c’est celui de Philippe face à l’étroiture tant désirée qu’il vient de découvrir, elle se situe juste au-dessus du front de taille, nous étions montés beaucoup trop haut(*) !

Alain le rejoint les casques sont fixés, les sacs déposés à l’entrée et Dume est perdu, il gambade de rochers en rochers un peu plus bas.

Dedans : II fait bien sûr sombre comme dans le … du … d’un tirailleur sénégalais, mais quel plaisir de se retrouver au frais.

Tout de suite on est dans l’ambiance, hauteur de plafond 1,30 m, souple sur les genoux, souple sur les genoux… l’entrée s’ouvre sur une petite salle et sur la gauche démarre un boyau (normal pour le … du … d’un tirailleur sénégalais). La progression dans ce dernier s’effectue avec un plafond de 100 voire 50 cm, souple sur les coudes, souple sur les coudes…

Nous arrivons ensuite dans une autre petite salle où l’on découvre un thermomètre suspendu (ils sont chauds ces tirailleurs sénégalais !), études en cours de la température de la cavité ?

Au-dessous de cette salle une étroiture, comme Philippe les aime, démarre. Alain s’y engage tête baissée tout comme son pantalon quelques secondes plus tard, en effet un passage est particulièrement étroit et il se retrouve en slip de l’autre côté, Philippe est en hyper ventilation tellement il rigole. Alain lui, dans le passage étroit a eu peur qu’un tirailleur sénégalais ne profite de son pantalon baissé. Bref, cette cavité se termine là après une progression d’une vingtaine de mètres.

À la Sortie Philippe et Alain, couvert de terre, partent à la recherche de Dume qui gambade toujours de rochers en rochers plus bas.

Encore une histoire de trou : Philippe toujours pas rassasié fait une nouvelle découverte derrière des buissons, une autre petite cavité.

Le sol de cette dernière comporte des éclats de poteries, certains sont prélevés méticuleusement pour une datation ultérieure (elle fût sérieuse cette phrase non ?). Alain se lance dans les travaux publics et commence une tranchée, Dume et Philippe dans leur grande sagesse calment son ardeur.

Après avoir exploré des porches et les pieds de petites falaises, d’un commun accord on décide de mettre un terme à l’exploration du site pour aller se restaurer.

Lors de la descente Philippe et Dume explorent dans la carrière une faille où ils ont voulu attraper des chouettes qui n’ont pas voulu se laisser faire, effarouchées (beuh ! ?).

Le site est photographié, les accès repérés pour une topo et des explorations ultérieures.

Après une petite collation et un petit trajet en voiture nous partons à la recherche des deux mamelons blancs (c’est plus sensuel que de dire « petits rochers blanchâtres ») qui marquent l’entrée à 500 m à droite au sommet du col de Bocca a U Tribbiu, d’une grotte.

Ben ! à 500 m à droite, y a rien, à 1 000 non plus et 2 000 encore moins… Dessus, dessous, par-devant, par-derrière , sur le côté, par en-haut, par en-bas, par là, par ici , par endroits et par ailleurs nous ne trouvons rien et encore rien. Ce fût une belle balade romantique en position du tirailleur sénégalais dans le maquis sous le regard attendri de vaches qui n’avait jamais vu de sénégalais tirailleurs dans leur champ.

Cette belle journée de plage s’achève, elle a été bien remplie et n’a pas été infructueuse.

 

P.S. : les Sénégalais du club des Topi m’excuseront et les tirailleurs aussi.

(*) Grotte de Rumendella indiquée par Thomas Baraccioli

Alain

 Haut de page

Vendredi 13 août 1999

Spéléo, visite, initiation au monde souterrain, Grotte de Carpinetto — Lano —

Roger, Jean-Noël, Feli et Moun, Gilles, tribu (Noël, Rose-Marie et Christelle), tribu (Marc, Patricia, Adeline et Nadège)

 

Voyage au centre de la terre… (si, si, j’vous assure ! ! )

 

La situation

Une équipe de vacanciers insouciants accompagnés par trois maîtres en spéléologie qui se proposent de leur faire découvrir une des plus belles grottes de corse : Lanu.

Le départ

Après un champêtre buffet pris à faible distance d’un agréable parking, nous nous sommes équipés (casques, lampes, combinaisons ou ce qui pouvait y faire vaguement penser), aucun autre matériel n’est requis pour ce type d’aventure.

L’approche est brève (c’est pas spéléo/rando) et nous sommes bientôt au bord du gouffre…, disons du trou… Les lampes s’allument et nous commençons notre lente progression dans les entrailles de la terre (musique wagnérienne).

La lente progression

Pour les néophytes que nous sommes, cette cavité n’est pas sans ressemblance avec celle de Brandu. Des stala(c)(g)s (tites et mites), le tout de couleur rouge (non, je plaisante, c’est du calcaire et c’est blanc…, c’était pour savoir lesquels d’entre vous suivaient encore…, bien reprenons).

D’après les indigènes, il y coulerait, l’hiver une rivière… d’où l’humidité, pensons-nous… sagaces que nous sommes. Nous sommes donc une dizaine à déambuler dans ce labyrinthe où se coupent toutes nos routes. Il est assez difficile de s’y repérer malgré le singulier des salles.

Le laminoir… grand secret autour de ce passage, on aurait du se douter de quelque chose quand le professeur Roger nous dit l’air absent « J’l’ai déjà fait l’an dernier, j’vous donne ma part… ». J’vous vois venir, vous voudriez bien savoir vous aussi… et ben tant pis pour vous, même sous la torture, je ne dévoilerai rien… à vous d’aller y jouer….

L’action

Soudain, un cri… « Professeur, nous arrivons en territoire des Boulou-Boulous, mangeurs de chèvres, les porteurs menacent de nous quitter en emportant une partie du matériel »… difficile d’expliquer à ces bougres qu’il ne s’agit là que de squelettes de chèvres tombées par inadvertance (ou abus de boisson anisée…).

Une curieuse pilosité attire la convoitise du Docteur Noël, « Ce ne sont que les petites racines des arbres » tente de lui expliquer un de ses nombreux amis, « …laisse les tranquille »

Alors que nous nous livrons à une lutte féroce contre les éléments déchaînés (étroitesse des passages, humidité, boue pas vraiment thermale, gouffres), Jean-Noël, en pleine méditation, semble savourer ces moments par une longue pause horizontale. Les spéléologues sont décidément de curieux individus…

Épilogue

La cérémonie pris fin, selon le culte établi, devant l’autel du « Carré d’as », établissement bien connu des aventuriers.

Remerciements

Ont participé à cette aventure, par ordre d’entrée sur scène :

Jean-Noël dit « le penseur », Roger dit « Salut les filles ! ! », Noël dit « Allez les p’tits gars, on fonce ! ! », Moune dite « la bougonne », les cinq invités de Noël, et moi-même (par respect pour mes camarades, je ne ferai pas état ici de mes différents surnoms… on dira alors dite « la discrète »).

Féli

Haut de page

Samedi 14 août 1999

Escalade Tour Sénèque — Luri —

Roger et Sylvie, Dume, Jean-Noël, Jean-Michel, Karine

Haut de page

Samedi 4 septembre 1999

Spéléo, aménagement, visite, topo, Cast.1&5— Oletta—

Dume, Jean-Noël, Jean-Claude, Jean-Michel

 

Ancrage du rocher en haut du deuxième puits de Cast.1. par J-C. et Dume. Projet de le bloquer par quatre grosses tiges filetées scellées dans la paroi. Mais les accus lâchent au bout du troisième trou et il faudra sceller les tiges à la résine. Pendant ce temps J-N. et J-M. font la traversée de Cast.1. J-M. équipera la totalité.

Après le repas, hic…, topo du petit réseau de Cast.5 au-dessus du croisement des failles. Il s’agit d’un haut de faille à moitié comblé par des effondrements et qui revient vers l’entrée, en fait le haut de la faille principale. Un petit conduit abrite une vingtaine de grosses chauves-souris.

Bonne nouvelle, les relations sont renouées avec M. Rossi, la chaîne n’est pas fermée et il n’a pas manifesté d’opposition à notre passage et on n’a pas crevé…

Jean-Noël

C’est sous une pluie battante et mouillante que nous embarquons le matos dans le Disco de Jean-Noël. Le col de Teghime est partiellement embrumé, et l’arrivée au Col d’Amphore dégagée. Café habituel et achat d’un poulet rôti qui n’a rien à voir avec ceux élevés aux hormones (dixit le traiteur). Ayant quelques craintes pour traverser les propriétés de M. Rossi, nous décidons de le rencontrer. Il n’est pas à son stand de vente de San Fiurenzu, et nous décidons d’aller le voir à sa cave. Là, les mains dans la graisse — c’est l’ouverture de la vendange et il est en train de réviser un tracteur avec un ami —, il nous reçoit très courtoisement et n’oppose aucune réticence à notre passage Ouf ! Quel soulagement !

Nous ne serons pas les seuls à emprunter la piste, les chasseurs et leur 4x4 sont là également. Il est 10 h 30 et le temps est doux, va bene ! Nous allons former deux groupes : Jean-Michel va équiper le trou sous les conseils de Jean-Noël. Jean-Claude et Dume vont s’attaquer à la consolidation d’une dalle en travers de la faille au départ du P11 ; quatre trous de 16 mm et 12 cm de profond vont être percés pour recevoir des boulons galvanisés. Ceux-ci seront scellés au cours d’une prochaine sortie. Après avoir terminé le forage, parfois dans une position contorsionniste, Jean-Claude et Dume remontent. Peu de temps après Jean-Michel qui s’est bien débrouillé et Jean-Noël les rejoignent.

Séance mastico-œnologique pour passer le temps. Jean-Michel attendu pour l’après-midi nous quitte. Tandis que Jean-Noël prépare le matériel topo, Jean-Claude et Dume vont déséquiper : record battu un peu moins de une demi-heure et beaucoup de transpiration. Dans Cast.5, c’est toujours aussi large, nous allons topographier un réseau remontant dont Jean-Claude avait fait la visite au cours d’une précédente sortie : à noter la présence d’une vingtaine de chauve-souris.

 Haut de page

Dimanche 5 septembre 1999

Montagne — Histoire de galérer un petit peu : Lac de Lavigliolu, crête et Punta Artica, lac de Ninu, chemin de Ronde et enfin les voitures.—

Alain, Dume, Laurent, Karine

 

Bastia ==> Calacuccia avec halte café, piste forestière jusqu’au terminus. Après avoir monté les trente mètres qui nous séparent du chemin de ronde et rattrapé celui-ci, nous marchons en direction de l’est. Nous franchissons le ruisseau qui descend des bergeries de Capanelle et prenons le sentier qui monte en direction des dites bergeries. À 1 480 m, le sentier passe sous la ligne électrique et au pied d’un pylône (c’est un bon moyen de repère). Vingt minutes plus tard nous atteignons les bergeries de Capanelle. Celles-ci sont les mieux conservées de la forêt de Val du Niellu. Une des bâtisses a conservé en intégrité son toit en scandule (tuiles en bois) Après une pause rafraîchissante nous grimpons sur la crête en rive gauche. Celle-ci permet d’accéder dans le vallon de Lavigliolu. Un sentier cairné permet d’atteindre le lac blotti dans un petit creux (1 834 m) Le plan d’eau est pratiquement circulaire ( trente mètres de diamètre) Il est ceinturé en sa rive droite par des escarpements rocheux, et en sa rive gauche par des aulnes et quelques pelouses. C’est là que nous allons casser la croûte en essayant d’appâter les éventuels habitants du lac. Après nos agapes nous décidons de continuer et d’atteindre la crête. Dans la description du topo guide, il est écrit que l’on peut gagner celle-ci par le sud en cherchant son chemin en rive gauche du lac. Dume ouvre la marche et bifurque peut-être un peu trop tôt à gauche, ce qui oblige tout le monde à faire un peu de varappe. Après avoir atteint un replat nous revenons vers le lit du ruisseau qui alimente le lac. Encore quelques passages un peu acrobatiques pour retrouver une zone plus facile, où avec un flair incroyable Alain trouve un court passage (pas plus de quinze mètres) à travers les aulnes. Cinq minutes plus tard nous atteignons la crête (à 2 100 m).

De notre position on aperçoit très bien le lac, le refuge de Manganu, et toute la chaîne montagneuse qui domine celui-ci. Nous décidons de monter jusqu’à la Punta Artica. Nous marchons à vue vers le sommet, la dernière partie doit se faire en passant à travers des blocs qui semblent avoir été posés là par des farceurs, « Mais que fait donc la DDE ! » Nous aurons quand même le plaisir et l’avantage et le bonheur et les yeux écarquillés, etc. d’assister à l’envol (environ à quinze mètres) d’un magnifique gypaète barbu (comme Alain).

Depuis le sommet de la Punta, le panorama est splendide, la lumière est parfaite, cela valait le détour. En effectuant un « 360° » on aperçoit tellement de choses qu’on ne peut les énumérer ici, et chose étrange pratiquement tous les sommets sont partiellement embrumés excepté la Punta Artica (bravo Alain !). Comme Coco ne connaît pas le lac de Ninu en été nous décidons de redescendre par celui-ci. De retour à notre point de jonction avec la crête nous descendons en direction du GR, puis les pozzines et le lac de Ninu. Carine commence à en avoir plein les pattes. Au Bocca Stazzona nous allons former deux groupes : Alain et Carine descendront doucement. Coco et Dume vont accélérer le pas et aller récupérer la voiture.

 

Haut de page

Samedi 11 septembre 1999

Spéléo, aménagement, visite, Cast.1 et 5— Oletta —

Dume, Jean-Noël, François F, Jean-Claude

 

Achèvement de l’ancrage du rocher par J-C. et Dume. François visitera la salle de la chèvre et ira vérifier que l’on a pas oublié de plaquettes lors du déséquipement de l’exercice secours. Pendant ce temps, J-N. décapera la trappe d’entrée, puis une couche de stop-rouille puis une belle couche de peinture vert-balise… pas de panique, il ne s’agit que de l’intérieur, la plaque extérieure est restée en gris ! Projet de tenter une désob au-niveau des départs en bas du premier puits, le P6 d’entrée, ce n’est que de la terre et des cailloux et la faille semble large, mais il y a du volume.

Après le repas, hic…, visite de Cast.5, François ne connaissait pas du tout et Dume n’était jamais descendu au fond du P22 en faille étroite. Il aurait pu vivre sans… Il n’y a vraiment aucun intérêt à y aller sauf à vouloir tester ses capacités psychologiques à passer des étroitures verticales, disons bon pour spéléos confirmés, ceux qui en veulent…

Puis visite à la salle blanche en passant par la voie lactée. Par manque de temps, on laissera le P13 de côté, on reviendra.

Jean-Noël

Les principaux objectifs de la journée étant de finir la consolidation de la dalle (voir sortie du 4 septembre dernier) et de passer un coup d’antirouille et de peinture sur la trappe d’entrée.

Tralalala, charger le matos ; Tralalalala, café au Col d’Amphore ; Tralalalalala, arrivée au trou du Pylône. Malgré le petit vent soufflant en rafale, le soleil titille notre peau d’ange. Nous allons former deux binômes : Jean-Noël et François vont dévoiler leur talent d’artiste peintre décorato-décapeuro-déconnateur. Jean-Claude et Dume tels des chirurgiens armés de perceuses, marteau et « touti conti » vont procéder au scellement des boulons de consolidation. Après avoir fini leur chef-d’œuvre, les rois du pinceau s’octroient un moment de farniente, puis François descendra pour se faire la Salle de la chèvre en solo.

Toujours sous un soleil estival et un vent pratiquement nul, nous allons Tralalala, casser la croûte ; Tralalala, nous rincer le gosier ; Tralalala et déguster un bon petit camembert à la braise Hum ! j’vous dis que ça. Sans faire la sieste et pour digérer, direction Cast.5. François ne connaît pas ce trou, et ce sera l’occasion pour tout le monde d’en faire la visite quasi-complète. Sortie vers 16 h 30 puis Tralalala retour, bière au Col d’Amphore, déchargement du matos et douche décrassante.

Dume

 Haut de page

Dimanche 12 septembre 1999

Montagne — La brèche Félix et le Capu Larghiu (pour les plus courageux, quoique ! —

Alain, Roger, Sylvie et Ange, Dume, Jean-Noël, Laurent, Féli, Catherine, Nathalie, Christelle (d’Aïacciu)

 

« Roger ! j’arriverais avant toi à la brèche Félix » qu’avait dit Alain !

« Alors là tu vois ça m’étonnerait » qu’avait répondu Roger !

Nos trois ajacciennes ont commencé leur périple samedi en se tapant la Punte Licciola (2 235 m). Roger et Sylvie sont montés également au refuge de Tighjettu samedi et tous les cinq ont passé une très bonne et agréable soirée et nuit aux frais de la Princesse si, si, (Demandez à Roger). Ange et Alain sont partis dimanche à 5 h du mat’ pour passer par Ascu. Féli, Jean-Noël, Laurent et Dume quant à eux, ils ont calculé leur coup pour arriver au refuge vers 8 h 45 après une halte-café aux bergeries de Ballone. Roger a prévu de commencer l’ascension vers 9 h. Nous avons même le temps de reprendre une deuxième collation et tout cela en chaussettes s’il vous plait ! Sylvie ne tentera pas la montée et se promènera aux alentours du refuge.

Il est 9 h 05 quand nous quittons celui-ci en quête de nouvelles aventures. Nous remontons la rive droite du ravin de Valle di Stagni en suivant un sentier, puis des dalles cairnées. À l’altitude 1 950 m nous débouchons sur petit replat recouvert d’aulnes. De là direction au nord, nous gravissons encore quelques dalles et arrivons au pied d’un gigantesque éboulis qui descend de la Bocca Pampanosa. Nous appuyons à droite pour atteindre le pied de la face sud du Capu Larghia, quand tout à coup nous distinguons deux silhouettes gesticulant sur la Brèche Félix et qui nous lancent quelques appels auxquels nous répondons (il est 11 h). « C’est pas possible ! - s’écrit Roger - ça peut pas être eux, ou alors ils ont couru comme des fous, et puis mon c....... de fils il en est bien capable ! »

Nous arrivons à la verticale de la brèche et remontons un large couloir qui descend directement de celle-ci. Ce passage est constitué de belles dalles offrant de hautes marches qu’il faut parfaitement enjamber. Certains passages un peu aériens demandent un peu plus d’attention et quelques petits pas d’escalade. Nous atteignons enfin la Brèche Félix (2 450 m) à midi moins cinq pétantes. Point d’Ange et d’Alain, mais quand nous arrivons sur l’arête qui domine le versant nord nous retrouvons les sacs des deux A. Apparemment ils sont sur le sommet, encore quelques appels et les voilà qui redescendent. C’est le moment des retrouvailles, des congratulations et des émotions : en demandant à Alain où se trouve le passage pour accéder au sommet, il nous répond : « C’est pas compliqué, y a qu’à suivre la trace marron que j’ai laissée tout le long... ! » La température s’est légèrement abaissée et nos corps emplis de transpiration demandent un peu de polaire. Accroupis de façon à n’exposer que le minimum à la légère et frisquette bise dans la brèche nous remplissons nos estomacs. Sans trop tarder, il faut prendre une décision quant à la suite du programme. Alain et Ange vont redescendre sur Ascu. Ange nous signale que le mauvais temps risque d’arriver assez vite en raison des nuages qui s’accrochent sur le relief. Nous sommes tout de même tentés pour faire le sommet, mais il faudrait speeder en raison de la météo et il y a quelques passages aériens à bien négocier. La sagesse de Roger préconise de redescendre et de ne prendre aucun risque (il faut tenir compte du temps de retour et de la fatigue) ; sage décision.

À une centaine de mètres en contrebas de la brèche, nous prenons un couloir descendant est/ouest qui débouche sur celui de la Bocca Pampanosa. Après deux heures et quelques pauses de plus nous retrouvons le refuge et Sylvie, qui nous a aperçu et entendu depuis le replat des aulnes. Après un petit café, thé et quelques papotages avec les gardiens du lieu nous redescendons vers les bergeries de Ballone (arrêt bibine) et les bagnoles. Encore une heure et demie de goudron pour arriver à la maison (poils au menton).

 

Haut de page

Samedi 18 septembre 1999

Spéléo, stage initiation, falaise de Francardu — Omessa —

Encadrants : Dume, Jean-Noël, François, Olivier, Jean-Claude, Francis, Philippe

Initiés : Nos amis couvreurs de l’équipe d’Antoine

 Haut de page

Samedi 18 et Dimanche 19 septembre 1999

Montagne – Refuge de Ciuttolu i Mori et Capu Tafunatu –

Alain BATTINI, Roger DEFENDINI, Dume DESCALZO, Catherine DERNIS, Karine GUICHENEY-VINCIGUERRA, Francis MARAVAL, Isabelle PANIER et Laurent

 

Chronologie d’une sortie méli-mélo

- Alain travaille (ah ces fonctionnaires ! en effet depuis qu’il est passé aux 35 H, Alain est obligé de bosser un samedi sur deux pour atteindre le quota ! !),

- Francis et Dume sont à Francardu et font partie de l’encadrement de la journée d’initiation réservée aux couvreurs (d’ailleurs, ils nous ont parlé de toi),

- Laurent et Catherine participent à l’AG du club Aquaviva qui se déroule également à Francardu,

- Le vénérable Roger et la ravissante Isabelle vont passer pour dire bonjour aux falaisiens et puis tel un jeune couple ils monteront au refuge,

- Carine récupère Alain et direction le Fer-à-Cheval,

- Laurent et Catherine rejoignent Francis et Dume et tous les quatre se dirigent à leur tour vers le Fer-à -Cheval qu’il atteindront à 16 h 30. Le temps de s’équiper et ils attaquent la montée à 17 h 05. Francis ouvre la marche et petit à petit accélère le pas. Notre seule crainte est de prendre la pluie, mais la météo est clémente et malgré un ciel nuageux et brumeux il ne pleuvra pas, ouf ! L’allure est soutenue et rapidement nous atteignons le Plan de la Croix 1 544 m). Le GR traverse le Golu et passe sur sa rive droite. Nous remontons le fond de la vallée dans une ambiance très particulière (lumière, couleur, humidité, brume) qui semble nous avoir projetés dans une région himalayenne. Nous apercevons le refuge qui semble tout proche, et pourtant encore loin.

Nous arrivons aux bergeries de Tula et décidons de quitter le GR pour monter par l’ancien sentier en rive gauche. Tout à coup à environ 200 m devant nous, nous apercevons deux personnes qui montent tranquillement par le chemin de la rive droite. Nous voyant approcher, elles accélèrent le pas, nous en ferons de même et petit à petit nous revenons à leur niveau. Apparemment ne voulant pas céder du terrain le mec allonge la foulée et laisse en arrière son compagnon de voyage (comme dirait Roger, quelle mentalité ! ! !) Cela devient un vrai challenge pour arriver les premiers. Nous ne sommes plus très loin du refuge, Catherine un pas après l’autre monte tout doux à son allure, nous sommes un peu en avance et la prévenons que pour éviter de nous refroidir, nous montons jusqu’au refuge quelle atteindra cinq minutes après nous. Il est 19 h 10 quand nous arrivons sur la terrasse du refuge (1 991 m). Nos concurrents nous ont devancés de quelques mètres, et devinez la surprise quand nous voyons qu’il s’agit d’Alain et Carine ! « Ah les cons ! on s’est tiré la bourre pour rien ! Il me semblait bien avoir reconnu le short d’Alain, mais je pensais qu’il serait monté en début d’après-midi » dira Dume.

Roger et Isabelle sont arrivés vers 15 h 30, ils nous ont réservé les places et nous concoctent une boisson chaude. Nous essuyons et rafraîchissons nos corps avec des lingettes parfumées pour bébé gracieusement offertes par Catherine. Puis l’heure du repas approchant, et surtout celle de l’apéro, nous nous attablons. C’est sous les regards quelque peu étonnés de certains gééristes que nous ouvrons une première bouteille de jaja pour accompagner les toasts préparés avec amour par Francis, Isabelle, Catherine et Carine. La première quille ne fait pas long feu et une seconde est aussitôt débouchée toujours sous les yeux médusés des spectateurs. Pendant ce temps l’eau des pâtes frisonne. C’est Catherine et Dume qui auront la délicate tache d’essorage des « pasta al dente ». Un couple fort sympathique (surtout elle) s’installe à la table voisine, et devant l’abondance des pâtes nous leur proposons d’en prendre. Quelques petites histoires fort mignonnettes agrémentent notre repas. Il est presque 22 h quand nous allons nous coucher. La nuit a été presque bonne, mis à part quelques petits ronflements et bruits suspects entrecoupant nos sommes.

Nous avalons le petit déj et vers 8 h 30 nous quittons le refuge vers le Capu Tafunatu. Catherine qui est venue pour se reposer se propose de surveiller les sacs et d’aboyer au cas ou. Le temps est presque beau, mais le plafond diminue rapidement et lorsque nous arrivons au col des Maures (2 155 m) un vent glacial accompagné de nappes de brouillard nous enveloppe. Malgré ces conditions nous décidons de continuer, et nous nous élevons dans les premiers gradins qui sont protégés d’Eole. La couche de brouillard n’est pas trop épaisse et c’est par alternance que nous découvrons la vallée. Pour l’instant tout va bien, Roger ouvre la marche sitôt suivi d’Isabelle très attentive aux instructions du vieux loup de mer (sic). Francis - le sherpa à la corde - suit au cas il y aurait un problème, Dume naviguera ensuite entre Alain et la fin du groupe. Voilà que nous arrivons à la vire, là notre guide nous prodigue les derniers conseils et nous voici embarqués sur cette corniche aérienne entre ciel et terre. Alain est un petit peu sujet au vertige et au passage le plus étroit devra se concentrer au maximum. Puis les choses se passeront plutôt bien et nous atteignons le trou. Celui-ci est également très venté. Petite pose photo et boisson. Roger avait prévu de grimper par la brèche des paras, mais les conditions météo ne le permettent pas, donc nous ferons la voie normale. Nous reprenons une deuxième vire qui est moins expo. En traversant un pierrier en petite foulée Roger nous dit « Je l’ai fait en courant » et Alain qui rajoute « Moi je l’ai fait avec la courante », ce qui déclenche une séance de zygomatiques déchaînés. Après une courte vire nous atteignons le pied de la cheminée terminale, celle-ci fait 12 m. Roger monte en libre suivi par Alain qui pour se remettre des émotions de tout à l’heure fera de même. Dume suivra le duo, Francis et Laurent s’occuperont d’attacher les deux membres féminins de l’expédition. Roger et Alain se feront à nouveau en libre le bloc sommital. Nous sommes dans la mélasse et il faut penser à redescendre, encore une photo souvenir avant le rappel.

Le retour se fera par le même itinéraire, ce coup-ci avec un peu moins d’appréhension dans les passages délicats. Petite et bonne bouffe au refuge en compagnie de la dernière quille de rouge pour accompagner un très bon fromage corse. Nous retrouvons notre charmante Ampari (souvenez-vous, la voisine d’hier soir) qui cassera la croûte avec nous et nous dira au-revoir. La descente jusqu’aux voitures se fera sans problème. On va encore se répéter pour signaler qu’à chaque retour les voitures calent à la station-bar de Calacuccia pour faire le plein des participants. Et voilà un très bon week-end qui s’achève.

Haut de page

Samedi 25 et Dimanche 26 septembre 1999

Fête du sport — Bastia—

Dume, François F, Jean-Claude, Philippe

Haut de page

Samedi 2 et Dimanche 3 octobre 1999

Spéléo, stage initiation, falaise de Francardu — Omessa —

Mise en application en gouffre, Cast.1 — Oletta —

Encadrants : pour Samedi —Roger, Dume, Jean-Noël, François F, Olivier, Laurent, Jean-Claude, Francis, Philippe— pour Dimanche, les mêmes excepté François

Initiés : Marie-Hélène, Karine, Jean-Luc, Christelle, Tony, William…

 

Samedi c’était bien ! Dimanche j’ai fait une bonne sieste après un beau « compte » de fée de Francis.

Karine

 Haut de page

Dimanche 10 octobre 1999

Spéléo, exercice secours, gouffre I Luminelli — Merusaglia—

Dume, Jean-Noël, François F, Olivier, Jean-Luc, Jean-Claude, Francis, Philippe

 

Haut de page

Samedi 16 octobre 1999

Spéléo, désobstruction, prépa stage initiateur, Cast.1— Oletta —

Dume, Jean-Noël, Francis

 

Pendant que Jean-Noël gratouille sous terre, Francis et Dume se chatouillent suspendus au pylône…

 

Haut de page

Samedi 23 et Dimanche 24 octobre 1999

Spéléo, explo, perfectionnement, gouffre Sébastien Risterucci— Ghisoni—

Dume (cuisiniste, initiateur, caviste), Jean-Noël (pilote, cuisiniste, bûcheron, entretien de surface), Jean-Luc (aide-plombier, plongeur), Jean-Claude (pilote, cuisiniste, initiateur), Eric (pilote, sherpa, plombier), Noël (cuisiniste, élagueur, initiateur), Philippe (pilote, initiateur, plongeur), Tony (aide-plombier, plongeur, « écheveau »)

 

Nous partîmes à six et par un petit renfort

Nous nous trouvâmes à huit à bon port.

 

Samedi 23

Après quelques minutes de route sous la pluie (minute paesane), on galère sur la piste. On doit descende une ou deux fois pour aides la deuche qui parviendra au bout de la piste — impressionnante ! Noël arrange la piste — ôte les cailloux, élague les ronces—, la pluie nous accompagne. Chargés, nous partons pour la cabane, l’approche — touret en mains — est pénible (n’est-ce pas Noël). Remise en eau du lavabo, tendre 200 m de corde puis attacher à celle-ci, à 1,50 m du sol, le tuyau. Toujours sous la pluie. Hier, Noël et Eric ont livré quatre caisses de munitions (vides !) grand format et deux petites avec couvercles, et voici une « Mobalpa type Canada rustique », montée en un tour de main par nos cuisinistes expérimentés.

17 h 45, les renforts arrivent, nous aident à finir l’eau courante (sous l’eau). Puis vint l’heure de l’apéro, du repas, d’un verre de vin, et d’un autre verre, puis encore un (pauvre bouteille) enfin inutile d’en rajouter (cf. autres comptes rendus)

 

Dimanche 24

Réveil à 7 h 30 pétantes (c’est le cas de le dire…). Nettoyage du tour de la cabane, ranger les troncs débités la veille pour servir à la fabrication du futur auvent destiné à la plonge. Noël et Dume partent équiper le trou après un copieux petit dèj’. Puis après le nettoyage, vers 10 h 30 - 11 h, un petit verre, un peu de bouffe, un verre pour la route (décidemment), nous voilà partis. Belle plongée, surtout pour Tony et moi qui découvrirons ce trou. La salle du musée résume parfaitement les aspirations des topis (les 3B…). Descendre aussi bas est très agréable (je parle de spéléo, pas des 3B évidemment). La remontée m’a parue moins pénible qu’envisagée. Sauf pour Noël qui pestera après un « crowl » (sic) et un kit, et Tony qui après avoir déséquiper (moi j’y ai échappé) ressemblait à une pelote de laine à la sortie (cf. rôle des participants).

En conclusion, une très agréable fin de semaine, humide certes mais pas seulement de l’extérieur, nous avons bien mangé, bien dormi, bien bu, bien mangé, etc., etc.

Jean-Luc

Haut de page

Samedi 30 octobre 1999

Spéléo, débroussaillage chemin d’accès grotte de Butrone — Siscu —

Exploration du « Trou du Couvent »— Cagnanu —

Jean-Noël, Jean-Claude puis Roger et Féli dans l’après-midi

 

Haut de page

Dimanche 6 novembre 1999

Spéléo, désob’, première ! Cast.12bis — Oletta —

Jean-Noël, Jean-Claude, Francis, Tony

 

 Haut de page

Jeudi 11 novembre 1999

Spéléo, découverte du milieu souterrain, grotte de Butrone — Sisco —

Roger, Jean-Noël, Dume, François F et ses enfants, Francis, Noël,

Les initiés : enfants F, Eric, Nathalie, Soizic et les 14 garçons et filles (ados), l’aumônier de la BA 126 et leurs accompagnateurs

 

Depuis longtemps ils en rêvaient de la spéléo et de ses secrets

Le rendez-vous est fixé à 9 h 30 à la marine de Siscu. À cinq minutes près, tout le monde est à l’heure. De là notre petit convoi se dirige vers le village de vacances de Sud-Aviation où nous laisserons les voitures et nous équiperons. Pour nous mettre en jambes nous allons nous taper une petite marche d’approche de vingt minutes de piste et dix de sentier relativement débroussaillé dans un maquis très arroseur avant d’atteindre la grotte. Après une petite présentation de l’éclairage acéto, Roger, François, Francis, Jean-Noël, Noël, Dume, Nathalie et Soizic (dont c’est leur première sortie sous terre) partent avec le premier groupe (les garçons).

Nous nous enfonçons dans les entrailles de la Terre à la recherche de sensations. Parmi les garçons certains n’ont pas froid aux yeux et n’hésitent pas à se faufiler n’importe où. Il y en a quand même deux qui hésitent à passer une petite étroitesse en baïonnette, ce qui nous oblige à les secouer (gentiment) un petit peu. La petite grimpette assurée par une corde ne présente pas de difficulté et tous peuvent admirer de belles concrétions dans la petite salle terminale du réseau supérieur. Nous ferons également une petite visite de la salle inférieure pour y observer les strates géologiques et divers remplissages. Puis nous nous rendons dans le second réseau de la cavité ; petite séance de souplesse, ramping coudes et genoux dans l’eau. Une grande coulée de calcite, les gours, les concrétions et les chauves-souris attirent les regards et la curiosité des ados. Le ruisseau supérieur disparaît à travers des blocs. Un passage un peu agadoux permet de descendre dans le réseau inférieur où un deuxième ruisseau coule plus fort. Une coulée de boue et de terre d’environ trois mètres semble barrer ce qui pourrait être une continuation, tout à l’heure en revenant avec le second groupe nous essaierons de l’escalader. Le ruisseau emprunte un méandre très arrosé et il ne faut pas hésiter à passer dans l’eau pour arriver « au trou de serrure ».

Nous revenons sur nos pas et remontons par la salle de la boue. Celle-ci est profonde et presque liquide ce qui demande une grande attention pour ne pas y laisser les baskets ! Nous regagnons le réseau du dessus et ressortons par le laminoir. Dehors le temps est gris, mais nous serons accueillis par des gobelets de jaja, ce qui nous fait énormément plaisir. Les garçons racontent à leur copines ce qu’ils ont vu, ce qu’ils ont fait et se sentent forts et un peu machos, en quelque sorte ils lancent un défi. Le bois est tellement humide que nous allons mettre une bonne demi-heure pour allumer le feu et obtenir un peu de braise pour griller les figatellu d’Alesani (hum ! ce fut un délice, merci Roger).

Allez hop ! faut y retourner. Le groupe de filles impatientes doit relever un certain challenge. Toutes sans exception vont foncer, pour à leur tour admirer les merveilles de la nature décrites par les mecs. Aucune étroiture, aucune escalade, rien ne les arrêtera (elles semblent avoir plus de punch que les garçons, challenge oblige !). Nous ferons le même circuit que le matin, l’escalade de la coulée sera faite par Francis et Noël (..... ça queute !) La salle de la boue va être le théâtre d’une des plus grande bataille spéléotesque. En effet pendant dix minutes nous allons assister à un bombardement de boue entre les initiées et les accompagnateurs qui va rendre méconnaissable les combattants. Ce fut un quart d’heure de délire total, des pieds y laissèrent leurs chaussures, des corps glissèrent et s’esclaffèrent sur le dos se transformant en de véritables ventouses... Les visages changèrent de couleur, il paraît que la boue ça fait du bien pour la peau ; il y en a qui en ont profité pour un bon moment... quand la trêve fut signée nous ressortiment sous les regards ébahis du reste du groupe. Retour aux voitures pour y laver le matos et nos sales gueules. La nuit tombante nous prîmes congés de nos initiés qui sans exception passèrent une très bonne journée, ne regrettant pas d’être venus, d’ailleurs nous non plus.

 

Haut de page

Vendredi 12 et Samedi 13 novembre 1999

Spéléo, explo, désob, aménagement…, gouffre de Ghisoni — Ghisoni —

Dume, Jean-Noël, Jean-Claude, Francis, Eric, Noël

 

Histoire d’eau ! ! ! ! !

Notre objectif :

- Finir l’installation de l’eau courante jusqu’à la cabane et aménagement des abords de celle-ci,

- Désobstruction de Ghisoni 2 et 3 et/ou rééquipement de certaines zones du gouffre

Il est 11 h quand nous arrivons aux ruines sans trop de problèmes, il pluviote, et au fur et à mesure que les minutes avancent, la pluie s’intensifie. Par tradition, nous prenons notre premier apéro et cassons la croûte tout en écoutant le vacarme de l’eau tambourinant les tuiles du toit. La météo ne s’arrange pas, mais il faut tout de même se décider à faire quelque chose. À 15 h 30 nous revenons aux voitures et préparons le matériel d’équipement du trou. Comme dirait Noël : « Il fait un temps à ne pas mettre un spéléo dehors ». Mais il en faudra beaucoup plus pour décourager Jean-Claude qui partira le premier pour équiper. Une heure plus tard Jean-Noël et Francis partiront à sa rencontre avec le reste du matos. Noël et Eric ont prévu de bricoler à l’intérieur de la cabane, Dume par très motivé par le mauvais temps se joindra à eux.

Le premier trio va planter quelques spits pour éviter des frottements et confortabiliser certains passages. Le second trio quant à lui va planter des pointes, des vis, des clous pour rendre la cabane encore plus accueillante. Dehors il tombe des cordes, bientôt il va tomber des amarres de bateau. Il est 21 h quand le premier groupe revient quelque peu mouillé. Le feu crépitant dans la cheminée les réchauffera ardemment. Au bout de quelques minutes le tour de l’âtre s’est transformé en un véritable séchoir à linge. Pendant l’apéro du soir (hé oui il faut ce qu’il faut !) Jean-Claude, Jean-Noël et Francis décrivent le nouvel équipement. La grillade et la fondue « rustique » ainsi que diverses quilles de rouge sont fortement appréciés. Il est minuit quand le sommeil se faisant ressentir nous regagnons notre couche. Malheureusement la nuit ne va pas être de tout repos. En effet une mini tempête de vent se déchaîne vers 3 h du mat’ et la pluie redouble, retriple d’intensité pendant la nuit.

Au petit matin, une légère, mais très légère accalmie nous redonne un peu d’espoir, hélas les intempestives averses éparses réapparaissent. Tous les ruisseaux sont en crue. Dume propose d’aller déséquiper, Francis viendra avec lui, Noël se tâte car ses côtes le font souffrir (un petit souvenir du stage initiateur) Nous arrivons tout de même à nous équiper entre deux averses, mais arrivés au bord de l’aven nous sommes à moitié trempés, surtout Francis qui a renfilé sa combi encore humide de la veille. Dès le premier puits l’eau suinte énormément, plus on descend plus ça ruisselle ; il semblerait que se soit encore plus mouillé qu’hier. Arrivés à la galerie du musée nous entendons un drôle de bruit hydraulique. Par endroits les parois dégoulinent carrément et dès que nous atteignons le départ du toboggan nous avons comme une drôle d’impression. Dume descend le premier en utilisant le nouvel équipement réalisé par Jean-Claude.

Dès qu’il arrive à la dèv’ du P16 un sourd bouillonnement et des bruits de cascatelles l’interpellent. Un coup d’électrique vers le bas et qu’elle n’est pas la surprise ! Le fond du puits est complètement noyé. À son tour Francis éclaire un plan d’eau d’environ 3x1 m et dont la surface est vaguelée. Nous ignorons si l’eau est en train de monter ou bien si celle-ci a atteint son niveau maxi et ne pouvons définir son sens d’écoulement. Apparemment le trou s’est mis en charge pendant la nuit. En effet la veille, Jean-Claude en équipant a jeté des cailloux qui ont touché le fond « sec ».

Préférant ne pas prendre trop de risques nous n’irons pas plus bas. D’après nos estimations l’eau est montée entre trois et cinq mètres, peut-être d’avantage ! C’est la première fois qu’on voit ça dans Ghisoni. Francis commence le déséquipement. Tandis que nous remontons le P30 voici qu’arrive Noël au sommet de celui-ci, lui aussi est surpris par la sonorisation produite par l’eau. De retour au musée nous envoyons quelques parpaings dans le P51, ceux-ci atterrissent également dans l’eau en produisant un plouf assourdissant. Noël déséquipera le reste, « et même de la lucarne on entend le gargouillement de l’eau » ajoutera-t-il. Le retour à la surface se fera sous des rafales de vent accompagnées d’ondées si froides qu’elles nous glacent jusqu’aux os. Puis c’est le retour au pas gymnastique jusqu’aux véhicules pour y déposer le matos et vite vite sous une pluie battante direction notre logis pour faire par de nos aventures au reste de l’équipe qui n’en revient pas de notre récit. Nous commenterons nos impressions autour des figatellu et lentilles saucisses. Après un petit mot sur le cahier de liaison nous regagnons les voitures et redescendons par la piste transformée par endroits en un véritable ruisseau.

De retour au local nous y déposons le matériel tel quel en espérant trouver un lavoir pour le lendemain. Un coup de chance, il y en a justement un après le hameau de Casavecchie. Donc dimanche, Jean-Claude, Jean-Noël, Dume et Laurent (coco) qui traînait dans le Fango effectuent sous les yeux des pétanqueurs l’opération « Nettoyage en eaux troubles ».

 

Il est vrai que depuis quelque temps nous n’avons pas beaucoup de chance avec la météo quand nous montons à Ghisoni : deux week-ends de neige, un de pluie et un de déluge. Peut-être est-ce un signe et que la prochaine fois sous un soleil de plomb on ne saura où donner de la tête, par ex : fond de Ghisoni, les deux trous à désober et pourquoi pas de nouvelles trouvailles (on peut quand même rêver...).

 

 Haut de page

Samedi 20 et Dimanche 21 novembre 1999

Spéléo, initiation— Francardu, San Fiurenzu, La Renardière…—

Nathalie, Jean-Yves, Roger, Catherine, Dume, Jean-Noël, Laurent (Coco), Olivier, Anita, Jean-Luc, Jean-Claude, Francis, Eric, Thierry et Damien, Sophie

 

Un petit air frisquet (0°) enveloppe Francardu et sa falaise. Dans la petite salle du Rex Bar spéléos et chasseurs s’agglutinent autour d’une petite flambée. Puis prenant notre courage à deux mains nous montons en direction des falaises. La végétation encore givrée témoigne d’une froide nuit. Le ciel est dégagé et la journée s’annonce calme et ensoleillée. Nous allumons hâtivement un joli petit feu afin de réchauffer l’atmosphère et les gens. Le programme de la journée est toujours le même : présentation du matériel et mise en pratique de celui-ci sur les voies d’initiation. Après une séance d’essais et de réglages des baudriers, toute cette grouillante fourmilière s’active sur les différentes cordes qui décorent la paroi. D’abord on descend, puis on remonte, puis on recommence jusqu’à ce que ça rentre dans le crâne. Petit à petit le soleil éclaire la falaise et nos ventres commencent à gargouiller ; (nous passerons sur les détails des agapes que tout le monde commence à connaître maintenant).

L’après midi agréablement douce connaît une frétillante animation ou se mélangent rires et situations rocambolesques. En fin de soirée tout le monde se donne rendez-vous pour le lendemain à San Fiurenzu.

Donc le lendemain entre 10 h et 10 h et quart tout le monde se retrouve au Col d’Amphore. La pluie jusqu’à présent reste en suspension dans l’air. Nous prenons la direction du domaine Aliso Rossi et nous voici devant le gué ou plutôt devant le fait accompli. L’Aliso en crue ne nous permet pas de traverser. Francis ayant chaussé les cuissardes de sept lieues tente de sonder la profondeur et la force du courant. Malgré toute sa bonne volonté, il ne peut atteindre le milieu de la rivière car le courant le déséquilibre dès qu’il se retrouve sur un pied et de plus l’eau atteint un certain point de son anatomie. Donc après concertation nous décidons de faire demi-tour et d’essayer de contourner le gué en passant par la piste depuis la route des Agriates. Entre temps la pluie s’est remise à tomber avec force. Le départ de la piste semble praticable. Le Disco de Jean-Noël passe en tête, suivi du C15 de Jean-Yves et de la 306 de Francis. Mais au bout de 100 m le terrain est tellement gorgé d’eau que d’énormes flaques boueuses ne peuvent être traversées que par les deux premiers véhicules. Il faut se rendre à l’évidence : il est déjà 11 h 30, on va galérer comme des bêtes et ce n’est pas sur qu’on puisse aller plus loin, de plus il ne faudrait pas décevoir nos initiés. Donc la décision collégiale est prise : nous annulons la sortie (cela n’arrive pas souvent).

En redescendant sur San Fiurenzu, Jean-Noël a la bonne idée d’appeler Roger pour lui dire que nous passons boire l’apéro. Roger et Sylvie nous attendent de pied ferme sans savoir que nous allons nous pointer à une bonne douzaine chez eux. Et voilà que l’équivalent d’une équipe de foot avec remplaçants et soigneurs débarque chez les Defendini. Cela fait du bien de se retrouver au sec et au chaud. La table du salon ressemble à un comptoir de bistrot où divers apéros nous attendent les bras ouverts. Les amuse-gueule faits maison n’arrêtent pas de faire la navette entre la cuisine et les babines des invités de dernière minute. Bref, nous sommes reçus comme des pachas. Tout en nous délectant de ces bonnes choses nous suivons les infos télévisées concernant le sauvetage des sept spéléos de Gramat. Nous voulons prendre congé de nos hôtes, mais ceux-ci nous proposent si gentiment de casser la croûte à la bonne franquette que nous ne pouvons refuser. Le chou farci est excellant surtout accompagné d’un bon petit rouge. Nous en sommes au fromage quand tout à coup un flash spécial en direct nous informe que nos collègues du Lot sont retrouvés sains et saufs ; quelle extraordinaire bonne nouvelle ! et surtout quel soulagement ; un dénouement auquel nous levons symboliquement nos verres. Vers 15 h nous quittons nos amis.

Bilan de la journée : malgré une météo exécrable, ce n’est pas si mal que ça la spéléo, on mange, on boit... etc., etc. n’est-ce pas ?

Haut de page

Mercredi 24 novembre 1999

Montagne, Via Ferrata — Ascu —

Nathalie, Marie-Hélène, Dume, François F, Francis

 

Encore au hasard le rendez-vous est fixé à 10 h au Carré d’As. Café et chocolat sont les ingrédients de notre petite collation. Nous passons ensuite à la gare de Ponte Leccia ou se trouve l’accueil de l’association In Terra Corsa pour y payer le droit de péage (30 F) Puis direction la route d’Ascu et arrêt au niveau de la passerelle. Nous nous équipons en essayant de ne rien oublier et nous engageons sur la passerelle sur le coup de 11 h 1/4 . Francis n’a pas fait 5 m sur celle-ci que sa jambe passe à travers une planche (heureusement pas de bobo), un peu plus c’était le « bagno assegurato ». Il n’y a pas de vent, le ciel est limpide, mais le sentier d’approche est à l’ombre et par endroits subsiste encore du givre. Arrivés au départ de la Via Ferrata nous vérifions une dernière fois notre matos et entamons la montée. Un câble plastifié et parfaitement ancré rassure tout le monde. La progression se fait en s’aidant des prises naturelles, de barreaux et marches scellés là où il faut et quand il faut. La première longueur est à l’ombre, mais nous n’avons pas froid compte tenu du petit effort physique que nous demandent certains passages.

Nous atteignons une petite terrasse ensoleillée qui nous permet de faire une petite pause et d’admirer le paysage. Le président des Topi en profite pour nous faire un speech sur la sécurité et notamment sur l’utilisation des longes (n’est-ce pas cher président ?). Nous reprenons notre progression dans un rocher tafonatement sculpté par les caprices du temps. De nombreuses stations dont les appellations attribuées en fonction de particularité ou originalité jalonnent le parcours. Nous voici sur la passerelle (7 m) que nous franchissons allègrement (photos à l’appui). Notre périple se poursuit sans encombre et voici que nous arrivons au passage « l’Inclinatu ». Celui-ci porte bien son nom, en effet il s’agit d’un léger dévers parfaitement équipé mais qui demande un peu d’équilibre et de traction surtout pour passer les longes. Cette difficulté franchie nous poursuivons notre itinéraire un peu moins raide jusqu’à un très beau passage dénommé : « Strada di Tafoni » , c’est une très belle vire aérienne mais qui ne présente pas de grande difficulté. Et voilà que les belles choses ont une fin ; nous atteignons le sommet de notre voie ferrée. Toujours sous un soleil printanier nous redescendons par un sentier escarpé et regagnons la voiture vers 13 h 15. Nous recherchons un emplacement pour casser la croûte. Nous ferons un super pique nique sur l’herbe en compagnie de Duboeuf et de Monmassin avant de regagner nos pénates.

 

 Haut de page

Samedi 27 novembre 1999

Spéléo, perfectionnement, réchappe, Francardu — Omessa —

Encadrants : Dume, Jean-Noël, François F, Olivier, Jean-Claude, Francis

Elèves : Jean-Luc, Tony, trois collègues du CAF

 

Le but de cette journée étant de réviser les différentes techniques de réchappe en spéléo et leur mise en application en milieu montagnard.

François et Francis nos nouveaux CTD promus récemment et emplis des connaissances nécessaires expliquent aux collègues du CAF les techniques de réchappe et préconisent le minimum à avoir sur soi pour pouvoir palier au manque ou à la perte de matériel. Jean-Luc assisté de Dume équipera sa première voie. Ce n’est pas très évident au début, car il faut penser à : poser l’amarrage, se longer, clé d’arrêt, boucle de corde, ganse, etc. Mais cela ira beaucoup mieux sur la deuxième voie car les réflexes ressurgissent et les hésitations disparaissent, bravo Jean-Luc. À son tour Tony équipera une voie ; tout comme Jean-Luc, les premiers amarrages et fractios demandent beaucoup de réflexion, puis tout ira mieux, c’est parfait Tony. Jean-Claude continuera l’équipement d’une nouvelle voie sous le porche. Puis Jean-Luc pour continuer à se faire la main l’équipera à son tour.

La fumée d’un feu de bois récalcitrant nous fait comprendre qu’il est temps de faire la pause. Les victuailles se dorent sur la grille et la valse des bouchons sauteurs démarre. Le soleil inonde la falaise et tel des lézards nous nous attablons autour du foyer. La reprise des activités comme à l’accoutumée est aussi dure. Nous procédons à l’installation d’une tyrolienne sur laquelle certains d’entre nous vont s’éclater comme des gamins à la foire du Trône. Sur le coup de 15 h, Francis et Dume quittent la falaise pour retrouver à Francardu, Carine, Isabelle, Cathy et Jean-Michel pour monter au refuge de Ciuttulu di i Mori, mais ceci est une autre histoire...

 

Haut de page

Samedi 27 et Dimanche 28 novembre 1999

Montagne – Refuge de Ciuttulu i Mori et Paglia Orba –

Nathalie, Roger, Dume, Jean-Michel, Karine, Soizic, Francis, Isabelle, Cathy, Sylvain, Catoch, Olivier (un grand gars de Paris), et avec l’aimable participation de Philippe et Alain, deux randonneurs rencontrés au refuge.

 

Un premier rendez-vous est fixé au Rex Bar.

C’est autour du traditionnel kawa maison que se retrouvent spéléos et montagnards. Les uns prennent le chemin des falaises pour y pratiquer les techniques de réchappe ; les autres, c’est-à-dire, Roger, Sylvain, Nathalie, Soizic, Catoch et Olivier celui du Fer-à-Cheval. Pour cette première escouade, voir les reporters Soizic et Nathalie. Il est 15 h quand Francis et Dume redescendent des falaises pour retrouver Cathy qui venant d’Aïacciu les attend à la petite chapelle de Francardu. À 16 h tocantes arrivent Jean-Michel, Carine et Isabelle ; s’en suivent embrassades et poignades de mains avant de partir pour le Fer-à-Cheval. Après Calacuccia s’amorce un splendide coucher de soleil et la chaîne du Cintu se détache sur un ciel bleu turquoise. Il est 17 h 30 quand nous commençons à fouler la neige. La nuit est presque là et nous avançons avec des sacs hyper lourds sur un sentier envahi par une semi-pénombre. La neige crisse sous nos pieds. Il n’y a pas de vent, et seul le clapotis de l’eau du Golu résonne dans un parfaite tranquillité. Jusqu’aux bergeries de Radule le sol n’est pas uniformément recouvert de blanc. Après avoir franchi le Golu une première fois, l’épaisseur augmente, et ce n’est qu’un peu avant la Croix que la couche s’épaissit pour recouvrir d’un magnifique manteau le paysage. La nuit s’est bien installée et la voûte céleste magnifiquement étoilée brille de mille feux. Nous avançons à la lueur de nos frontales. Dans la pénombre, nous arrivons à distinguer le massif du Tafunatu puis celui de la Paglia. Nous marchons dans les traces laissées l’après-midi par nos collègues dans environ 15 cm de neige fraîche. Nous traversons une seconde fois la rivière et remontons la vallée du Golu.

Nous apercevons une petite lueur signalant l’emplacement du refuge, puis la lumière d’une torche qui nous fait signe à laquelle nous répondons par un pseudo morse. Il est vrai que de monter par une telle nuit à la frontale, malgré les bretelles qui tirent sur nos épaules, vaut bien le déplacement. Nous voici au niveau des bergeries de Tula. Jean-Michel et Carine préfèrent suivre le GR, les autres monteront par la rive droite du Golu. Il nous faudra presque une heure pour franchir les 280 m de dénivelé entrecoupés de quelques replats. Enfin ! nous atteignons le refuge à 20 h 45, et Roger est là sur la terrasse pour nous accueillir. À l’intérieur ça sent bon le feu de bois. Le reste du groupe nous ovationne et nous concocte boissons chaudes et jaja. Nous mettons nos affaires mouillées à sécher et passons à l’apéro. L’eau des pâtes est déjà sur le gaz, en attendant leur cuisson une bonne soussoupe au minestroni réchauffera nos estomacs. Les figatellu grillés avec amour par Catoch et Sylvain régalent nos papilles. En fin de repas notre maître spirituel nous sort une de ces délicieuses liqueurs au kirsch que même un manchot s’en lécherait les doigts. Bla bla bla et patati et patata et voilà qu’il est presque deux heures du mat’, faudrait quand même penser à se coucher.

La nuit va passer assez vite et vers 7 h du lendemain, le jour commence à poindre. Philippe est déjà parti voir le lever du soleil, et à son retour nous fera part d’une vision dont il a été victime ; il a vu « Le Rayon Vert ». La journée s’annonce belle et très ensoleillée. Après un copieux petit déjeuner, nous cramponnons et prenons la direction de la Paglia Orba, avec l’intention de la faire par un itinéraire d’hiver. La montée vers les falaises se fera dans une neige vierge de toutes traces et seules les nôtres viennent perturber la sérénité du lieu. Quand nous atteignons le pied des barres rocheuses, Roger demande à Jean-Michel de monter voir si le passage de la voie S-W est praticable. Dans une neige qui commence à se transformer, Jean-Michel escalade un passage mixte et une fois là-haut il nous signale que ce ne sera pas possible de passer pour tout le monde. À travers ce dédale de blocs, la voix porte mal et Dume croit comprendre que Jean-Mi fait le tour pour installer une corde.

Catoch qui n’a pas de crampons est reliée par une sangle à Philippe qui l’assure pour qu’elle puisse suivre en sécurité. Après ce passage tout le monde reprend la direction du plateau sommital à partir duquel nous aurons une superbe et inoubliable vue sur la Balagne avec en toile de fond, devinez quoi : hé oui, les Alpes françaises et italiennes, génial ! Le sommet n’est pas complètement enneigé et les quelques cailloux affleurant par-ci par-là sont les bienvenus pour se reposer un petit peu. La météo est vraiment des nôtres, nous pouvons rester un petit moment pour contempler un panorama tiré tout droit d’un livre de géographie, on ne peut énumérer ici toutes les splendeurs que nous avons pu observer. Après la pause réconfort et la pose photo nous devons penser à redescendre. Le retour se fera par le même itinéraire. Nous devons faire deux rappels pour redescendre la cheminée. Et c’est là que nous apprenons que certains n’ont jamais fait de rappel, et... même de la montagne dans ces conditions. Eh ! bien heureusement qu’il fait beau, ce qui permettra de faire l’initiation du rappel in situ et tout se passera très bien. Jean-Michel assuré par Dume et Francis déséquipera les installations. Le soleil décline sur l’horizon, Jean-Mi, Soizic et Sylvain ne veulent pour rien au monde rater un si beau spectacle et attendront le coucher. Le reste de la troupe redescend au refuge, il est 16 h. Le temps de se restaurer, de boire un coup, de préparer les sacs et de ranger notre gîte la nuit s’installe. Nous entamons notre descente vers 17 h 30 et comme la veille rebelote pour une marche de nuit à la loupiote qui n’a rien à envier à celle de la veille. Le retour aux véhicules se fait à 20 h, puis arrêt au Kré d’as pour arroser une très belle sortie et pour certains lever le verre à ce qui s’appelle une Totale Complète (par exemple : première sortie neige, première pose de crampons, premier rappel, première descente aux flambeaux).

 

PS personnel: Il est vrai que la sortie s’est très bien passée, heureusement la météo étant des nôtres. Mais après réflexion était-ce bien raisonnable d’accepter que quelqu’un monte sans crampons ? (Sans vouloir polémiquer)

Dume

 Haut de page

Samedi 4 décembre 1999

Spéléo, désob’— Trou de Penti —

Dume, Jean-Luc, Jean-Claude

 

Au début de l’été, Jean-Claude et François suite à des indications des habitants de Penti retrouvent une petite doline au-dessus du village. Ce jour-là Jean-Claude et François ne font que reconnaître les lieux et se limitent à observer le départ d’une faille au fond du creusement. Donc samedi, guidés par Jean-Claude, nous gravissons un dénivelé d’environ 170 m en suivant un sentier à travers bois avant de rattraper celui de la crête (compter environ vingt-cinq minutes de marche). Depuis la dernière fois la végétation a beaucoup poussé et les ronces envahissent le petit replat et l’intérieur de la micro doline. Nous passerons un bon quart d’heure à démaquiser l’accès du trou. Une petite cuvette d’environ 1,50 m permet d’atteindre le haut d’un ressaut de 2 m. Une fois au pied de celui-ci nous dégageons quelques blocs en équilibre et éclairons la faille verticale. Le départ de celle-ci doit faire approximativement 1,50 m de haut et 30-35 cm de large. Mais la longueur estimée à 3 m se rétrécie à vue d’œil et semble impénétrable. La faille s’ouvre dans une espèce de micaschiste calciteux par endroits. Notre euphorie de la montée au cours de laquelle chacun d’entre nous spéculait sur la profondeur s’estompe un petit peu. L’élargissement semble pratiquement impossible sinon très long ; ce n’est pas aujourd’hui qu’on passera ! Malgré l’étroitesse des lieux nous lançons quelques cailloux pour sonder la faille. Ceux-ci ne vont pas très loin et s’arrêtent sur le fond caillouteux. Par chance, un caillou semble prendre un autre chemin et sa chute estimée à 4-5 m nous redonne du courage. Nous lançons encore quelques pierres pour confirmer une continuation invisible pour le moment mais bien évidente. Les seuls outils que nous ayons sous la main sont deux pieds de biche et une massette. Malgré le travail de romain que cela représente nous nous attaquons à la paroi. Par endroits celle-ci est très friable, mais les blocs de calcite sont très récalcitrants. La position de travail n’est pas très confortable, mais tels des bagnards qui tentent de creuser un tunnel pour s’évader nous frappons, grattons, creusons, poussons la terre, etc.

Pendant que Jean-Luc et Dume s’acharnent à élargir de quelques centimètres le passage, Jean-Claude guidé par un infaillible flair trouve une autre entrée à environ une quinzaine de mètres au-dessus et dans l’alignement de la doline. Ce deuxième accès un peu plus large est lui aussi comblé par de gros blocs et de la terre ; après évaluation nous reprenons la désob du premier trou. En fait, il semblerait que la faille s’ouvre juste sur la ligne de crête et que cette formation soit d’origine tectonique. Après un frugal pique-nique nous retournons à notre labeur. Nous parvenons à élargir un tout petit peu le passage, mais butons sur un irréductible bloc. Cette anguille de Jean-Claude se faufile les pieds en avant et à tâtons parvient à pousser quelques cailloux qui descendent dans un virtuel puits de 4-5 m. Nos poignets endoloris par les coups assénés sur la roche ne sont plus opérationnels et devons stopper les travaux pour le moment.

Nous estimons et évaluons qu’une journée supplémentaire est nécessaire et la barre à mine et éclateurs de roche seront les bienvenus ainsi que les bonnes volontés. De retour à la voiture nous aurons la visite de quelques personnes du village dont le monsieur qui avait également indiqué le trou à Jean-Claude. Notre discussion sera bénéfique puisque cette même personne connaît un autre trou et se propose de nous y accompagner la prochaine fois. Nous enregistrons sa gentillesse et proposons un éventuel retour sur Penti courant janvier 2000 (ou avant ou après) Voilà !

Haut de page

 

I Topi Pinnuti - Bât. A8 - Les Logis de Montesoro - 20600 BASTIA

Association affiliée à la Fédération Française de Spéléologie sous le N° V20-005-000

Téléphone : 04 95 32 68 16 (répondeur) - http://topi.pinnuti.ffspeleo.fr/ - topipinnuti@orange.fr